HOME > RSS > BLOGS France > Eclectihk-log

R S S : Eclectihk-log


PageRank : 2 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



Carnet de campagne : Macron en tête, vous avez vu leurs têtes !

24 April, by HK[ —]

MacronMacron en tête : vous avez vu leurs têtes ! L'analyse intelligente de ce 1er tour des présidentielles par Henri-Jean Anglade

Ce n’est plus en marche mais au pas de course que Macron avance à grandes enjambées vers l’Elysée tant le séisme annoncé bouscule l’ordre habituel des présidentielles. Les deux partis qui se partageaient le pouvoir depuis un demi-siècle sont hors course et les deux finalistes sont hors du système des primaires, qualifiés par l’onction populaire, disqualifiant les schémas classiques de la Vème République.

Pour autant, la recomposition politique est-elle vraiment en marche ou bien la décomposition est-elle à l’œuvre avec la France à reculons que nous annonce l’égérie du FN, désormais installée en figure de proue d’un pays en plein désarroi social et économique ? Réponse dans deux semaines, avec le solide espoir que le sentiment d’aller de l’avant l’emporte sur le ressentiment d’une marche arrière, que la confiance dans l’avenir gagne sur la nostalgie frileuse.

Petit glossaire des têtes de nœud, têtes en l’air ou têtes de lard de cette campagne qui n’a pas manqué de faire perdre la tête à certains électeurs.

La tête dans le sac : le notaire Sarthois est comptable de son échec, de la mauvaise gestion de ses affaires et il en paie l’addition par soustraction des électeurs de la droite, ce qui se traduit par un bilan de faillite pour les Républicains. Adieu la Présidence, le voici assigné à résidence après sa mise en examen. Et dire qu’on lui avait prédit une élection imperdable, de quoi se taper la tête contre les murs.

Cul par-dessus tête : Avec près de 24%, Emmanuel Macron coiffe au poteau Marine Le Pen et renvoie dans sa chaumière gentleman-Fillon. Un gros coup de poing dans le paysage politique français et la mise à la retraite de quelques ténors qui auront du mal à retrouver leurs voix.

Tête à claques : Selon son camp, le terme peut s’appliquer à nombre de candidats qui ont occupé l’espace jusqu’à ce premier tour et l’une d’entre eux, en particulier, qu’il va falloir encore voir et entendre, sauf à prendre deux semaine de vacances jusqu’au second tour, loin de ce tohu-bohu.

Tête d’enterrement : (de première classe) pour les partisans de Fillon, ralliés de la première heure ou du bout des lèvres par opportunisme avarié, ils essayaient à l’écran de faire bonne figure mais ruminaient déjà leur vengeance par législatives interposés.

La tête dans le cul : Cimetière des éléphants, le clan Hamon digère (mal) sa défaite. Cruauté des chiffres, à peine plus de 6%, à défaut d’une campagne fédératrice, les électeurs socialistes ont eu du mal à se mobiliser pour le candidat officiel et ont préféré partir en safari voir le vieux lion Mélenchon ou le jeune tigre Macron. Concession à perpétuité, ils ont fermé le ban et jeté les dernières roses sur le catafalque.

A tue-tête : les militants frontistes ont entonné l’air de la victoire après le résultat de leur tête de liste. Il est vrai que plus de 7,5 millions d’électeurs en faveur de Marine c’est son meilleur score mais elle arrive en deuxième place et aura du mal à briser le fameux plafond de verre. Envers et contre tous, il y croient, laissons-leur ce rêve, qui pour les autres serait un cauchemar.

Des poux dans la tête : Mélenchon se voyait en troisième homme capable de faire le coup de tête et de parvenir au soir du premier tour en deuxième position. Las, il est relégué au quatrième rang malgré un très beau score à plus de 19%. Résultat, il boude et fait la tête. Pas de consigne de vote, entre Beaujolais Macron et Pastis Marine c’est open bar. La bouteille n’est pas consignée, après élection, on la rejette à la mer. Pas beau joueur, Mélenchon tête de lard.

A tête reposée : 3 petits tours de piste et puis s’en vont, jusqu’à la prochaine... Après le premier tour, les petits candidats peuvent aller ranger leurs habits présidentiels dans la garde-robe des promesses sans lendemain. Le premier d’entre eux a bien rempli Lassalle avec 1,2%, le deuxième a prouvé qu’il avait de la répartie, tout Poutou et ses 1,1%, le troisième, inconnu du bataillon, a sorti son carré d’as, Asselineau joue à 0,9%, la quatrième n’a pas su faire oublier Arlette, mais reviendra tantôt, c’est Arthaud et ses 0,7%, quant au bon dernier, il cheminait pour la troisième fois, et ce sera peut-être la dernière, Cheminade et ses 0,2%. Cela fait près de 4% de Français qui ont mûrement voté pour ces candidats. A priori, pas la tête dans les nuages.

Tête de mule : il n’en a fait qu’à sa tête et n’a pas voulu se retirer malgré les appels d’une droite aux abois. Dupont-Aignan n’a eu cure des menaces et des boycotts, il est allé jusqu’au bout et il a failli obtenir les 5%, seuil nécessaire au remboursement de sa campagne. Avec 4,7% il frôle ce chiffre et devra rembourser ses emprunts. Mais le petit Nicolas a fait du chemin et il sait que sa France debout s’oppose à celle qui marche, ce qui devrait les faire se croiser entre Chartres et Lourdes. Prochain miracle, peut-être en 2022 !

Tête de gland : chaque fois qu’il apparaît, on ne peut s’empêcher de penser qu’il est le roquet à sa mémère, mordillant le micro de son interlocuteur, cherchant un os à ronger, levant la patte pour marquer son territoire... Florian Philippot veut en découdre avec les médias pour se prouver sa force et faire le beau devant Marine. A 36 ans, il est le cadet de Macron, ce qui n’en fait pas pour autant un challenger. C’est même le cadet des soucis du prétendant à l’Elysée.

Tête de pioche : mauvaise pioche, les électeurs cachés de Fillon ont fait leur mauvaise tête et sont restés chez eux ou partis chez un autre candidat. Quant à ceux qui ont voté pour lui, vu leur déception, au second tour, ils ont le choix entre l’option Macron ou prendre une revanche au bar de la Marine à moins qu’ils préfèrent aller ramasser le muguet.

Tête de gondole : à seulement 39 ans, il dame le pion à toute la classe politique et prend une longueur d’avance sur ses concurrents. La bulle médiatique a pris de la bouteille, le vin quoique jeune s’est bonifié, celui que l’on prenait pour un ectoplasme a pris de la consistance.

Bille en tête : plus jeune que Louis-Napoléon Bonaparte sous la IIème République (40 ans en 1848), plus jeune que Valéry Giscard d’Estaing en 1974 (48 ans), Macron coupe l’herbe sous le pied de ses détracteurs. Rendez-vous sur les pelouses de l’Elysée pour une séance dédicace au prochain 14 juillet.

Tête d’œuf : Emmanuel ne peut pas plaire à tout le monde. Certains trouvent ses discours trop cérébraux, trop filandreux. Ou pas assez clairs, pas assez nets. Trop glamour pour les uns, pas assez sérieux pour les autres. C’est le problème des premiers de la classe, ils souffrent du syndrome de l’intelligence en marche. Trop vite, trop haut, trop beau. Mais comment faire une révolution, fut-elle douce, sans casser des œufs ?

Tête de veau : Chirac appréciait dit-on ce plat, mais il n’a pas su en refiler la recette politique à son fils préféré, Juppé, qui s’est perdu dans les cuisines Républicaines et n’a pas voulu assaisonner à sa salade la patate chaude des rillettes Fillon. Résultat, chambre froide pour les ex-Premiers ministres qui font grise mine à la sauce gribiche.

Tête de turc : pour les Républicains, Fillon était victime de l’acharnement des médias, qui ont causé sa perte, à les entendre, comme si le même n’avait pas scié la branche sur laquelle il s’était assis en fragile déséquilibre de mensonge. Comme quoi, vérité en deçà du Bosphore, avec Erdogan, élu par approximation, peut être erreur au-delà des Alpes (Mancelles) avec Fillon battu par KO Macronien.

Tête à queue : pauvre Hamon, distancé dans les sondages depuis des semaines, il a terminé en cinquième position, pire, en bon dernier des principaux candidats, à peine mieux que Dupont-Aignan. C’est dire la déculottée avec 6,3% des voix, un score à faire se retourner Mitterrand dans sa tombe. Une véritable avanie. Et comme chantait Boby Lapointe, « Avanie et Framboise sont les mamelles du destin ». Or, que disait Fabius en son temps de Hollande ? « A-t-on jamais caché un éléphant derrière une fraise des bois ? ». Décidément, on n’est jamais mieux desservi que par les siens !

Moralité : cette élection a mis cul par-dessus tête les habituels raisonnements et ouvre de nouveaux horizons. Horizon Macron of course !

Henri-Jean Anglade


Carnet de campagne : Evita Mélenchon, don’t cry for me Argentina

19 April, by HK[ —]

MélanchonEvita Mélenchon : don’t cry for me Argentina Le point de vue d'Henri-Jean Anglade

Au fur et à mesure que se profile le premier tour des Présidentielles, le profil des finalistes semble se dessiner avec un certain flou quant à l’ordre d’arrivée du quartet. Qui de Macron, Le Pen, Fillon et Mélenchon tiendra la corde ou y sera renvoyé ?

Il est une chose qui titille les médias, et suscite l’attention des électeurs, voire leur soudaine adhésion, c’est la montée du candidat de la France insoumise. Celui-ci est devenu en quelques semaines le Joker surprise d’une campagne qui n’en finit pas de rebattre les cartes.

Le représentant de la gauche Castro-Bolivarienne fait un sprint final étonnant, réussissant à réunir des foules considérables, sur le Vieux-Port ou par hologramme interposé. Ce succès est non seulement dû à son talent de tribun, qu’il avait déjà démontré lors de la campagne de 2012, mais amplifié par l’effondrement du malheureux candidat socialiste et par l’écho suscité chez certains, et ils sont nombreux, de son tropisme sud-américain. Cette façon de mêler bons sentiments d’un pacifisme imaginaire, utopie révolutionnaire, économie solidaire, vieux fonds communiste revisité à la sauce salsa, donne un cocktail exotique plaisant quoique ...parfaitement inadéquat à la situation française !

Qui peut croire que notre pays (qui aime les révolutions) a les moyens d’une telle politique où la générosité est affichée en bandoulière pour ne pas dire en bandonéon sans regarder la réalité en face : la France n’est pas une île des Caraïbes et les pesos ne tomberont pas du cocotier, simplement en pressurisant Tonton Cristobal et les ricos du CAC 40. C’est sympathique de le penser, on peut en faire une fable à la Garcia-Marquez mais dans les faits, l’échec est assuré en moins de temps qu’il n’en faut pour que le quinquennat tourne à la farce Maduro-Mélenchonienne.

Car notre ex sénateur de l’Essonne, peu avare en héros de la cause des peuples, désormais convaincu des bienfaits du Chavisme, se prend à rêver d’un monde meilleur qu’il regarde dans le rétroviseur de ses idéaux de jeunesse. Sauf que cela a donné le pire, c’est-à-dire des guerres civiles, des crises économiques, parfois la famine et conduit à la ruine des populations le plus souvent démunies. Chapeau l’artiste ou plutôt sombrero l’autiste.

Du modèle Cubain, dans l’impasse depuis des décennies, au contre-exemple Vénézuélien, synonyme de gaspillage de la rente pétrolière et de gabegie associée à la corruption, en passant par l’échec Argentin, hélas récurrent, pour ne citer que ces trois pays si chers au cœur de notre Commandante, le programme affiché par les tenants de la France insoumise nous conduit droit dans le mur ou dans l’impasse.

Certes, avec du panache et de la gueule, mais surtout avec une grosse gueule de bois à l’arrivée quand les Français croyant avoir décroché la timbale se rendraient compte que la France a surtout fatalement décroché. Mais ça, sur le perron de l’Elysée, s’il devait accéder à la plus haute marche, Jean-Luc Mélenchon n’en a cure. La foule massée sous le balcon de la Casa Rosada suffit à son bonheur.

A tendre le miroir aux alouettes aux électeurs, faut-il s’étonner qu’une fois (le rêve) brisé, il entraîne sept ans de malheur ? Moralité, Camarade, si tu veux t’offrir un dernier verre avant la déroute finale, vote Jean-Luc, et bois le suc de ses paroles comme le miel de la providence étatique dans une catharsis extatique. Sinon, évite Mélenchon pour ne pas pleurer sur ton sort dans quelques années.

Et pour conclure, une citation de Hugo, pas l’auteur fétiche du professeur Mélenchon, Chavez, mais bien le grand Victor qui de ses « Voix intérieures » nous prévient : « L’avenir, fantôme aux mains vides, qui promet tout et qui n’a rien ! ».

A bon électeur, rendez-vous dimanche.

HJA

* Pour mieux apprécier le programme, qui par certains côtés est séduisant, par d’autres très contestable, irréaliste ou suicidaire c’est selon l’angle de vue, le mieux est de s’en faire une petite idée. Et ça tombe bien, car il est très détaillé :


Carnet de Campagne : Abstenez-vous de vous abstenir !

17 April, by HK[ —]

AbstentionNon à l'abstention, un post de mon ami Henri-Jean Anglade :

Abstenez-vous de vous abstenir !

Alors que, d’après les sondages, les abstentionnistes formeraient le premier parti de France avec plus de 30% d’électeurs en déshérence, pris entre doute et dépit, le cœur n’y est plus et le corps (électoral) ne semble plus suivre la tête. Sachant que cela représente environ 5 millions d’électeurs en voie de dispersion champêtre, la dissipation politique masque mal le trouble citoyen qu’elle entraîne.

Ne pas voter n’offre aucune virginité politique. A priori et après lecture des médias, l’électeur moyen (à distinguer de l’encarté, du militant de base et du sympathisant déterminé) ne sait plus à quel saint se vouer, faute de ne plus croire aux miracles et d’avoir été abusé de promesses à l’eau de rose. Ces électeurs, en faisant profession de foi de ne plus en avoir auprès d’aucun candidat, prennent un risque et le font prendre aussi à la nation tout entière. Celui de se retrouver avec un résultat joué à la roulette russe. Et l’on sait que du côté de Moscou, ce jeu n’est pas un signe de bonne santé et procure une ivresse passagère avec lendemain qui déchante. « Après moi le déluge » pourrait être le slogan de ces électeurs qui s’apprêtent à oublier leur devoir citoyen.

Les revenus du front et les planqués de l’arrière. Parmi eux on peut classifier quelques profils d’absteneurs :

. Les jeunes (terme générique aussi facile à employer qu’impropre à la consommation) démobilisés par une campagne sans queue ni tête, où les enjeux de demain sont masqués derrière les embrouilles d’aujourd’hui.

. Les chômeurs (un bon bataillon qui a de nombreuses raisons de se sentir floué par l’homo politicus de tous bords) déçus par les programmes qui continuent de les laisser sur le bord de la route.

. Les Juppéistes en mal de suppléant à la hauteur de leur grand-homme- qui-a-raté-la-dernière-marche et qui ne voient en Macron qu’un jeune impudent et en Fillon un vieil imprudent d’avoir vendu la peau de l’ours avant d’avoir enfilé le costume de Président.

. Les Sarkozystes en rage que leur cher Nicolas ait été mis sur le ban de touche et qui observent la noyade du candidat de remplacement dans une suite d’affaires dont il est seul responsable.

. Les socialistes consternés par les querelles internes, les abandons réciproques, les intermittences factuelles, les factions rivales et les retournements de vestes.

. Les indécis de nature, par tempérament, température et météo variable qui se sentent encouragés à prendre la poudre d’escampette.

. Les pêcheurs à la ligne, canal historique, canal du Midi, mal canalisés par les différents courants et qui par l’étang qui courent choisissent de laisser tout aller à vau l’eau.

. Les vieux (à l’autre bout de l’échiquier) revenus de tout, du Gaullisme triomphant, du Pompidolisme gratifiant, du Giscardisme évanescent, du Mitterrandisme glorifiant, du Chiraquisme bon enfant, du Sarkozysme ébouriffant et du Hollandisme émollient...

A tous ceux-là, et aux autres qui se tâtent sans hâte, il est bon de rappeler qu’avec un rapport consenti tous les cinq ans, l’élection présidentielle est une façon de glisser dans l’urne plus qu’un bulletin, d’y placer une voix essentielle au devenir de notre famille commune, de notre pays. La chasteté électorale n’est en aucune façon un parangon de vertu. Ce n’est pas plus un vœu de probité républicaine mais un abandon nuptial qui fait le lit des partisans de l’outrance et des guetteurs de l’ombre.

L’abstention passive est un poison. Entre Magic Macron, Fatidic Fillon, Héroic Hamon, Mystic Mélenchon, Maléfic Marine, Démagogic Dupont, Pic-nic Poutou, Liturgic Lassalle, Antalgic Arthaud, Atpypic Asselineau, Cosmic Cheminade... Quelle que soit votre humeur, votre envie, votre déception, votre hésitation, vous avez un choix. Ce n’est pas un surhomme, ce n’est pas wonder woman, c’est un candidat, une candidate. Ne laissez pas passer cette opportunité de prendre la parole en acte. Quitte à déposer un bulletin blanc pour manifester votre rejet. C’est votre opinion.

Une chose est sûre : l’abstinence citoyenne est dangereuse pour la santé de la démocratie.

Henri-Jean Anglade


LES SYNDROMES DE FATIGUE CHRONIQUE

16 April, by HK[ —]


SYNDROME DE FATIGUE CHRONIQUE
:« On ne joue pas impunément avec ses dents »

Le professeur Francis Hartmann a donné samedi une conférence-formation à l’intention des professionnels de santé sur «le syndrome de fatigue chronique» provoqué par le serrement des dents. Le neurophysiologiste aimerait ne pas en rester là et former de nombreux médecins sur l’île de la Réunion.

Hartmann

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mosanto promoteur de cancer ?

11 April, by HK[ —]

Dernière minute : des documents tout juste révélés au grand jour prouvent que Monsanto est au courant depuis près de 20 ans que l’ingrédient principal du Roundup est cancérogène.

Complots, mensonges et manipulations. Monsanto met nos vies en danger en toute impunité. Il est grand temps que cela cesse.

Exigez que les états membres de l’Union européenne interdise le glyphosate sans plus attendre.

 

En mars dernier, un juge a ordonné à Monsanto de déclassifier 250 pages de documents internes. Ces documents révèlent les pratiques quasi-criminelles de Monsanto : la multinationale du toxique sait depuis 17 ans que le glyphosate -- l’ingrédient principal du pesticide Roundup -- peut causer le cancer.

Monsanto avait alors lancé une vaste opération interne visant à étouffer ces révélations terrifiantes afin que le grand public ne soit jamais informé des dangers liés au pesticide le plus vendu au monde.

Les documents déclassifiés -- surnommés « Monsanto papers » -- ont été rendus publics dans le cadre d’une action collective portée devant une cour fédérale de Californie par plusieurs centaines de travailleurs agricoles touchés par un cancer du sang. Ils prouvent que le géant de l’agrochimie manipule les recherches, complote avec les agences d’expertises et remet des comptes rendus fallacieux aux agences gouvernementales, le tout dans le but de réfuter le fait que le glyphosate est un agent cancérogène.

Monsanto démontre encore une fois qu’en plus de ne pas être digne de confiance, le géant du toxique est un véritable danger pour la santé publique. Alors que Monsanto est sur le point de fusionner avec Bayer, nous avons une occasion unique de le stopper dans sa course.

Maintenant que la vérité a éclaté, il n’y a plus une minute à perdre.

Exigez que les états membres de l’Union européenne interdisent le glyphosate sans plus attendre.

Voici ce qui s’est passé : en 1999, Monsanto a fait appel à un chercheur et lui a demandé d’étudier le glyphosate afin de prouver qu’il ne posait aucun risque de cancer. Cependant, ce scientifique a découvert tout le contraire :le glyphosate est potentiellement cancérogène.

Au lieu de faire le choix éthique et responsable de cesser d’utiliser le glyphosate dans ses produits, Monsanto a enterré cette étude et a entamé une campagne de communication visant à « prouver » que le glyphosate ne causait pas le cancer.

Les communications internes à l’entreprise déclassifiées par la justice étasunienne montrent que Monsanto a comploté avec un officiel de l’agence américaine de protection de l'environnement (EPA) dans le but de stopper les recherches gouvernementales sur les effets du glyphosate. Ce même officiel de l’EPA avait également alerté Monsanto de la publication d’un rapport à charge contre le glyphosate par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), donnant ainsi à Monsanto le temps de monter une stratégie de défense et de relations publiques.

Le géant de l’agrochimie a payé pour avoir ses propres recherches qui défendent l’utilisation du glyphosate et a ensuite embauché des scientifiques dont la mission était de publier des articles basés sur ces mêmes recherches favorables au glyphosate dans les plus grandes revues scientifiques. Ces articles étaient ensuite utilisés par l’EPA et l’Autorité européenne de sécurité des aliments afin de déterminer que le glyphosate était un produit sûr, utilisable sur les cultures vivrières.

Trop, c’est trop.

Monsanto a mis nos vies en danger en connaissance de cause pendant près de 20 ans, il est temps que ce carnage cesse. Demandez aux états membres de l’Union européenne d'interdire le glyphosate sans plus attendre.

Aujourd’hui, bien que le CIRC ait classé le glyphosate comme cancérogène probable, Monsanto continue de nier les dangers liés au Roundup.

Monsanto doit être tenu responsable des ravages causés à l’environnement et aux utilisateurs de ses produits.

SumOfUs continue de se battre afin de faire barrage à Monsanto et à sa tentative de fusion avec Bayer. Cette fusion serait un désastre pour notre planète et pour toute l’humanité, créant la plus grande multinationale agrochimique du monde avec un modèle d’affaires centré sur les pesticides tueurs d’abeilles et les composés chimiques cancérogènes.

Nous devons continuer de mettre la pression sur les décideurs et sur les agences de régulations en Europe et aux États-Unis afin de mettre fin à ces pratiques criminelles. Nous faisons campagne aux côtés d’agriculteurs et de consommateurs afin de révéler au grand jour les dangers présentés par Monsanto, Bayer et compagnie.

Ensemble, nous pouvons faire barrage à Monsanto.

Exigez que les états membres de l’Union européenne interdisent le glyphosate sans plus attendre.

Merci pour tout ce que vous faites,
Fatah, Nabil et toute l'équipe de SumOfUs


Carnet présidentiel (13) : Donald Fillon, il a Trumpé son monde

11 April, by HK[ —]

Fillon-2-mondes-2Donald Fillon : il a Trumpé son monde nous dit Henri-Jean Anglade

Il a déjoué les pronostics lors de la Primaire de la Droite, en novembre dernier, et il est arrivé bon premier avec 66,5% des voix, largement devant son malheureux rival Alain Juppé, non sans avoir écarté définitivement son prétentieux mentor Nicolas Sarkozy. François Fillon a laminé la concurrence et trompé tous ceux qui le voyaient troisième. C’était il y a quatre mois et depuis le rideau s’est levé sur une pièce en trois actes qui pourrait s’intituler « Les plaideurs » revisitée avec un sous-titre, « le menteur et les dupes ».

Les plaideurs, le menteur et les dupes

Les plaideurs du plan B, une fois les premières affaires révélées ont cherché une issue à la farce qui se jouait. Rien n’y fit malgré les revirements et les chavirements, les arguments des uns, les arguties des autres. Foi et mauvaise foi cohabitant dans un même corps, le candidat François et sa candide épouse Pénélope ont gagné en apparence la première partie. Mais à quel prix ?

Le menteur s’enfonçant un peu plus chaque jour dans le reniement de sa parole, il passa aussitôt au déni et au dénigrement de tout ce qui s’opposait à lui. Affichant sa bravouritude et la portant en étendard, avec ses rodomontades relayées par ses affidés, il fit mine d’entrer en résistance alors qu’il avait trahi ses idées, ses idéaux et ses deux héros, de Gaulle et Séguin. Mi-chèvre, mi-chou, il apparut pour ce qu’il était, le général d’une armée morte. Mais pour qui ?

Les dupes ressemblent au marié la veille de sa nuit de noces, qui apprend que sa fiancée a déjà écorné le contrat et que la promise a consommé de nombreux prétendants tout en acceptant leurs cadeaux sur sa liste de mariage. Face à cet aveu tardif, amené par une lettre anonyme à l’appui de photos compromettantes, les dupes se rangent en trois catégories :

les dudupes, les dupitatifs et les résidupes.

Les premiers sont choqués, ne comprennent pas bien ce qui leur est arrivé et crient à la trahison tout en étant prêts à la soumission par devoir ; les deuxièmes ont peine à y croire, doutent de la véracité des faits ou la minimisent et veulent leur part du gâteau, les troisièmes sont entre résignation et résilience, prêts à pardonner au nom des apparences et de la sainte famille. Dans tous les cas, ces dupes-là sont tope-là pour passer outre la condamnation et approuver l’union au nom du sens commun et des valeurs. C’est l’adultère par consentement mutuel. Mais pourquoi ?

Demandez le programme ! C’est ce que les ouvreuses annoncent à l’entracte maintenant que le rideau est tombé sur les évidences et qu’une partie des spectateurs a quitté la salle. Le changement de décor effectué, les acteurs reprennent leur tirade mais le héros semble bien fatigué.

Prenant le mal à la Racine, notre Dandin confesse : « La vérité me presse, le crime est avéré : lui-même le confesse, mais s’il est condamné, l’embarras est égal ». Molière se redresse et regarde sa tablette. Un tweet vient d’attirer son attention. Donald fait son Mickey en 140 signes : « Dear François. You have all my friendship. You are so smart, so elegant and you love money. Like you I hate judges. So long and good duck*! ».

Retirant son masque, François Félon apparaît alors pour ce qu’il est : un pitoyable comédien récitant sa tirade dans le seul but de paraître un autre. Avant que les électeurs se lèvent et lui soufflent l’épilogue: par ici la sortie, c’est fini !

Henri-Jean Anglade

*Sachant que Donald tweet plus vite que son ombre, il fallait sans doute lire « luck » à moins que
ce soit f...k


Les additifs dans les Yaourts

9 April, by HK[ —]

CanardArticle du Canard enchainé : Les additifs dans les yaourts Danone Taillefine. Cet article vient en renfort, si je puis dire, au livre de Evelyne Aguilera et Nadia Terki qui vient de paraitre aux Editions Kawa.

 

Assiette


Carnet de campagne (12) : Débat présidentiel : match à 11

5 April, by HK[ —]

FootDébat présidentiel : match à 11, pauvre sur le terrain des idées. 1ème Carnet de campagne de Henri-Jean Anglade

Si la démocratie se mesure au nombre de candidats en lice pour la magistrature suprême, alors notre pays est le champion du monde. Ils étaient 11* hier soir autour de la table, de quoi faire une équipe de France. Une équipe disparate, mi amateurs, mi professionnels, composée d’un avant-centre qui concentrait beaucoup de tirs, d’un milieu droit pas très offensif, d’un défenseur gauche assez pugnace, d’un ailier gauche lui-même sur la touche, d’une ailier droite limite hors-jeu, et d’attaquants d’horizons divers cherchant à marquer des buts sans très bien savoir où était la balle.

Sur la pelouse télévisuelle, ce dispositif tactique a très vite montré ses limites, même si certains candidats sont un peu plus montés au créneau que d’autres. Le candidat Poutou a mouillé son T-Shirt, dribblant sur sa gauche pour mettre le candidat Fillon dans ses buts. Le candidat Mélenchon a joué de son éloquence en rusé renard des surfaces, la candidate Marine Le penalty s’est prise un peu les pieds dans ses contradictions face au candidat Dupont-Aignan qui a assuré quelques tirs, le candidat Macron au centre de toutes les attentions a cherché à s’affirmer en défenseur libéro tout en se faisant parfois tacler, le candidat Hamon n’a pu faire de passe décisive, les autres sont restés en deuxième division, catégorie Petit poucet, au mieux cherchant la reprise de volée comme le candidat Lasalle et ses envolées lyriques.

Au final, selon l’angle de tir, le match a été plutôt décevant et aucun champion ne s’est révélé sur le terrain. Le stade BFMTV n’a fait vibrer que des supporters déjà convaincus. Pour les autres, la compétition n’était vraiment pas à hauteur de la ligue nationale. Et le débat n’y a pas gagné une grande clarté. Aux électeurs d’en tirer les conséquences et d’arbitrer le match final ou de botter en touche.

Henri-Jean Anglade

P.S. : Carton jaune à Philippe Poutou qui, malgré une prestation aussi décontractée que sympathique, a refusé de figurer sur la photo finale. Quand on connaît les règles, ce n’est pas très fair-play de les refuser dans le vestiaire.

*De mieux en mieux, ou de pire en pire, c’est selon : sans remonter aux origines de la Vème République, ils étaient 16 candidats en 2002 (avec le résultat que l’on sait), 12 en 2007, 10 en 2012. Peut-être faudrait-il envisager une Primaire Républicaine hors partis pour définir le « petit candidat » sorti du chapeau ? Cela éviterait à notre pays de porter le chapeau de la pluralité démocratique la plus bordélique au monde !


N'acceptez plus n'importe quoi dans votre assiette !

4 April, by HK[ —]

EvelyneN'acceptez plus n'importe quoi dans votre assiette ! Votre santé est directement liée à la qualité des aliments que vous mangez. Nous faisons de plus en plus attention à ce que nous mettons dans notre assiette. Deux docteurs, Evelyne Aguilera-Aymard et Nadia Terki font le point de la situation. Après avoir lu leur livre qui vient de paraitre aux Ed. Kawa, je suis certain que vous ne mangerez plus comme avant...

Voilà le Mot du Dr éditorial que j'ai écrit pour présenter ce livre indispensable :

Mot directeur éditorial Nutrition

Tout le monde se souvient du cri de guerre proféré par Jean-Pierre Coffe : Mais c’est d’la merrrde ![1]. Il s’était mobilisé pour nous avertir de faire attention de ne pas manger des produits toxiques. Ses recommandations étaient résumées dans son livre-cri Arrêtons de manger de la merde ; lors de ses interviews, il répétait : Aujourd'hui, on ne mange pas, on bouffe. On ne sait plus trop ce qu'on ingurgite, des produits standardisés, insipides tout au long de l'année... Comment en est-on arrivé là ? Où sont passés les saveurs, le respect des denrées, des producteurs ?

 Au-delà des anathèmes de J.P. Coffe, le livre des deux docteurs, Evelyne Aguilera et Nadia Terki analyse ce que nous mangeons avec un œil scientifique et un regard de bonne cuisinière. Leurs conclusions m’ont fait frémir : je (nous ?) mangeons (je devrais écrire nous ingurgitons…) sans le savoir des aliments qui sont nocifs – voire toxiques – pour la santé :

  • Soit parce qu’ils ont subi au cours de leurs croissance des traitements agricoles dont l’ambition est de faire disparaître des parasites comme les bostryches, les cochenilles, les noctuelles, les scolytes (merci Wikipédia) et qui se nourrissent de feuilles et racines
  • Soit parce qu’ils ont subi des traitements pour les protéger pendant leur transport
  • Soit parce qu’ils ont été accompagnés de colorants, de conservateurs et autres artifices pour les rendre plus appétissants pendant leur passage en cuisine
  • Soit parce qu’ils ont été mal cuisinés : trop cuits, trop grillés,

Le message d’Evelyne et Nadia est clair et péremptoire : ne mettez plus n’importe quoi dans votre
assiette ! Pour cela, il faut d’abord savoir de quoi sont constitués nos aliments, avec un coup de projecteur sur les différents sucres, véritables drogues addictives si l’on en consomme sans modération, les graisses, les antioxydants, etc.

Ensuite il faut prêter attention à sauvegarder les équilibres des multiples métaux et vitamines présents dans ce que nous mangeons. Notre alimentation doit en outre varier en fonction de notre âge, depuis la naissance (et même avant quand on envisage de faire un bébé… !) jusqu’à l’extrême vieillesse.
Les déséquilibres alimentaires entrainent des malaises dont nous ignorons souvent la cause : fatigues répétées, la constipation, les baisses de moral, les pertes de cheveux, les ongles cassés, le surpoids qui résiste aux régimes, bref plein de petites choses qui nous pourrissent la vie. Plein de choses à éviter absolument si nous ne voulons pas finir notre vie « rouillé ou cramé ».

Avec ce livre, nous apprenons aussi à cuire nos aliments, à nettoyer nos légumes et à préserver les bonnes vitamines, et bien sûr à faire nos courses en lisant les étiquettes des produits dits industriels afin de détecter les multiples dangers qui nous guettent, en un mot le n’importe quoi dans nos assiettes. Il mérite une place dans la cuisine, et sur la table de chevet…


Evelyne AguileraJe suis fier d’avoir publié ce livre dont la lecture est un régal ; il se déguste comme un bon petit plat. Il est à la fois pratico-pratique avec des mots de tous les jours, et il nous fait en même temps comprendre scientifiquement pourquoi et comment il faut – sans risque - nous nourrir au quotidien.
En prime, quelques recettes ; j’ai noté la sauce mayonnaise sans œufs à la mangue, les muffins aux amandes fraiches sans matière grasse ni farine et les incomparables truffes sans sucre rajouté aux amandes et noisettes, dattes au chocolat noir ou au thé vert matcha, sans oublier la purée de poivrons rouges...

Merci Evelyne et Nadia ! Grâce à vous et à vos 275 pages, nous allons mieux manger, nous allons enfin manger sainement.

 

 

[1] Pour vous rafraichir la mémoire : https://youtu.be/thx7fyY0kWU

Le pitch : Pesticides, perturbateurs des hormones, molécules de Maillard, huiles minérales…. N’acceptez plus n’importe quoi dans votre assiette !!!

Mais comment s’y retrouver ? Blogs, newsletters, sites internet, magazines… Aujourd’hui un flot ininterrompu d’informations nous submerge. Sans compter les régimes paléo, végan, crudivore, que doit- t-on manger ? Au secours !!!

Ce livre vous apportera les connaissances qui vous guideront vers ce qui est vraiment bon pour vous. Découvrez notamment vos besoins spécifiques en fonction des périodes de votre vie. Dans ce livre, Evelyne et Nadia ont compilé un ensemble de connaissances et d’expériences en nutrition. Vous trouverez des bases scientifiques, à la portée de tous, beaucoup de conseils pratiques, des astuces à utiliser au quotidien pour contribuer à votre bien-être. Vous disposerez des clés pour prendre le « contenu » de votre assiette en main.

Les auteurs, deux femmes qui comme bien d’autres, doivent gérer une vie professionnelle, des enfants, et des repas à faire chaque soir après une journée bien chargée. Elles vous révèlent aussi leurs recettes incontournables.

Toutes deux, baignées dans la culture et la cuisine méditerranéenne depuis leur enfance, vous convaincront qu’il est possible de bien manger avec des saveurs, du plaisir et d’offrir le meilleur à son corps.


La seconde foudroyante de Laure de Pierrefeu

3 April, by HK[ —]

Laure PierrefeuUne histoire d'expat, un thriller barcelonais, une quête artistique ? Voilà le premier roman de Laure de Pierrefeu. Et voici le Mot du Directeur éditorial que j'ai écrit à cette occasion :

La Seconde Foudroyante est le premier roman de Laure : est-ce une chronique d’expat ? Un thriller dans le domaine artistique ? Une histoire d’amour retrouvé ? Un bain d’ambiance barcelonaise ? C’est tout cela à la fois et encore plein d’autres thèmes… Pour compléter le décor, imaginez une Méditerranée parfaite. Aussi chaude que l’air qui retient son souffle pour ne pas la troubler, une balade en longeant le vieux port jusqu’au bas des Ramblas et en remontant jusqu’à Plaça Catalunya, une vie se déroulant au rythme des allers et retours à l’école, dans la douce torpeur d’une séquence infiniment répétée.  Jusqu’au jour où - oui il fallait s’y attendre - un « ex » débouche de nulle part, sans crier gare dans la vie de Claire, l’héroïne du livre.

Pour bien goûter le plaisir de lecture qui vous attend, je vous conseille d’écouter – comme par hasard Lalo– la Symphonie espagnole du compositeur français Edouard Lalo[1]. Cette symphonie concertante composée en 1874 pour le violoniste virtuose Pablo Sarasate a été jouée un mois seulement avant Carmen de Bizet. Elle comporte nombre de motifs espagnols et alterne[2] les épisodes énergiques et brillants avec des moments plus apaisés où l’on se laisse porter, dans le sillage virtuose du violon solo, par des rythmes de danse, tantôt aériens et légers, tantôt graves et profonds, à l’image de la superbe habanera autour de laquelle s’articule la structure de l’œuvre. Je suis sûr que vous retrouverez ces rythmes multiples tout au long de votre lecture. La symphonie est composée de 5 mouvements que vous retrouverez aussi :

  1. Allegro non troppo (pas trop vite)
  2. Scherzando: Allegro molto (très vite)
  3. Intermezzo: Allegretto non troppo
  4. Andante (allure modérée)
  5. Rondo: Allegro (vite)

N’hésitez donc pas à l’écouter en boucle pour bercer votre lecture : https://youtu.be/vXrKZbLs698

DSC05358Et la seconde foudroyante me demanderez vous ? Qu’es aquo ? Eh bien je vous laisse découvrir page xxx (chut !) ce que cela signifie, et surtout …ce que cela représente pour Claire l'héroïne du livre.

Bon voyage à Barcelone, bon voyage dans les arcanes de l’art et de la vie d’expat !

 

[1] https://en.wikipedia.org/wiki/%C3%89douard_Lalo

[2] http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/symphonie-espagnole-merci-monsieur-162565

Le livre est disponible immédiatement ICI  chez Kawa.

 


0 | 10










mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER