HOME > RSS > BLOGS France > SILO

R S S : SILO


PageRank : 3 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



Poème express n° 721

11 May, by Lucien Suel[ —]


PARCELLE 101 - Suites potagères (2) par Florence Saint-Roch

9 May, by Lucien Suel[ —]

Nous publions au Silo les 6 premières (sur 33) des suites potagères rédigées sous le titre Parcelle 101 par Florence Saint-Roch. Cet ouvrage est à paraître en juin 2018 aux éditions p.i.sage intérieur

2.

il s’approche me fait la bise ne peut s’empêcher de lire ce que je suis en train d’écrire l’invention du jardin c’est rigolo tu sais que j’en ai un pour de vrai un terrain de deux arpents dans le Bachelin il sourit me laisse le temps de me représenter c’est une trop grande surface pour moi ça te dirait de le partager dans mes yeux écarquillés il doit voir pousser des carottes et des navets un parc entier de fraises parfumées des rêves d’abondance façon Perrette et le pot au lait il ouvre la paume de sa main me la met sous le nez allez tope-là c’est décidé il est comme ça Rémi vas-y tu verras la belle terre brune des marais parcelle cent un la cabane à outils est délabrée la barrière toute rouillée tu ne peux pas te tromper avec une telle publicité pas question de traîner l’après-midi même j’ai abandonné mes livres et mes cahiers j’ai enfourché mon vélo et hop j’y suis allée
                                                                                                                                                                          à suivre...

PARCELLE 101 - Suites potagères (1) par Florence Saint-Roch

9 May, by Lucien Suel[ —]

Nous publions au Silo les 6 premières (sur 33) des suites potagères rédigées sous le titre Parcelle 101 par Florence Saint-Roch. Cet ouvrage est à paraître en juin 2018 aux éditions p.i.sage intérieur

1.

quoi qu’en disent les guides touristiques notre plus grand trésor à Saint-Omer c’est la bibliothèque sa salle patrimoine coupe le souffle cloue le bec elle s’étage superbe tapissée du haut en bas de vieux livres épais cuirs bouillis papiers jaunis nous voici dans le saint des saints le temple du savoir et de l’intellectualité j’aime bien y travailler j’y retrouve Rémi il est historien responsable du fonds ancien il me dit quand tu arrives ça double la proportion de docteurs au mètre carré il est comme ça Rémi fluide et léger tout uniment parle compote de pêches et incunables précieux spécialiste en bestiaires médiévaux mentionne un prochain colloque illicorevient à ses fourneaux purées de fèves et manuscrits livres d’Heures et clafoutis latiniste furieux chercheur gourmand du matin au soir déchiffre de vieux cartulaires catalogue des archives inventorie des mémoriaux


à suivre...



Liste de calembours avec la syllabe « lu » - RDO n° 41

7 May, by Lucien Suel[ —]

Récupération des données ordinaires

dans
des extraits de « Canal mémoire »


Je vous salue, briques carminées dans
votre brouette grinçante et cabossée.

Je vous salue, percale humée sous les
manteaux, doublure douce et luisante.

Je vous salue, minium argenté coulant
le long des rayons d'un vélo rouillé.

Je vous salue, trains lourds de métal
hurlant, caténaires dépeçant la nuit.

Je vous salue, mignons animaux juteux
sur le pare-brise gluant des camions.

Je vous salue, terrines de porc cuit.
Je vous salue, terriens patibulaires.



Poème express n° 720

4 May, by Lucien Suel[ —]


Liste des saletés à l'intérieur d'une automobile - RDO n° 40

30 April, by Lucien Suel[ —]

Récupération des données ordinaires
dans

des extraits de « Canal mémoire »


............ Le citoyen bat la coulpe
de son âme souillée, secoue les tapis
de prière sur les grilles métalliques
du confessionnal. Tous les déchets de
sa malheureuse vie de pêcheur tombent
dans les limbes plastifiés, boîtes de
coke, préservatifs, cendres, capsules
de bière, mégots, chewing-gums roulés
en boule, desséchés, piles usagées et
serviettes hygiéniques emballées dans
le plastique, crottes de nez, tickets
de stationnement, cotons-tiges jaunis
et primes d'essence. L'indulgence est
plénière. Le confesseur ne laisse pas
subsister la moindre ordure. Tout est
sucé. Tout est aspiré. ..............


Poème express n° 719

27 April, by Lucien Suel[ —]


Girl From North Country - Triple hommage à Bob Dylan

25 April, by Lucien Suel[ —]
Cette chanson figure dans l'album "The Freewheelin Bob Dylan" (En roue libre) paru en 1963, le tout premier 33 tours acheté dans ma vie.
Bien plus tard, j'ai écrit en vers justifiés, Fille du Nord, une version personnelle augmentée de ce poème, publiée en 1996 à Douai dans le premier volume d'Au Nord de Quoi (éd. Marie-Odile Gain d'Enquin).
Très récemment, Tom Nisse, à son tour, vient d'écrire une autre version. A cette occasion, j'apprends l'existence de Tout comme Bobby, autre démarquage de la chanson, composé par le poète Serge Delaive.
Voici cette trilogie au Silo, accompagnée par la chanson originale de Bob Dylan :

La fille du Nord par Tom Nisse 


Si tu vas d'ici vers le bas tu arrives au Nord
tu humeras les terrils et braveras la bière et
si tu y vois cette fille qui porte en ses seins
une brise dis-lui que je lui écris à la maison

toi le voyageur à la merci du vent du Nord
tu feras halte chez les réfugiés qui dorment
dans les bunkers et sur la rive il y aura elle
demande-lui si nos souvenirs se rejoignent

les canaux se croisent sous un ciel éparpillé
incisé par deux neuves clôtures de barbelés
tu verras ses yeux sont apparentés à l'écume
dis-lui que les miens apprennent son ombre

ta marche peinera dans les plaines de neige
les ruines de l'horizon te seront ton héberge
demande-lui à cette fille au manteau rouge
si elle modèle encore le centre de ses rêves

demande-lui s'il-te-plaît si d'autres saisons
la soutiennent et un jour fais-moi signe et
surtout dis-lui avant de repartir que j'aime
toujours ses cheveux et leurs perspectives.

---------------------------------------------------

Tout comme Bobby par Serge Delaive

Ami si par hasard tu pars en voyage
vers les régions du nord et des aurores
où la terre des confins ruisselle dans la mer
et les rivières renversent la pluie
où le ciel courbe les derniers angles
et le vent sur la lande archive les arbres
peut-être croiseras-tu là
une fille aux longs cheveux noirs
une fille aux yeux bleus spectaculaires
défiant les vagues debout sur le rivage
vêtue d’une robe que la brise épouse
dans ce cas je t’en prie approche-toi d’elle
dans son dos chuchote mon nom
et si elle se tourne lentement vers toi
muette des certitudes qu’affirme son visage
s’il te plaît avant de tomber amoureux
dis-lui qu’elle vit toujours en moi
au plus profond de mes nuits inquiètes
qu’elle ondule dans les rues qui me soutiennent
dis-lui qu’elle n’a pas vieilli d’une seconde
dans ma mémoire que le gel suspend
dis-lui qu’elle danse encore devant mon regard
sur notre chanson de mandoline et de violon
puis succombe à ton tour prends sa main dans la tienne
et souviens-toi que je l’aimais à la folie
peu de temps sans qu’elle décide de me quitter
et souviens-toi que je l’ai aimée comme un fou
peu de temps avant que la route ne me reprenne.
--------------------------------------------------------------------

Fille du Nord par Lucien Suel

si tu te déplaces là-bas vers le Nord
très loin où le vent est cassant dans
la bande de la frontière rappelle-moi
au bienveillant souvenir de celle qui
vit là elle était mon amour autrefois

Le vent du Nord respire en se tordant
sur le galbe de la planète, terrorise
en octobre le géranium, effarouche en
novembre le chrysanthème, ballotte en
décembre le blé d'hiver, extermine en
janvier le puceron. Aiguilles glacées
dans les lèvres noires de l'obscurité
boréale. Le voyageur claque des dents
sur l'asphalte sonore, rêche et gris.

si tu marches là-bas lorsque la neige
recouvre la ville floconneuse lorsque
la rivière s'engèle à la fin de l'été
vois je t'en prie si son manteau sera
assez chaud pour la protéger du vent.

Le canal s'allonge entre peupliers et
saules. Un cortège de péniches creuse
une entaille livide dans l'eau froide
picorée par les mouettes. Les percots
louvoient entre les hameçons de métal
garnis de lombrics convulsés. Cruelle
morsure dans les ténèbres aquatiques.
Le pêcheur se frotte le flanc tout en
se dandinant sur le chemin de halage.

je t'en prie vois si sa chevelure est
longue flamboyante dans les rayons du
soleil couchant regarde avec mes yeux
si sa chevelure serpente dans son dos
oui voilà mon plus précieux souvenir.

La mousse dépasse le bord du verre et
coule en longs filets glissant sur la
plaque trouée du zinc du comptoir. La
Blanche de Bruges tournoie au fond de
la gorge des filles blondes ou brunes
qui secouent leurs cheveux en arrière
vers la devanture de l'estaminet noyé
de buée tiède. Dans le néon jaune, le
satin cramoisi, l'harmonica hoquette.

je me demande perpétuellement si elle
se souvient de moi j'ai beaucoup prié
pour elle dans la nuit obscure de mon
âme dans l'éclatante clarté du soleil
je pince les cordes je souffle je vis

Le voyageur se hâte à la brune. Il se
dirige à gauche, l'ouest rose dans le
sable, dans les dunes, puis à droite,
l'est sombre dans la terre, parmi les
labours. Son front est incisé par une
ligne d'ombre. Il marche vers le feu,
vers le soleil, vers le Nord, vers le
haut, vers la nuit, vers le Nord. Une
brassée d'aubépine bourgeonne en lui.

si tu te déplaces là-bas vers le Nord
très loin où le vent est cassant dans
la bande de la frontière rappelle-moi
au bienveillant souvenir de celle qui
vit là elle était mon amour autrefois

-------------------------------------


Liste-inventaire du paysage - RDO n° 39

24 April, by Lucien Suel[ —]

Récupération des données ordinaires

dans
des extraits de « Canal mémoire »


tout autour de l'autocar c'est la vie
tout partout autour ici et maintenant
ailleurs et toujours c'est tout plein
de tout tout le temps et tout partout

il y a de la craie de la pulmonaire à
feuilles étroites des mésanges à tête
noire du ciment durci des vers rouges
noyés dans les flaques d'eau des iris

il y a des chiffres peints en noir au
milieu d'un panneau des éclats d'obus
des saules du sable blanc des sachets
en plastique du sang caillé des joncs

il y a des orties du pain dur des bas
filés des ongles de porc du silex dur
et coupant des préaux d'école du thym
des mains crevassées du jus de raisin

il y a des affiches nues des pneus de
camion du chiendent des épluchures de
la farine des wassingues des corbeaux
attaqués par les goélands de la morue

il y a des regards des jambes lourdes
des bras fatigués du café noir du lin
couché en lignes des tanches polluées
ventre en l'air à la surface de l'eau

il y a des fesses hanches rondes dans
les jeans des toits de tuiles verdies
du vinaigre d'alcool coloré du vinyle
cassant du papier à lettres des chats

il y a des églises vides des lumières
rouges de la terre de la suie du fuel
des bocaux de cornichons verts du sel
du pâté de foie des nuages ordinaires

c'est là ici tout partout pour la vie
toujours dans les siècles à la minute
dans l'esprit dans le feu dans la mer
tout partout maintenant pour toujours


Poème express n° 718

20 April, by Lucien Suel[ —]


0 | 10 | 20










mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER