HOME > RSS > BLOGS France > Chez Lo

R S S : Chez Lo


PageRank : 4 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



CHANSON DE LA VILLE SILENCIEUSE

21 May, by Lo[ —]
d'Olivier Adam
Roman - 210 pages
Editions Flammarion - janvier 2018

Parce qu'on lui a montré un cliché qui représente son père, une jeune fille a quitté Paris et erre dans les rues de Lisbonne, à sa recherche. Son père fût un musicien très connu, une rock star qui a voulu fuir les journalistes indiscrets, un homme qui a peu élevé sa fille, un artiste qui a fui la compagnie des hommes et qui a été déclaré mort quelques temps auparavant.
 
Le roman d'Olivier Adam commence ainsi, on se met en route à ses côtés, à la recherche du fantôme d'un père qu'on ne connaît pas, qu'elle aussi connaît mal. Petite, elle n'a pas vécu aux côtés de sa mère qui est partie de l'autre côté de l'Atlantique aux côtés de hippies, elle n'a pas vécu aux côtés de son père, très souvent parti en tournée, très souvent occupé et très entouré d'une quantité d'admirateurs et musiciens en tous genres. Heureusement, des grands-parents de substitution ont constitué sa boussole.
 
Extrait :
"Je suis celle qui n'a pas de voisine en classe. Celle qu'on oublie d'inviter aux goûters d'anniversaire. Celle qui ne connaît aucun des noms qu'on prononce autour d'elle, chanteurs, sportifs, stars de télé, héros de dessin animés. Celle que jamais son père pas plus que sa mère ne viennent chercher à l'école. Celle dont les enseignants ne demandent jamais à voir les parents. Celle qu'on choisit en dernier pour constituer une équipe. Je suis celle qui rougit quand on lui adresse la parole. Celle qui n'a pas de père agriculteur, maçon, employé de banque, gérant de supermarché ou de bar-tabac. Celle qui n'a pas de mère vétérinaire, réceptionniste dans un hôtel, comptable, caissière au supermarché. Celle qu'élèvent des grands-parents qui ne sont pas les siens. Celle qui s'endort sur un canapé au milieu du vacarme, des bouteilles vidées, des joints consumés. Celle dont la mère vit de l'autre côté de l'océan. Celle dont le père disparaît plusieurs semaines d'affilée. Celle qui trouve dans son lit une violoniste, un bassiste empestant la cigarette et le whisky. Celle qui voit son père en photo à la une des magazines. Celle qui l'aperçoit à la télévision. Celle qui a la nausée quand en voiture, au supermarché, elle entend sa voix chanter des mots sombres. Je suis celle qui grandit sans souvenirs d'enfance."
 
Cette fille, ou jeune femme, ou femme, déroule un monologue qui l'emmène à travers les quartiers de l'Alfama mais souvent qui la replonge dans ses souvenirs d'enfance. Une voix très discrète, une petite voix comme un murmure qui est le fil rouge de ce roman nostalgique. Et peu à peu, on distingue mieux son passé, et on distingue aussi les contours d'une femme en recherche de liberté et qui va s'affirmer.
Une lecture un peu fade à mon goût, mais d'une délicatesse humaniste qui fait du bien. Et toujours évidemment l'ombre du suicide dans les romans d'Olivier Adam.


HOMO DEUS

12 May, by Lo[ —]
UNE BREVE HISTOIRE DE L'AVENIR
de Yuval Noah Harari
Essai - 460 pages
Editions Albin Michel - août 2017

On pressent que le société moderne actuelle préfigure de grands changements par le numérique. L'auteur Yuval Noah Harari veut en décrire les basculements et les modifications à venir, nous faisant passer de Homo Sapiens sapiens à Homo deus, un Dieu qui aura acquis des superpouvoirs sur la Nature et sur lui-même. Mais qui peut générer des entités d'intelligence artificielle qui le surpasseront, et l'Homme pourrait devenir un animal (domestique) pour le pouvoir artificiel...
 
Homo sapiens a, on peut le dire, conquis le monde, en s'attribuant des qualités, des savoirs, des compétences, et même une âme et une conscience qui surpassent ceux de tous les autres êtres vivants. Il a ouvert la voie à sa propre religion : l'humanisme, où tous les fonctionnements des sociétés sont basés sur la croyance en la qualité suprême de l'être humain, en son pouvoir de discernement et à ses connaissances illimitées.
Mais qu'en est-il déjà des catégorisations sociétales que nous faisons ?  On a tous appris la répartition au fil du temps moderne entre les emplois agricoles, industriels et de service. D'une proportion plus équilibrée, les avancées techniques ont conduit à un glissement vers les emplois de services qui créent les valeurs ajoutées de maintenant. Mais qu'en sera-t-il lorsque les algorithmes remplaceront toutes les tâches de service, de planification, de diagnostic médical, de conduite assistée, de tri, de décision, de création culturelle.... ? Même les emplois de service n'auront plus leur pertinence économique. 
Et si l'Homme atteint l'immortalité, cela ne sera réservé qu'aux plus puissants et riches. C'est cette nouvelle société que Harari, historien et professeur d'Histoire israélien, veut nous faire entrevoir comme une possibilité du futur.
 
Extrait :
"Tandis que les algorithmes chassent les hommes du marché du travail, la richesse et le pouvoir pourraient bien se concentrer entre les mains de la minuscule élite qui possède les algorithmes tout-puissants, ce qui créerait une inégalité sociale de politique sans précédent. Aujourd'hui, les millions de chauffeurs de taxi, de bus et de camion ont un poids économique et politique significatif, chacun dominant une infime part du marché des transports. Si leurs intérêts collectifs sont menacés, ils peuvent se syndiquer, se mettre en grève, organiser des boycotts et créer de puissants blocs d'électeurs. Le jour où des millions de chauffeurs humains seront remplacés par un seul algorithme, toute cette richesse et ce pouvoir seront accaparés par la société qui possède l'algorithme et la poignée de milliardaires qui possèdent cette société."
 
Le propos est très fréquemment illustré d'exemples, de représentations concrètes. Il y a également des photos insérées au fil des chapitres, qui n'ont pas tant d'importance que celle d'apporter des traces de recherches historiques dans l'élaboration de l'essai, ou de constituer des respirations dans le texte assez long. J'ai parcouru certaines pages en diagonale.

Extrait :
"Les grands projets humains du XXe siècle - triompher des épidémies, de la famine et de la guerre - avaient pour but de sauvegarder une norme universelle d'abondance, de santé et de paix pour tous, sans exception. Les nouveaux projets du XXIe siècle - l'immortalité, le bonheur suprême et la divinité - espèrent aussi servir toute l'humanité. Mais ces projets visant non pas à sauvegarder la norme, mais à la dépasser, ils pourraient bien se solder par la création d'une nouvelle caste de surhommes qui, laissant de côté ses racines libérales, ne traitera pas mieux les hommes ordinaires que les Européens du XIXe siècle ne traitaient les Africains.
Si les découvertes scientifiques et les progrès technologiques scindent l'humanité en une masse d'homes inutiles d'un côté et une petite élite de surhommes améliorés de l'autre, et si l'autorité échappe aux êtres humains pour se retrouver aux mains d'algorithmes éminemment intelligents, le libéralisme s'effondrera."

Un essai comme un récit d'anticipation potentielle, vers un glissement de la religion humaniste au dataïsme pour accélérer la quête humaniste de la santé, du bonheur et du pouvoir. Vertigineux et très intéressant.

L'avis de J.-F. Caillard - Medium NUMA
L'avis (sévère) d'Hubert Guillaud - LeMonde blogs

COMME UN CHEF

12 May, by Lo[ —]
de Benoît Peeters et Aurélia Aurita
Bande dessinée - 210 pages
Editions Casterman - janvier 2018

Issu d'une famille belge modeste et peu encline à la gastronomie fine, Benoît grandit et entame des études à hypokhâgne, tout en confirmant une passion pour la belle cuisine, surtout après avoir été initié par un camarade. Et puis, avec sa compagne, il n'aura de cesse de tester des mets raffinés en les élaborant lui-même pour qu'elle se régale avant d'entamer des nuits fatigantes à conduire son taxi. Ils vont saisir des occasions pour s'offrir quel que soit le prix, une table dans des grands restaurants de temps à autre, et vivre leur premier émerveillement à Roanne chez les frères Troisgros. En dehors de cela ils vivent chichement, galèrent un peu voire beaucoup, et Benoît ne lâche pas son investissement culinaire. Pour s'assurer quelques revenus, il écrira dans des revues, sera critique gastronomique, puis cuisinier à domicile où il fera l'expérience de l'exploitation et de l'humiliation entre classes sociales.

Beaucoup de récits graphiques sont articulés autour de destins de personnalités de la gastronomie européenne. On pourrait en être rassasié, mais celui-ci est emprunt de sincérité, en livrant le parcours touchant d'un jeune homme passionné, autodidacte, dont la vie personnelle et professionnelle s'est beaucoup articulée autour de la cuisine alors qu'il n'a ouvert aucun restaurant. Une vie pour la gastronomie, mais pas pour la gloire ni les étoiles.

 
Sur la forme, l'album est très agréable à lire, le noir et blanc impose sa simplicité, et les touches de couleurs soulignent des mets, comme si elles ajoutaient des saveurs et des odeurs. Elles titillent, elles réchauffent, elles mettent en appétit et satisfont d'autres sens. C'est réellement une belle idée graphique, qui donne du sens au travail de la dessinatrice. Le ton du récit est enlevé, drôle, souvent intimiste, sans appuyer les douleurs, les solitudes, les sacrifices, mais on les sent présents.
 
Cet album a rempli pour moi deux fonctions, celle de me faire découvrir le parcours d'un homme dont l'autobiographie n'est pas ronflante, et celle de me faire passer un très beau moment de lecture en m'identifiant à un jeune homme gourmand, littéraire, voulant toucher du doigt ce luxe de privilégié qu'est celui des ingrédients sublimés pour le plaisir du palais.

L'avis de Jérôme - D'une berge à l'autre
L'avis de Claire Devarrieux - NextLiberation


tous les livres sur Babelio.com



LUISA, ICI ET LA

1 May, by Lo[ —]
de Carole Maurel
Bande dessinée - 270 pages
Editions La Boîte à Bulles - mai 2016
 
Le hasard va faire se rencontrer Luisa 15 ans et Luisa 33 ans. Luisa 15 ans débarque sans repère dans un monde qu'elle ne saisit pas. Luisa 33 ans est voisine de celle qui l'héberge. Les deux Luisa vont donc se rencontrer, se confronter, se reconnaître insidieusement. L'ado sera inquiète de ce qu'elle sera sensé devenir, la trentenaire elle sera sans concessions devant cette jeune qui a encore trop peu vécu. Mais au fond, se sera l'occasion de remonter le temps pour enfin s'avouer ses vraies aspirations, suivies ou abandonnées.


Luisa ici et là est une bande dessinée basée sur un postulat assez audacieux, celui de se faire rencontrer un même personnage à deux âges de sa vie. Et faire parler l'un avec l'autre. A travers leurs échanges, c'est un album qui fait la part belle à l'adolescence et ses questions, à l'âge où l'on est susceptible de faire les choix qui orienteront nos vies mais où l'on est assez angoissé de ne pas avoir idée du futur réservé. Il est aussi question de sexualité, et d'homosexualité refoulée.


Extrait :
"- Imagine un peu... si tu avais l'occasion de téléphoner à l'ado que tu étais... tu lui dirais quoi ?
- Je sais pas ... j'essaierai de la rassurer, je crois...
- Ahahah ! Putain, la pauvre !! Tu lui dirais que ça fait des années que tu collectionnes les mecs, que t'as pas été foutue de te caser... Et que tu photographies des pizzas surgelées pour gagner ta vie !
- Va te faire foutre ...
- Tu pourrais lui dire aussi que, dans son futur, il y aura toujours des potes pour lui remonter le moral..."


Et en miroir bien sûr, l'âge de la trentaine est celui de l'installation dans une vie sociale normée, avec ces retours vers ses propres désirs passés.
J'aime bien le trait de Carole Maurel - sauf quand les verres de lunettes blancs masquent les regards,- et le rythme qu'elle a su donner à son récit, à sa mise en page et ses dialogues donne un vrai souffle à Luisa ici et là..

L'avis de Blog Brothers - Critiques de BD
L'avis de Laetitia Gayet - France Inter

UNE OMBRE AU TABLEAU

1 May, by Lo[ —]
de Myriam Chirousse
Roman - 180 pages
Editions Buchet Chastel - mars 2018
 
Greg, employé de banque, décide de saisir l'opportunité immobilière qui s'offre à lui. C'est son ami Stéphane qui lui a présenté l'affaire du siècle : une villa magnifique, avec piscine, baignée par le soleil méditerranéen, à prix cassé. Sûrement à cause de l'évènement tragique qui a conduit les précédents propriétaires à s'en débarrasser : la mort de leur fils de quatre ans, noyé dans la piscine. Mais ça, Greg ne le dit pas à sa femme Mélissa, ils emménage donc avec leur enfant Clément. Comment cacher ses choses là sachant que les informations circulent avec le voisinage ? A-t-on plus intérêt à savoir qu'à cacher ces petits secrets ?

Une ombre au tableau joue constamment avec les contrastes de lumière. Le soleil caniculaire de la Côte d'Azur, les marbres bling bling écrasés de lumière, les eaux éblouissantes des piscines claires, et les ombres qui se détachent, les personnages et leurs vies nocturnes pour chercher la fraîcheur, les corps secoués des cyprès, les sombres secrets.
 
Extrait :
Une obscurité nacrée baignait le parc, lui conférant un aspect inquiétant et mystérieux, plus authentique aussi, comme si la nuit avait le pouvoir de révéler le vrai visage des choses. La pelouse avait le bleu foncé des mers australes et tout le reste était noir, les grands pins, les bosquets, les haies. Noir aussi le prunier en fleurs du printemps, dont tous les fruits avaient été mangés par les oiseaux et les vers. Seule la margelle de la piscine traçait dans l’ombre un ovale lactescent, au milieu duquel l’eau étalait son vif-argent."
 
J'ai davantage aimé lire les passages de description dans lesquels je trouve que l'auteure excelle, que les dialogues qui m'apparaissaient parfois un tout petit peu plus mécaniques. Tout comme pour Greg et Mélissa, on progresse dans ce petit microcosme nanti de la Côte d'Azur, et on découvre ce que chacun a intérêt à cacher, on constate comment les intérêts financiers sont quand même le but d'une vie réussie et comment ils conduisent à garder certains détails dans la zone d'ombre, et comment une vieille voisine se révèle une manipulatrice intouchable.
Une ombre au tableau a illuminé quelques heures de lecture, avec une histoire prenante et ces moments passés aux côtés de ces personnages aux allures de comédiens de huis-clos théâtral. Un roman sur les jeux de pouvoirs entre proches, sur la corruption dissimulée,  sur ce qui peut ronger des vies de pauvres gens riches.
 


LA BALADE NATIONALE - tome 1

28 April, by Lo[ —]
Tome 1 - LES ORIGINES
d'Arnaud Venayre et Etienne Davodeau
Bande dessinée - 200 pages
Editions La Découverte - octobre 2017

Jeanne d'Arc, Alexandre Dumas père, Molière, Jules Michelet et Marie Curie sont dans une voiture. Qui conduit ? L'historien surtout. Sur la route de l'Histoire de France, en transportant dans le coffre la tombe du maréchal Pétain, qui la ramène souvent.
 
Une idée originale pour une sorte de road movie à travers l'histoire de France, comme une téléréalité qui rassemblerait des personnalités très différentes, sans souci d'anachronisme, pour les faire se confronter à des idées, à des lectures de l'Histoire, à des rappels de faits historiques.
Même si on n'est pas passionné des manuels de la Grande Histoire, c'est assez jubilatoire, plein d'humour, d'allusions qu'on pourra saisir.
Et puis c'est aussi une balade nationale, avec effectivement un voyage géographique à travers de nombreux lieux français, des lieux symboliques pour l'Histoire, reconnus comme tels ou non.
Hâte de connaître la suite de ce projet d'envergure !
 
 L'avis d'Anne Douhaire - France Inter
L'avis de La Revue Dessinée - Médiapart

MERCY MARY PATTY

28 April, by Lo[ —]
de Lola Lafon
Roman - 230 pages
Editions Actes Sud - août 2017

En février 1974, Patricia Hearst, la fille d'un riche homme d'affaires, est enlevée par un groupuscule révolutionnaire, la SLA (Symbionese Liberation Army). Les terroristes réclament de l'argent, argent qu'ils consacrent à la distribution de nourriture aux plus démunis de la première puissance mondiale. En France, dans les Landes, l'américaine Gene Neveva est chargée de rédiger un rapport à l'attention de l'avocate de Patricia. Elle s'entoure de Violaine, une jeune stagiaire qui va l'aider à débroussailler la somme de documents de presse, d'enregistrements... Mais Violaine remarque que nombre des déclarations de Patricia dénotent qu'elle n'était sûrement pas la victime lavée du cerveau décrite dans la média, mais aussi une jeune femme qui a épousé les thèses révolutionnaire en s'insurgeant contre la bourgeoisie paternelle capitaliste et cynique.

Il s'agit en fait d'une histoire vraie qui a passionné la presse américaine dans les années 70's. Son procès en 1976 a prononcé une peine de 7 ans pour attaque à main armée, en lien avec un braquage violent auquel Patricia a participé. Quand y voir le syndrome de Stockolm pour une jeune fille prise entre les mains de radicaux ? Quand y voir le libre arbitre d'une jeune femme soutenant dans ses écrits, ses paroles et ses actes une cause d'extrême gauche qui la libère d'un milieu social nanti et liberticide ? C'est tout le sujet du procès et du travail de ces  trois femmes, la professeure, la stagiaire et la narratrice qui se penchent sur l'histoire.
 
Extrait :
"Vos États-Unis ébrèchent l'Amérique racontée depuis l'enfance par ses parents, leurs souvenirs de soldats libérateurs auréolés d'effluves mentholés, une Amérique de Frigidaires rutilants et de sorcières bien-aimées dénudées sur du velours rouges, qui caresse les cuisses de Marilyn sur les posters" rétro" dont Violaine décore sa chambre. Vos États-Unis sont bringuebalants, ils ont de venimeux grincements de guerre, on y ferme des usines, on y fait la queue pour l'essence, les éditorialistes n'hésitent pas à déclarer le pays " pris en otage par les Arabes".
 
Le roman m'a été difficile d'accès, avec la première cinquantaine de pages assez ardue, où il faut parvenir à comprendre qui parle, d'où provient le récit, qui observe qui, qui est le narrateur. Et puis au fil du texte on progresse en parallèle de cette plongée dans l'enquête. Ce roman a eu le mérite de me faire découvrir cet évènement médiatique sous un angle singulier, dans un contexte littéraire maîtrisé.

Lola Lafon parle de son livre - Actes Sud
L'avis de Christine Marcandier - Diacritik

CARNIVORES

25 April, by Lo[ —]
de Jérémie et Yannick Rénier
Drame thriller - 1h26
Sortie France - 28 mars 2018
avec Leïla Bekhti, Zita Hanrot, Bastien Bouillon...

Mona comme sa sœur Sam, rêve de beaux rôles d'actrice. Mais c'est la cadette, Sam, qui réussit sa vie professionnelle (tournage avec Brozec, le grand réalisateur en vogue) comme personnelle (vie de famille avec mari et fils adorables, aisance matérielle). Mona elle, vivote, ne décroche pas de rôle, s'installe d'ailleurs chez sa sœur pour dépanner. Fait la baby-sitter aussi pour dépanner. Jusqu'à ce que Sam disparaisse... Mal-être ? Fugue ? Suicide ? Le trio devra faire face à l'absence...

Deux actrices immenses, Leïla Bekhti et Zita Hanrot (la seule qui jouait juste dans Fatima) portent ce film en le rendant sensuel et envoûtant.


Ce sont deux portraits assez convaincants, deux beaux premiers rôles féminins, pour un film élégant, aux ambiances très variées, tantôt sombres tantôt lumineuses, sur la sororité. Ce qui rapproche et ce qui éloigne. L'affection et la jalousie. 



L'avis de Fabien Genestier - Le bleu du miroir
L'avis de Geoffrey Crété - Ecran large
 


GEOGRAPHIE DE L'INSTANT

24 April, by Lo[ —]
de Sylvain Tesson
Chroniques - 345 pages
Editions des Equateurs - octobre 2012
Editions poche Pocket - mai 2014

Géographie de l'instant réunit les notes et billets d'humeur parus dans divers journaux entre janvier 2006 et septembre 2012. Des instants, des pensées, des divagations philosophiques ou poétiques de l'écrivain aventurier au fil de ses voyages ou lors de ses séjours en France.
 
Avec certains sujets qui reviennent souvent, on lit Sylvain Tesson préoccupé par des considérations écologiques, son amour pour la Nature et la place d'honneur et de respect qu'il lui attribue.
On lit son désarroi pour l'espèce humaine citadine consommatrice telle qu'elle évolue. On réalise définitivement son choix indéfectible pour la liberté.
 
Extrait :
"Dans le train, si la place est libre, je repère discrètement le titre sur la couverture et m'assois à côté de la lectrice.
-Tiens, vous lisez Ponge?
- Oui, j'aime ses pointes sèches, cette manière de se mettre a la place des choses.
- Comme Jules Renard?
- Non, Renard se servait des pierres et des bêtes pour faire des mots alors que Ponge essaie de devenir galet ou cageot de bois.
-Oui c'est ce que dit Nimier dans les écrivains sont -ils bêtes ?
Et voilà comment le fait de lire amène à se parler.
Prions pour que les livres électroniques ne gagnent jamais la partie. Imagine t-on la même conversation à l'heure ou les liseuses auront remplacé les objets de papier?
-Tiens vous lisez sur une I-reader 300?
-Oui, j'aime sa luminosité et ce son Dolby quand on passe à la page suivante.
-Comme la kikool MX?
-Non, car la Kikool MX n'a pas assez de mégabit et l'ergonomie est nulle.
-Oui, c'est ce que dit le catalogue comparatif qui vient de sortir.
A cette perspective, je frissonne. Pour oublier que l'avenir est une sombre entreprise a dépoétiser le monde, je vais ouvrir un livre et m'y plonger. Lire, c'est la plus élégante manière de pratiquer la politique de l'autruche."
 
Et çà et là, quelques considérations un peu conservatrices et réactionnaires. Comme l'envie insatiable d'une préservation extrême du Monde tel qu'il a peut-être été.
Des jolis moments auprès d'un être toujours agréable à écouter ou lire.
 
 

SECOND TOUR OU LES BONS SENTIMENTS

2 April, by Lo[ —]
d'Isabelle Monnin
Roman - 220 pages
Editions JC Lattès - février 2012

Mai 2012. Demain aura lieu le second tour des élections présidentielles, mais ce soir c'est l'anniversaire des cinquante ans de Jipé. Tous les anciens potes sont conviés. Et Pierre. Et Jeanne. Ils vont se retrouver après 30 ans de silence, 30 ans après cet amour naissant qui les a laissés séparés après leur premier baiser. Quelques heures nocturnes pour une soirée qui verra ou non leur retrouvailles, qui sera ou non la digne suite de cette histoire avortée. Que reste-t-il entre eux, que reste-t-il pour eux, à présent que Jeanne, mère de cinq enfants, est mariée avec Pascal à qui elle renouvelle chaque année son engagement ?
 
Ce roman est comme un classique. Des retrouvailles d'anciens jeunes qui ont passé le cap de la quarantaine. Des souvenirs d'amours d'adolescents, et un récit qui alterne par les deux voix les pensées, les considérations intimes, les souvenirs qui les ramènent des décennies plus tôt, et puis les faits qui se déroulent sous leurs yeux. Des regards qui en disent long. Des amis qui s'échangent des nouvelles. Des commentaires électoraux.
 
Extrait :
"Nos baisers auraient dorénavant une raideur inconnue, lui qui s'emboîtait parfaitement dans mon cou ne s'y attarderait plus, me laissant nostalgique / affamée. Solal, bon aîné, avait enclenché le compte à rebours. Je bois désormais chaque câlin comme s'il était le dernier, consignant mentalement la douceur de leur peau, le goût de leur sueur, le salé de leurs larmes, le pulpeux de leur joue et la clarté dégringolante de leurs rires. Me préparant dignement à ce jour, après-demain : dès que le car emportant ma fille sera parti, à l'ultime agitation de ma main, je serai une vieille mère."
 
Sur la forme, l'écriture ne m'a pas immédiatement convaincue, un peu fade et parfois maladroite, avec la manie d'introduire des "/" au lieu de poursuivre la rédaction. Peu à peu, il y a comme un suspense qui s'installe, comme si cette atmosphère de soirée et son déroulé nous happait, comme si les personnages nous entraînaient davantage dans leur sillage.
Donc au final un livre seulement agréable autour de deux personnages qui se retrouvent, sur fond de politique de gauche.
 
 

0 | 10 | 20










mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER