HOME > RSS > BLOGS France > Choux de Siam

R S S : Choux de Siam


PageRank : 1 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



Les cérémonies qui ont suivi... celle d'aujourd'hui?


20 January, by Choubine[ —]
  • La cérémonie d’intronisation a justement pour fonction de retremper symboliquement les États-Unis dans les eaux de ses origines.
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 20 janvier 2017.)

La cérémonie d’intronisation a justement pour fonction de retremper symboliquement les États-Unis dans les eaux de leurs* origines.

  • Le 30 avril 1789, pour le premier couronnement républicain, les cloches des églises sonnent [...] Ce moment fondateur, balisé de plusieurs gestes étudiés, sert de modèle à la cérémonie d’aujourd’hui, comme à toutes celles qui l’ont suivie.

Ce moment fondateur sert de modèle aux cérémonies qui ont suivi quoi? En toute logique, ce ne peut pas être « la cérémonie d'aujourd'hui », malgré ce qu'indique l'accord du participe passé au féminin. Le pronom l' remplace plutôt le moment en question :

Ce moment fondateur, balisé de plusieurs gestes étudiés, sert de modèle à la cérémonie d’aujourd’hui, comme à toutes celles qui l’ont suivi*.

  • Lors de son discours inaugural, le président Bill Clinton marquait pour sa part la fin de la guerre froide en laissant bien entendre que son pays ne risquait pas, pour sa part, de s’effondrer de l’intérieur : « Il n’y a rien de mal avec l’Amérique qui ne puisse être guérie par ce qu’elle a de juste. »

Il s'agissait de guérir non pas l'Amérique, mais ce qu'il y avait de mal :

« Il n’y a rien de mal avec l’Amérique qui ne puisse être guéri* par ce qu’elle a de juste. »

Line Gingras
Québec

* Le 20 janvier à 21 h 15, je vois que la correction a été apportée.

« Le "miracle" de l’intronisation » : http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/489633/le-miracle-inaugural

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.


Ce qui les définissait les uns des autres


15 January, by Choubine[ —]
  • Ce qui séparait ou définissait traditionnellement les médias les uns des autres s’amenuise graduellement.
    (Luce Julien, dans Le Devoir du 14 janvier 2017.)

On peut parler de ce qui sépare les médias les uns des autres; de ce qui définit les médias, en eux-mêmes ou les uns par rapport aux autres. Je doute cependant que l'on puisse définir les médias les uns des autres. Par ailleurs, il ne faut pas abuser des adverbes en -ment.

On aurait pu écrire, à mon avis :

Ce qui définissait traditionnellement les médias ou les séparait les uns des autres s'amenuise peu à peu.

Line Gingras
Québec

« "Le Devoir" d’aujourd’hui » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/489206/le-devoir-d-aujourd-hui

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.


Les proposés aux stations de métro


14 January, by Choubine[ —]
  • [...] il avait dit trouver souhaitable que les proposés aux stations de métro particulièrement fréquentées par des anglophones, qu’il s’agisse de résidants ou de touristes, soient en mesure de leur répondre dans leur langue.
    (Michel David, dans Le Devoir du 12 janvier 2017.)

Le chroniqueur voulait sûrement parler des préposés.

Line Gingras
Québec

« Le souvenir de Sandra » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/488929/le-spectre-de-sandra

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.


Parlez-vous...?


7 January, by Choubine[ —]
  • L’avenir du bilinguisme au Canada est, pour l’essentiel, une affaire de francophones. Si les trois quarts d’entre eux jugent cette langue menacée, à peine le tiers de leurs voisins anglos partagent cet avis, révèle un sondage commandé par Ottawa à la veille du 150e anniversaire du pays.
    (Philippe Orfali, dans Le Devoir du 5 janvier 2017.)

Cette langue? Le démonstratif devrait renvoyer à la langue dont il s'agit. On pouvait écrire :

L’avenir du bilinguisme au Canada est, pour l’essentiel, une affaire de francophones. Si les trois quarts d’entre eux jugent le français menacé, à peine le tiers de leurs voisins anglos partagent cet avis, révèle un sondage commandé par Ottawa à la veille du 150e anniversaire du pays.

Line Gingras
Québec

« Sondage sur le bilinguisme : deux solitudes, deux constats » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/488452/sondage-sur-le-bilinguisme-deux-solitudes-deux-constats

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.


Dans les couloirs...


December 2016, by Choubine[ —]
  • Dans les couloirs de l’école des Appalaches à Sainte-Justine, on entend parfois des enfants parler espagnol dans les corridors.
    (Isabelle Porter, dans Le Devoir du 29 décembre 2016.)

Dans les couloirs, on entend parler dans les corridors?

On pouvait écrire, par exemple :

Dans les couloirs de l’école des Appalaches, à Sainte-Justine, on entend parfois des enfants parler espagnol dans les corridors.

Dans les couloirs de À l’école des Appalaches, à Sainte-Justine, on entend parfois des enfants parler espagnol dans les corridors.

Noter que couloir et corridor sont synonymes au sens propre.

Line Gingras
Québec

« Trente heures de classe pour apprendre le Québec » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/488002/trente-heures-pour-apprendre-le-quebec

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.


Fusillade


December 2016, by Choubine[ —]
  • Une fusillade* inspirée de Polytechnique évitée
    (Titre d'un article de Philippe Orfali, dans Le Devoir du 8 décembre 2016.)

Le titre ci-dessus n'a rien d'étrange au premier abord; mais l'article nous apprend ensuite :

« Équipé d’un véritable arsenal de guerre, un jeune Torontois comptait rendre "hommage" à l’auteur de la tuerie de l’École polytechnique en ciblant les élèves d’une école secondaire de la ville, a annoncé mercredi la police.

Une machette, une hachette, deux épées, quatre couteaux et des flèches ont été récupérés au domicile d’un jeune homme de 17 ans [...] »

On peut sans doute commettre un massacre ou une tuerie avec de telles armes (surtout si l'on possède un arc), mais pour une fusillade, un fusil me paraît indispensable.

Line Gingras
Québec

* Le 9 décembre à 15 h 45, je vois que la faute a été corrigée : on a remplacé fusillade par attaque.

http://www.ledevoir.com/societe/justice/486593/toronto-une-fusillade-evitee-le-jour-de-l-anniversaire-de-poly

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.


Deux jours d'affilés


December 2016, by Choubine[ —]
  • Pour Mathieu Bertrand, c’en est trop. « Le gérant a eu le culot de me demander, Noël dernier, de fermer deux jours d’affilés. »
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 1er décembre 2016.)

L'expression d'affilée est une locution adverbiale; elle reste donc invariable :

Il a débité plusieurs histoires d'affilée. (Petit Robert.)

Il fallait écrire :

Pour Mathieu Bertrand, c’en est trop. « Le gérant a eu le culot de me demander, Noël dernier, de fermer deux jours d’affilée. »

Line Gingras
Québec

« Renaissance, la vertu et le commerce » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/485984/renaissance

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.


Dans les nuages


December 2016, by Choubine[ —]
  • « Depuis mon arrivée à Montréal en 2006, j’ai passé pas mal de temps à Montréal-Nord. L’OSM a donné un concert en plein air, on ne savait pas combien de temps allait venir et on a eu plus de 10 000 personnes dans la rue. »
    (Propos de Kent Nagano rapportés par Jessica Nadeau dans le site du Devoir, le 30 novembre 2016 à 14 h 12.)

La personne qui a transcrit les propos du chef de l'OSM devait être dans les nuages... De toute évidence, il faudrait lire :

« Depuis mon arrivée à Montréal en 2006, j’ai passé pas mal de temps à Montréal-Nord. L’OSM a donné un concert en plein air, on ne savait pas combien de gens allaient venir et on a eu plus de 10 000 personnes dans la rue. »

Line Gingras
Québec

« De la musique classique à la maternelle » : http://www.ledevoir.com/societe/education/485965/la-maternelle-en-musique

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.


Il a été conseillé du ministre


November 2016, by Choubine[ —]

Conseillé, conseiller; orthographe.

  • Il a aussi, dans les quelques années qui ont précédé son retour en politique québécoise en 2013, été conseillé du ministre saoudien responsable de la Santé [...]
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 29 novembre 2016.)

Être conseillé (ou conseillée) par le ministre et être conseiller (ou conseillère) du ministre, ce n'est pas exactement la même chose. Il fallait écrire :

Il a aussi, dans les quelques années qui ont précédé son retour en politique québécoise en 2013, été conseiller* du ministre saoudien responsable de la Santé [...]

Line Gingras
Québec

* Le 29 novembre à 13 h 40, je vois que la correction a été apportée.

« Couper les ponts » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/485832/arabie-saoudite-l-oif-et-couillard-couper-les-ponts

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.


Le choix de laisser choisir


November 2016, by Choubine[ —]
  • [...] compte tenu du choix fait par le gouvernement de donner aux parents l’entière liberté de choisir où ils feront garder leurs enfants.
    (Isabelle Paré, dans Le Devoir du 26 novembre 2016.)

[...] compte tenu de la décision prise par le gouvernement de donner aux parents l’entière liberté de choisir où ils feront garder leurs enfants.

Line Gingras
Québec

« La déconfiture d’une bonne idée » : http://www.ledevoir.com/societe/education/485674/la-deconfiture-d-une-bonne-idee

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.











mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER