HOME > RSS > BLOGS France > MARELLE Radio

R S S : MARELLE Radio


PageRank : 1 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



Poésie sur écoute - épisode 194

1 April, by marellezap@gmail.com (Pierre Ménard)[ —]


Pour fêter les 80 ans de Jean-Luc Godard, j'avais réalisé Il y a trois ans un montage d'extraits de certains de ses films. Ce montage sous forme de patchwork visuel et sonore était une manière de rendre hommage à Jean-Luc Godard et à son écriture.

Son dernier film, Adieu au langage, qui a obtenu récemment le Prix du Jury du Festival de Cannes et figure à l'affiche de deux salles parisiennes.

PNG - 133.7 ko
Dossier de presse du film « Adieu au langage » de Jean-Luc Godard

À cette occasion, je vous propose d'écouter l'intégralité de la bande son du film. C'est une expérience étonnante que je rapproche du souvenir lointain que j'ai d'une émission de radio qui proposait ce type de programme la nuit et qui a toujours provoquée en moi un invariable ravissement.

Écouter en ligne :



Comment filmer un monde devenu indéchiffrable ? Comment faire « entrer le plat dans la profondeur » ? Comment voir ce que l'on ne voit pas, entendre ce que l'on entend pas ? Comment interroger le langage dans son opposition à la communication ?

Cette dernière question n'est pas neuve chez le cinéaste. Julien d'Abrigeon écrit d'ailleurs dans son mémoire sur Jean-Luc Godard : cinéaste-écrivain (de la citation à la création, présence et rôle de la littérature dans le cinéma de Jean-Luc Godard de 1959 à 1967) :

« Si Godard fait un cinéma littéraire, c'est que, dans son art, il utilise le langage comme le ferait un écrivain. Son emploi du langage ne se limite pas à l'écriture de simples dialogues, il appartient à une vraie réflexion sur la parole, sur la nature et la fonction des mots. C'est un travail et une réflexion poétique sur - et par - le verbe, le langage comme outil de communication. Et si, comme il le constate avec Éluard, il y a une mort dans la conversation, il sait que la vraie vie du langage est ailleurs, dans la poésie. « Le langage poétique surgit des ruines, écrit Ferdinand dans son cahier, la poésie est la reconstruction d'un langage plus juste, sur le cadavre d'une langue, morte dans la conversation. »

« On va bientôt tous avoir besoin d'interprètes, ne serait-ce que pour se comprendre soi-même », entend-on dire dans Adieu au langage.

Jean-Luc Godard est l'un des plus importants cinéastes vivants, il n'a jamais cessé de renouveler le cinéma (fer de lance de la nouvelle vague, expériences inédites de télévision, utilisation singulière et innovante de la vidéo, mais aussi ses inventions et expérimentations formelles : surimpression, rapports image/son/photo/texte).

PNG - 85.6 ko
Dossier de presse du film « Adieu au langage » de Jean-Luc Godard

Dans ce film il expérimente la 3D. Avec les moyens du bord, en bricoleur ingénieux, en expérimentateur touche-à-tout. Le résultat n'a visuellement rien de spectaculaire, c'est pourtant beaucoup plus inventif que ce qu'on a l'habitude de voir dans les films à gros budgets américains où tout est lisse et froid. L'effet le plus saisissant est celui qui permet de voir deux images en même temps, celle que voit l'œil gauche ou celle perçue par l'œil droit. Le montage évolue en cours de projection, suivant l'œil que l'on garde ouvert, jusqu'à ce que les deux images se fondent à nouveau.

PNG - 72.1 ko
Dossier de presse du film « Adieu au langage » de Jean-Luc Godard

Jean-Luc Godard a inventé une langue cinématographique inédite, où ce qu'elle exprime n'existe pas, ou plus précisément renvoie à un réel qui nous échappe. Pas d'autre moyen, pour tenter désespérément d'atteindre ce réel, d'inventer une langue. Le langage (c'est-à-dire le parler courant) en est parfaitement incapable.

Jean-Luc Godard ne fait plus du cinéma comme on continue de l'appeler aujourd'hui. Il est ailleurs comme il le dit avec tant de justesse et d'émotion dans la lettre filmée adressée au président du festival, Gilles Jacob, et au directeur, Thierry Frémaux, mise en ligne juste après la projection officielle : « Je ne suis plus là où vous croyez encore que je suis encore. En fait je suis d'autres pistes. […] J'irai dorénavant là où je suis resté. »



Dans une archive du Cinéma des cinéastes de 1982, Jean-Luc Godard disait :

« J'ai toujours dit que, dans le cinéma, il n'y avait pas d'images. Il y a toujours une image avant et une image après. Le présent n'existe pas dans le cinéma. Le lundi n'existe pas. C'est toujours le dimanche ou le mardi. Et le lundi est tout simplement la liaison entre les deux. Et l'image c'est ça. Et même l'image n'existe pas. Il y a un texte de Pierre Reverdy qui dit : “une image n'est jamais forte parce qu'elle est terrible ou brutale mais parce que la solidarité des idées est lointaine et juste”. (…) Tout est toujours entre deux. La lumière est toujours entre le jour et la nuit, entre le clair et la nuit… Tout est entre deux.… »


Poésie sur écoute - épisode 193

http://www.liminaire.fr/Fragmentplay episode download
31 March, by marellezap@gmail.com (Pierre Ménard)[ —]


Écouter en ligne :



Pièce sonore réalisée à partir des lectures des textes écrits par les participants à l'atelier d'écriture numérique À Louvre ouvert, dans le cadre du 3e atelier d'écriture numérique à l'occasion de l'exposition Bill Viola au Grand Palais à Paris.

Se mêlent aux voix des participants lisant leurs textes, les secrets qu'ils ont bien voulu me livrer.

Visiteurs devant les toiles du Musée du Louvre

Presence, 1995 (Présence) :

L'installation sonore Présence, de Bill Viola, située dans l'escalier entre les deux étages de l'exposition, nous fait entendre des voix de tous âges chuchoter des secrets, des respirations ou les pulsations d'un cœur.

Escalier du Grand Palais lieu de diffusion de l'installation sonore « Présence » de Bill Viola

De la petite enfance à la vieillesse, ces voix chuchotent des secrets et des histoires personnelles. À partir de quatre petits haut-parleurs montés sur le pourtour du dôme, quatre canaux diffusent successivement des voix différentes, qui circulent dans la salle comme une présence psychologique de la mémoire et de l'individualité.

Dans cet espace, deux autres sons manifestent la présence physique du corps. On entend d'abord, au centre de la salle, une respiration régulière et les sons intérieurs d'un corps humains. Un petit haut-parleur, placé au point focal acoustique d'un réflecteur parabolique monté au sommet du dôme, concentre un faisceau étroit de sons sur une petite surface, matérialisant subitement la respiration et les bruits du corps au niveau de l'oreille intime de l'auditeur. En dehors de cet axe, les auditeurs entendent encore la respiration, mais plus lointaine et diffuse. Le second bruit est la pulsation constante, à basse fréquence, d'un rythme cardiaque humain, diffusé dans tout l'espace. Un haut-parleur subwoofer spécial reproduit des tons graves profonds, que l'on ressent moins comme des sons que comme des vibrations physiques.













mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER