HOME > RSS > BLOGS France > Eclectihk-log

R S S : Eclectihk-log


PageRank : 9 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



N'acceptez plus n'importe quoi dans votre assiette

13 April, by HK[ —]
"Santé Nature Innovation" nous a livré cet article : santenutrition@mail.santenatureinnovation.info

Ces Fake News (fausses informations) sont répandues par les lobbys et cautionnées par… les autorités !!

Chère lectrice, cher lecteur, 

Le sujet de la santé est envahi de « fake news », ou fausses informations. 

Entre le lobby pharmaceutique, le lobby agroalimentaire, le lobby des grandes surfaces et celui de la publicité, nous sommes pilonnés de fausses informations sur notre santé et notre alimentation. 

Leur but n’est pas de nous aider. Il est de nous faire acheter. 

Ils veulent faire de nous de bons « CON-sommateurs ». Et si nous tombons malades, tant mieux car nous achèterons encore plus pour nous soigner. 

Des efforts qui rendent malades

Problème, ces « Fake News » sont reprises et cautionnées par les autorités de santé. 

À force de désinformation, beaucoup de Français tombent malades. 

Ils sont convaincus de se faire du bien. Ils font des sacrifices. Ils dépensent. Mais ils ruinent leur santé !! 

Alors, êtes-vous concerné vous aussi ? Faites-vous certaines de ces erreurs fatales inspirées par la manipulation médiatique ? 

1° « Pour être en bonne santé, je bois tous les matins un bon jus d’orange »

C’est écrit sur les boîtes de corn-flakes, enseigné dans les écoles, affiché dans les hôpitaux et les salles d’attente des médecins, publié sur les dépliants du « Programme National Nutrition Santé », financé par le gouvernement [1]. 


Cette petite fille bien élevée respecte les consignes ! Croyant faire du bien à sa santé, elle est en réalité en train d’augmenter son risque de diabète de 21 %.


Et pourtant, les études scientifiques sont formelles : boire du jus d’orange le matin est aussi mauvais que de boire du Coca-Cola

Le jus de fruits contient autant de sucre que les boissons gazeuses, et parfois encore plus [2] ! 

Une étude de l’université de Harvard révèle que les jus de fruits sont aussi coupables que les sodas dans l’épidémie de diabète, de maladies cardiovasculaires et de cancers. Boire un verre de jus de fruits frais par jour augmente le risque de diabète de 21 % [3] ! 

Un verre de jus d’orange ou de pomme contient autant de sucre et plus de calories qu’un verre de Coca-Cola [4]. 

Peu importe que le jus soit fraîchement pressé ou sorte d’une bouteille à base de concentré. 

Le sucre est là, hyperassimilable. Il passera comme un missile à travers l’intestin et dans le sang. Il fera brusquement monter la glycémie, entraînant une décharge d’insuline qui provoquera une crise d’hypoglycémie sur le coup des 11 heures. 

Les spécialistes en nutrition de Harvard recommandent au contraire de manger des fruits frais entiers, en particulier des myrtilles, du raisin et des pommes, qui sont liés à un risque plus faible de diabète de type 2 [5]. 

(la suite ci-dessous)

Annonce spéciale 


La meilleure nouvelle de 2018

Depuis 50 ans, rien n’avance sur Alzheimer. Les médicaments sont inefficaces, les malades et leurs familles sont démunies… 

Mais depuis février 2018, la donne a changé. Un protocole encore confidentiel circule dans les milieux de la recherche indépendante. Basé sur des études menées à l’Université Brown (USA), il a déjà été testé sur des malades d’Alzheimer… Qui ont pu guérir de la maladie. 

C’est la percée la plus importante concernant la maladie d’Alzheimer jamais réalisée. Cliquez ici pour en savoir plus.
Suite de votre lettre :

2° « Le pain complet est très bon pour la santé »

Sous prétexte que le pain blanc est mauvais pour la santé, le pain complet est partout présenté comme l’alternative saine, traditionnelle, à manger sans modération. 

Certes, le pain blanc fait à partir de farine ultraraffinée ne vous apporte que des calories vides, de l’amidon qui se transforme en sucre pur dans l’estomac. 

Pour autant, le pain complet est à peine meilleur. Il ne mérite en aucun cas de tenir une place centrale dans un régime alimentaire protecteur. 

Parce qu’il contient du son (l’enveloppe des grains de céréales), le pain complet contient plus de pesticides que le pain blanc. S’il contient plus de fibres que le pain blanc, il reste un aliment pauvre en vitamines et minéraux, par rapport à son apport calorique. 

Contrairement aux idées reçues, son index glycémique est aussi élevé que celui du pain blanc (71), soit supérieur au sucre de table (67) !! 

Comme le jus d’orange, le pain complet du petit-déjeuner fait monter brutalement votre glycémie, entraîne un pic d’insuline et donc une crise d’hypoglycémie à 11 heures. 

Ni le pain complet, ni les céréales complètes ne doivent être particulièrement recherchés dans le cadre d’une alimentation saine. 

Le pain complet, « la solution santé » à éviter autant que le pain blanc.


3° « Ne pas oublier un produit laitier à chaque repas »

Ah… les produits laitiers ! L’aliment santé par excellence. Il en faut « 3 ou 4 par jour », selon le Plan National Nutrition Santé [6]. 

Et le gouvernement est là pour rappeler les parents déficients à l’ordre. Souvenez-vous des distributions gratuites de lait dans les écoles maternelles… La consigne, mille fois répétée, de consommer des produits laitiers pour leur « calcium » indispensable à la croissance et au squelette. 

Ces campagnes ont durablement marqué les esprits. Elles n’avaient pourtant pas pour objectif prioritaire la santé de la population mais… d’écoulement les surplus de l’industrie laitière ! 


Depuis 2015, la comptine « les produits laitiers sont nos amis pour la vie » est diffusée partout à la radio, à la presse et à la TV.


On ne le dira jamais assez : le lait de vache est fait pour les petits veaux. 

Le veau pèse 45 kg à la naissance. Il monte à 300 kg pour son premier anniversaire !! [7] 

Tant mieux pour lui ! Mais le petit homme n’a pas les mêmes besoins

Cela fait 170 ans (1850) qu’il a été clairement démontré que le lait de chaque espèce possède une composition unique. Chaque espèce a des besoins nutritionnels particuliers selon sa vitesse de croissance, son exposition aux infections, ou encore selon les tissus à développer (cerveau chez l’homme, muscle chez le veau…). 

Le lait humain est de loin le plus complexe des laits des mammifères. Il contient plus de 200 molécules différentes de sucre, contre seulement 30 à 50 chez la souris et la vache [8]. 

Il contient en revanche trois fois moins de protéines que le lait de vache [9]. Et, bien sûr, il ne contient pas les « facteurs de croissance bovins » (rBGH) présents dans le lait de vache, qui permettent la prodigieuse croissance musculaire du veau. 

Ces facteurs de croissance bovins favorisent la croissance des tumeurs chez l’homme, ce qui pourrait expliquer pourquoi le cancer de la prostate est plus fréquent chez les gros consommateurs de lait [10]. 

Malgré les progrès dans la composition des laits maternisés, les enfants allaités par leur mère continuent donc à avoir moins d’infections, moins de diabète, moins de risque d’obésité, moins de maladie cœliaque(intolérance au gluten) [11]. 

Concernant les adultes, le tableau est pire. Les trois quarts de l’humanité n’ont pas les enzymes digestifs leur permettant d’assimiler les produits laitiers. En France, c’est 41 % [12]. De nombreux problèmes digestifs, immunitaires, infectieux, pourraient être provoqués par des intolérances (non détectées) aux produits laitiers. 

Le lait rend-il au moins les os solides ? 

Non. 

Les femmes asiatiques, qui ne boivent jamais de lait, ont moins d’ostéoporose et de fractures que les Scandinaves, championnes du monde de la consommation de lait [13]. 

Une étude suédoise a montré une plus forte mortalité et un plus grand risque de fracture dans le groupe buvant le plus de lait [14]. 

À noter en outre que l’essentiel du lait provient aujourd’hui d’élevages en batterie, de vaches prenant des antibiotiques, nourries de tourteau de soja OGM et autres céréales arrosées de pesticides. 

On trouve donc dans le lait non-biologique de forts taux de pesticides et d’antibiotiques. 

Historiquement en France, les produits laitiers furent une source majeure de contamination aux PCB (perturbateurs endocriniens). Les taux ont toutefois reculé depuis le début des années 2000 suite à la loi de 1986 interdisant les PCB [15]. 

Alors le lait, aliment santé ? Je réponds : « Peut mieux faire ! » 

4° « Attention aux œufs, riches en cholestérol ! »

Alors que le pain, le jus de fruits, les produits laitiers et le chocolat en poudre sont à l’honneur au petit-déjeuner, on vous met en garde… contre les œufs, qui contiendraient trop de cholestérol ! 

C’est absurde. 

Votre taux de cholestérol dans le sang est indépendant du cholestérol qui se trouve dans votre alimentation. Car c’est votre foie qui fabrique votre cholestérol sanguin, à partir du sucre que vous mangez. Dès que vous apportez du cholestérol par votre alimentation, votre foie se met à en produire moins, c’est tout. Mais la quantité totale de cholestérol dans votre sang restera la même [16]. 

Ainsi c’est le jus d’orange, le pain (riche en glucide) mais également les produits laitiers (qui contiennent une forme de sucre, le lactose, très proche du glucose), qui font monter le taux de cholestérol ! Pas les œufs ! 

Une étude de Harvard a d’ailleurs montré que les hommes qui mangent quatre œufs par semaine ont 37 % de risque de diabète en moins que ceux qui ne mangent qu’un seul œuf [17] ! 

Une célèbre étude médicale sur un homme qui mangeait chaque jour 25 œufs (et rien d’autre) a montré que son taux de cholestérol était absolument normal. Cette étude fut publiée par le Dr Kern en 1991 dans le New England Journal of Medicine [18]. 

Les œufs en effet ne contiennent pas de glucides. L’œuf est l’aliment le plus complet en protéines, pour faire de bons muscles, le seul qui contienne tous les acides aminés essentiels, plus une large palette de vitamines (A, B2, B5, B6, B9, B12, D, E et K), de la lutéine (contre la cataracte) et de la choline, une forme rare de vitamine B dont manquent la plupart des gens, mais qui est indispensable pour le cerveau [19]. 

Les œufs sont en outre une des meilleures sources d’oméga-3 lorsqu’ils viennent de poules nourries aux graines de lin. 

Bien sûr, il ne faut pas manger que des œufs. L’homme dont il était question dans l’étude du Dr Kern avait de graves problèmes d’Alzheimer, peut-être liés à sa monodiète d’œufs. 

Mais à partir du moment où vous mangez des œufs biologiques de bonne qualité, vous pouvez manger sans aucun problème trois œufs par jour [20]. Au-delà, aucune étude n’a été réalisée mais il n’y a aucune raison de penser que ce soit dangereux. 


Les œufs bio sont bons pour la santé et ne favorisent en aucun cas le cholestérol.

À noter qu’Emma Morano, qui est morte à l’âge de 117 ans l’année dernière (15 avril 2017), attribuait son incroyable longévité à son régime alimentaire qui consistait précisément à manger trois œufs par jour. 


(la suite ci-dessous) 
Annonce spéciale

Demandez votre livre-cadeau "Les plantes sauvages de ma grand-mère" offert pour toute inscription aux Rendez-vous de Plantes & Bien-Être

Vous partirez à la rencontre des derniers gardiens de la médecine par les plantes qui vous livrent leurs secrets dans des vidéos exclusives. 

Cliquez ici pour en savoir plus. 


Suite de la lettre de ce jour : 

5° « Il faut manger moins gras »

« Ne mange pas trop gras, trop sucré, trop salé », chantent en chœur les personnages des publicités pour les enfants. 


Toutes les publicités alimentaires affichent le message de Manger Bouger, mais elles se trompent sur le gras.


Trop salé, trop sucré, ils ont raison. 

Trop gras, non. 

Cela va faire 25 ans que les médecins français Serge Renaud et Michel de Lorgeril ont mis en lumière le « Paradoxe français » (French Paradox) : dans le sud-ouest de la France, où la cuisine est riche en graisse de canard et en vin rouge, la longévité est supérieure à la moyenne, les maladies cardiovasculaires sont rares [21]. 

Il est vrai que nous mangeons trop de mauvaises graisses : graisses dénaturées, surcuites, oxydées, toxiques, huiles industrielles et margarines de piètre qualité. 

Mais que se passe-t-il si vous vous contentez de manger moins gras ? Vous avez faim. Vous compensez en mangeant plus de féculents, qui sont des glucides, donc des sucres. 

Or, nous mangeons déjà trop de glucides. L’épidémie d’obésité qui a frappé les États-Unis, puis l’Europe, et aujourd’hui les pays en voie de développement, a commencé au moment précis où ces populations ont commencé à faire la chasse aux graisses. C’était dans les années 1970. 

Aujourd’hui, on sait qu’il ne faut pas forcément manger moins gras. Il faut surtout manger moins de mauvaises graisses, et les remplacer par de bonnes graisses. 

Il y a le choix : 

  • Les oléagineux sont tous les fruits à coque (noix, noisettes, amandes, noix de pécan, noix de macadamia…). Ils sont riches en graisses mais ce sont de bonnes graisses. 

  • Les poissons gras, à partir du moment où ils ne sont pas pollués au mercure et au PCB, sont excellents pour la santé. Ils protègent le cœur et protègent contre le cancer. 

  • Les œufs, dont nous venons de parler, contiennent de bonnes graisses, pour le cerveau, surtout lorsque les poules sont nourries en oméga-3 (graines de lin, pourpier, graines de colza…). 

  • Le chocolat noir (plus de 70 % de cacao) contient de la graisse de qualité, et beaucoup d’antioxydants protecteurs. 

  • L’avocat est très riche en bonnes huiles, tout comme les olives. 

  • La noix de coco est une très bonne source de gras. L’huile de coco vierge est recommandée pour les fritures car très stable à haute température. 

Souvenons-nous que notre alimentation est trop pauvre en acides gras oméga-3, qui se trouvent dans les huiles de poisson, l’huile de colza, l’huile de lin, l’huile de noix. 

J’ajoute qu’il est sadique de chercher à priver les gens de graisses. Non seulement cela vous condamne à souffrir de la faim, ce qui aboutit immanquablement à « craquer » sur un pot de Nutella, un paquet de chips ou un bac de glace à la vanille. 


Lors d’un régime sans gras, chaque burger, pizza, chips devient la pire des tentations.


Mais c’est la graisse qui donne le bon goût à la nourriture, aux sauces, aux assaisonnements. Le gras se lie en effet aux molécules « phénoliques » qui parfument. 

Sans gras, la nourriture et le monde seraient horriblement tristes ! 

6° « Il faut des féculents à chaque repas »

C’est l’obsession du « Plan National Nutrition Santé ». Nous faire manger « des féculents à chaque repas » qui, soi-disant, ne « feraient pas grossir » [22] : 



« FAKE NEWS !! » (Information mensongère.) 

Bien sûr que les féculents font grossir. Comment pourrait-il en être autrement ? Les féculents sont principalement composés de glucides. C’est vrai pour les pommes de terre, les pâtes, les céréales du petit-déjeuner, le riz, la semoule, les haricots, fèves, flageolets, pois chiches, tous recommandés dans le dépliant du PNNS ! 

Les glucides contenus dans les féculents sont des sucres. Bien qu’ils ne paraissent pas sucrés dans la bouche, ils sont transformés en pur sucre lors de la digestion. 

Et non seulement ils font grossir, mais ils donnent aussi des maladies comme le diabète, les maladies cardiovasculaires, le cancer. 

Sur ce dépliant, les experts racontent encore que les féculents « permettent de tenir entre les repas et d’éviter le grignotage à tout moment de la journée ». 

C’est faux ! 

Au contraire, en provoquant une décharge d’insuline entraînant une hypoglycémie, ce sont eux les grands coupables des fringales irrésistibles !! Les aliments qui « tiennent au ventre » et coupent l’envie de grignoter sont au contraire les protéines et les graisses. 

7° « Le régime sans gluten est une lubie inutile et dangereuse »

« Régime sans gluten : danger ! », titrait le magazine L’Express, le 17 mai 2017 [23]. 



Le régime sans gluten est dangereux pour la santé, reprennent France Info et France 2, en faisant mine de citer une enquête de 60 Millions de Consommateurs : 



Mais encore une fois, il s’agit d’une « Fake News » (fausse information). 

L’enquête de 60 Millions de Consommateurs n’explique pas du tout que manger sans gluten soit dangereux pour la santé. 

Elle explique qu’il existe beaucoup d’arnaques dans les rayons de produits sans gluten des supermarchés. L’association y a détecté beaucoup de produits contenant trop d’additifs, moins de protéines, moins de fibres mais coûtant au final deux fois plus cher que l’alimentation normale [24]. 

Mais attribuer le danger au régime sans gluten en tant que tel est une manipulation médiatique. 

Non, le régime sans gluten n’est pas dangereux et, oui, il y a de bonnes raisons de se méfier du blé moderne, notre principale source de gluten ! 

Le blé moderne n’a plus rien à voir avec les variétés traditionnelles. À force de croisements et d’hybridation, il contient 42 chromosomes au lieu de 14 !! 

Il est devenu beaucoup plus riche en gliadine, une protéine qui fait des micro-trous dans l’intestin. 

Cette porosité permet le passage de grosses molécules déclenchant allergies, inflammations, douleurs articulaires et parfois des maladies auto-immunes. 

C’est pourquoi le régime sans gluten peut faire disparaître les symptômes de dizaines de maladies, dont la polyarthrite, les rectocolites, le lupus, et bien d’autres. 

Le régime sans gluten n’est donc pas une mode. Il se répand parce qu’il marche

Ses bienfaits concernent tout le monde, même les personnes qui ne souffrent pas d’intolérance au gluten (maladie cœliaque). 

8° « Le soleil donne le cancer »

Les dermatologues et les fabricants de crème solaire se sont donné comme mission de convaincre le monde que le soleil doit être évité parce qu’il provoque le cancer. 



Même dans le nord de la France, on nous met en garde contre les dangers du soleil. 

Là encore, « fake news !! » (Fausse information). 

Il est vrai qu’il y a un lien entre les coups de soleil et le mélanome, une forme rare mais très dangereuse de cancer de la peau. 90 000 nouveaux cas de cancers de la peau sont diagnostiqués chaque année en France mais seuls 15 % sont des mélanomes (14 000). 

Parmi eux, 85 % environ seront opérés avant de devenir dangereux. Mais resteront environ 1 700 personnes qui mourront de ce cancer. 

1 700, c’est encore beaucoup trop. 

Néanmoins, il faut mettre ce chiffre en balance avec tous les décès que le soleil permet d’éviter par ailleurs. 

Sous l’effet du soleil, notre peau fabrique de la vitamine D qui nous protège contre 17 types de cancers, dont les plus fréquents (sein, colon, ovaires) et les plus dangereux (pancréas, poumon). 

Selon une étude du Dr William Grant, expert international de la vitamine D, 30 % des décès par cancer pourraient être évités grâce à de meilleurs apports en vitamine D, ce qui représenterait 2 millions de vies sauvées chaque année à l’échelle mondiale [25]. 

Selon le Dr Cédric Garland, de l’École de médecine de l’université de Californie à San Diego (États-Unis), spécialiste de la vitamine D qu’il étudie depuis 30 ans, 600 000 cas de cancer du sein et de cancer colorectal pourraient être évités chaque année à l’échelle mondiale grâce à de meilleurs apports en vitamine D. 

Une étude à grande échelle randomisée et contrôlée par placebo a montré que la vitamine D, associée au calcium, peut diminuer le risque global de cancer jusqu’à 60 % chez les femmes après la ménopause [26]. 

Les femmes à la peau claire et qui prennent beaucoup de soleil sur le long terme ont moins de risques de développer un cancer du sein invasif, qui s’étend au-delà du sein, selon une étude de l’American Journal of Epidemiology [27]. 

De plus, lorsque vous vous exposez au soleil, votre taux d’oxyde nitrique dans le sang augmente. Cela entraîne une diminution de votre pression sanguine. Selon Richard Weller, un chercheur spécialisé en dermatologie qui a étudié les effets du soleil sur la santé, le soleil pourrait donc être un moyen efficace de lutter contre l’hypertension [28]. 

Ce qu’il faut, c’est vous exposer pendant 20 minutes maximum quand le soleil est haut dans le ciel. 

Pour préparer votre peau, vous pouvez prendre un complément alimentaire d’astaxanthine, un antioxydant rouge protecteur, extrait d’algues. 

En cas de coup de soleil, appliquez une crème à l’aloe vera sur votre peau. 

Mais surtout, profitez bien des beaux jours qui arrivent pour faire le plein de vitamine D et d’oxyde nitrique. 

Réjouissez-vous donc quand brille le soleil et qu’un grand ciel bleu s’étend au-dessus de votre tête. Si vous voyez sur votre peau une plaie ou une boule d’aspect inquiétant et évolutif, allez bien sûr voir le médecin. Mais surtout, pas de paranoïa : en profitant du temps ensoleillé, vous diminuerez d’autant votre risque de toutes maladies confondues (surtout cancer et maladies cardiaques, mais aussi ostéoporose, sclérose en plaques et dépression), beaucoup plus que vous n’augmenterez votre risque de mourir d’un cancer de la peau. 

Cela reste vrai tant que vous évitez les coups de soleil et brûlures. 

9° « Les compléments nutritionnels ne servent à rien »

On sait de façon sûre que 80 % de la population est en déficit de vitamine D [29], 75 % en déficit de magnésium [30], 91 % en déficit d’oméga-3 [31]. 

La plupart de nos contemporains mangent trop de sel, pas assez de légumes ni de fruits, et manquent donc d’antioxydants et de vitamines. 

Par ailleurs, les études scientifiques ont montré l’intérêt des compléments nutritionnels en particulier pour les personnes vieillissantes : 

« Les bienfaits potentiels des compléments de multivitamines surpassent probablement tout risque pour la population générale, et pourraient être particulièrement bénéfiques pour les personnes plus âgées[32]» 

Pourtant, au niveau national, aucun effort n’est mené pour encourager la prise de compléments nutritionnels. 

Au contraire : les mises en garde injustifiées, le dénigrement sont la loi dans ce domaine. 

Dans la grande presse, les compléments nutritionnels ne sont mentionnés que lorsqu’ils peuvent être attaqués. 

Quand, de façon rarissime, un accident se produit, l’affaire est répercutée à grande échelle alors que les 15 000 morts chaque année liés au mauvais usage des médicaments sont à peine mentionnés. 

10° « Il faut manger un petit peu de tout »

Dans notre monde envahi par la malbouffe, le pire conseil nutritionnel que vous puissiez suivre est de manger « un petit peu de tout » ! 

Entrez dans un magasin alimentaire : que voyez-vous ? 

Des emballages de toutes les couleurs contenant des chips, des bonbons, des biscuits, des desserts sucrés, des sodas, des pizzas, des céréales du petit-déjeuner, des aliments ultra-transformés bourrés de sucre, de colorants, d’additifs, etc. 


Nos magasins d’alimentation sont remplis de produits ultra-transformés. La plupart sont à éviter. 

Si vous décidez de prendre un petit peu de tout, votre caddie ressemblera à ça : 


En s’autorisant à manger « un petit peu de tout », le risque est de se retrouver avec un caddie rempli essentiellement de malbouffe.


Mais ce n’est pas votre objectif. 

Ce que vous voulez rapporter chez vous, ce ne sont pas des échantillons d’un « petit peu de toutes » les cochonneries qu’on trouve dans les magasins. 

Vous voulez de la nourriture saine, riche en nutriments essentiels, non raffinée, non transformée, locale, bio, etc. 

Votre plan de travail dans la cuisine doit plutôt ressembler à ça : 



Ce qui suppose d’éviter la quasi-totalité des rayons de votre supermarché

Pour y arriver, il faudra rester dans les zones où l’on vous propose des légumes, des fruits, de bons poissons, de bonnes viandes, des œufs et des huiles bio, les condiments et les produits de base. 

Conclusion

Je n’ai listé que les 10 plus grandes arnaques en conseils santé mais la liste aurait pu être bien plus longue. J’aurai pu parler des galettes de riz, des margarines anticholestérol, des plats cuisinés bio… 

Ne vous faites pas avoir par les lobbys qui ne sont pas là pour prendre soin de votre santé. 

Leur but est de vendre leurs produits… parfois à nos dépens. 

À votre santé ! 

Jean-Marc Dupuis 

****************************** 

Publicités
 :  

C’est complètement faux ! On croit souvent que nos articulations, comme des machines, s'usent avec le temps et qu'il faut les préserver en évitant de faire trop d'exercice. C'est complètement faux ! Pour en apprendre plus et recevoir votre stratégie complète contre l’arthrose, regardez cette présentation

Avez-vous poussé sur le bouton « autodestruction » de vos yeux ?
  • si vous êtes myope, hypermétrope ou presbyte 
  • si on vous a dit que vous êtes astigmate 
  • si vous venez de vous rendre compte que vous ne voyez plus aussi bien qu’avant, et que vous craignez que ça empire 
  • si vous envisagez une opération au laser, et que cela vous inquiète 
  • si vous avez déjà été opéré et que votre médecin envisage déjà une nouvelle opération 
  • si vous en avez assez de dépenser tellement pour des lunettes 
  • si vous désirez voir clair de nouveau et lire sans lunettes… 
Voici ce que vous devez faire (la suite ici)

Mauvaise réputation : Les hormones ont mauvaise presse. Elles sont pourtant des substances naturellement produites par l’organisme et indispensables au bon fonctionnement de votre corps, contrairement aux sucres, pesticides ou huiles transformées. Apprenez-en plus grâce à l’un des tous meilleurs endocrinologues mondiaux dans cette vidéo. 



******************************  

Si vous n'êtes pas encore abonné à La Lettre Santé Nature Innovation et que vous souhaitez vous aussi la recevoir gratuitement, inscrivez-vous ici.  

******************************  

Pour être sûr de bien recevoir La Lettre Santé Nature Innovation sans qu'elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.  

******************************  

Si vous souhaitez commenter cet article, je vous invite à le faire ici.  

Vidéo du Succès : Consignes pour le lavage des mains aux toilettes

13 April, by HK[ —]

Faut-il se laver les mains avant d'aller aux toilettes ou ...après ? La réponse est dans cette vidéo, avec quelques conseils inédits (pour certains !)

 

 


Tout fout l’camp, de H.J. Anglade

30 March, by HK[ —]

BurgerHenri-Jean est revenu sur les chapeaux de roue. Et il donne donne à paraitre plein d'articles ! Merci Henri-Jean !

Tout fout l’camp : Il est des nouvelles qui pourraient passer secondaires au regard d’une actualité, hélas, souvent dramatique, et pourtant elles n’en sont pas moins significatives voire, n’hésitons pas à le dire, lourdes de sens.

Le bun-out de la tradition française : Le classique sandwich jambon-beurre a été détrôné par le burger ! Le bun a vaincu la baguette. En effet, en 2017, il s’est consommé, enfin, il s’est bouffé, avalé, empiffré, goinfré, dégluti, régurgité, englouti, enfourné, bâfré, pas moins de 1,46 milliards de burgers en France contre seulement 1,22 milliards de sandwichs jambon-beurre. Les statistiques n’évoquent pas le cornichon. D’ailleurs, dans l’affaire, les cornichons ce sont les consommateurs qui se laissent gruger pour ne pas dire margariner par un mauvais sandwich au beurre souvent rare, parfois rance et au jambon phosphaté quand la baguette n’est pas molle. Mais au-delà de cette défaite culinaire (à laquelle les cafetiers, par négligence ou avidité, ont eux-mêmes participé), c’est la fin d’une culture, celle du comptoir et de ce qui va avec, la discussion de comptoir.

Peut-on philosopher la bouche pleine ? Pensez-vous pouvoir échanger des propos sur la vie politique, le temps qu’il fait, les saisons qui passent, le dernier film à voir ou n’importe quel autre sujet (et ils sont nombreux), la bouche pleine, les joues gonflées, dans une mastication approximative ? Est-il raisonnablement possible de parler tout en gardant sa dignité, la feuille de salade coincée entre les dents, le ketchup dégoulinant quand le steak lui se débat-bine et vous oblige de la main droite à vous essuyer les lèvres tandis que la gauche peine à éviter l’étirement d’une couche de cheddar à couper dare-dare ?

Mêlez-vous de vos oignons pourrait ajouter le malheureux observateur qui, du comptoir, un sandwich à la main, assisterait à cette boucherie gastro-antinomique... Je n’ai cure (dents) de voir une telle déchéance.

Le rictus de l’homo sapiens joufflu. Ce tableau qui aurait pu inspirer une scène à Jérôme Bosch, ou une toile bien saignante de Roger Bacon, n’est sans doute pas digne de l’enfer mais elle n’en est pas loin. Car la victoire du burger c’est celle de l’abandon, de la grimace, du flasque, de l’émollient, du retour du primate. Des milliers d’années de civilisation pour un bout de viande vite grillée, mal fagotée, pas de doute, quelle régression.

Ma mie, qui l’eut cru, on est cuit : Bien sûr, le burger n’est pas seulement synonyme de fast-food et nombre de restaurants* ont bien compris leur intérêt en ajoutant cette chose à leur carte, pour complaire à certains et aux enfants qui accompagnent leurs parents, là où le coq au vin ou le lapin à la moutarde semblent un peu trop sophistiqués à leurs papilles en formation. Mais que cet empilement plus ou moins digeste tienne lieu de plat fétiche ou favori à des millions de concitoyens est pour moi une aberration. Une abhorration. Cette déliquescence de la pensée face à la panse vite et mal remplie est une cuisante défaite.

Henri-Jean Anglade

*Ritz burger : au palace éponyme avec beaufort, frites et salade au prix de 42 €. Version Crillon : en miniburgers du Chef pour seulement 28 €.

 


Le héros et les salauds

29 March, by HK[ —]

ABYoupee ! Henri-Jean est de retour ! Avec un article très triste...
Le héros et les salauds

L’actualité a parfois des raccourcis saisissants qui donnent un éclairage sur l’humanité et le sentiment qu’on entre en communion, ou pas, avec un événement. En l’occurrence, il s’agit là d’un vendredi noir, l’un dans l’Aude à Trèbes, où un lieutenant-colonel a fait don de sa personne dans une prise d’otages, et l’autre à Paris, où une vieille dame a été odieusement assassinée dans son appartement.

Le premier, inspiré à la fois par l’altruisme et sa foi chrétienne, a dépassé la peur et fait preuve d’un courage exemplaire en allant pertinemment au-devant d’une mort quasi certaine, la seconde, de confession juive, au terme d’une vie qui lui avait épargnée la rafle du Vel d’hiv en 1942, a été victime d’un crime sauvage et d’une barbarie à visage hélas humain, qui nous répugne et nous fait honte, celui de l’antisémitisme.

Quel sens à nos vies ?

D’un côté, un homme paré des vertus de l’héroïsme, le cœur vaillant, l’âme bienveillante, de l’autre, une héroïne involontaire d’une histoire qui la dépasse, une femme ayant probablement enduré toute sa vie le souvenir de la Shoah, le cœur usé et la mémoire chancelante, et face à eux, deux bourreaux. Deux bourreaux ordinaires aux motivations douteuses, l’un par déviance religieuse, l’autre, a priori, par déviance sexuelle. Deux bourreaux pour qui l’échec de leur vie résonne en écho du vide de leur cœur. Deux salauds comme on peut en croiser chaque jour et qui font honte à l’humanité. Deux salauds qui s’abritent derrière le masque hideux de l’intégrisme et du racisme.

La France unie rend hommage à son héros dans une communion nationale, et c’est à juste titre que son geste de Juste sera loué mais n’oublions pas cette victime collatérale d’un mal qui ronge nos racines et nous menace de l’intérieur. Le geste noble du gendarme nous donne des raisons d’espérer en l’humanité et place Arnaud Beltrame, « belle âme », dans un Panthéon qui nous rassure sur des valeurs que nous espérons toujours fortement ancrées en nous, de générosité et de bravoure. Le geste ignoble de l’assassin de Mireille Knoll nous glace à l’inverse d’effroi et nous place devant le miroir de nos peurs et de nos angoisses.

En cette veille de Pâques, au-delà de toute velléité de récupération, il serait bon de « passer au-dessus » AB2(signification du verbe pasah de l’hébreu biblique) des querelles, voire des haines que certains entretiennent à dessein et de tenter de délivrer l’humanité de ses tristes passions pour la conduire à la liberté de penser, de vivre, d’aimer et d’agir. Ce que des intégristes ne peuvent envisager au nom d’un dieu, le même qui les conduit soit disant au paradis, certes peuplé de vierges. Allah est (peut-être) grand, la République (surtout) aussi* !

Henri-Jean Anglade

* Référence au livre de Lydia Guirous « Allah est grand, la République aussi », paru en 2014 chez Jean-Claude Lattès (250 pages, 17 €).


Vidéos du Succès : Comment reconnaitre une personne narcissique ?

5 March, by HK[ —]

ParkaA quoi reconnait-on la personnalité narcissique ? Voilà les symptômes d'une telle personnalité, telle que ... Donald Trump  : 

- Croire qu'on est meilleur que tout le monde
- Agrandir inconsidérément la puissance de son pouvoir, de ses succès, de ses qualités de séduction
- Attendre en permanence des louanges et de l'admiration
- Croire qu'on a des dons exceptionnel et prendre des décisions en correspondance
- Ne pas tenir compte des sentiments et émotions de ses interlocuteurs
- S'attendre à ce que tout le monde nous accompagne en épousant nos idées et nos objectifs
- Mépriser tous ceux que vous sentez inférieurs à vous
- Être jaloux des autres et croire que tous les autres son jaloux de vous
- Se fixer des objectifs inatteignables  
- Être facilement blessé et rejeté par les autres
- Donner l'impression qu'on est implacable et sans émotions
- L'intimidation physique, verbale, l'intimidation via des agressions relationnelles, via les réseaux sociaux et leurs capacités à gonfler les "fake news", l'intimidation sexuelle...

 

 


Correspondance: (1944-1959) : Albert Camus et Maria Casarès

4 March, by HK[ —]

C CVient de paraître chez Gallimard. Un livre exceptionnel entre un homme et une femme qui s'aimaient, et qui avaient bien des choses à se dire puisque que ce livre - ce pavé - fait 1312 pages, pèse (à vue de nez) près de 2 kilos, et ne coûte "que" 32.50€. Un record pour un livre à éviter de lire dans le métro compte tenu de son poids.
Voici le pitch du livre :
Le 19 mars 1944, Albert Camus et Maria Casarès se croisent chez Michel Leiris, lors de la fameuse représentation-lecture du Désir attrapé par la queue de Pablo Picasso. L'ancienne élève du Conservatoire national d'art dramatique, originaire de La Corogne (Galice) et fille d'un ancien président du Conseil de la Seconde République espagnole exilé à Paris en 1936, n'a alors que vingt-deux ans.
Parlant parfaitement français, elle a débuté sa carrière d'actrice en 1942 au Théâtre des Mathurins, au moment où Albert Camus publiait L'Etranger et Le Mythe de Sisyphe chez Gallimard. Albert Camus vit alors seul à Paris, la guerre l'ayant éloigné depuis deux ans de son épouse Francine, enseignante à Oran.

Sensible au jeu, au tempérament et à la beauté de l'actrice, Albert Camus lui confie le rôle de Martha pour la création de sa pièce Le Malentendu en juin 1944. Et durant la nuit du Débarquement en Normandie, sortant d'une soirée chez leur ami Charles Dullin, Albert Camus et Maria Casarès deviennent amants. Il ne s'agit là encore que du prélude à une grande histoire amoureuse ; car Maria décide de mettre fin à cette relation qui lui semble sans avenir, au vu de la situation conjugale de son amant. Mais quatre ans exactement après leur première déclaration, le 6 juin 1948, Albert et Maria se retrouvent, par un heureux hasard, sur un boulevard parisien ; leur histoire commune reprend alors, plus passionnée que jamais, et sans interruption jusqu'à la mort accidentelle de l'écrivain, au début de l'année 1960.

Durant toutes ces années, Albert et Maria n'ont jamais cessé de s'écrire, notamment lors des longues semaines de séparation dues à leur engagement artistique et intellectuel, aux séjours au grand air ou aux obligations familiales. Sur fond de vie publique et d'activité créatrice (les livres et les conférences, pour l'écrivain ; les tournées avec la Comédie-Française et le TNP pour l'actrice), leur correspondance croisée, demeurée inédite jusqu'à ce jour, révèle quelle fut l'intensité de leur relation intime, s'éprouvant dans le manque et l'absence autant que dans le consentement mutuel, la brûlure du désir, la jouissance des jours partagés, les travaux en commun et la quête du véritable amour, de sa parfaite formulation et de son accomplissement.

Nous savions que l'oeuvre d'Albert Camus était traversée par la pensée et l'expérience de l'amour, jusqu'aux dossiers préparatoires du Premier Homme. La publication de cette immense correspondance révèle la pierre angulaire de cette constante préoccupation : l'amour, l'inévitable amour. "Quand on a aimé quelqu'un, on l'aime toujours", confiait Maria Casarès bien après la mort d'Albert Camus ; "lorsqu'une fois, on n'a plus été seule, on ne l'est plus jamais".


Caroline Leruth (rescapée attentat Bruxelles) interviewée par RTBF

1 March, by HK[ —]

9Caroline Leruth, auteure du livre Attentat Aéroport Bruxelles  sera interviewée le 12 Mars pour une émission qui sera diffusée sur la Radio Télévision Belge Francophone le dimanche 18 Mars.
Save the date !

Son livre a été édité aux Editions Kawa

Attentat

 


La peur de mourir peut-elle engendrer la peur de vivre ?

20 February, by HK[ —]

Vie ParfumLa peur de mourir peut-elle engendrer la peur de vivre ?

Pourquoi cette interrogation ? C'est Pauline Dumail qui se pose cette question, Pauline qui est une auteure des Editions Kawa avec son fameux livre : La vie est un parfum, respirez la !

Alors pourquoi ? 
Peut-être parce que pour parler de la peur de manière juste et authentique, je devais contacter mes propres peurs. En prendre conscience, les identifier, les accueillir, parfois les accepter, d’autres fois les transformer. Ce qui est sûr c’est que les derniers mois et même les dernières années traversées ont été riches en peurs diverses. Peut-être aussi parce que la peur est une émotion qui a une place importante dans les fleurs de Bach.

La peur de mourir peut-elle engendrer la peur de vivre ?

Qu’est-ce que la peur ? Une émotion, l’une des 4 de base de l’être humain, avec la tristesse, la colère et la joie. Bah oui je sais, ce n’est pas juste. Il n’y en a qu’une de sympas pour trois pas rigolotes. Mais pour accéder à la plus sympas de manière durable, il faut connaître, traverser les trois autres.

Vous savez, c’est la chanson d’Emmanuel Moire :

« il m’a fallu la peur, pour être rassuré,

j’ai connu la douleur, avant d’être consolé

il m’a fallu les pleurs, pour ne plus rien cacher

j’ai connu la rancoeur, bien avant d’être apaisé »

Physiquement, la peur est une réaction chimique qui crée une sécrétion d’hormones et d’émotions qui engendrent des actions / réactions. En d’autres termes, la peur est un garde-fou qui peut nous sauver la vie, en produisant l’adrénaline nécessaire pour nous donner la force de réagir face à un danger imminent. Donc oui, quand vous êtes au coeur d’une tempête, d’un incendie, d’une guerre, ou face à un agresseur, la peur est bien celle de mourir, et l’action / réaction qu’elle engendre est plutôt pour nous sauver la vie que pour nous la prendre. La peur de mourir dans l’instant engendre une réaction qui est plutôt due à l’instinct de survie, donc l’envie de vivre qu’à la peur de vivre.

Mais qu’en est-il lorsque nous quittons la réalité du présent et sommes tout à coup envahis par le passé qui remonte à la surface, ou la projection du futur ?

Le passé d’abord : Certains qui ont côtoyé la mort de près, la leur et celle des autres, dans des situations violentes, témoignent à quel point leur vie a changé. A quel point la peur les habite en permanence, les hante. Et leur a fait perdre le goût de vivre.
Les attentats du 11 septembre, de Charlie Hebdo, le Bataclan, en ressortir vivant par miracle, et découvrir une multitude de corps allongés et sans vie autour de soi.

Les guerres : se trouver au cœur d’une explosion, en sortir indemne, et croiser à la sortie du nuage, le bras, la jambe, ou pire… d’un collègue, d’un ami, d’un frère.

Comment vivre après ça ?

Si vous voulez lire la suite, allez vite sur le site de Pauline : http://paulinedumail.com/index.php/2018/02/20/la-peur-de-mourir-peut-elle-engendrer-la-peur-de-vivre/


Harcèlement sexuel au bureau, dans Femme Actuelle

20 February, by HK[ —]

Article dans Femme actuelle, qui cite le livre de Béatrice Marra, paru aux Editions Kawa.

 

Femme Actuelle 2

 

 


Donald Trump est-il dangereux ? Extraits n°6

20 February, by HK[ —]

Signature27 psychiatres se sont réunis pour écrire un livre sur le thème : Donald Trump est-il dangereux ? A la demande générale je vais traduire et résumer, semaine après semaine, chacun des chapitres de ce livre de 360 pages. J'essaierai d'extraire dans chaque chapitre les passages qui m'ont semblé être les plus intéressants...

  • Le titre du sixième chapitre écrit par John Gartner est tout un programme : D. Trump est mauvais, fou ou les deux à la fois (en anglais Bad ou Mad. 
    Voilà les extraits que j'ai choisis :

  • Donald Trump, d'un point de vue psychologique est tellement bizarre que même un profane penserait qu'il y a chez lui quelque chose qui ne tourne pas rond chez lui
  • Le débat fréquent autour de sa personnalité est de savoir s'il est mauvais ou réellement s'il a un "grain"
  • Un chien peut avoir en même temps des tiques et des puces (!). D. Trump semble être à la fois mauvais et fou, sans qu'on sache apprécier le danger qu'il représente globalement...
  • D'après le psychiatre Fromm, le narcissisme "malin" est une pathologie profonde ; à l'origine des destructions vicieuses, sans compassion.
  • Le narcisse "malin" (au sens méchant), selon Pollock il est inconscient et ne contrôle pas son comportement
  • D. Trump se trouve supérieur aux autres et il est plus compétent que quiconque pour résoudre les problèmes...
  • Comme tout "sociopathe", il ment, il exploite et viole les droits d'autrui sans remord ni empathie pour ceux qu'il aura blessés
  • Quand on vérifie ses messages, on trouve que 76% sont faux ou approximatifs. Il raconte un mensonge toutes les 3 minutes15secondes (c'est précis !)
  • Avant son élection, plusieurs journaux ont mis en évidence son côté comploteur. Il a accumulé une liste de 58 conspirations qu'il a proclamées comme étant vraies
  • Par exemple, il a déclaré que B. Obama était musulman, né au Kenya et que le fonctionnaire qui devait vérifier son certificat de naissance était - comme par hasard - été victime d'un accident d'avion.
  • Quand vous additionnez les 3 ingrédients du narcissisme, de sociopathie et de paranoïa, vous avez un dirigeant qui se sent omnipotent, omniscient et digne du pouvoir suprême, et qui ne supporte pas d'être persécuté par des ennemis imaginaires, y compris par des minorités qui ne montrent aucune menace.

On pourrait allonger la liste de ce texte...

Pour comprendre le sens de la signature de D.Trump, allez voir ---> ICI 


0 | 10










mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER