HOME > RSS > BLOGS France > Eclectihk-log

R S S : Eclectihk-log


PageRank : 1 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



Le mondial de foot 2018 : la coupe est déjà pleine !

13 June, by HK[ —]

Coupe 2018Le mondial de foot 2018 : la coupe est déjà pleine ! Oui, c'est Henri-Jean Anglade qui nous le dit, donc c'est vrai !

Face à l’événement qui va déferler sur la planète, telle une vague qui emporte tous les suffrages sur son passage, certains esprits s’échauffent, d’autres cherchent à calmer le jeu tandis que d’aucuns essaient de garder la tête froide pour contenir leur agacement ou leur désarroi. 
De quoi s’agit-il ? Mais vous l’avez compris, ce qui agite le bocal médiatique pour le mois à venir, ce n’est pas la situation économique ou géopolitique du monde, non, c’est la Coupe du monde de football qui se déroulera en Russie du 14 juin au 15 juillet.

Le coup d’envoi dans quelques jours met en liesse la planète toute entière, moins quelques irréductibles qui se fichent comme d’une guigne de ce qui va se passer. Et j’en fais partie.
Une question se pose alors, comment échapper à ce tumulte, à ce bruit, à cette vague de fond qui déferle sur nos écrans et suscite des passions déraisonnées pour quelques petits arpents de gazon et un filet avec un buteur en cage ? 
Faut-il se boucher les oreilles, ne plus sortir, ne plus écouter la radio, ne plus lire les journaux, ne plus regarder la télé et remiser son mobile pour éviter tout contact pendant cette période ? 
Par quel mystère de transsubstantiation, onze personnes sur un terrain, dont les pieds sont l’instrument quasi divin de leur aura, deviennent-ils des dieux qui changent le pain et les jeux du cirque en or ?
L’idolâtrie dont ils sont l’objet n’est-elle pas outrancière ? A toutes ces questions que la majorité jugera saugrenues puisque le menu qu’on lui présente est un plat qu’elle goûte succulent, j’ai bien quelques réponses que je me garderai d’énumérer aujourd’hui, au risque d’être suspecté de misanthropie footbholistique. 

Quand le monde entier, et la France en particulier
, devient un salon où le plateau repas, bières, chips et pizzas, tient lieu de la fête, ma diète n’en est que plus marginale. 
Pour tous ceux qui ne partagent pas cet amour du ballon, qui fait que la Terre ne tourne pas très rond, voici quelques conseils pour supporter la tempête et l’affronter sereinement.

5 bonnes idées pour se prendre en main et leur laisser les pieds 
1. Faites une retraite : l’abbaye Notre-Dame de Fontgombault dans l’Indre est un lieu idéal pour la méditation. C’est un joyau de l’art roman où les Bénédictins vous accueilleront avec un vrai sens de l’hospitalité et de la spiritualité. Et une petite Bénédictine pourra aider au recueillement. Quel plaisir !

2. Découvrez la France profonde : il existe une France qui ne capte rien ou si mal que cela confine au désert numérique. Profitez-en pour aller à la découverte de ces merveilleuses régions où rien ne (se) passe, et surtout pas le mondial. Le gouvernement a recensé la liste des 237 communes situées en « zones blanches ». Quel repos !

3. Choisissez un pays non sélectionné : ce n’est pas la garantie d’échapper à l’overdose médiatique mais cela calme, un peu, les esprits. Pas d’enjeu national, juste des amateurs frustrés de ne pas pouvoir soutenir leur équipe. L’Italie, les Pays-Bas semblent être de bonnes destinations pour s’y promener loin du charivari. Quel soulagement !

4. Visitez les musées sans affluence : tandis que les regards seront tous portés sur les écrans, de toutes tailles, portez plutôt le vôtre, de regard, sur des œuvres d’art. Le Louvre rien que pour vous, Orsay en nocturne pour admirer Courbet ou les Impressionnistes. Quel bonheur !

5. Créez votre mouvement mee too, balance ton foot : marre de ces joueurs qui gagnent des millions et se comportent comme des roquets, ras le bol de cette dictature d’un sport sur les autres, de ce diktat d’une bien-pensance sociétale, de ce culte voué au veau d’or, réagissez et manifestez votre écœurement. Quel pied !
Henri-Jean Anglade


Le kit de survie, à Paris Vidéos du Succès

12 June, by HK[ —]

Et s'il vous fallait un "kit de survie" pour être "secure" et à l'aise dans Paris ? Voilà quelques conseils des Vidéos du Succès (inspirés d'un article paru dans le New York Times)

Sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=EqOL9i2_DKE

 


Le Washington Post : découvertes sur le cancer du sein détecté prématurément

4 June, by HK[ —]

New findings on early-stage breast cancer

Traduction du dernier § : Au Etats-Unis, tous les ans, 85 000 femmes dont on a diagnostiqué un cancer de sein du type habituel pourraient se dispenser de subir des séances de chimiothérapie

The majority of women with the most common type of early-stage breast cancer can safely skip chemotherapy after surgery, according to a highly anticipated new report.

The findings, from the largest breast cancer treatment trial ever conducted, showed that most patients who have an intermediate risk of a cancer recurrence — a group that numbers 65,000 women a year in the United States — can avoid chemotherapy and its often debilitating side effects.

The same decade-long study had previously confirmed that patients at low risk, as determined by a genomic test of their tumors, can skip chemotherapy.

The two groups taken together account for about 70 percent of women diagnosed with the most common type of breast cancer. That means more than 85,000 women a year can safely forgo chemotherapy.


Le New York Times : Bonne nouvelle pour le traitement du cancer du sein

4 June, by HK[ —]

Good News for Women With Breast Cancer: Many Don’t Need Chemo
Many women with early-stage forms of the disease can forego chemo, based on a test that measures the
activity of genes involved in breast cancer recurrence.

By DENISE GRADYJUNE 3, 2018

Many women with early-stage breast cancer who would receive chemotherapy under current standards do not actually need it, according to a major international study that is expected to quickly change medical treatment.

“We can spare thousands and thousands of women from getting toxic treatment that really wouldn’t benefit them,” said Dr. Ingrid A. Mayer, from Vanderbilt University Medical Center, an author of the study. “This is very powerful. It really changes the standard of care.”

The study found that gene tests on tumor samples were able to identify women who could safely skip chemotherapy and take only a drug that blocks the hormone estrogen or stops the body from making it. The hormone-blocking drug tamoxifen and related medicines, called endocrine therapy, have become an essential part of treatment for most women because they lower the risks of recurrence, new breast tumors and death from the disease.

“I think this is a very significant advance,” said Dr. Larry Norton, of Memorial Sloan Kettering Cancer Center in New York. He is not an author of the study, but his hospital participated. “I’ll be able to look people in the eye and say, ‘We analyzed your tumor, you have a really good prognosis and you actually don’t need chemotherapy.’ That’s a nice thing to be able to say to somebody.”

Good News on Early Breast Cancer: Herceptin Treatment Can Be Shortened MAY 16, 2018

Gene Tests Identify Breast Cancer Patients Who Can Skip Chemotherapy, Study Says AUG. 24, 2016
The findings apply to about 60,000 women a year in the United States, according to Dr. Joseph A. Sparano of Montefiore Medical Center in New York, the leader of the study.

Ms. Brooks, who is an avid barrel racer, on her horse Howle. “This was a situation where I could also contribute,” she said of her participation in the study. “I was honored and grateful to be part of it.” 
“The results indicate that now we can spare chemotherapy in about 70 percent of patients who would be potential candidates for it based on clinical features,” Dr. Sparano said.

But Dr. Sparano and Dr. Mayer added a note of caution: The data indicated that some women 50 and younger might benefit from chemo even if gene-test results suggested otherwise. It is not clear why. But those women require especially careful consultation, they said. (Most cases of breast cancer occur in older women: The median age at diagnosis in the United States is 62.)

The study, called TAILORx, is being published by The New England Journal of Medicine and was to be presented on Sunday at a meeting of the American Society of Clinical Oncology in Chicago. The study began in 2006 and was paid for by the United States and Canadian governments and philanthropic groups. Genomic Health, the company that makes the gene test, helped pay after 2016.

This year, about 260,000 new cases of breast cancer are expected in women in the United States, and 41,000 deaths. Globally, the most recent figures are from 2012, when there were 1.7 million new cases and more than half-a-million deaths.

Chemotherapy can save lives, but has serious risks that make it important to avoid treatment if it is not needed. In addition to the hair loss and nausea that patients dread, chemo can cause heart and nerve damage, leave patients vulnerable to infection and increase the risk of leukemia later in life. TAILORx is part of a wider effort to fine-tune treatments and spare patients from harsh side effects whenever possible.

Endocrine therapy also has side effects, which can include hot flashes and other symptoms of menopause, weight gain and pain in joints and muscles. Tamoxifen can increase the risk of cancer of the uterus.

Patients affected by the new findings include women who, like most in the study, have early-stage breast tumors measuring one to five centimeters that have not spread to lymph nodes; are sensitive to estrogen; test negative for a protein called HER2; and have a score of 11 to 25 on a widely used test that gauges the activity of a panel of genes involved in cancer recurrence.

The gene test, called Oncotype DX Breast Cancer Assay, is the focus of the study. Other gene assays exist, but this one is the most widely used in the United States. It is performed on tumor samples after surgery, to help determine whether chemo would help. The test is generally done for early-stage disease, not more advanced tumors that clearly need chemo because they have spread to lymph nodes or beyond.

The test, available since 2004, gives scores from 0 to 100. It costs about $3,000, and insurance usually covers it. Previous research has shown that scores 10 and under do not call for chemotherapy, and scores over 25 do.

But most women who are eligible for the test have scores from 11 to 25, which are considered intermediate.

“This has been one of the large unanswered questions in breast cancer management in recent times, what to do with patients with intermediate scores,” Dr. Norton said. “What to do has been totally unknown.” He added, “A lot of patients in that range are getting chemo.”

 

Dr. Sparano said many patients have been receiving chemo because in 2000 the National Cancer Institute recommended it for most women, even those whose disease had not spread to lymph nodes, based on studies showing it could prevent the cancer from recurring elsewhere in the body and becoming incurable.

“Recurrences were being prevented, and lives prolonged,” Dr. Sparano said. “But we were probably overtreating a lot of these women. For every 100 women we were treating, we were probably preventing about 4 distant recurrences.”

Dr. Mayer said, “We couldn’t figure out who we really needed to treat.”

The availability of the gene test in 2004 helped researchers sort out women with very high or very low risk.

“But we really didn’t know what to do with women in the middle,” Dr. Mayer said. “Some seemed to benefit and some didn’t. We were back to square zero, safe rather than sorry, giving chemo to a lot who didn’t need it.”

Data began to emerge suggesting that women in the middle were not being helped by chemo, and many doctors began recommending it less often. But a definitive study was needed, which is how TAILORx came about.

The study began in 2006 and eventually included 10,253 women ages 18 to 75. Of the 9,719 patients with complete follow-up information, 70 percent had scores of 11 to 25 on the gene test. They had surgery and radiation, and then were assigned at random to receive either endocrine therapy alone, or endocrine therapy plus chemo. The median follow-up was more than seven years.

Over time, the two groups fared equally well. Chemo had no advantage. After nine years, 93.9 percent were still alive in the endocrine-only group, versus 93.8 percent in those who also got chemo. In the endocrine group, 83.3 percent were free of invasive disease, compared with 84.3 percent who got both treatments. There were no significant differences.

But the researchers wrote that the chemotherapy benefit varied with the combination of recurrence score and age, “with some benefit of chemotherapy found in women 50 years of age or younger with a recurrence score of 16 to 25.”

Bari Brooks, 58, a patient of Dr. Mayer’s from White House, Tenn., learned from a mammogram that she had breast cancer in 2009 when she was 49. Dr. Mayer told her she was a candidate for chemo, and also for the study — in which she might or might not get chemo.

Could she handle the risk of missing out on a treatment that might save her life? Or the risk of side effects that might be needless?

“It wasn’t even a decision I had to think about,” said Ms. Brooks, who works in human relations for Vanderbilt University. “It was yes, I want to do it.” She added: “You realize how insignificant everything is. Money, it doesn’t matter how much you have. Work, what projects you have, it doesn’t matter. What have I contributed in my life and what do I want to contribute? This was a situation where I could also contribute. I was honored and grateful to be part of it.”

She decided that if she was assigned to chemo, “I would approach it that I was being cleansed rather than poisoned.”

She did land in the group that got both chemo and endocrine therapy. Did the chemo help? Maybe, maybe not. She has no regrets. And no evidence of cancer.

Dr. Mayer said that Ms. Brooks’ philosophical attitude was not unusual, and that women who signed up for studies understood they were taking a leap of faith and might wind up getting the ‘wrong’ or less desirable treatment.

“They’re grateful that they helped to advance knowledge for other women,” Dr. Mayer said. “I never underestimate how nice and how altruistic people can be. Women look out for each other.”


Avoir toujours sur soi un kit de survie

26 May, by HK[ —]

Le New York Times a interviewé ses lecteurs et leur a demandé les 10 objets - d'un prix inférieur à 25$ (c.a.d. 30€) - qui leur paraissaient indispensables d'avoir sur eux ou dans leur sac, quand ils se promènent en dehors de leur appartement. Vous allez voir, c'est assez étonnant :

1- Une carte de transport du métro. C'est l'équivalent d'un carnet de billets chez nous

2- Un éventail, surtout l'été où il peut faire des températures torrides. N'oublions pas que New York est à la latitude de Naples

3- Un ruban pour mesurer

4- Un paquet de Kleenex pour s'essuyer les mains ou le rimmel, rouge à lèvres ou autres maquillages qui coulent

5- Un petit sac en nylon qui peut servir à faire ses courses ou comme chapeau quand la pluie se déchaine

6- Un rouleau de fil dentaire qui outre sa fonction initiale peut en cas de besoin remplacer un lacet de chaussure défaillant ou même de fil à couper le beurre pour partager un gâteau

7- Un déodorant pour ses aisselles moites et aussi autre part. Les Américains sont sensibles aux odeurs de leurs voisins (de métro ou de bus)

8- Des boules Quies surtout dans le métro ou dans la rue quand rugissent les ambulances ou les voitures de Pompiers / Police

9- Un chargeur de Smartphone (vous savez ce qu'on endure quand la batterie du téléphone est à plat !)

10- Une bouteille d'eau, pour résister à la sécheresse des buildings avec air conditionné...

Et en France, quel serait le Kit de Survie ? Pour ma part, j'ai toujours un petit couteau dans ma poche, et une pierre de labradorite ou hématique pour me rendre heureux et renvoyer les mauvaises ondes.


Ouille, ou ouille, les frites de McDonald's !

23 May, by HK[ —]

Dans une vidéo, Michael Pollan nous explique comment sont faites les frites de McDo. A vous dégouter d'en manger ! Pour mieux comprendre la vidéo, activez les sous-titres !
Michael Pollan, né le 6 février 1955 à New York, est un auteur, journaliste, militant et professeur de journalisme américain à l'UC Berkeley Graduate School of Journalism de l'université de Californie. Wikipédia

 


Trouvez, enfin, le bonheur en 90 pages ! de Caroline Alexis

14 May, by HK[ —]

CaroTrouvez le bonheur aux Editions Kawa grâce au livre de Caroline Hope Alexis, et regardez cette charmante vidéo...

 

 


Vidéo du Succès : le sucre est un poison... et voilà pourquoi.

12 May, by HK[ —]

EvelyneUne vidéo du succès où le "professeur HK" interviewe Evelyne Aguilera, co-auteure du livre : N'acceptez plus n'importe quoi dans votre assiette, paru aux Editions Kawa

 

 

 

 

 

 


Trouvez enfin le bonheur (en 90 pages !)

4 May, by HK[ —]

C H A 2Je suis dans le TGV qui remonte sur Paris, et j’écris ce mot du « Directeur éditorial » pour le livre de Caroline Alexis. Livre paru aux Ed. Kawa.

Mon voisin de siège lit un livre et après un coup d’œil furtif, je capte le titre : il s’agit de Portrait d’un homme heureux, de Eric Orsenna (Est-ce encore une manifestation de la sérendipité ?). J’engage la conversation et mon voisin me dit qu’il s’agit de la biographie de l’architecte-jardinier-paysagiste André Le Nôtre qui a passé 35 ans de sa vie - et trouvé le bonheur - dans les jardins, aux côtés de Louis XIV pour créer les 1000 hectares du parc du Château de Versailles. 35 ans de bonheur complétés par d’autres années passées dans la nature à ériger les jardins de Vaux-le-Vicomte, Chantilly, etc. Il y a 3 siècles, la quête du bonheur existait donc déjà…
Et je me souviens alors d’une Vidéo du Succès que j’ai tournée, il y a 4 ans. Elle est très courte : 4mn24, Et son titre est, j’en conviens, assez présomptueux : La recette du bonheur. Si vous êtes pressés, allez la voir : https://youtu.be/J4OGOqcgneI

Mais je vous conseille plutôt de lire ce livre de Caroline, l’experte en bonheur.

Alors, peut-on acheter du bonheur ? Ma foi, il n’y a guère de boutiques qui vendent du bonheur ! On trouve néanmoins des librairies présentant des livres bourrés de soi-disant recettes et l’on n’a jamais assez de temps et de neurones pour lire ces pavés. Et voilà qu’un jour j’ai découvert dans ma boite-mails le manuscrit de Caroline Alexis. Dans ce manuscrit, elle promettait que nous pourrions trouver le bonheur en – seulement - 90 pages !
D’entrée de jeu, Caroline annonce la couleur, sans vanité et avec une bienveillance et une gentillesse qui transpirent à chaque ligne : Tout ce que tu vas lire ici, tu le sais déjà. Tout ce que tu auras l’impression de découvrir ici est inscrit dans tes cellules depuis le jour de ta naissance. Rien de ce que je vais te transmettre ne te semblera farfelu, car si tu as ce livre entre les mains, c’est que c’est le moment pour toi de te reconnecter avec qui tu es.
L’objectif est donc simple à formuler : nous sommes sur Terre pour être, uniquement juste être. Pour trouver puis développer notre être. Enfin, utilise ce livre pour nourrir ta spirale positive, autorise-le à te servir d’oracle.

Laisse-le à un endroit où il te sera accessible tout le temps. Une fois par jour, ou par semaine, de préférence le matin, ouvre-le au hasard. Lis ce que tu as sous les yeux. Ce sera le message qui te donnera C H Ala direction pour ce que tu vis à ce moment donné.
La conclusion qu’il faut retenir : Il faut parfois ÊTRE ou FAIRE pour AVOIR et ainsi de suite. C’est un cycle vertueux qui offre une dynamique menant à une vie plus heureuse. Le point critique est toujours celui de l’équilibre. 
Ainsi ce triptyque, te permettra d’adhérer au mouvement naturel de la vie, comme le rythme des saisons anime nos années.
Ne cherchez pas à tout prix de faire PLUS, d’avoir PLUS, d’être PLUS. Et n’oubliez pas vos rêves d’enfant. Pour vous aider, regardez aussi de temps en temps le graff ci-contre. Moi, je le regarde tous les matins en prenant mon café…, et il me donne du bonheur augmenté.


La sérendipité : tout vient à point à qui se laisse surprendre

4 May, by HK[ —]

Un article paru ici : http://alternego.com/culturenego/management/la-serendipite-tout-vient-a-point-a-qui-se-laisse-surprendre/

Un article de Marie Donzel qui met en avant l'innovation et la créativité. Pour en savoir plus, lisez mon livre, paru aux Editions Kawa.

Un article à lire pour tous ceux qui s'intéressent à la sérendipité...

La foire de Paris vient d’ouvrir ses portes. À côté des objets en tous genres et des saveurs d’ailleurs, un évènement phare : le fameux concours Lépine, qui présente chaque année des inventions toujours plus surprenantes.

Mais comment être aussi créatif que ces inventeurs ? La créativité, tant valorisée en entreprise, ne va pas de soi. Elle n’est pas non plus le fruit du hasard, mais elle procède souvent d’un concept au nom alambiqué : la sérendipité.

Nul besoin d’être savant pour être innovant ! Serendipité

De la sérendipité, on en fait toutes et tous, comme Monsieur Jourdain de la prose, sans le prévoir et sans s’en rendre compte. Car la sérendipité, c’est le simple fait de trouver autre chose que ce que l’on cherchait. Comme pour Christophe Colomb le continent américain, pour Stéphanie Tatin la recette du dessert éponyme, comme vous aussi, qui venez peut-être de tomber sur cet article en déambulant sur le web de liens en liens…

Un conte de fées …

Sous ses airs de notion absconse sortie des éprouvettes d’un labo de sciences sociales, le mot « sérendipité » remonte en fait au milieu du XVIIIe siècle. On le trouve la première fois sous la plume d’Horace Walpole, écrivain britannique à qui l’on doit aussi les premiers romans gothiques.

Pour qualifier une “découverte inattendue, faite par accident ou sagacité“, il fait appel à un conte persan de son enfance qui décrit les aventures du roi de Serendip (l’un des noms qu’a porté, au cours de son histoire, le Sri-Lanka). Ce roi envoie ses trois fils parcourir le monde pour parfaire leur éducation. De rencontres en découvertes, les garçons affûtent continuellement leur flair et leur compréhension du monde en se rendant disponibles pour le regarder être et se transformer, sans œillères ni préjugés.

Walpole acquiert une conviction : on ne découvre pas par intention, mais par attention. On n’invente pas par volonté, mais par disponibilité.
Merci les ami·es, merci la vie

Ce que Walpole nous dit aussi en creux, c’est qu’on n’est pas découvreur tout seul dans son coin. Car c’est dans une lettre à un cousin qu’il parle pour la première fois de sérendipité. Or, cette missive a un but précis : manifester de la gratitude. Car sans le savoir, c’est ce cousin qui a permis à Walpole de faire une “découverte inattendue” en science héraldique (chacun-e ses passions!) en lui offrant quelques temps auparavant le portrait d’une courtisane vénitienne dont la contemplation a provoqué en lui un déclic. Merci, merci, merci, mon ami·e, de m’avoir donné bien plus qu’un objet : une occasion inespérée de faire un usage non prévu de ce que tu m’as offert.

La notion de serendipité contient bien en elle celle de générosité et de réciprocité : ce que la vie (et les autres) offre(nt) d’occasions, c’est du don, à l’état pur.

 Le contre-sens de la gloire personnifiée

Pourtant, cette obligation de rendre grâce aux personnes et aux choses qui ont participé directement ou indirectement à une découverte ou une invention est tout sauf à l’œuvre quand on fabrique le récit de l’humanité en progrès, concentrant toute l’attention sur la figure statutaire et statufiée dont la trouvaille, la conquête ou l’avancée portera souvent le nom. Au travers d’une double mécanique de personnification et de mythification du process de création, on fait oublier et le caractère partiellement fortuit et la nature intrinsèquement collective de toute forme de réalisation humaine.

Ce paradoxe de l’incarnation de l’invention (quand on nie la part de l’aléa comme celle de la coopération) est au cœur des travaux du sociologue Robert King Merton, qui réactive plus de 150 ans après sa première énonciation, le terme de sérendipité. S’intéressant aux motifs de légitimation sociale de certains individus au détriment d’autres (que le présent puis l’histoire renvoie à des marges d’invisibilité), King Merton s’attache à déconstruire les mythes qui entourent la figuration des « grands hommes », en réintroduisant ce que la solennité du récit aura passé sous silence : les fortunes et infortunes, les lenteurs et accélérations, les soutiens et les occasions, le rôle de l’entourage et même l’intégration inconsciente de ce qui est dans « l’air du temps » comme de ce que le passé et/ou le lointain suscitent d’intuitions même quand on n’en a pas directement connaissance.

 « L’innovation accidentelle », un « anti-process » ?

Prenons un célèbre exemple : l’invention de la pénicilline. Bien qu’on la fasse débuter un jour de septembre 1928, l’histoire de l’antiobiotique trouve sa source dès l’Antiquité. Car déjà, les médecins de la Grèce ancienne s’intéressent au phénomène de moisissure et à la production de toxines actives qu’il entraîne. Les équipes de Pasteur ont démontré en 1850 que la fermentation est productrice d’organismes vivants et à leur suite, de nombreux·ses scientifiques ont engagé des travaux poussés d’observation sur des cultures diverses et variées.

Parmi ceux-ci, un certain Alexander Fleming, docteur au Saint-Mary’s Hospital de Londres. Désordonné et étourdi, le biologiste est parti en vacances en laissant ses boîtes de Petri ouvertes, tout comme la fenêtre de son labo. Résultat, quand il fait sa rentrée le 3 septembre, ses cultures de staphylocoques sont toutes colonisées par une nappe de moisissures verdâtres !  Au premier regard, il n’y a plus qu’à tout jeter … quel gâchis ! Sauf qu’avant de benner ses cultures polluées, Fleming note que le staphylocoque a été arrêté là où la moisissure s’est développée, ainsi que tout autour, formant un « cercle d’inhibition ». Et si c’était une substance produite par le champignon qui avait contré la progression de la bactérie ? Une intuition qu’avait d’ailleurs déjà eu avant lui un médecin français, Ernest Duchesne.

La pénicilline vient d’être inventée et c’est bien le fruit d’un contexte de fertilisation croisée à travers l’espace et le temps (les travaux des médecins antiques, ceux de Pasteur ou encore ceux de Duchesne), le résultat de l’acceptation d’une situation non contrôlée (une fenêtre ouverte oubliée, un bureau désordonné), mais aussi l’aboutissement d’une démarche de curiosité  (jeter un œil à ce qui a l’air fichu avant de s’en débarrasser) et d’une méthodologie d’induction (émettre l’hypothèse d’une substance responsable de l’effet observé, la passer au microscope, la tester dans d’autres circonstances pour vérifier son action).

Il faudra encore, pour que la pénicilline passe au stade d’innovation appliquée, que d’autres chercheuses et chercheurs, ceux de « ‘l’équipe d’Oxford » en particulier, purifient et stabilisent la pénicilline, ce qui permettra à l’industrie pharmaceutique de développer des médicaments.

Une méthodologie paradoxale : le “process accidentel”

L’innovation est bien d’origine « accidentelle » mais peut-on pour autant affirmer qu’elle ne suit aucun « process » ? Car au fond, le mythe selon lequel inventer serait une seule affaire de « chance qui vous tombe dessus » est à peu près aussi réducteur des complexités de l’innovation que de supposer qu’elle serait l’unique fait d’un travail acharné.

C’est donc un process supportant le lâcher-prise d’une part (comme une mise en cause des procédures verticales de validation) et d’autre part autorisant la différence de styles (oui, oui, être bordélique comme l’était Fleming peut être une grande qualité !), de regards, de cultures, de façons de penser (en considérant notamment la pertinence des associations d’idées) …

 La zadigacité, ou l’art de faire de l’inattendu une opportunité

A propos d’associations d’idées, celles et ceux qui ont lu Voltaire songent sans doute depuis quelques lignes à l’un de ses plus célèbres « contes philosophiques » : Zadig ou la destinée. Et c’est parfaitement pertinent puisque « zadigacité » est le nom que parfois l’on donne en français à la sérendipité (un terme considéré par les puristes comme un anglicisme). Et aussi car Zadig est librement inspiré de la légende de Serendip qui avait, à la même époque et de l’autre côté de la Manche, interpelé Walpole.

Le conte de Voltaire brosse le portrait d’un jeune voyageur en Orient qui a acquis « une sagacité qui lui découvre mille différences où les autres hommes ne voient rien que d’uniforme ». Réquisitoire contre l’injustice et les préjugés qui en font le lit, Zadig est un plaidoyer pour la considération de la différence, et si l’on ose l’anachronisme, pour ce que l’on appelle l’empathie. C’est aussi un éloge du « parcours atypique », celui qui se construit davantage de rencontres en rebondissements, par curiosités successives, que linéairement, par conformation aux stratégies préétablies.

Mais Zadig n’est pas candide ! Il n’a pas la naïveté d’attendre que les choses se fassent pour lui et sans lui. Car tout en étant disposé à faire avec ce qui se présente sans qu’il l’ait prévu, il est pleinement acteur de la transformation de l’occasion en opportunité. C’est même tout un art chez lui, qui maîtrise le renversement de perspectives (voyant de bonnes raisons de réagir dans les situations qui laissent d’autres dans l’affliction) autant qu’il fait preuve d’ingéniosité pour se tirer d’un mauvais pas et tirer le meilleur parti des circonstances favorables. C’est un grand agile, en somme !

Peut-on devenir « sérendipiteux » tendance « zadigace » ?

On se verrait bien, comme les princes de Serendip, comme Zadig, comme les découvreurs des Amériques ou de la pénicilline et les inventeurs du Post-it (du micro-ondes, de la bande Velcro, du Viagra…), devenir d’excellent-es « sérendipiteux-ses » capables de formidables innovations. Mais peut-on causer ce qui est par nature casuel ? Peut-on fabriquer de l’accident heureux, quand il semble aussi de notre responsabilité de faire le maximum pour empêcher les accidents tragiques ? Est-il vrai d’ailleurs, comme le dit la formule proverbiale, que « les occasions se provoquent » ?

Au fond, la question n’est pas tant de savoir si nous avons la possibilité de créer les « bons » accidents que d’instruire notre regard et nos réactions quand ils se produisent. Savons-nous repérer qu’ils ont peut-être du bon ? Sommes-nous capables de regarder ce qui ne répond pas comme nous le voudrions autrement que comme des résistances ? Savons-nous interpréter l’apparent échec non pas une défaite et moins encore un fiasco que comme une opportunité d’apprendre ? Ose-t-on suffisamment, face à ce qui nous parait anomique (voire « aberrant » comme le disait King Merton), expérimenter de toutes autres façons de voir pour entrevoir que c’est peut-être bien la clé de nos énigmes fondamentales ?

Une vraie disponibilité d’esprit, faite de curiosité sincère, de capacité à accueillir le ressenti et le pressenti et à multiplier les inspirations, est bien la première condition de la sérendipité. Ce n’est pas la seule cependant, car « l’autre regard » ne devient innovation que par induction, c’est à dire en faisant appel à la logique d’un raisonnement à la fois méticuleux et ouvert, poursuivant avec rigueur une méthodologie tout en étant capable de mettre en cause cette même méthodologie.

Autrement dit, la sérendipité, c’est le mariage heureux de l’intuition (et avec elle des émotions, de la fantaisie, des singularités) et de la raison (et avec elle la méthode, la conceptualisation, l’argumentation) … Alors peut-être est-ce aussi le début d’une noble définition de l’esprit critique.

Marie Donzel


0 | 10










mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER