HOME > RSS > BLOGS France > Chez Lo

R S S : Chez Lo


PageRank : 3 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



PAYSAGE APRES LA BATAILLE

16 September, by Lo[ —]
d'Eric Lambé et Philippe de Pierpont
Bande dessinée - 430 pages
Editions Actes Sud et FRMK - septembre 2016
Fauve d'Or - Festival d'Angoulême 2017
 
Une femme, discrète, prend un taxi et semble rechercher ou fuir quelquechose qui la hante. Elle arrive dans un camping à la basse saison, et demande à être logée au calme, dans l'ultime caravane du bout de l'allée. Ses voisins, un couple de vieux, un bûcheron-chasseur, le chef du camping, ne parviennent pas à la cerner.


La BD est volumineuse, mais quasi muette. Ce sont plus de 400 pages qui filent à toute allure sous nos yeux. Que cache cette Fanny, quelle douleur, quel traumatisme ? Dans son esprit des images de carnage guerrier, d'accident de la route, d'une fillette. Un jour, un coup de téléphone pour dire qu'elle ne reviendra pas. Et au quotidien, les jours d'hiver qui s'étirent dans la solitude des caravanes, entre ricochets et vérification de la bouteille de gaz. Jusqu'à ce que des échanges puissent s'établir avec ses voisins.
Une histoire de courage, de changement de vie, de douleur à dompter. L'intérieur de son âme devait sacrément ressembler à un paysage après la bataille. Mais tout est mis en image avec un grand calme.
 
L'avis de Voitachewsky - Du9
 

LES VIEUX FOURNEAUX - Tomes 1 à 3

16 September, by Lo[ —]
de Lupano et Cauuet
Bande dessinée - 3 x 60 pages
Editions Dargaud - avril, octobre 2014 et novembre 2015

 
Pierrot, Mimile et Antoine, et forment un groupe de vieux. Entre eux, pas de retenue, un langage fleuri argotique à souhait, sans filtre. La femme de l'un deux est décédée, ils se rendent aux obsèques. Ensuite, le périple se poursuit en Toscane puisque a des comptes à régler avec l'entreprise Garan Servier...

Avec ces 3 tomes, un petit tour de France des embrouilles et des partages, de la bonne humeur brute et des combats politiques. Auprès de ces trois septuagénaires au passé moins convenu qu'il n'y paraît, il y aura une femme, leur protégée, qui fait le choix d'élever seule son nourrisson, à la campagne, avec la roulotte qui lui sert de scène de spectacle.
C'est une lecture bien sympathique, j'ai beaucoup aimé la liberté de ton, et ces portraits de Français râleurs qui veulent qu'on continue de leur vendre des baguettes et non pas des campaillettes, des grignonettes, ou autres breizhic ou fleur de germe... Ils se consacrent avec sérieux à des causes qui leur semblent prioritaires, et n'hésitent pas à organiser des commandos d'actions. Bien sûr, derrière des rustres matures, il y a des cœurs, des fêlures, des hontes cachées.
4e album à paraître, La magicienne.

L'avis d'Elsa - 9e Art
La critique - Une case en plus

SOUMISSION

3 September, by Lo[ —]
de Michel Houellebecq
Roman - 300 pages
Editions Flammarion - janvier 2015
Editions poche J'ai Lu - janvier 2017

Paris, 2022, ambiance morose à l'approche des élections. Les forces politiques font subir aux citoyens un équilibre inattendu, avec les identitaires derrière le Front National, et Mohammed Ben Abbes candidat du parti de la Fraternité Musulmane, ouvert à l'ouverture. Notre personnage suit cela d'un œil, sans le son de la télé, en demandant quelques infos à une connaissance remerciée des services secrets. Sa copine Myriam l'a quitté pour rejoindre Israël avec sa famille. Il est seul et l'orage semble gronder. Alors il quitte la capitale pour le sud-ouest de la France, la veille du second tour.

Loin du raffut et des polémiques médiatiques de la sortie du roman, je me suis consacrée à la lecture de Soumission.
Houellebecq s'amuse avec cet exercice d'anticipation proche, en imaginant en 2014 ce que seraient les élections présidentielles de 2022 et la situation sociale qui suivrait. Il prévoyait dans sa fiction l'élimination des deux partis habituels, une Marine Le Pen au second tour, mais face à un parti islamiste modéré. Point de vision du phénomène Macron. Loin de centrer son roman sur une montée de l'islam politique et conquérant, il est aussi beaucoup question de littérature, et des mouvements identitaires pour des "indigènes européens". On s'amuse de Bayrou en homme providentiel sur le devant de la scène, central, traditionnaliste. 
 
Extrait :
"Vif d'esprit, excellent débatteur, assez indifférent au fond aux idéologies politiques ou religieuses, demeurant en toutes circonstances strictement centré sur son domaine de compétence - l'analyse de l'évolution des structures familiales et de ses conséquences sur les perspectives démographiques des sociétés occidentales -, le jeune sociologue devait, le premier, réussir à briser le cercle de droitisation qui menaçait de se créer autour de lui, et s'imposer comme une voix autorisée dans les débats de société qui naquirent (qui naquirent très lentement, très progressivement, et sans grande virulence, l'ambiance générale demeurant celle d'une acceptation tacite et languide, mais qui naquirent tout de même) autour des projets de société de Mohammed Ben Abbes."
 
Et Houellebecq s'amuse à penser qu'à la veille d'un second tour, le bloc républicain contre le FN verrait une alliance PS-UMP-Fraternité musulmane. Au final, Mohammed Ben Abbas sera élu, les Universités perdront une immense partie de leurs crédits publics au profit de financements privés du Qatar et d'Arabie Saoudite. Quitter la fac ou se convertir et accepter un poste très confortable ?
A travers cette fable politique, ce roman, ce droit à l'imagination littéraire, Michel Houellebecq, avec son humour pince-sans-rire, son observation des semblables auxquels il semble ne pas ressembler du tout, il effiloche le portrait d'une France apaisée car soumise, doucement satisfaite du retour à un traditionalisme flatteur, à la maîtrise du laisser-aller culturel et social, à la reconsidération des religions, à la valorisation de la cellule familiale comme noyau économique, et le retour au bon vrai mariage hétéro. Cela satisfait plus de groupes que l'on aurait pu imaginer, et Ben Abbas s'impose en rassembleur tolérant, alors qu'il aura à l'esprit la détestation entre Qatar et Arabie Saoudite.
Soumission, c'est peut-être une fable politique, mais la question de l'Islam n'intervient pas dès le début du roman. C'est aussi et surtout le parcours d'un homme universitaire et l'évolution de sa vie privée désenchantée, solitaire, contrariée. Il s'interroge souvent sur l'utilité d'un suicide, d'une poursuite du quotidien, ou d'une soumission à la vie en société telle qu'elle se métamorphose, malgré nous.
Ni scandale, ni chef d'œuvre, un roman, la fiction d'un auteur qui s'est documenté un tantinet.
 
 

LA FIN DE MAME BABY

31 August, by Lo[ —]
de Gaël Octavia
Roman - 160 pages
Editions Continents Noirs Gallimard - août 2017

Mariette, une vieille femme vivant seule, est aidée par des jeunes filles qui se succèdent à son domicile. C'est Aline à présent, une Noire comme Mariette. Avant elle il y eut Suzanne, la "petite Blanche". Dans le Quartier, tout le monde se souvient de Mame Baby, de leur enfance avec Mariette, puis de leur séparation. Aline aussi. Elle habitait le Quartier auparavant, avant de le quitter tragiquement et d'y revenir...

Ce roman est singulier par son atmosphère, son mystère, sa pudeur et sa poésie. De prime abord assez flou, peu enthousiasmant, il révèle peu à peu une petite musique étrange et une progression qui capte l'attention du lecteur. Mariette et Mame Baby sont à la fois proches et très différentes. Le récit de Mariette revient sur le passé, leurs vies se sont séparées, Mariette croyant au salut par le mariage avec un homme qui la délaisse, avec un fils ingérable qu'elle surcouve et une fille dont elle prononce à peine le prénom.
Quant à Mame Baby, elle a longtemps été l'espoir des femmes de tout le Quartier (alors que le lieu du roman n'est pas nommé, on apprend bien loin que Le Quartier n'est pas si loin de Paris quand on aurait aussi bien pu envisager l'histoire sous d'autres lointaines latitudes), elle a été brillante, élève de l'ENS Ulm, sage fille de pasteur, mais se refusant toujours à être mère.
 
Extrait :
"Pendant que Mame Baby brillait à l'Ecole normale supérieure, Mariette cherchait à se marier. Elle croyait que se marier était dans l'ordre des choses. C'état ce qu'on lui avait appris. Sans doute avait-on souligné que, dans la vie, on était la fille de quelqu'un puis la femme de quelqu'un, parce qu'il y avait deux mots pour désigner le garçon et le fils, mais un seul pour la fille, de même que deux mots distinguaient l'homme et le mari tandis que la femme n'en avait qu'un. On avait dû lui donner ce prétexte lexical et elle avait dû s'en contenter, erreur que Mame Baby n'aurait jamais commise, par exemple."
 
On veut comprendre se qui les a menées de l'admiration et la solidarité à la rupture.
Gaël Octavia aborde avec inspiration l'amitié féminine, et aussi les difficultés, les écueils, les ombres qui s'immiscent dans les relations mère-fille, les maternités en souffrance, les libertés et les différentes façons d'être femme, hier comme aujourd'hui. ______[merci à Babélio]
 


120 BATTEMENTS PAR MINUTE

26 August, by Lo[ —]
de Robin Campillo
Drame - 2h20
Sortie France - 23 août 2017
avec Nahuel Pérez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel, Antoine Reinartz...
Grand Prix - Festival de Cannes 2017

Années 90, Paris. Lors de l'AG d'ACT UP, il y a les anciens comme Sean, et puis les nouveaux comme Nathan, qui découvrent cette association activiste qui veut faire avancer la cause des malades, pour qu'enfin les pouvoirs publics se réveillent et les laboratoires soient davantage concernés. Des actions sont programmées, la gay-Pride est organisée, les réunions sont régulières. Sean et Nathan se rapprochent, s'aiment passionnément, malgré la maladie qui fait baisser le taux de T4 de Sean, puis l'oblige à être hospitalisé, sans espoir. Nathan est toujours à ses côtés, Act - Up milite toujours pour faire se réveiller une société endormie et ignorante de l'épidémie en cours.
 
De ce film, j'ai bien apprécié l'aspect historique, l'intérêt pédagogique de revenir sur une période de l'Histoire récente en en soulignant sa force, son importance, les enjeux et les réalités difficiles. Le jeu des acteurs est convaincant et les années 90 nous reviennent, dès les premières scènes, dès la présentation avec des transparents (ou slides) sur un rétroprojecteur manuel... L'histoire d'amour entre Sean et Nathan, ces regards et ces sentiments qui permettent une solidarité sans faille pendant la maladie, est magnifique.

 
Cependant, je reste moins enthousiaste par ailleurs, et je m'attendais à être davantage bluffée, soufflée par la réalisation. J'ai trouvé, bien que cela ne me choque pas, que le film est un peu trop glauque, insistant sur la souffrance avec force sons de râles amplifiés. Trop souvent, trop longtemps, sans que cela paraisse nécessaire et avantageux pour le récit.
 
De Robin Campillo, le film Eastern boys est pour moi une vraie révélation et un choc cinématographique, d'une tension constante, qui communique allègrement le malaise, sans ostentation, sans morale, sans violence gratuite (l'histoire d'un homme qui donne rencard chez lui à un jeune homme de l'est rencontré à la Gare du Nord, et qui se retrouve à devoir ouvrir ses portes à une ribambelle de jeunes d'origine roumaine ou géorgienne et se faire dévaliser de tous ses meubles. Ils vivent à l'année dans un hôtel de la périphérie parisienne, sous l'emprise de Marek, emprise de laquelle notre homme voudra sauver son protégé). [En replay sur Arte+7.]

L'avis de Fabien Reyre - Critikat
L'avis de Kiwi - Dans ton cinéma

ARTICLE 353 DU CODE PENAL

25 August, by Lo[ —]

de Tanguy Viel
Roman - 170 pages
Editions de Minuit - janvier 2017

Un homme, Martial Kermeur, est entendu par un juge, accusé de l'homicide d'Antoine Lazenec, riche promoteur immobilier. Ce dernier a débarqué sur la presqu'île du pays brestois, plein de projets à la bouche, avec une assurance impressionnante. Il a convaincu le maire de céder le domaine du château où Martial travaille, pour un rutilant complexe touristique. Malgré les réticences de Martial qui dès le départ, se méfie du promoteur comme de la peste, il a décidé d'y participer, y laissant toutes ses économies de licencié industriel. Des mois, et même des années plus tard, rien n'est sorti de terre, et Erwan, le fils de Martial, est en prison.
 
Les phrases qui sortent de la bouche de Martial Kermeur, coulent, se précipitent, redonnent forme à toutes ces années qui ont vu cet homme s'enliser. Le récit abonde parce que le juge y prête une grande attention. Comme le lecteur, il veut comprendre et est en empathie avec ce père de famille divorcé, aux prises avec un escroc qui s'en cache à peine.


Extrait :
"Toute cette histoire, a repris le juge, c'est d'abord la vôtre.
Oui. Bien sûr. La mienne. Mais alors laissez-moi la raconter comme je veux, qu'elle soit comme une rivière sauvage qui sort quelquefois de son lit, parce que je n'ai pas comme vous l'attirail du savoir ni des lois, et parce qu'en la racontant à ma manière, je ne sais pas, ça me fait quelque chose de doux au cœur, comme si je flottais ou quelque chose comme ça, peut-être comme si rien n'étais jamais arrivé ou même, ou surtout, comme si là, tant que je parle, tant que je n'ai pas fini de parler, alors oui, voilà, ici même devant vous il ne peut rien m'arriver, comme si pour la première fois je suspendais la cascade de catastrophes qui a l'air de m'être tombée dessus sans relâche, comme des dominos que j'aurais installés moi-même patiemment pendant des années, et qui s'affaisseraient les uns sur les autres sans crier gare."
 
Ce roman, en forme de monologue sur fond de huis-clos, nous projette en plein Finistère soufflant, et détricote les faits jusqu'à rendre à nos yeux ce coupable victime. Tous les paradoxes et la complexité de la justice pénale, l'injustice des relations sociales, tout est là, criant de douleur retenue, dans ce texte magistral, limpide. Un vrai bonheur à lire, avec une belle maîtrise du suspense.
 


UNE VIE A COUCHER DEHORS

17 August, by Lo[ —]
de Sylvain Tesson
Nouvelles - 200 pages
Editions Gallimard - mars 2009
Editions poche Folio - octobre 2010
Prix Goncourt de la Nouvelle - 2009

Un florilège de nouvelles sous la plume de Sylvain Tesson, le baroudeur de l'extrême, l'amoureux de l'âme russe, l'homme aux limites de la misanthropie. 15 nouvelles variées, rythmées, grinçantes, qui nous emmène sous de nombreuses latitudes.

Elles sont différentes c'est vrai, mais la plupart ont ce petit goût de pessimisme, de défiance envers l'humanité, de misanthropie. Les chutes sont souvent sombres. Les nouvelles parlent de modernisation à l'occidentale, de littérature, de solitude, de naufrages, des tendances suicidaires, de nature et d'alcool.
Et puis il est une nouvelle qui étonne par son parti pris féministe, comme une ode à la liberté où des femmes élèvent la voix et se délivrent des chaînes, simultanément, en de nombreux points du globe.

Extrait :
"Ils étaient venu à bout du premier litre. La vodka ne fait jamais mal lorsqu'on la boit à deux. Le principe du toast a été inventé par les russes pour se passer de la psychanalyse. Au premier verre, on se met en train; au second, on parle sincèrement; au troisième, on vide son sac et, ensuite, on montre l'envers de son âme, on ouvre la bonde de son cœur, et tout- rancœurs enfouies, secrets fossilisés et et grandeurs contenues - finit par se dissoudre ou se révéler dans le bain éthylique."

C'est un plaisir malicieux qui nous attend avec ces lectures, ces digressions d'écrivain torturé, d'homme libre et nonchalant.
Où à plusieurs reprises, il est souligné que l'Enfer, ce ne sont pas les autres, c'est la trop grande proximité des autres, ou l'éventualité qu'ils arrivent... Toujours beaucoup d'ironie grinçante et une écriture très érudite et appétissante. J'en redemande !

L'avis de Nadège - Les mots de la fin
L'avis de Papillon - Journal d'une lectrice

LES WEEK-ENDS DE RUPPERT ET MULOT

14 August, by Lo[ —]
de Florent Ruppert et Jérôme Mulot
Bande dessinée - 90 pages
Editions Dupuis Aire Libre - octobre 2016

Initialement publiés dans le supplément "Culture et idées" du journal Le Monde, les petits strips avec la contrainte de la verticalité étroite jouent beaucoup sur l'absurde, l'humour second degré, les chutes, les dialogues. A la mer, la montagne, en forêt, les personnages sont confrontés à eux mêmes, à l'humanité perfectible.

 
Cette bande dessinée qui se lit d'une traite est agréable par son originalité de mise en page, la beauté de ses dessins, la finesse de ses traits.
Certaines saynètes font sourire, sortir un petit rire grinçant provoqué par l'ironie douce, certains autres laissent davantage indifférent.
C'est récréatif, ça fait penser à Sempé, les couleurs éclatantes en plus.
 
 






LA DIFFERENCE INVISIBLE

22 July, by Lo[ —]
de Julie Dachez et Mademoiselle Caroline
Bande dessinée - 90 pages
Editions Delcourt/Mirages - août 2016

Marguerite a 27 ans, bosse dans un bureau parisien, et s'y rend tous les matins en suivant le même protocole précis qui la mène à la boulangerie acheter son petit pain à l'épeautre, puis passer devant la librairie, et arriver au boulot bien avant les autres, avant les bruits qui se multiplient dans cet open-space, avant les talons qui percutent le sol, avant les allusions qu'elle ne saisit pas, avant la foule qu'elle n'aime pas suivre. Son copain non plus ne comprend pas qu'elle refuse de l'accompagner aux soirées d'amis, souvent fatiguée. Qu'a-t-elle vraiment ? Qu'est-elle ?

Cette bande dessinée est un plaidoyer, un témoignage, un ouvrage pédagogique pour expliquer les troubles de l'autisme, et notamment les comportements des femmes qui vivent avec le syndrome d'Asperger, trouble du spectre autistique. Non, ce n'est pas une maladie, non, pas la peine de chercher à le soigner, l'éradiquer. Ces personnes sont juste différentes, d'une différence invisible souvent, et aspirent à une vie respectueuse, qui appelle notre tolérance.
La réalisation de l'album, égrenant le rythme des jours, l'enlisement dans une solitude née de l'incompréhension de l'entourage, l'épuisement de devoir se conformer à une norme et faire le tour des médecins et des psychologues sans avoir d'explication, est une réussite.
Et puis, la révélation du livre, la révélation de Marguerite, c'est ce diagnostic, enfin, cette possibilité donnée, expliquée. Et c'est même une chance tant le syndrome est difficilement repérable chez les femmes. 
 
 

LA MENUISERIE

22 July, by Lo[ —]
Chronique d'une fermeture annoncée
d'Aurel
Bande dessinée - 130 pages
Editions Futuropolis - mars 2016

Au cœur de l'Ardèche, il est une vielle menuiserie familiale qui se pose la question de la reprise. Le patron et sa femme doivent prendre leur retraite, leur fille ne souhaite pas reprendre, tout comme leur fils, dessinateur de bande dessinée, qui n'est autre qu'Aurel. Malgré sa décision, il s'intéresse beaucoup au destin de son père ingénieur qui s'est tourné vers cette profession manuelle, il admire sa mère, associée de longue date, et les salariés qui ont vécu aux côtés de ses parents pour réaliser un métier en voie de disparition quand les fenêtres PVC importées prennent le pas sur les huisseries en bois.
 

Il fait de son père le portrait d'un patron à l'ancienne, non pas "paternaliste" mais humain et artisan, humble, simple et faiseur.
Il fait par ses dessins, par la vie qu'il rend à cette menuiserie et à ces acteurs, un monde technique intéressant que celui de cet artisanat.
Sur le fond comme sur la forme, cet album est un régal. Avec cette ambiance graphique douce et détaillée, il restitue toute cette douceur, tout cet amour pudique d'un fils pour ses parents. Une admiration pour ce père chef à bord d'une entreprise à laquelle il n'était pas destinée, qu'il a reprise à la mort de son père à lui. Et cet attachement, cet hommage maternel qu'on lit aux amorces des chapitres quand il présente les menus dominicaux que sa mère élabore pour sa venue...
 
Et l'avenir ? la fermeture ? La fin d'une activité d'artisanat qui a fait vivre plusieurs générations, une de plus ? La reprise par les salariés au travers d'une SCOP ? La vente ? A qui ?
 
Une excellente BD, un témoignage réussi.

L'avis de Mick Léonard - Planète BD
L'avis de Yaneckchareyre - Les chroniques de l'invisible

0 | 10 | 20










mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER