HOME > RSS > BLOGS France > Standblog

R S S : Standblog


PageRank : 6 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , , , , , , , , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



En vrac du vendredi

17 November, by Tristan[ —]

En vrac du mercredi

8 November, by Tristan[ —]

En vedette : la surveillance chinoise comme modèle de contrôle social

Big data et Big Brother alors que la Chine s’apprête à noter tous ses citoyens. À partir de 2020, chaque citoyen chinois va se voir attribuer une « note de confiance » sur la base de son activité (temps passé à jouer à des jeux vidéos, achats, déplacements, fréquentations, propos…) Cette information sera publique. Le pire, c’est que les propos des proches d’une personne auront aussi un impact sur sa note.

instead of trying to enforce stability or conformity with a big stick and a good dose of top-down fear, the government is attempting to make obedience feel like gaming. It is a method of social control dressed up in some points-reward system. It’s gamified obedience.

En français :

Plutôt que de pousser à la stabilité ou à la conformité avec un gros baton et une bonne dose de peur du gendarme, le gouvernement essaye de faire que l’obéissance ressemble à un jeu. C’est une méthode de contrôle social revêtue d’un système de distribution de bons points. C’est de l’obéissance gamifiée.

En vrac

Perhaps a future with great user experience in AR, VR, hands-free commerce and knowledge sharing could evoke an optimistic perspective for what these tech giants are building. But 25 years of the Web has gotten us used to foundational freedoms that we take for granted. We forget how useful it has been to remain anonymous and control what we share, or how easy it was to start an internet startup with its own independent servers operating with the same rights GOOG servers have. On the Trinet, if you are permanently banned from GOOG or FB, you would have no alternative. You could even be restricted from creating a new account. As private businesses, GOOG, FB, and AMZN don’t need to guarantee you access to their networks. You do not have a legal right to an account in their servers, and as societies we aren’t demanding for these rights as vehemently as we could, to counter the strategies that tech giants are putting forward.

The Web and the internet have represented freedom: efficient and unsupervised exchange of information between people of all nations. In the Trinet, we will have even more vivid exchange of information between people, but we will sacrifice freedom. Many of us will wake up to the tragedy of this tradeoff only once it is reality.

Leaders in the software engineering community (like Joe Armstrong, creator of Erlang, whose talk from Strange Loop 2014 is worth a watch) have long argued that the design of the internet where customers send data to programs owned by businesses is backwards and that we should instead send programs to customers to execute on their privately held data that is never directly shared. Such a model seems much safer and doesn’t in any way prevent businesses from collecting useful customer metrics they need.

  • Pourquoi le 18-25 en veut tant aux féministes ? . « Le 18-25 se vit comme une minorité déclassée voire opprimée, celle de petits mecs blancs avec qui aucune fille ne veut sortir (ou en tout cas pas celles qu’ils souhaitent). Ils se sentent comme les oubliés d’un système redoutable où seuls triomphent les «mâles alpha».» […] « Obsédés par les féministes, les mecs du 18-25 ne voient pas comment c’est au contraire la culture sexiste qui les a jetés dans cette souffrance. Comment ce culte du «mâle alpha» et d’une masculinité triomphante les a placés, par effet de contraste, dans cette position de losers. Par leurs actions, ils perpétuent le système qui les a rendus malheureux. » ;
  • An open letter to Tim Cook (Apple CEO) about the Paradise Papers. Paradise Papers : Apple défend la légalité de ses optimisations fiscales. Oui, ces optimisations fiscales très agressives sont peut-être conformes à la lettre de la loi, mais sûrement pas dans son esprit ! Apple paye 0,2% de son impôt sur les sociétés en Allemagne, alors que c’est l’un des tous premiers marchés au monde. Est-ce normal ? Sûrement pas.

En vrac du lundi (oui, encore !)

30 October, by Tristan[ —]

En vrac (encore) du lundi

16 October, by Tristan[ —]

En vrac du lundi

9 October, by Tristan[ —]

Quelques liens qui trainent depuis trop longtemps dans mon éditeur de texte (et les onglets de mon Firefox), mais qui pourraient se révéler intéressants :


Payer son smartphone avec ses données personnelles

29 September, by Tristan[ —]

Attention, coup de gueule…

Le Monde teste l’iPhone 8, qu’il trouve plutôt bien et conclut par cette phrase qui me fait hurler :

Ne nous mentons pas : en 2017, pour acquérir un excellent smartphone, un chèque de 800 euros n’est plus nécessaire. Samsung ou Oneplus proposent de remarquables smartphones Android aux environs de 400 euros.

Si l’on en croit Clubic, l’iPhone 8 coûte 247,51$ à fabriquer. Certes. Mais c’est oublier le coût de transport (par avion !) et le coût de distribution (il faut voir le luxe des Apple Stores et la marge des intermédiaires si on l’achète ailleurs). Il y a les frais d’homologation dans les différents pays.

Mais il faut aussi et surtout penser au prix du logiciel : système d’exploitation, applications Apple (Mail, Calendar, Plans, Photos, etc), et services associés, coûts qui sont assumés à 100% par Apple[1].

Vous me direz que Google a la même structure de coût avec Android, sauf que c’est faux. Si Samsung et Oneplus arrivent à sortir des smartphones Android à 400€, c’est d’un parce qu’ils n’ont pas un positionnement premium mais surtout parce qu’ils ne payent pas ni le système d’exploitation ni les applications associées, qui sont fournies gratuitement par Google en échange… de vos données.

La réalité, c’est que tout l’écosystème Android repose sur la subvention du logiciel et des services en ligne par le pompage de données personnelles. Si Samsung a Android et ses apps gratuitement, c’est parce que par contrat, il est obligé d’inclure les apps dans le téléphone et les mettre en avant. Ces apps (GMail, Calendar, Photos, Search, Maps & co) sont autant d’opportunités pour Google de pomper vos données !

S’il fallait résumer la situation, on pourrait le faire comme ceci :

Acheter un téléphone Android bon marché, c’est un peu comme si on le prenait à crédit en faisait un premier payement de 400€ et en payant quotidiennement avec ses données personnelles.

Forcément, payer un iPhone 800€ semble plus douloureux au début, mais au final ça revient moins cher.

C’est dommage que Le Monde, publication pourtant sérieuse, passe à coté de cette réalité, alors qu’il a le devoir d’informer ses lecteurs sur des sujets comme celui-ci. Attention, ça ne veut pas dire que j’idolâtre Apple : je trouve inadmissible la censure qu’ils exercent sur l’App Store. Mais sur les données personnelles, ils sont structurellement plus respectueux que Google et ses partenaires, dont le business model est fondé sur le pompage et l’analyse des données personnelles, le ciblage publicitaire.

Mise à jour du 2/10/2017

Certains commentateurs pensent qu’Apple et Google font la même chose en terme de collecte de données. Ils passent à coté que structurellement, Google a son ADN dans la collecte et l’analyse des données pour la personnalisation et plus que tout, la monétisation par la publicité ciblée.

Le boulot de Google, avant tout, c’est de vendre de la publicité ciblée. Tout le reste découle de cela. La vente d’appareils collectant les données est une suite logique de leur business central.

A contrario, le boulot d’Apple, c’est de vendre des gadgets haut de gamme innovants avec de fortes marges.

Certes, il est indispensable pour Apple d’offrir des services complémentaires qui touchent à la donnée (ne serait-ce que la sauvegarde en ligne) pour être compétitif, mais la collecte et l’analyse de la donnée n’est pas ce qui les fait agir. On le voit ensuite dans les technologies mises en œuvre par Apple pour protéger la vie privée. Secure Enclave, par exemple. Differential privacy, aussi. Le fait qu’Apple ait tenu tête au gouvernement américain lors de l’affaire de San Bernardino montre qu’ils sont capables de monter au créneau si nécessaire, même si c’est dangereux pour leur (très précieuse) image : oser affronter le gouvernement dans une affaire de terrorisme, c’était fichtrement osé (et nécessaire).

Quelques liens pour bien comprendre l’approche d’Apple sur la sécurité des données et la vie privée :

Note

[1] J’exclue ici les coûts de l’App Store, qui s’auto-finance avec la vente d’applications et de contenus.


En vrac du mercredi

20 September, by Tristan[ —]

Soleil sur Paris XVI


CNNum et chiffrement

19 September, by Tristan[ —]

Le CNNum a publié son avis “Prédiction, chiffrement et libertés”. Les recommandations sont à lire et à garder à l’esprit (au point que Snowden a retouitté l’annonce !) C’est tellement bon que je fais un copier coller ci-dessous :

  • Tout projet législatif et réglementaire qui emporte des conséquences importantes sur les libertés doit faire l’objet d’une vaste consultation préalable ;
  • Le principe de l’intervention d’une autorité judiciaire doit être réaffirmé chaque fois qu’est mise en cause une liberté ;
  • Les pouvoirs publics doivent refuser la logique du soupçon, qui ouvre la porte à l’arbitraire, dans la mise en œuvre des politiques sécuritaires sur Internet ;
  • Le chiffrement est un outil vital pour la sécurité en ligne ; en conséquence il doit être diffusé massivement auprès des citoyens, des acteurs économiques et des administrations ;
  • Le chiffrement – et les libertés fondamentales dont il permet l’exercice – constitue un rempart contre l’arbitraire des États. Il nous protège aussi contre le contrôle croissant des acteurs économiques sur nos vies ;
  • Le chiffrement ne constitue pas un obstacle insurmontable pour les enquêtes. Il est possible de le contourner dans le cadre d’une surveillance ciblée. À ce titre, il est surtout un rempart contre la surveillance de masse ;
  • Plus généralement, compte-tenu de l’augmentation des pouvoirs des services de renseignement et des incidences importantes sur la vie des citoyens, le Conseil s’interroge sur la nécessité d’établir un droit au recours effectif et, au-delà un droit à l’explicabilité des algorithmes de prédiction. Il se questionne également sur l’opportunité de renforcer les incriminations pénales relatives aux atteintes aux données personnelles sur le fondement de la vie privée.

La couverture médiatique est significative :

En guise de Post-Scriptum :

Le CNNum sort un communiqué de presse : Pourquoi le Privacy Shield doit être renégocié, qui donne déjà un article dans NextInpact. Extrait du communiqué :

le « Privacy Shield » présente un trop grand nombre de zones d’ombre et ne donne pas suffisamment de garanties à la protection des données personnelles des Européens. Conformément à l’engagement du candidat Emmanuel Macron, cet accord doit être renégocié pour organiser une circulation des données sécurisée, respectueuse de nos droits et libertés et favorable aux entreprises.

Amen.











mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER