HOME > RSS > BLOGS France > Chez Lo

R S S : Chez Lo


PageRank : 1 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



QUATRE COULEURS

26 June, by Lo[ —]
de Blaise Guinin
Bande dessinée - 144 pages
Editions Vraoum ! - mai 2014

Grégoire, étudiant en fac d'Histoire de l'Art, est pressé par son père de ne pas tripler sa première année à glander et à fumer. Alors, il a la très bonne idée d'échanger son identité avec son pote Pierre en études de Géographie. Ils se complètent, quand l'un est nul dans une matière, l'autre est un peu plus spécialiste. Ils vont se compléter pour les épreuves. Et ça démarre bien, Pierre apprécie follement de côtoyer au cours de géo la belle rouquine Mathilde, et Grégoire est complètement subjugué par sa nouvelle plantureuse prof d'Histoire de l'Art. Et aussi par la fille de la bibliothèque. Mais moins par Chloé, son ex, qui surgit dans le cours. Sa fausse nouvelle identité sera compliquée à conserver...
 
 

Les bons vieux stylos quatre couleurs, y'a que ça de vrai. On peut même faire une super chouette BD avec de la texture, du relief, du grain.
Quatre couleurs est un album petit format, modeste mais vraiment surprenant.
Ca commence par une banale histoire d'étudiants, de frivolité, de triche et de séduction. Et puis ça glisse vers le polar car un meurtre est, sous couvert de discrétion narrative, au centre de l'histoire. On ne s'attache pas à Grégoire, qui est détestable, mais à cette ambiance colorée, et au scénario bien mené.
Le travail graphique réalisé avec le fameux stylo 4 couleurs est abouti, régressif en nous rappelant les heures à griffonner sur des pages de cahier en écoutant d'une oreille le cours magistral.
Magistrale cette petite BD !

L'avis de Caroline - Un dernier livre avant la fin du monde
L'avis d'Hannibal - Le Lecteur

LA NATURE AU FIL DES SAISONS

25 June, by Lo[ —]
de Marc Giraud
Documentaire - 200 pages
Editions Allary - novembre 2016

Mois après mois, la Nature change et nous donne à voir une foule de phénomènes, nous met sur le chemin de différentes espèces. De manière ludique, le livre permet des comparatifs visuels pour reconnaître des espèces végétales ou animales, nous décrypte des comportements ou des phénomènes physiques, nous livre des recettes très nature, des dictons ou extraits littéraires et nous pose aussi quelques devinettes !

La Nature au fil des saisons est un ouvrage qui s'impose de lui-même, l'attendu nécessaire à toute la famille, petits et grands, mais surtout grands pour ensuite briller auprès des petits ;-) Et même à partir de 5 ans et demi, cela se révèle pour certains points très intéressant.
Les considérations botanistes, éthologiques et écologiques ne sont pas négligées.
On peut picorer au fil des pages quelques encarts, anecdotes, bulles, mais assez facilement j'ai voulu le lire de manière exhaustive, tant les sujets sont intéressants et variés. Et puis on y revient avec appétit, on recherche un schéma d'identification pour expliquer aux enfants comment différencier et bien nommer des espèces visuellement proches.
 
J'ai un faible pour les illustrations du naturaliste François Desbordes qui côtoient celles de Gilles Macagno, plus dans le style BD humoristique, bien que celles-ci apportent un côté très vivant à l'album.

Un bel ouvrage moderne, qui dépoussière les bestiaires et autres encyclopédies botaniques. Sans autre prétention que le partage du plaisir d'observer la Nature et le transmission de la connaissance.

L'avis de Kantutita - Birds & Bicycles
L'avis de Nouv'Elle Nature - Nouv'Elle Nature



RENAISSANCE

24 June, by Lo[ —]
de Michel Houellebecq
Recueil de poèmes - 110 pages
Editions Flammarion - août 1999

Michel Houellebecq écrit quelques vers, délicieusement déprimant, dangereusement mélancolique, teintés de misanthropie et de lassitude, mais aussi d'humour et d'un certain moteur qui subsiste pour la vie, l'immersion fatale au milieu de notre environnement.

Extrait :
"Les dents qui se défont
Dans la mâchoire maigre,
La soirée tourne à l'aigre
Et je touche le fond.

L'anesthésie revient et dure quelques secondes,
Au milieu de la foule le temps semble figé
Et l'on n'a plus envie de refaire le monde,
Au milieu de la foule et des parcours piégés."

Un recueil qui se lit très vite. Des pages où on croit entendre la voix assez monocorde et les mots semi articulés de Michel Houellebecq.

Extrait :
"Le matin de mes jours m'apparaît vaguement
Lorsque je suis assis, tordu devant ma table,
Tous semble s'effacer et se couvrir de sable,
Le matin de mes jours disparaît lentement."

Cette profonde difficulté de vivre les matins est souvent évoquée, comme une difficulté à renaître au monde à chaque réveil avec ses mêmes perspectives de désenchantement.
De la poésie, des mots aériens sur nos vies au quotidien, ça ne fait pas de mal. Jolie lecture.

Houellebecq au milieu des gouffres humains - Blogue houellebecquien d'une doctorante engagée

CULOTTEES - Tome 2

15 June, by Lo[ —]
de Pénélope Bagieu
Bande dessinée - 160 pages
Editions Gallimard - janvier 2017

Avec la suite du premier volume, Pénélope Bagieu nous présente une nouvelle série de portraits de femmes qui se sont illustrées par leur courage, leur passion, leur anti- conformisme... On les découvre pour la plupart, comme Sonita, rappeuse afghane et exilée militante ; Thérèse, bienfaitrice des mamies parisiennes ; Nellie, journaliste d'investigation au XIXe siècle ; Cheryl, athlète marathonienne ; Mae Jemison, première astronaute noire américaine... On revoit Katia Kraft, la vulcanologue ; Peggy Guggenheim, amoureuse d'Art moderne....


Des portraits dessinés sur 5 à 8 planches chacune. De tous, c'est celui de Phulan Devi, reine des bandits et figure des opprimés en Inde qui m'a le plus marquée, interpellée, révoltée.
Dans la continuité du premier tome, on papillonne de portrait en portrait, y retrouvant un intérêt pédagogique, le trait d'humour de Pénélope Bagieu, des dialogues imaginés avec malice qui rendent ces mini biographies vivantes.

Les planches publiées - LeMonde.fr
L'avis de - Un orage en été


CHALEUR

10 June, by Lo[ —]
de Joseph Incardona
Roman - janvier 2017
Editions Finitude - 160 pages

Comme chaque année à Heinola, Finlande, ce sont les championnats du monde de sauna. De nombreux concurrents, des phases éliminatoires jusqu'à la finale où il ne sont plus que 5 à devoir rester le plus longtemps dans une eau à 110°C. Parmi eux, le finnois Niko Tanner, champion en titre et acteur porno, 1m89 pour 110 kilos. Il y a aussi Igor Azarov, le Russe, petit gabarit, qui veut absolument que ce soit son année. Une préparation physique aussi poussée que possible, aussi poussée que ne le permet son état de santé, la maladie qui le ronge et la perspective de la Mort qui le poussera à ne pas abandonner, quelle qu'en soit l'issue. Sa fille, qu'il n'a pas vue depuis une vingtaine d'année, est informée par le médecin que son père va participer aux championnats. Elle décide de prendre un billet d'avion pour la Finlande...

La Finlande regorge de concours insolites, comme pour lutter contre l'ennui à la sortie d'un hiver interminable. Et même un concours de sauna. On n'y croit pas vraiment, mais force est de constater que c'est vrai, que du moins, ça a existé jusqu'en 2010, année où le championnat s'est conclu par la mort d'un participant russe... Roman inspiré de faits réels donc. La chaleur monte.

Extrait :
"Heinola.
Située à 138 kilomètres au nord d’Helsinki, la capitale.
Un peu plus de vingt mille habitants. La ville a subi la crise économique de 2008 : fermeture de la scierie et de l’usine de contreplaqué, principaux employeurs de la commune. Du coup, on s’y emmerde un peu. La nature a vite fait d’ennuyer l’homme. On observe comme une incapacité à la contemplation ou, tout du moins, une difficulté à vivre isolé dans les bois avec femme et enfants. Au pire, seul avec soi-même. Conséquence : ça picole dur. Mais surtout : l’homme recherche l’homme.
L’homme est le territoire – davantage que sa faune, sa flore ou sa géographie.
Par conséquent : une certaine naïveté couplée à un ennui latent motivent une série d’activités se déroulant dans le pays durant la période estivale.
À savoir :
Championnat du monde de porter d’épouse.
Championnat du monde de football en marécage. (.....)"

L'écriture de l'auteur est tranchante, acérée. Il est cynique et on se régale. Un roman court et efficace, un presque huis clos bouillant saupoudré de sexe désenchanté.

L'avis de Lucia Lilas - OnLaLu
L'avis de Mäx Lachaud - Obsküre

PETIT TRAITE D'ECOLOGIE SAUVAGE

10 June, by Lo[ —]
d'Alessandro Pignocchi
Bande dessinée - 120 pages
Editions Steinkis - mars 2017

Nous sommes à Paris, mais dans un monde inversé. Un monde où les plantes et les animaux ont le statut d'êtres vivants au même titre que les hommes, un monde où les responsables politiques sont préoccupés en leur chair par les écosystèmes, pouvant être obsédés par une sous-espèce de rainette et l'aubaine d'observer des espèces menacées. La course n'est plus à la finance à outrance. Les élus politiques rêvent de quitter leur poste. Les rares personnes n'ayant pas adopté la vision animiste des Jivaros, vivant encore selon le mode traditionnel occidental, sont observés en tant que peuple menacé par des anthropologues.
 
Un petit traité d'écologie en forme de bande-dessinée de science-fiction....
L'auteur nous livre avec un regard amusé une vision très originale, un retournement de point de vue, une proposition d'anticipation écologique.
 
Les aquarelles sont très jolies, et les textes et dialogues sont ludiques et donnent à réfléchir, à faire réfléchir notre situation dans un miroir. Et rien n'est plus pareil. C'est absurde, mais c'est très intelligent. On envisage les choses en faisant un pas de côté. On savoure les scènes disposées en petits chapitres, parfois inégales, mais toujours sur le ton de l'humour, sans aucun extrémisme ni aucune moralisation.
Un petit ovni salutaire.

L'avis de Maël Rannou - BoDoï
L'avis des bullivores

LES VOYAGES D'ULYSSE

5 June, by Lo[ —]
d'Emmanuel Lepage, Sophie Michel et René Follet
Bande dessinée - 250 pages
Editions Daniel Maghen - septembre 2016

Au XIXe siècle, dans les eaux méditerranéennes, près de l'archipel grec, il est un sacré bout de femme : Salomé. Elle est navigatrice, possède son propre bateau - l'Odysseum - et tient en respect tout son équipage masculin. Elle est passionnée par la peinture qui s'inspire de la Grèce antique et elle veut, pour des raisons liées à son enfance, retrouver la trace de l'artiste Ammôn Kasacz. Pour l'heure, c'est le jeune peintre Jule Toulet qu'elle accepte à son bord. Ils partent pour un étrange voyage, fait d'escales d'investigations, fait de souvenirs, fait de peinture (moyen de rémunération de Jules), avec toujours le fantôme d'Ulysse, ses tourments, les récits d'Homère.
 
Comme toujours avec Emmanuel Lepage, c'est parti pour un grand voyage. Une splendeur de récit orné d'illustrations majestueuses, tantôt en cases tantôt pleine page. Dans ses dessins, les embruns, le vent dans les voiles, le soleil ou la pénombre, la sensualité des paysages méditerranéens, la vie...
Sur la forme, l'album mêle les oscillations entre les époques antique et XIXe avec également des inserts de quart de page de papier calque où sont inscrits des passages de l'Illiade et l'Odyssée.
 
Enfin, l'album se termine par 36 pages de restitution de travaux d'illustration et de peinture de René Follet, peintre que vénère Emmanuel Lepage et qui lui a inspiré le personnage d'Ammôn Kasacz. Je découvre aussi la puissance des dessins de cet illustrateur belge.
Une épopée que l'on aime à retrouver pour s'y plonger, un album d'une grande richesse qu'on souhaite ne pas avoir à refermer, un régal pour les yeux et une évasion pour l'esprit. Une œuvre complète et magistrale.

L'avis de Guillaume - L'ivresse des mots
Emission consacrée - France Inter

RESSOURCES INHUMAINES

4 June, by Lo[ —]

de Frédéric Viguier
Roman - 280 pages
Editions Albin Michel - mai 2015 

Elle vit chez ses parents, la vingtaine, démotivée de tout, vide, invisible, rien. Jusqu'au jour où elle va se révéler en intégrant en tant que stagiaire du rayon textile d'une grande surface, le monde merveilleux de la grande distribution, de ses ambitions, ses stratagèmes, ses égos, ses gratifications et ses humiliations. Contre toute attente, elle va faire ses marques très rapidement, s'allier au responsable secteur, évincer la responsable rayon et prendre sa place. Elle la joue fine mais s'autorise tous les coups bas, les trahisons, les pièges.
 
Ressources inhumaines est un titre tout trouvé pour ce roman grinçant, sarcastique à souhait. Il  ne prend pas réellement sa place au cœur d'un service des ressources humaines, mais il suit une jeune femme qui a décidé de prendre en main sa propre ressource humaine, ou plutôt devrait-on dire sa ressource laborale. Elle veut que l'ascension qui peut lui être proposée par la grande distribution et le magasin qui vient de la prendre en stage, comble en elle le vide qui la transforme en fantôme social dénué d'attache, d'ambition, d'occupation, de reconnaissance.
 
Extrait :
"Son activité principale serait de continuer de peaufiner l'apparence d'un personnage compétent, mais qui n'avait aucune profondeur, pas plus de méchanceté qu'un autre, et de garder bien au chaud, au creux de son inconscient, cette obsession : celle de ne jamais finir sur la plus haute marche, car son besoin de reconnaissance ne pouvait être assouvi qu'à la condition qu'elle reste à sa place, au même échelon, avec le même statut. A un grade nécessairement inférieur à celui de ceux vers qui elle se tournait. Ceux dont elle attendait qu'ils lui octroient cette attention qui la remplissait. Ceux dont elle guettait, dans le regard, l'expression de l'adoption. Ceux dont elle voulait accaparer ce qu'elle prenait pour l'odeur du pouvoir, et qu'elle ne pouvait sublimer qu'à la condition qu'elle provienne d'un monde dont elle ne voulait pas les clés, un monde qui devait garder son secret : celui des directeurs."
 
L'auteur ensuite nous surprend par ce qu'il fait de ce personnage qu'il sort de l'anonymat par le développement de stratégies ignobles, féroces. Contrairement à ce qu'on pourrait attendre, elle ne vise pas la puissance, la réussite par la conquête du sommet, par la prise des responsabilités ultimes de directeur de magasin. Non, elle souhaite être adoubée, valorisée, considérée par le sommet, c'est de cela qu'elle puise sa légitimité, sa reconnaissance et la justification de ce qu'elle représente.

Extrait :
"Quand on réussit, on veut continuer...
Mais quand on n'est pas sûr de faire mieux, on s'arrête ?
Et quand on a peur de faire pire, on se retient ?"

Ressources inhumaines est un roman étonnant, qui se lit agréablement, nous procurant par sa deuxième partie un bouleversement avec l'apparition du nouveau qui intègre l'équipe de la jeune femme, un nouveau avec ses ambitions, ses stratagèmes cachés.... Une fin terriblement cynique et bien amenée.

L'avis d'une Ombre dans la brume - Effleurer une ombre
L'avis de Nicole Grundlinger - Mots pour mots
 

MARINA BELLEZA

26 May, by Lo[ —]
de Silvia Avallone
Roman - 500 pages
Editions Liana Levi - août 2014
Editions poche J'ai Lu - janvier 2017

Marina et Andrea se retrouvent par les hasards de la vie. De leur amour passé, il reste une attirance indicible. Mais leurs trajectoires doivent à jamais les séparer. Marina, qui souffre de devoir voir sa mère toujours alcoolique, rêve de reconnaissance dans les yeux de son père, cet homme qui flambe chaque nuit aux bras d'une nouvelle jeune fille. Marina rêve de succès et enchaîne les castings et les tournages pour des émissions de concours de chant diffusés à la télé. Andrea déteste toutes ces paillettes, cette superficialité. Il n'aime voir Marina chanter seulement quand elle le fait uniquement pour lui, devant lui, à lui. Andrea veut réaliser le projet de sa vie : racheter à son père qui ne lui parle plus, la ferme reculée de son grand-père, pour s'y installer avec quinze vaches et vendre de la tome et du maccagno. Seul dans les alpages.

Marina Belleza est un roman avec un peu d'eau de rose mais aussi un fond social très réaliste et actuel. En opposant ces deux personnages et leurs aspirations - téléréalité vs retour à la terre - elle oppose deux visions de l'ambition et de ce que la jeunesse italienne peut y mettre de signification et d'espoir pour se sauver de la crise. Les personnages prennent vie sous les yeux des lecteurs et ils sont les héritiers de frustrations de l'enfance. Issus de milieux différents, en difficulté ou cultivé, populaire ou aisé, ils souffrent d'un manque affectif paternel. Et Andrea n'a pas vu son frère depuis des années, ce frère aîné parfait, admiré, désiré par les parents.
 
Extrait :
"Les sentiments ne connaissent pas d'évolution. Ils ne sont pas comme les roches calcaires érodées et façonnées par les intempéries, ni les tissus vivants des corps qui se développent jusqu'à un certain point puis commencent à vieillir. ils n'ont pas de gradations, pas de mesures. C'est nous qui avons besoin de les raconter et cherchons à les faire entrer dans une histoire. Les sentiments n'ont pas d'histoire, Andrea le savait."
 
Une histoire qui nous souffle, qui nous enveloppe de la fougue de la jeunesse qui bouillonne hors des modèles de l'économie traditionnelle, qui brûle la mèche, vit ses passions, porte ses fardeaux. Et nous élève dans les alpages italiens.
 

LA RENVERSE

12 May, by Lo[ —]
d'Olivier Adam
Roman - 260 pages
Editions Flammarion - janvier 2016
Editions poche J'ai Lu - avril 2017

Rien ne va plus pour Antoine et son frère Camille depuis que M. Jean-François Lagarde, le maire de la ville de M., est accusé de viol auprès de deux jeunes femmes. Rien ne va plus depuis que l'on sait que son assistante, également mère d'Antoine est connue comme la maîtresse de Lagarde, et qu'elle serait même complice du crime sexuel.

C'est toujours un peu le même livre, un peu le même personnage, c'est toujours du Olivier Adam, cette nostalgie douloureuse, cette douce souffrance qui parfois submerge, cette fuite, ces quêtes. Ici encore, une enfance dont les blessures poursuivent. Une mère qui déçoit, qui est absente, qui aime mal, qui est fragile à pouvoir se détruire. Un jeune homme à la dérive, en bordure, à la lisière, se réfugiant près des côtes venteuses, la Bretagne...
 
Extrait :
"On ne pouvait rien bâtir avec moi, rien projeter. Vivre à mes côtés, c’était plonger sa main dans l’eau et la regarder filer entre les doigts… nous parlions peu, en définitive. J’aimais bien sa présence. Elle s’accommodait de mon absence."
 
Mais La renverse m'a surprise, je ne connaissais pas Olivier Adam sur ce registre, jouant sur l'intrigue policière, le fait divers sordide, la procédure judiciaire et ses dommages collatéraux, le suspense.
C'est sans compter une narration exceptionnelle, une construction du roman très habile, non linéaire mais toujours avec un équilibre maîtrisé, un fil que l'on suit dans les méandres du narrateur, avec délectation.
 
Extrait :
"Et ma mère était cette amante répudiée, parce qu'elle était une femme et n'avait pas comme Laborde été lavée par le non-lieu. Qui pour toujours apparaîtrait comme la salope qui avait vampé le grand homme, la courtisane à qui rien n'avait été pardonné, la mauvaise mère que ses enfants avaient fuie tour à tour. Qu'y avait-il de vrai dans tout ça ? Et moi ? A quoi croyais-je au fond ?"
 
Il y a derrière cette histoire de famille, ce drame qui explose un foyer, lui imposant coups bas politique, images de viols et de perversion sexuelle, insultes quotidiennes et honte sociale, l'ombre d'une génération d'enfants dont les parents portent l'héritage de 1968 et contre lequel il demandent comme une réparation. C'est aussi une belle histoire de fraternité sur fond d'intrigue politico-médiatique. Un roman qui fait la part belle à la dimension psychologique des adolescents. Et finalement, non, Olivier Adam n'a peut-être pas encore tout écrit.


L'avis du Bison - Le Ranch sans nom
Leurs avis - OnLaLu

0 | 10 | 20










mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER