HOME > RSS > BLOGS France > Eclectihk-log

R S S : Eclectihk-log


PageRank : 1 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



Confidences d'une coiffeuse : Extrait n°1

31 May, by HK[ —]

CoiffeuseVoilà le premier extrait du livre de Christine Rosana : Confidences d'une coiffeuse. Paru aux Editions Kawa. A suivre ! 

Parmi les clientes, nous avions aussi la grande Mado. Grande, parce que mesurant 1.80 m, plus dix centimètres de talons aiguille. Très belle femme mûre, mais qui pouvait encore faire baver plus d’une minette grâce à sa taille de guèpe et ses jambes sans fin. Mado adorait le léopard. On pouvait retrouver ce motif dans toutes ses tenues portées avec bottes ou cuissardes, selon la saison. Des cheveux blonds descendant jusqu’à la taille, maquillage assez prononcé, quand Mado entrait au salon, presonne ne restait indifférent. Cette grande blonde dansait dans un cabaret et plus si affinité...

Toute l’équipe aimait coiffer Mado, Mais elle était pour moi lorsque j’étais là. Son humour et son accent de titi parisien me ravissait tout autant que coiffer sa merveilleuse chevelure. Elle parlait beaucoup des hommes, son sujet favori. Elle relatait leurs penchants et travers, et nous étions tous morts de rire, clientes comprises.

Un type vient me voir danser tous les samedi soir, depuis longtemps déjà ! Et l’autre jour il me dit :
- Tu sais que le gingembre et l’ail c’est bon pour bander ?
- Ah bon ! Que j’lui dis. T’en prends depuis quand ? Parce que là, moi j’vois rien de plus que d’habitude mon coco... Et puis côté dentifrice ! Laisse tomber...


Vidéos du Succès : Le cancer

31 May, by HK[ —]

Cancer SuggUne vidéo dans laquelle nous interrogeons Valérie Sugg, auteure Kawa et Psychologue oncologue (cad spécialisée dans le cancer).

Une psy à l’écoute des malades, de leurs familles et des soignants ? Valérie Sugg, psycho-oncologue, accompagne depuis près de vingt ans, au sein d’un service de cancérologie hospitalier, les personnes atteintes de cancers ainsi que leurs proches. Ils ne pensaient pas que c’était possible et pourtant, le gars en blouse blanche s’est agité tel un sémaphore tout en prononçant les mots tant redoutés : « c’est un cancer ». Cette première consultation a marqué le début des pérégrinations de Marie, Sophie, Roland, Pierre, et tant d’autres au cours de ce trek sur le chemin de la guérison tant espérée.

Valérie Sugg raconte la période des bilans qui précède l’annonce, le choc des mots et le poids des radios, les angoisses qui prospèrent, les doutes que l’on pourchasse, les questionnements qui tournent en boucle comme un vieux vinyl rayé. Après il y a les traitements proposés analogues à un catalogue de voyage… pour le pays du cancer. On est loin des Bahamas ou des Maldives pour la destination de rêve, et la plongée sera moins touristique. Le cancer ne donne pas vraiment le choix, se soigner est la priorité. Heureusement, ce chemin est aussi ponctué de rires, de rencontres, de joies, de victoires aussi. Les équipes soignantes sont là, telles des poissons-sherpas tentant de faciliter la progression de chacun avec finesse… ou pas !

 




Cercle des Artistes de la Vallée des Baux

27 May, by HK[ —]

Cercle ArtistesHenri Kaufman, l’art sous toutes les facettes. A Saint-Rémy de Provence, Henri Kaufman, éditeur, collectionneur, sculpteur, créateur… homme aux multiples facettes, préside le Cercle des Artistes de la Vallée des Baux avec lequel il prépare un été riche d’expositions.
Article de Nicolas Coissard, le Journal des Alpilles.

C’est à Saint-Rémy, Mas du Rougadou, qu’Henri Kaufman a posé ses valises. Cet ancien publicitaire dans le groupe Havas a choisi la capitale des Alpilles pour s’y installer et vivre sa passion… ses passions.
Aujourd’hui, directeur éditorial de la maison d’édition Kawa, il y conjugue son amour des mots en produisant 150 livres lors de ses 6 derniers années. A Saint Rémy, il est tombé amoureux de sa maison et du pays. C’est ici, qu’il joue de son amour de l’art. En accueillant dans sa “maison-musée” et son jardin des œuvres multiples, mais aussi en créant des sculptures mettant en exergue l’illusion d’optique en deux dimensions. Il a également dessiné les meubles de son salon dans le respect du nombre d’or, des fauteuils et tables présentés chez Anikado voici quelques années.
Henri Kaufman est également un spécialiste du street art… un style dont il fut commissaire pour le festival Apart. Et pour partager son plaisir, Henri Kaufman intègre le Cercle des Artistes de la Vallée des Baux.
Cette association regroupe une cinquantaine d’artistes et a pour objectif d’organiser des expositions et d’assurer leur promotion. Et, depuis quelques mois, Henri Kaufman a repris la présidence du Cercle et entend lui donner une nouvelle impulsion. Pour cet été, ce ne sont pas moins de 80 jours d’exposition qui sont programmés. Selon les lieux, les thèmes, les artistes tels que Marc Nucera, Nicole Brousse… ou encore Yoann Crépin, Ricardo Burt-Riley, Elio Lussato présenteront leur travail respectif lors de ces différentes cimaises. L’an dernier, le Saint-Rémois Pierre Pinoncelli avait été, lui aussi, de la partie.

Cet été, c’est la Maison du Parc des Alpilles qui vient d’ouvrir ses portes récemment qui sera l’écrin “de la grande expo de l’été”. Durant deux mois, le Cercle de la Vallée des Baux va envahir cet espace. Créativité, diversité et créativité seront ainsi au rendez-vous. “Le Cercle a pour vocation de faire connaître les artistes mais aussi à les rencontrer, à partager les œuvres et il permet aussi aux artistes entre eux de s’échanger les bonnes adresses, des conseils, des astuces”… expliquent Henri Kaufman et Dominique Lefebvre, le vice-président, qui, avec leur équipe, sont sur les rangs pour préparer les expositions estivales où “les artistes mettent leur tripes sur la table”, commente Henri Kaufman, éditeur, artiste, président… et bien d’autres encore qui explique sa boulimie ! “Je travaille vite et longtemps”..

Les rendez-vous du Cercle Exposition la première semaine du mois d’Août, à Manville aux Baux de Provence, en juillet et août à la Maison du Parc naturel régional des Alpilles à Saint-Rémy, puis à l’automne salle Robert de Lamanon à Salon de Provence.



L'inflexion des voix chères

24 May, by HK[ —]

KsonL'inflexion des voix chères, et autres dialogues avec l'ombre : un livre des Ed. Kawa. un livre écrit par un marketer - Alexandre Kson - qui a déjà écrit un autre livre de Marketing intitulé Art et Communication font-ils bon ménage, préfacé par Jacques Séguéla avec un avant -propos signé Vincent Leclabart, Président de l'AACC.

Ce livre est un recueil de nouvelles passionnantes :

  • Un poulailler appelé Paradis
  • La Monstrua : le peintre et sa muse ; le voyageur inconscient
  • Puiser à l'intérieur : l'entre deux eaux ; la liste de nos fous rires
  • Réseau de neurones : Françoise en aime un autre, les lois sociales du Général de Gaulle, les contes de fées, Nina Simone, la grande brasserie de Paris, les atomes crochus, le hasard, etc.
  • Le procès de Cécile (Inspiration autour de l'œuvre de Françoise Sagan)
  • L'inflexion des voix chères : Le bon et le mauvais bruit des gares, les souvenirs sont des romans.

Dès la lecture des premières pages, j'ai été emporté par un courant mystérieux qui me faisait découvrir à Kson2chaque page de nouveaux paysages. Il est rare que des marketers se frottent à la littérature. Eh bien Alexandre a réussi ce qu'on pourrait appeler la sortie de sa zone de confort. 
Mon conseil, suivez-le et vous ne le regretterez pas !
Photo de couverture : © Florian Lévy www.florianlevy.com


L’âge du capitaine (Emmanuel) et celui de la femme du capitaine (Brigitte)

19 May, by HK[ —]

BrigitteL’âge du capitaine et celui de la femme du capitaine, par Henri-Jean Anglade

Il y a plusieurs façons d’envisager le problème selon qu’on se place du point de vue du calcul mathématique ou politique. On peut aussi le voir au réel ou au figuré, selon qu’on s’attarde sur l’acte de naissance officiel ou celui de l’article du Journal officiel. En clair, ce que donne à lire l’état civil ou à ce que donne à voir l’état du pays. Et pour le coup, l’irruption d’Emmanuel Macron permet d’établir un nouveau théorème.

Par sa formule par l’absurde, Gustave Flaubert a posé le problème dans la lettre qu’il a adressé à sa sœur Caroline en 1843. L’auteur de Madame Bovary se fait ici enseignant du nonsense en écrivant : « Un navire est en mer, il est parti de Boston chargé de coton, il jauge 200 tonneaux. Il fait voile vers le Havre, le grand mât est cassé, il y a un mousse sur le gaillard d’avant, les passagers sont au nombre de douze, le vent souffle N.-E.-E., l’horloge marque 3 heures un quart d’après-midi, on est au mois de mai... On demande l’âge du capitaine ? ».

Outre que cet énoncé ne permet pas de dégager une réponse, de nombreux esprits savants se sont malgré tout penchés sur la question et ont tenté d’y apporter une réponse, plus ou moins précise, plus ou moins fantaisiste en fonction d’hypothèses de calculs.*

Au vu de l’élection d’Emmanuel Macron, il nous est aujourd’hui permis d’établir une autre grille de lecture et de préciser les contours de ce problème en l’actualisant comme il se doit. Reprenons donc chaque item et tentons d’y apporter la traduction la plus pertinente.

- Un navire est en mer : la France prend l’eau de toutes parts

- Il est parti de Boston chargé de coton : Trump ne nous fera aucun cadeau

- Il jauge 200 tonneaux : avec une dette à 2000 milliards on est mal barré

- Il fait voile vers le Havre : suivez mon regard, d’où vient le secours

- Le grand mât est cassé : la fracture sociale est à l’œuvre

- Il y a un mousse sur le gaillard d’avant : Edouard Philippe à la manœuvre

- Les passagers sont au nombre de douze : les apôtres du gouvernement

- Le vent souffle N.-E.-E. : la bonne direction c’est l’Euro

- L’horloge marque 3 heures un quart d’après-midi : 15:15 c’est Marignan 

- On est au mois de mai : c’est l’élection suivie de l’investiture

- On demande l’âge du capitaine ? 39 ans bien évidemment !

Une fois que la réponse a été démontrée, il reste une autre question à laquelle Flaubert n’avait pas songé bien qu’il ait abordé le sujet dans L’Education sentimentale, c’est l’âge de la femme du capitaine. Nous en avons désormais la preuve sous les yeux depuis l’apparition de Brigitte Macron sur nos écrans. Et cet âge-là, de raison, n’est pas sans intriguer de nombreux commentateurs, de France, de Navarre et du monde entier.

Comment se peut-il qu’un homme si jeune, si brillant, soit avec une femme de 24 ans son aînée ? Ce n’est pas moi qui le dit, et le pense, bien au contraire, je trouve cela tout aussi formidable qu’éminemment romantique, mais visiblement la presse française et internationale s’en fait un écho dubitatif quand ce n’est pas de réprobation.

Passe pour la Une de Charlie hebdo, qui est dans son rôle, où l’on voit Brigitte enceinte et en légende « Il va faire des miracles » mais quid de toutes les allusions vulgaires, machistes et phallocratiques, du Times qui osait titrer « La première cougar » (le 25 avril) ou des déclarations pitoyables de Berlusconi qui moquait Macron donnant le bras à sa mère en lieu et place de son épouse. Il est vrai que ce dernier est un spécialiste du Bunga Bunga et verserait plutôt dans la pédophilie. Rares sont ceux qui ont fait le rapprochement avec le couple Trump qui présente une symétrie parfaite, sauf que la différence d’âge se fait à sens inverse, Melania ayant exactement 24 ans de moins que son illustre époux. Faut-il donc qu’en 2017, la France soit ainsi un (contre)modèle universel qui montre la voie à une autre libération des mœurs et donne aux femmes le pouvoir d’assumer un âge resplendissant au-delà du seuil généralement admis, y compris et surtout à Hollywood ?

Pour finir et éclairer le propos de départ, le jeune provincial, Frédéric Moreau dans le roman de Flaubert, est ici magistralement interprété par Emmanuel Macron et Brigitte est en quelque sorte Marie Arnoux, épouse d’un riche marchand d’art, dont notre héros de papier est éperdument amoureux, ce à quoi, le jeune Emmanuel de chair et d’os est quant à lui follement épris de sa Brigitte encore épouse d’André Auzière banquier de son état. Reste à savoir si le rêve domine l’action ou la complète dans le personnage de Frédéric-Emmanuel et si le Rastignac qui bouillonne en lui renversera la table. Le lecteur sait que le roman se passe entre la Monarchie de Juillet et le second Empire, une époque où la France change de physionomie, où Guizot lance le fameux « Enrichissez-vous » avant que Badinguet ne pointe sous le bouc de Louis-Napoléon et que l’ombre de Bonaparte s’efface dans les frous-frous des palais des Tuileries. Ecoutons Flaubert nous suggérer le fin mot, du moins une clé de l’histoire : « N’importe, moi je trouve le peuple sublime » dit Frédéric, doublure d’Emmanuel, dont on peut voir dans cette citation, que sa remarque est toute Macronienne.

Pour conclure, le plus jeune président de la République est avec la plus jeune Première Dame puisqu’ils se sont rencontrés en 1993. Cela donne donc 24 ans. On en revient là. Le chiffre à retenir pour un nouveau départ et une belle aventure. Que les jaloux, les envieux, les aigris, les mal-b..., les culs-bénis, les coincés, les machos, les ringards, prennent le train et montent en marche pour observer le changement et admirent le nouveau PAF (Paysage Amoureux Français). Et vive le capitaine !

HJA

* «L’âge du capitaine. De l’erreur en mathématiques.» Stella Baruk (Seuil)


Instantanés post présidentiels

18 May, by HK[ —]

EMInstantanés post présidentiels, par Henri-Jean Anglade

. Logo En Marche, ego Marcon : en quelques jours, le nouveau président a réussi à imprimer sa marque au point que l’empreinte de son prédécesseur semble déjà s’effacer comme des pas dans le sable recouvert par l’eau montante. La jeunesse triomphante de l’un lui donne des airs de Bonaparte au pont d’Arcole quand il entre à l’Elysée le jour de son investiture qui s’apparente à un sacre. La retraite de l’autre avec une halte à l’auberge Solférino pour un pain beurre cornichons entre quelques survivants de la Hollandie consacre sa mise au ban d’un socialisme moribond.

. Ainsi vont les jours de la République : où la gloire accompagne le nouveau venu en même temps qu’elle raccompagne dans l’exil celui qui n’est plus qu’un simple citoyen, légèrement au-dessus de la moyenne cependant, avec bureau rue de Rivoli et excusez du peu, 314 m2 avec vue sur les jardins des Tuileries. Marianne est bonne fille et se laisse cajoler pour éviter une trop rude transition à ses ex amants d’un mandat. François gardera-t-il le scooter ?

. Après la pluie, le beau temps : béni par les Dieux, Emmanuel Macron passe brillamment l’examen de passation et sort entre les gouttes pour sa remontée des Champs-Elysées en command car. François Hollande sort quant à lui rincé de son quinquennat. C’est ce qui s’appelle la grande lessiveuse du pouvoir.

. Après le président anaphore, le président sémaphore : Macron instaure sa présidence jupitérienne sous le signe de l’arc-en-ciel tandis que Hollande l’avait installée sous le signe de Zeus, dieu de la foudre qui l’avait frappé lors de son premier vol vers Berlin. Angela veillerait-elle, telle une Mutti, avec bienveillance sur Emmanuel ?

. Après le bruit et la furher de la présidentielle : le FN met la veilleuse et le silence relatif fait suite à l’échec de la stratégie prônée par Florian Philippot. L’élection de Macron vaut référendum pour l’Euro et Marine s’est littéralement plantée en rase campagne. Sa nièce l’a aussi plantée et il se pourrait que quelques couteaux soient affûtés pour l’après législatives si les résultats sont mauvais. Sera-t-elle candidate, au risque de perdre, ou bien restera-t-elle au chaud au parlement européen ?

. Marie Sara, investie par En Marche dans le Gard : saura-t-elle se garder des bassesses coutumières de son adversaire ? Face à Gilbert Collard, le marin d’eau douce de Marine : la muleta et le mulet ?

. François Hollande quitte la cour de l’Elysée en DS5 : peu après Emmanuel Macron monte dans sa toute nouvelle DS7 Crossback. Changement de vitesse ou de régime ?

. Nicolas plus que jamais Ducon-Gnangnan : se retrouve triplement con après son tour de piste du côté du FN. Il a perdu des soutiens qui ont trouvé qu’il se couchait pour un plat de lentilles et dans sa bonne ville de Yerres, on va le lui faire payer demain, il aura un candidat FN face à lui, c’est dire combien son alliance était bidon, il a cru renflouer les caisses de son parti, il l’a vidé de ses électeurs. Epitaphe : Premier ministre d’un jour, député (coucouche) au panier.

. Mélenchon jette son dévolu sur Marseille : opportunisme peu civique face au socialisme bouillabaisse, sa France insoumise n’est pas de mise près du vieux port où il a fait un score Castriste. Il eut été plus insoumis de se soumettre à un environnement moins favorable, en terre de l’Est ou des Hauts de France par exemple. Mais à son âge, Jean-Luc préfère le pastis et le soleil, on le comprend. Attention cependant au parachutage qui se transforme en chute finale.

. Parité, équité, loyauté : telle est la devise du nouveau gouvernement. Une belle ouverture à droite, n’en déplaise aux caciques des Républicains qui cherchent à minimiser l’impact, balle au centre pour déplacer le curseur et essai à gauche pour marquer quelques buts. Edouard Philippe a su mettre en place son équipe en capitaine avisé quoique très surveillé par le président du Club des marcheurs. Après une séance de chauffe et quelques tours de piste, premier match dans moins d’un mois. L’équipe restera en première division ou bien sera reléguée, c’est selon le résultat des législatives. A priori, c’est plutôt parti gagnant, mais le pari n’est pas encore totalement gagné.

. La déflagration des Primaires se fait ressentir six mois après : Sarkozy joue dans les coulisses Baroin gagnant, quoique chafoin perdant, Juppé laisse monter Edouard Philippe, casaque de Premier ministre à Matignon, Hamon cherche son box, Valls rue dans les brancards après avoir perdu la rue de Solférino et Mélenchon est prêt à dresser les barricades. Où l’ont voit que du champ de course au champ de bataille, il n’y a qu’un champ de ruines.

(à suivre...)

Henri-Jean Anglade

 


Vidéos du Succès : Des livres destinés aux dyslexiques

17 May, by HK[ —]

Oui, les dyslexiques et surtout les enfants, ont du mal à lire des livres ; voilà une définition :

Prenons celle de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la dyslexie est un trouble spécifique de la lecture. Il s’agit également d’un trouble persistant de l’acquisition du langage écrit caractérisé par de grandes difficultés dans l’acquisition et dans l’automatisation des mécanismes nécessaires à la maîtrise de l’écrit (lecture, écriture, orthographe…).

La dyslexie touchera entre 8 à 10% des enfants selon l’OMS et touche 3 fois plus les garçons que les filles.

OrseryEh bien des éditeurs ont publié des livres destinés aux dyslexiques. Et c'est Olivier de Beaufort, Directeur chez Orsery qui imprime des livres "à la demande" qui nous montre un tel livre, imprimé sur sa machine. Voilà son interview Vidéos du Succès :

 

 


Sapiens : Cancer, on peut le battre !

12 May, by HK[ —]

SapiensSapiens, un magazine qui, dans son édition du 13 avril, s'est concentré sur le cancer avec un titre très volontariste : Cancer, on peut le battre !

Dans ce magazine, on trouve un article de 14 Pages signé Valérie Sugg, auteure des Editions Kawa avec son livre : Cancer sans tabou ni trompette. 
Valérie Sugg, psycho-oncologue, accompagne depuis près de vingt ans, au sein d’un service de cancérologie hospitalier, les personnes atteintes de cancers ainsi que leurs proches. C’est aussi une passionnée de voyages au bout du monde à la rencontre d’autres cultures, mais aussi de photographies mettant en exergue la beauté du monde.

Valérie Sugg raconte dans son livre la période des bilans qui précède l’annonce, le choc des mots et le poids des radios, les angoisses qui prospèrent, les doutes que l’on pourchasse, les questionnements qui tournent en boucle comme un vieux vinyl rayé. Après il y a les traitements proposés analogues à un catalogue de voyage… pour le pays du cancer. On est loin des Bahamas ou des Maldives pour la destination de rêve, et la plongée sera moins touristique. Le cancer ne donne pas vraiment le choix, se soigner est la priorité. Heureusement, ce chemin est aussi ponctué de rires, de rencontres, de joies, de victoires aussi. Les équipes soignantes sont là, telles des poissons-sherpas tentant de faciliter la progression de chacun avec finesse… ou pas !

Sugg2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sugg3


Pas de bulle pour Macron, un peu de Tulle pour Hollande

12 May, by HK[ —]

PlacideLe premier billet post-présidentiel d'Henri-Jean Anglade :

Pas de bulle pour Macron, un peu de Tulle pour Hollande : Ouf ! La victoire d’Emmanuel Macron est nette. N’en déplaise aux esprits chagrins et aux Mélenchoniens, râleurs patentés, il est légitimé par un vote écrasant en sa faveur. Les deux tiers des inscrits lui ont donné leurs suffrages et il s’en trouve fortifié pour un mandat où il devra faire preuve autant d’habileté à la manœuvre que de détermination à l’œuvre. Certes, le vote par défaut a, une fois de plus, poussé nombre d’électeurs orphelins dans ses bras, ne lui donnant pas quitus pour la suite, et le repoussoir Le Pen a agi comme un levier au lendemain d’un débat où l’héritière de Montretout s’est révélée en dessous de tout. A ces réserves près, auxquelles s’ajoutent une abstention record et un nombre de votes blancs ou nuls élevé, le score d’Emmanuel Macron est cependant plus qu’estimable, inespéré dans une configuration où il y a seulement une semaine, la barre des 60% était considérée comme le seuil maximum.

Plouf ! Marine plonge et se ramasse au second tour. Bien sûr, avec plus de dix millions d’électeurs, c’est un score qui reste impressionnant mais on peut le lire aussi comme un désaveu. Elle n’a pas fait le plein et a probablement perdu un potentiel d’électeurs qui aurait rendu la victoire d’Emmanuel Macron plus fragile. Après son râteau du débat, et le récent (et subit) retrait de sa nièce, elle est bonne pour une plateau repas devant Top Chef, histoire de vérifier si le Cauchemar en cuisine n’est pas dû à un trop plein de sauce aigre-douce mâtinée d’un rejet de sa personne.

Fou ! Comme le vieux monde politique se désagrège. Il se désintègre à la vitesse de l’éclair avec Emmanuel en Flash Gordon. En moins d’un an, il a placardisé tous les ex ténors, il a ringardisé les partis, il a électrisé les foules. Un gourou pour certains, une bulle pour d’autres... Le résultat est là : 66% de voix à 39 ans, sans carrière derrière lui, sans autre soutien qu’un mouvement monté il y a un an. De quoi étonner les plus sceptiques, de quoi écœurer les apparatchiks, de quoi susciter une mystique. De quoi Macron est-il le nom ? D’un élan, d’un projet, d’un programme... Et d’un pays qui tourne enfin la page de trente années d’immobilisme. Du moins, c’est le moment de le croire.

Rouf ! Emmanuel est le capitaine du bateau. Désormais installé sur le pont supérieur, il tient le gouvernail d’un voilier qui prend l’eau de toutes parts et qu’il faut colmater. On l’a vu aussitôt se mettre à la barre dans la cour du Louvre, tenant un discours à la fois conciliateur et offensif. Du haut de cette pyramide, Bonaparte pointe un peu en Macron. Et Brigitte se pointe en Joséphine. Les Français ont le sens de l’histoire et le monde regarde à présent comment la France a pris le train en marche.

Pouf ! Le roi Hollande se retire sur la pointe des pieds. Déchu de son piédestal depuis déjà longtemps, il laisse le trône à son jeune héritier. Il suffit de voir ses gestes affectueux lors de la cérémonie du 8 mai pour se rendre compte que c’est un passage de flambeau. Flamby pépère et Kid président, bras dessus bras dessous, c’est une image régalienne dont on se régale. Il paraît que le futur ex se cherche une maison à Tulle, sans doute pour y écrire ses Mémoires. Après avoir lu « Merci pour ce moment » de sa pouffe, puis « Un Président ne devrait pas dire ça », sans esbroufe, Hollande nous livrera peut-être ses souvenirs sur un pouf, où les miscellanées d’un président qui se voyait élu dans un fauteuil pour un deuxième mandat. Question fauteuil, Emmanuel lui, a déjà un style bien différent.

Henri-Jean Anglade
Dessin de mon ami Placide


Et maintenant, Monsieur le Président ?

8 May, by HK[ —]

Et-maintenant-monsieur-le-president-un-projet-plus-que-des-programmesEt maintenant, Monsieur le Président ? : Un livre qui s'adresse à Emmanuel Macron, le Président élu : Un livre de Francis GUTMANN – Ambassadeur de France, qui est parti en impression le lendemain du résultat des élections : une véritable performance des Editions Kawa ! Il est en précommande ICI

Rarement sans doute la scène politique n’a offert le spectacle d’une médiocrité telle celle de la récente campagne électorale. A une France ainsi avilie, il faut redonner une dignité perdue. Ce devrait être l’ambition première du nouveau Président de la République avec celle de rendre aux Français foi en l’avenir. Mais c’est à ceux-ci d’abord de réagir par-delà leur écoeurement ou leur découragement.

 
Foin des programmes ! Le présent ouvrage esquisse un projet.

Extraits du livre :

Le changement désiré, le changement redouté, le changement maudit… Va-t-on faire d’un moment de déprime la fin de plus de mille ans d’Histoire ?

Ce n’est pas parce que le monde ne sera plus le même que [la France] ne pourra plus demain s’y assurer un destin singulier.
C’est d’un nouveau militantisme dont il s’agit, pour une nation ressourcée, pour une démocratie renouvelée.
Le ressaisissement passe par la reconnaissance, la réhabilitation et le respect d’un certain nombre de vérités élémentaires. …Vivre ces vérités, s’engager pour elles, c’est là le grand défi à relever par une nouvelle génération en quête de sens.
Redéfinir les responsabilités respectives de l’Etat, des politiques et de l’administration.
Vains débats entre dirigisme et libéralisme entre un Etat qui pourrait tout faire et un marché qui pourrait tout résoudre.
La mondialisation économique n’est pas une punition, elle est un combat.
Innover, investir, se porter sans cesse au devant… la France est parfaitement capable d’accomplir semblable révolution à condition de ne plus chercher l’avenir dans le passé.
Le monde n’est pas occidentalisable dans son entièreté. …Regarder le monde comme il est en mutation continue sans nostalgie, ni utopie et sans esprit de système non plus.
Dans un monde devenu de plus en plus pluriel et divers, la [France] peut, recouvrant l’intelligence des situations, contribuer à éclairer la route commune et… s’employer à faire office de médiateur.

L’Union européenne doit être redéfinie.

L’Europe est une famille, elle n’est pas une nation.

Sachons redevenir des gagneurs !

 

 


0 | 10










mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER