HOME > RSS > BLOGS France > June's Planetoid

R S S : June’s Planetoid


PageRank : 1 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



Paterson

10 January, by june[ —]
Vu Paterson un lundi après-midi au cinéma.
C’était une très très belle expérience de dialogue entre un réalisateur et un spectateur ; car nous serons probablement nombreux à avoir eu l’impression d’avoir vu un film qui ne s’adressait qu’à soi, directement, comme si Jarmusch avait fait son film rien que pour nous. Ce qui donne un très bel écho à pas mal de choses que j’ai lues au sujet de ce film, citant notamment David Shapiro -qui fût prof de poésie du réalisateur- lorsque celui-ci décrivait cette manière de donner l’impression de rendre unique le lien en devenir dirigé vers le lecteur d’un de ses poèmes.
Quels ingrédients miracles faut-il donc réunir pour que cette sauce prenne ? Vite, en vrac, pour ne pas les oublier : d’abord, évidemment, William Carlos Williams, et ce que représente William Carlos Williams, parce que ça n’arrivera pas tous les jours qu’un des plus beaux films vus ces derniers mois repose en grande partie sur le genre de miracles provoqués par la présence de cet auteur essentiel : le personnage central peaufine ses poèmes en bossant, puis les écrit durant les pauses ; une fillette qui écrit et qui évoque Emily Dickinson lors d’un bref échange ; Method Man affûtant ses seize dans une laverie automatique. Tout cela, ce sont déjà des manières de recontextualiser l’objet poésie de la manière dont on devrait normalement le percevoir : pas dans les recommandations mortifères des académiciens d’un autre âge, mais bien partout, dans toutes les infra-couches du quotidien, à n’importe quel âge, selon zéro critères de sélection socio-culturelle. La petite jumelle, Paterson lui-même, Cliff Smith/Method Man illustrent déjà tout cela, et on peut également trouver le même élan dans les échanges entre Paterson et son chef de service ou avec ce touriste japonais, entre autres.
Et puis aussi, donc : d’incessants aller-retours entre Jarmusch et son spectateur, donc, voyant le réalisateur tester plus souvent qu’à son tour (avec délicatesse toutefois) la solidité du quatrième mur, sur quelques dialogues aussi marquants dans leur délicatesse (les mots de Paterson, la manière dont ils sont agencés tout comme la manière dont ils sont lus), ou bien des mises en abîme plutôt drôles (l’un : "Tu devrais être acteur !" l’autre : "Je suis acteur !").
Adam Driver est très bien. Jarmusch excelle sur les dialogues. Sa caméra -ou son chef-op- se pose parfois de manière innatendue et c'est chouette d'être surpris par ce type après toutes ces années. Tout le monde est bien, juste. Mis à part la cabotineuse Golshifteh Farahani qui n’en finit plus de cabotiner, est-ce qu’il y a un seul truc négatif à dire du dernier Jarmusch ?



Quel beau, quel bon film.

 

Be seeing you.

2 January, by june[ —]
Ça signifie très probablement quelque chose, quelque part : cette année, The Prisoner a cinquante ans.
Autant réviser, du coup.


Psssschhhhhh.

2 January, by june[ —]
La syllogomanie (suite) prend parfois également des formes assez perfides, larvées, ni vu ni connu.
Comme par exemple le fait d'utiliser en guise de marque-page des trucs qui auraient mérité depuis longtemps d'aller à la poubelle. Mais non, pardi ! Du coup si je pèse tous les bouts de papier, de cartons, de tickets de caisse, de coupures de presse, de cartes de visite, de trucs déchirés de je ne sais où, tous les trucs planqués dans mes bouquins, je suis sûr que j'arrive à un kilo.
Tiens, ça par exemple, c'est tombé d'un bouquin que j'ai ouvert ce matin :


Retour dans les terres.

2 January, by june[ —]
Retour dans les terres.
Au fond de l'allée arborée, passer la fontaine aux cyprès : c'est là que se trouve notre nouvelle planque.





And also... check this out.

Leia Organa

2 January, by june[ —]
Ces derniers jours étant une synthèse de ces derniers mois, je m'en vais poster un RIP par jour jusqu'en 2017. Après Alphonse Mouzon hier, je me garde Richard Adams pour demain.
Et ce soir, comme 98% des gens de mon entourage sur les réseaux sociaux, j'ai une pensée émue pour mon premier coup de foudre... Ouais je sais, comme beaucoup d'autres anciens mômes de onze ans qui ne se sont jamais vraiment remis du Retour du Jedi...

f

(6 year old Carrie Fisher watching from the wings as her mother Debbie Reynolds performs on stage at the Riviera Hotel in Las Vegas - 1963Photo Lawrence Schiller, Copyright Polaris Communications, Inc.)


24/12.

December 2016, by june[ —]

Décembre 93

December 2016, by june[ —]
La syllogomanie, même sous sa forme simple, c'est cette saloperie qui me laisse aller chercher un article dans un vieux magazine pour y trouver une info sans importance pour retomber par hasard sur un autographe de Jay Kay, ramené des Transmusicales de Rennes en décembre 93 : il y a une éternité.
Après un concert d'une cohérence complètement folle comme seuls certains festivals peuvent le proposer, j'avais vu la même soirée les Rita Mitsouko, Sinclair, Fleshquartet et Jamiroquai... Je ne sais pas comment mais j'avais fini dans le tour bus, ça fumait des gros gros joints, j'avais pris plein de photos (au jetable, yo) dont j'avais tapissé les murs de ma petite chambre de retour au Foyer des Jeunes Travailleurs. Sur ces photos, en plus de la bande des anglais acid-jazz (c'est vieux, vous dis-je), il y a même Olivier Cachin, on avait un peu discuté et je lui avais dit "Tchaxo !" avant de repartir pour le grand est, j'avais fini avec des types complètement rébou dans un parking couvert près de la gare, il flottait, j'avais limite ramené une pneumonie, c'était vraiment une soirée rigolote pour un grand dadais de vingt balais comme moi.
Du coup ça me fait penser que j'y étais allé en autostop (Dole-Rennes : 650 bornes quand même, on est cinglés quand on est jeune). Et que j'étais rentré en train, avec mon coup de froid et mes souvenirs, sans payer bien évidemment et bien évidemment je m'étais fait serrer. D'ailleurs, j'y songe, je dois encore avoir le pv dressé dans le train, faudrait que je le cherche... Bon.
Quelqu'un connaît un traitement ?



Mix & Remix

December 2016, by june[ —]
Godspeed, monsieur Mix & Remix.  :(
il y environ vingt-cinq ans, je tombais sur l'un des tout premiers numéros du magazine Vibrations. Dans ses pages, on ne parlait que de disques et d'artistes que j'adorais, et plus encore de tonnes d'autres que je ne connaissais pas mais les chroniques, les articles donnaient du coup très souvent envie de s'y intéresser.
Je claquais alors chaque mois beaucoup trop de pognon dans la presse et au fil des années, Vibrations est devenu le seul magazine spécialisé dont je ne ratais pas un seul numéro, quasiment jusqu'à la fin de sa publication il y a quelques années de cela.

Je me souviens précisément du truc qui faisait la différence avec tout le reste, à l'époque : non seulement on y parlait des genres de musique qui m'intéressaient mais EN PLUS c'était blindé de dessins magnifiques de Noyau (qui était d'ailleurs à la maquette, ce qui donna quelques couvertures somptueuses pour les premiers numéros), d'Anna Sommer, de Laurent Lolmède, et de Mix & Remix, donc. C'est là que j'ai découvert le boulot de ce dernier, et là j'aimerais fouiner dans mes vieux magazines pour en sortir un dessin qui défonce et le poster sur fcbk mais malheureusement mes cartons de Vibrations sont à l'autre bout de la Fransse, faute de place dans ma nouvelle demeure.
Mais je vais y penser lors de mon prochain passage, parce qu'il y avait un paquet de dessins super bien que je ne trouve nulle part sur le web...



Et puis.

December 2016, by june[ —]

Lunatic Fringe

December 2016, by june[ —]
Lunatic Fringe est une publication variable.
Son contenu, sa forme, ses dimensions, son papier, son mode d'impression change à chaque numéro. On en sait pas beaucoup plus. Il n'y a guère que son auteur qui ne change guère, et encore : personne ne peut vraiment dire s'il ne vieillirait pas un peu chaque année.


Je viens de recevoir le troisième numéro. Je les conserve avec attention et soin, quand bien même je ne sais jamais comment les ranger dans mon étagère.
Il y a aussi un joli site qui ne vous renseignera pas davantage, mais qui a le mérite de partager de très jolies photos prises en 2016 avec des appareils jetables : http://lunaticfringe.solutions


0 | 10 | 20










mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER