R S S : TETU


PageRank : 2 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , , , , ,


Français - French

LECTEUR FLUX RSS



Prison ferme pour avoir volé et cambriolé des hommes rencontrés sur Grindr

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/lyon-4-ans-prison-avoir-cambriole-hommes-rencontres-application-gay-grindr-1748233.htmlplay episode download
14 novembre, par tetu[ —]

Trois hommes ont été condamnés à de la prison ferme pour avoir volé et cambriolé, parfois avec violence, des hommes rencontrés sur l’application Grindr.

Les condamnations ont été prononcées ce mardi 12 novembre. Le tribunal correctionnel de Lyon a condamné trois hommes à quatre ans de prison, dont huit à dix mois de sursis, pour avoir volé et cambriolé, parfois avec violences physiques, des hommes rencontrés sur l’application gay Grindr.

Selon France 3, qui révèle l’information, les trois hommes ont sévi entre décembre 2018 et février 2019. En tout, ils auraient procédé à une dizaine de cambriolages.

Leur modus operandi était simple : ils avaient créé deux profils sur Grindr grâce auxquels ils trouvaient leurs victimes avant de se rendre chez eux et de les séduire. Les deux complices profitaient alors des « moments d’intimité » pour cambrioler les lieux. Ils en venaient aux violences lorsque les victimes se rendaient compte de la supercherie.

Piégés lors de leur dernier cambriolage

Comme le rappelle France 3, les hommes ont été piégés lors de leur dernier cambriolage. L’une des victimes, qui avait vu son ordinateur volé, a recontacté l’un des auteurs pour lui racheter le matériel. Sauf qu’il avait également contacté la police qui était présente lorsqu’ils se sont revus. « Le piège se referme alors sur les voleurs », concluent nos confrères de France 3.

Ce n’est pas la première fois que de telles dérives se produisent via Grindr. En septembre dernier, nous avions publié dans nos colonnes les témoignages de plusieurs hommes dont les photos intimes, obtenues via Grindr, avaient été publiées sur Twitter. Après avoir découvert le pot-aux-roses, plusieurs victimes présumées avaient décidé de porter plainte.

A LIRE AUSSI : Condamné pour avoir révélé l’homosexualité de ses ex-petits amis à leurs proches

Plus récemment, en octobre, un homme a été jugé et condamné à un an de prison ferme par le  tribunal de Nancy pour avoir réclamé de l’argent à ses amants, sans quoi il divulguait des images intimes d’eux à leurs employeurs ou sur les réseaux sociaux.

Crédit photo : Shutterstock/Piotr Swat.

L’article Prison ferme pour avoir volé et cambriolé des hommes rencontrés sur Grindr est apparu en premier sur TÊTU.


Le gouvernement suédois va financer des performances de drag-queens

https://tetu.com/2019/11/14/le-gouvernement-suedois-va-financer-des-performances-de-drag-queens/play episode download
14 novembre, par Samy Laurent[ —]

La Suède vient de débloquer plus de 150.000 euros pour permettre à un collectif de drag-queens de créer des performances de lecture destinées aux enfants et aux handicapés.

La Suède prouve une nouvelle fois son ouverture d’esprit et sa position de pays LGBT+ friendly. Le gouvernement a récemment annoncé vouloir débloquer 1,7 millions de couronnes suédoises (l’équivalent de 159.000 euros) afin de permettre aux drag queens du pays de financer des performances de lectures destinées aux enfants et aux personnes handicapées. L’argent est issu de l’Arvsfondsdelegationen (ou Fonds suédois des héritages), un organisme public qui gère les fonds de succession des Suédois décédés sans testament préalablement écrit, et sera versé principalement à l’Association culturelle Mamans (Kulturföreningen Mums). Une association indépendante qui promeut la culture LGBT+ auprès de la jeunesse suédoise.  L’association utilisera ces fonds principalement pour créer des « performances littéraires » avec un collectif de drag queens, devant un jeune public.

À LIRE AUSSI : Le fils du nouveau président argentin est une drag-queen

« De concert avec les enfants, les adolescents et les adultes handicapés, le projet permettra de développer des contes de fées créatifs et inclusifs disponibles sous la forme de drag shows. En collaboration avec le public ciblé et plusieurs organisations, le groupe établi « Among the dragons and the drag queen » [le collectif de drag-queens suédois, ndlr] créera de nouveaux contes de fées qui reflètent le groupe cible« , a déclaré, dans un communiqué, le Fonds suédois des héritages. L’argent va également servir à mettre en place des ateliers de création et ainsi aider les enfants à créer leur propre drag show.

Les conservateurs américains déjà sur le coup

Si cette initiative n’a pas suscité de levée de bouclier majeure en Suède, elle a rencontré de nombreux détracteurs… de l’autre côté de l’Atlantique. Le journal d’extrême droite américain, Breibart s’est saisi de l’histoire, déclarant notamment que cela permettrait de laisser la porte ouverte à « de potentiels agresseurs sexuels qui prendront part à ces activités« . Dans  la même veine, Big League Politics, déclare que ces ateliers « confrontent les enfants à la transidentité » et que ces performances se sont généralement « heurtées à une opposition féroce pour leur immoralité largement connue ». Au moins ça, oui…

Via Giphy

À LIRE AUSSI : Cette rencontre entre Alexandria Ocasio-Cortez et Sasha Velour a ému les internautes

Crédit photo :

L’article Le gouvernement suédois va financer des performances de drag-queens est apparu en premier sur TÊTU.


La réponse parfaite d’Alicia Keys à son fils qui souhaitait des ongles arc-en-ciel

14 novembre, par Samy Laurent[ —]

La chanteuse a été confrontée à la gêne de son fils de quatre ans qui lui a demandé des ongles multicolores. Dans une vidéo Instagram elle explique comment elle a su lui redonner confiance.

Le week-end dernier, Alicia Keys s’est questionnée sur les concepts de masculinité et féminité dans une publication sur son compte Instagram. L’origine de ces réflexions ? Un chagrin de son fils, Genesis, de quatre ans lors d’un rendez-vous au salon de manucure. Accompagnant sa mère, le petit garçon a également souhaité se faire peindre les ongles. Une couleur différente pour chaque ongle, a précisé sa maman. Mais une fois la manucure terminée, Genesis s’est ravisé et a demandé à ce qu’on lui retire, de peur qu’on se moque de lui.

À LIRE AUSSI : Cette petite fille a découvert Christine and The Queens et ça a changé sa vision du monde

Contre les stéréotypes de genres

« Pouvez-vous croire cela? Quatre ans. Il a quatre ans, s’étonne Alicia Keys dans sa vidéo. Il comprend déjà le concept selon lequel quelqu’un va le juger parce qu’il a choisi des couleurs arc-en-ciel sur ses ongles ». Et après avoir remonté le moral de son fils, lui expliquant notamment que beaucoup d’hommes le faisaient déjà et qu’il allait en inspirer bien d’autres, la chanteuse américaine s’est questionnée sur l’idée de la masculinité et de la féminité, de nos jours.

« Nous sommes constamment jugés, déplore-t-elle. Il y a des énergies masculines et des énergies féminines à l’intérieur de nous tous. Cela m’inquiète de ne pas pouvoir simplement explorer ces différents côtés de nous-mêmes ». L’interprète de « Girl on Fire » raconte qu’elle le fait, elle-même, très souvent. « Quand cela se produit, j’ai tout le temps droit à des jugements liés aux stéréotypes. Et pour mes garçons, c’est la même chose : s’ils veulent exprimer l’énergie féminine qui est à l’intérieur d’eux, il y a toujours ces jugements, toutes ces règles, ces stéréotypes et ces vibrations. C’est pénible », ajoute t-elle.

Ce n’est pas la première fois qu’Alicia Keys fait front contre les diktats instaurés par la société. En 2016, elle s’engage publiquement contre le body-shaming et devient l’une des premières artistes à se présenter sur scène ou lors de cérémonies de remise de prix, sans maquillage.

À LIRE AUSSI : Ricky Martin en daddy cool, Lady Gaga surexcitée, St Vincent et Dua Lipa… : les moments queer des Grammy Awards

Crédit photo : Instagram 

L’article La réponse parfaite d’Alicia Keys à son fils qui souhaitait des ongles arc-en-ciel est apparu en premier sur TÊTU.


Ce « Queer Eye » vient d’être élu star de la téléréalité la plus sexy au monde

https://tetu.com/2018/12/18/instagram-fait-marche-arriere-apres-avoir-censure-une-photo-jugee-pornographique-dantoni-de-queer-eye/play episode download
14 novembre, par tetu[ —]

Le magazine People vient de désigner le « Queer Eye » canadien Antoni Porowski star de la téléréalité la plus sexy au monde.

C’est un titre convoité. Le magazine People a désigné Antoni Porowski, un des Fab 5 de l’émission « Queer Eye », star de la téléréalité la plus sexy au monde. Le Canadien de 35 ans était en compétition avec l’acteur Tom Sandoval, le danseur Valentin Chmerkovskiy, le Bachelor Mike Johnson ou encore le mannequin Tyler Cameron.

« Merci au magazine People d’avoir omis la façon dont je mange du popcorn au cinéma ou le fait que je ne me lave pas le week-end pour décider de me nommer et merci aux votants de m’avoir désigné, a réagi, non sans humour, Antoni Porowski sur Instagram. Je suis à la fois honoré et gêné ».

Outre le titre de la « star de téléréalité la plus sexy au monde », le magazine a également désigné le « papa le plus sexy » ou le « sens de la mode le plus sexy et funky ».

Des images sexy

Le monsieur cuisine de l’émission « Queer Eye » poste régulièrement des photographies sexy – souvent dénudé – de lui sur les réseaux sociaux. En décembre dernier, Instagram avait d’ailleurs censuré une pose du trentenaire jugée « pornographique ». Avant de faire marche arrière et de reposter toutes les images du shooting, publiées sur le compte du photographe, Damon Baker.

A LIRE AUSSI : Instagram fait marche arrière après avoir censuré une photo jugée « pornographique » d’Antoni de « Queer Eye »

La photo d’Antoni Porowski supprimée et repostée par Instagram/Damon Baker.

Le photographe s’était à l’époque insurgé contre le retrait de cette image, certes sexy, mais qui ne rentre pas dans les critères de la politique de censure d’Instagram.

Dans l’annonce de sa décision à Damon Baker, le réseau social a en effet rappelé sa politique : « Nous retirons les photos, vidéos et certaines créations numériques qui montrent des relations sexuelles, des organes génitaux et des gros plans de fesses nus ».

Crédit photo : Instagram/Antoni Porowski.

L’article Ce « Queer Eye » vient d’être élu star de la téléréalité la plus sexy au monde est apparu en premier sur TÊTU.


Uber va lancer un « bouton anti-discrimination »

https://tetu.com/2018/10/20/paris-un-couple-gay-frappe-par-un-chauffeur-de-vtc/play episode download
13 novembre, par Youen Tanguy[ —]

INFO TÊTU – La plateforme de VTC Uber doit annoncer ce jeudi 14 novembre la signature d’un partenariat avec SOS Homophobie ainsi que le lancement d’un « bouton anti-discrimination » sur son application.

Selon nos informations, la célèbre plateforme de VTC (véhicule avec chauffeur) Uber doit annoncer ce jeudi 14 novembre le lancement d’un « bouton anti-discrimination ». A la fin d’une course, un client ou un chauffeur pourra ainsi signaler s’il a été victime de propos, d’insultes ou de violences physiques en raison de son orientation sexuelle, de son identité de genre, de son origine, de sa religion ou encore de son handicap.

Concrètement, il faudra se rendre dans l’onglet « Vos courses », cliquer sur le trajet concerné et se rendre dans la rubrique « Aide« , en bas de la page. Aujourd’hui, on y retrouve plusieurs cas de figure tels que : « J’ai eu un accident » ; « J’ai perdu quelque chose » ou « J’ai été facturé plusieurs fois ». Comme le confirme à TÊTU Rym Saker, directrice de la communication d’Uber France, les usagers auront désormais la possibilité de sélectionner : « J’ai été victime de discrimination ».

« En cas de discrimination subie, vous pourrez nous le signaler plus facilement et le cas nous sera ainsi remonté beaucoup plus clairement », détaille-t-elle. En fonction du niveau de gravité de l’incident, et comme c’est déjà le cas aujourd’hui, l’auteur présumé verra son compte Uber fermé le temps de l’enquête interne, jusqu’à une éventuelle interdiction définitive d’utiliser l’application.

Cette nouvelle fonctionnalité, qui sera lancée dans toute la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), devrait être active dès jeudi 14 novembre.

« Une bonne initiative », selon SOS Homophobie

« Une bonne initiative », selon Jeremy Faledam, co-président de SOS Homophobie, qui tient à « saluer l’engagement d’Uber sur ces questions ». Le conseil d’administration de l’association française a d’ailleurs acté ce mardi 12 novembre un partenariat avec Uber. « Cela fait plusieurs mois que l’on échange avec leur équipes, confirme Jérémy Faledam. Ils nous ont proposé que l’on intègre ‘Driving Change’ (leur programme de lutte contre les violences sexuelle basées sur le genre). »

Car mieux signaler les discriminations c’est bien, les éradiquer, c’est mieux. « Nous voulons les aider à créer des outils de sensibilisation qui puissent être diffusés à leurs usagers via l’application ; sensibiliser leurs salariés en interne et réfléchir à comment apporter des informations adaptées à leurs chauffeurs », explique Jérémy Faledam.

Réussir à « intéresser et parler avec les chauffeurs de ces questions »

Pour Rym Saker, l’un des principaux enjeux dans la lutte contre les discriminations est de réussir à « intéresser et parler avec les chauffeurs de ces questions ». Elle nous assure que les chauffeurs n’étant pas des salariés de Uber, il n’est pas possible de les « former » à proprement parler.

Uber France souhaite ainsi, avec l’aide de SOS Homophobie, « développer du contenu de sensibilisation » Les chauffeurs devraient ainsi avoir prochainement accès à des vidéos sur leur site internet dédié où seront abordées ces questions. Les usagers, eux, pourraient être sensibilisés sur ces questions avec des messages ‘pop-up’ via l’application ou des campagnes sur les réseaux sociaux.

Un partenariat qui devrait d’ailleurs bénéficier à tout le monde. « Uber peut nous aider sur nos missions phares, comme le soutien aux victimes, estime Jérémy Faledam. On travaille déjà sur une modernisation de notre site et l’intégration d’un nouvel outil d’aide aux victimes en complément de notre ligne d’écoute ».

Des situations récurrentes

En février dernier, nous avions publié une enquête sur les discriminations rencontrées par les personnes LGBT dans les VTC et la crainte d’être « out » lors d’une course. Ces derniers mois, nous avons également publié plusieurs articles  concernant des violences commises par des chauffeurs VTC. Un étudiant de 23 ans s’est fait renverser une bouteille d’alcool sur lui en septembre dernier et un couple d’hommes a été violemment frappé en octobre.

A LIRE AUSSI : « Je ne prends pas les pédés » : les LGBT au placard dans les VTC 

A l’époque, nous avions contacté plusieurs plateformes telles que Uber, Txfy, Kapten (ex-Chauffeur Privé), qui condamnaient évidemment unanimement les comportements homophobes, racistes, sexistes ou encore antisémites.

Crédit photo : Shutterstock.

L’article Uber va lancer un « bouton anti-discrimination » est apparu en premier sur TÊTU.


Ellie Goulding menace l’Armée du Salut, accusée d’homophobie

13 novembre, par Samy Laurent[ —]

La chanteuse-compositrice, menace de ne pas se produire sur scène lors de la mi-temps du match des Cowboys de Dallas, si l’Armée du Salut ne manifeste aucun soutien envers la communauté LGBT+.

Un ultimatum. Ellie Goulding, nominée plusieurs fois aux Grammy Awards, devait se produire sur la scène de l’AT&T Stadium de Dallas pendant la mi-temps du match opposant les Cowboys de Dallas et les Bills de Buffalo, lors de Thanksgiving. Mais la chanteuse britannique menace d’annuler son concert si l’Armée du Salut ne manifeste aucun soutien vers la communauté LGBT+.

Ce sont les fans de l’interprète de « On My Mind » qui ont fait remarquer que l’organisation chrétienne n’était pas la meilleure alliée des LGBT+, sous une publication Instagram montrant Ellie Goulding effectuer du volontariat pour l’Armée du Salut. « C’est triste de voir Ellie les soutenir : ils sont extrêmement homophobes et transphobes, au point qu’ils laissent des personnes sans-abris queer mourir. J’aurais aimé qu’elle fasse quelques recherches au préalable« , a notamment commenté une internaute.

À LIRE AUSSI : Cette rencontre entre Alexandria Ocasio-Cortez et Sasha Velour a ému les internautes

« [Ce] n’est clairement pas quelque chose que je ferais intentionnellement« 

Visiblement, Ellie Goulding s’est par la suite renseignée et via le Dallas Morning News, a demandé à l’Armée du Salut de manifester un quelconque soutien envers la communauté LGBT+. « Après des recherches à ce sujet, j’ai contacté l’Armée du Salut et leur ai dit que je n’aurais d’autre choix que de me retirer si elle ne s’engage pas solidement ou effectue un don pour la communauté LGBTQ« , a déclaré l’artiste. « Je suis une philanthrope engagée comme vous le savez, et j’ai toujours eu à coeur d’aider les sans-abris, mais soutenir une association anti-LGBTQ n’est clairement pas quelque chose que je ferais intentionnellement« , a t-elle ajouté. « Merci d’avoir attiré mon attention là dessus« .

 L’Armée du Salut :  » les mythes peuvent se perpétuer »

Depuis 1997, les Cowboys de Dallas ont accueilli le fameux show de Thanksgiving, le Red Kettle Kickoff show, organisé par l’Armée du Salut avec des campagnes de dons atteignant des chiffres faramineux (142.7 millions de dollars de selon les chiffres de 2018).

Suite à l’avertissement d’Ellie Goulding, un porte-parole de l’association s’est alors exprimé dans les colonnes du Dallas Morning News : « Avec une association de notre taille, et avec notre histoire, les mythes peuvent se perpétuer. L’identité sexuelle et de genre, la religion ou le style de vie d’un individu n’a n’a aucune incidence sur notre volonté de fournir un service « , lit-on dans la déclaration. « Nous soutenons fermement notre mission de répondre aux besoins humains en Son Nom sans discrimination « , ont-ils conclu.

À LIRE AUSSI : Vidéo : une demande en mariage gay au concert d’Ellie Goulding

Crédit photo : Instagram

L’article Ellie Goulding menace l’Armée du Salut, accusée d’homophobie est apparu en premier sur TÊTU.


Cet acteur de Grey’s Anatomy rejoint le casting d’une comédie romantique gay

13 novembre, par tetu[ —]

Pour notre plus grand plaisir, Jake Borelli, le Dr Levi Schmitt de Grey’s Anatomy, rejoint le casting d’une rom-com entre garçons.

Il était la moitié de Schmico, le premier couple gay de la série Grey’s Anatomy, composé du docteur Nico Kim et de l’interne Levi Schmitt. C’est l’interprète du second, Jake Borelli, acteur ouvertement gay, qui rejoindra le casting de « The Thing About Harry », un road trip romantique et gay dirigé par l’ancien « Queer As Folk« , Peter Paige (qui jouait Emmett Honeycutt).

Selon le média en ligne américain Deadline, « Borelli jouera Sam, un garçon beau, drôle, intelligent et névrosé qui conjugue un esprit cinglant avec une vision du monde absolument irréaliste. Sam a fait son coming-out au lycée, un acte qui a nécessité pas mal de courage dans sa petite ville du Missouri; il était constamment harcelé. » 

Son crush sera interprété par Niko Terho, qui n’a pas de rôle majeur à son actif, mais qui jouit d’un sourire ravageur et d’une bonne condition physique, si l’on en croit les saltos arrières qu’il publie sur son compte Instagram.

https://www.instagram.com/p/BmzRrL2nS2C/

Il faut bien tout ça pour interpréter Harry, « un garçon émotionnellement pas compliqué, séducteur, qui a laissé derrière lui bon nombre de coeurs brisés. Mais sous les apparences, Harry aspire à trouver l’amour et fonder une famille, même s’il a terriblement peur de l’engagement. » 

Un guest-star au casting

Le « Queer Eye » Karamo Brown sera aussi de la partie. Il incarnera Paul, un homme gay solide, mais dominant et prétentieux. On a du mal pour l’instant à imaginer le gentil Fab Five dans ce rôle de composition. S’ajouteront au castinf Britt Baron, la star de GLOW, et Peter Paige lui-même, qui jouera le colocataire de Sam.

Dans un communiqué, les producteurs ont indiqué qu’ils étaient très honorés de participer à ce projet. « L’égalité ne peut être atteinte que si l’on se voit représentés dans les films, la musique et les histoires qui font notre culture. Les jeunes hommes gays des années 90 regardaient les comédies romantiques en se projetant sur le personnage féminin qui tombait amoureuse, et imaginaient ce que cela serait si le garçon disait toutes ces choses à un autre garçon. On a toujours voulu faire un film – une comédie romantique assumée – où les jeunes garçons queer n’auraient pas besoin de traduire. C’est excitant d’amener ce genre de cinéma à un niveau plus inclusif. » 

En 2018, le film Love Simon avait fait prendre un virage plus inclusif au teenage movie, pour le plus grand plaisir des spectateurs LGBT… et des autres, puisque le film avait rapporté presque 50 millions de dollars. Espérons que cette que cette rom-com saura en faire autant…

A LIRE AUSSI : 5 garçons racontent comment « Love Simon » les a aidé à faire leur coming-out 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit photo : ABC

L’article Cet acteur de Grey’s Anatomy rejoint le casting d’une comédie romantique gay est apparu en premier sur TÊTU.


#MeTooTrans : des personnes trans livrent des témoignages poignants sur les réseaux sociaux

https://tetu.com/2019/11/07/mael-etudiant-trans-agresse-a-la-fac-de-besancon-jai-pense-a-changer-duniversite/play episode download
13 novembre, par tetu[ —]

Sur les réseaux sociaux, des dizaines de personnes trans ont partagé leurs expériences de transphobie avec le hashtag #MeTooTrans.

C’est un mouvement qui prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux. Depuis quelques jours, des dizaines de personnes trans partagent leurs expériences transphobes sur les réseaux sociaux, et notamment sur Twitter, grâce au hashtag #MeTooTrans.

« Des gens ont osé parler de choses dont ils n’osaient pas parler »

Un mouvement initié le 10 novembre dernier par une internaute de 25 ans : « Face aux agressions transphobes, individuelles ou collectives, personnelles ou étatiques qui se multiplient, je vous invite à partager vos expériences de transmisogynie et de transphobie sous le hashtag #MeTooTrans ».

Et d’ajouter : « Calqué sur le modèle de dénonciation qu’était le #Metoo, ce hashtag a pour but de libérer la parole des agressions que nous, personnes trans vivons dans un système toujours plus enclin et favorable à notre discrimination et à nos agressions ».

Contactée par le Huffpost, l’internaute explique avoir lancé ce hashtag après avoir été contactée par plusieurs personnes, elles-mêmes interpellées par un article de TV5Monde : « A quand un #meToo des femmes transgenres ? ». « Des gens ont osé parler de choses dont ils n’osaient pas parler », ajoute-t-elle.

Agressions en hausse

Les témoignages que l’on retrouve sur les réseaux sociaux font état d’agressions physiques et sexuelles, comme de cas de mégenrage ou encore de remarques transphobes. Une femme trans a par exemple raconté son agression sexuelle sur Twitter : « Quand un mec m’a attrapé l’entrejambe en soirée plusieurs fois d’affilée pour vérifier que j’avais biens « des couilles » (…) ».

« Quand un mec a touché ma poitrine pour être me dire j’étais pas un mec », a aussi écrit un internaute.

« Un jour quelqu’un que j’aimais beaucoup m’a megenré. Quand je l’ai repris il m’a simplement dit ‘Bah non, t’es pas un mec, si je te met un doigt ça rentre' », a raconté un autre.

https://twitter.com/HailSatan3am/status/1193543732940943365

Et les internautes parlent également du rejet, parfois de la communauté LGBT elle-même. « Lorsqu’un mec de la sécurité en BOITE GAY m’a interdit l’accès aux toilettes pour hommes (en me poussant) alors que j’arrêtais pas de lui dire que j’étais un garçon, explique l’un d’entre eux. Plus, ne parlons pas de l’irrespect de la communauté cisgenre gay ce soir là, c’était terrible. »

https://twitter.com/Epectaz/status/1193544334601334784

D’autres, encore, racontent des scènes d’humiliation : « Une fois au lycée un gars est venu me voir pour me demander si j’étais un mec ou une fille. Je lui ai dit que j’étais un mec et il est reparti voir ses potes en criant « TU ME DOIS 5€ ». Ils avaient parié sur mon genre. »

https://twitter.com/SorenBrl/status/1193540228407005184

https://twitter.com/GenetixVideos/status/1193955798369677312

Selon SOS Homophobie, les actes transphobes seraient en constante augmentation. L’association avait constaté, dans son rapport annuel, une augmentation de 54%  des agressions à caractères transphobes entre 2017 et 2018.

D’autres témoignages

La semaine dernière, TÊTU avait recueilli le témoignage de Maël, un homme trans agressé à trois reprises en un an sur le parking de l’université de Besançon. Il racontait notamment sa peur de se retrouver seul dans les couloirs de l’université ou de devoir retourner seul à sa voiture, une fois la nuit tombée. « Je me pose constamment la question ‘est-ce que ça va se reproduire ?’. Alors je m’arrange pour ne jamais être seul. »

Crédit photo : Twitter/Canva.

L’article #MeTooTrans : des personnes trans livrent des témoignages poignants sur les réseaux sociaux est apparu en premier sur TÊTU.


VIDEO. La pub émouvante de Renault Clio avec un couple lesbien

13 novembre, par Samy Laurent[ —]

La nouvelle pub Renault, « 30 years in the making », raconte l’histoire d’amour de deux jeunes femmes au travers des années. Une publicité qui prend des airs d’un véritable film.

Renault UK célèbre les 30 ans de la voiture française la plus vendue avec une publicité qui suit l’évolution de la romance entre deux femmes sur trois décennies. Une très belle initiative qui permet de donner un peu plus de vision aux couples de femmes et aux familles homoparentales dans le domaine de la publicité.

Une pub digne du 7e art

« 30 years in the making » (30 ans dans la conception) commence par un couple britannique qui conduisent (dans une Clio I) leur fille qui se rend en France, pour un séjour dans une famille, sous les notes d’une reprise voix-piano de « Wonderwall » du groupe Oasis. Arrivée en France, les deux petites filles se rencontrent pour la première fois.

On peut ensuite les voir jouer ensemble sur une balançoire, rire et manger de la glace, indiquant que les deux sont devenues amies. Des années plus tard, elles se retrouvent, adolescentes. Visiblement restées proches, les deux jeunes femmes continuent de profiter l’une de l’autre avant d’échanger leur premier baiser, dans une Clio II.

Une fois séparées à nouveau, les deux jeunes femmes s’envoient lettre et photo, jusqu’à ce que le père de l’anglaise découvre le lien entre sa fille et son amour de France. On peut le voir hurler sur sa fille en brandissant les lettres comme preuve.

À LIRE AUSSI : Cette pub de Sprite pour la Pride argentine est parfaite

Le scénario bondit alors à l’âge adulte au moment du mariage de la Française avec un homme, sous les yeux dévastés de son ancienne amante anglaise. Fort heureusement, le mariage ne tient pas et on peut voir la Française fermer le capot de sa Clio IV avant de prendre la route outre-manche vers son premier amour.

La scène finale montre les deux femmes, dans leur Clio V (dernier modèle de la firme automobile), avec leur propre fille assise à l’arrière. La famille arrive chez les parents de l’anglaise qui les accueillent à bras ouverts.

Twitter séduit

Suite à la diffusion de cette publicité, beaucoup d’utilisateurs de Twitter ont célébré Renault pour cette belle production. « La pub de Renault lesbienne devrait gagner un Oscar, à mon humble avis », a tweeté une internaute. « La nouvelle pub Clio a gagné mon p*tain de coeur, oh mon dieu…. ! », s’est enjouée une autre.

https://twitter.com/jordanxlou/status/1192870269968367617?s=20

En France, les internautes – bien que moins nombreux – semblent tout autant séduits. Néanmoins, on se demande surtout si une telle publicité pourrait être diffusée dans l’Hexagone. Cela donnerait une grosse bouffée d’air frais à un paysage publicitaire français encore peu inclusif.

À LIRE AUSSI : 15 pub télé LGBT-friendly qui ont marqué les 30 dernières années

Crédit photo : Capture d’écran / YouTube

L’article VIDEO. La pub émouvante de Renault Clio avec un couple lesbien est apparu en premier sur TÊTU.


En Ouganda, 67 personnes inculpées après une descente de police dans un bar LGBT

13 novembre, par Antoine Patinet[ —]

Soixante-sept personnes ont été arrêtées dimanche dans un bar LGBT de Kampala, la capitale ougandaise. Inculpées mardi pour « nuisances générales », elles sont maintenues en prison.

La situation ne s’arrange pas pour les personnes LGBT en Ouganda. Dimanche, 125 personnes ont été arrêtées après une descente de police au Ram Bar, un bar de Kampala prisé de la communauté LGBT. Cinquante-huit d’entre eux ont depuis été libérés, mais les soixante-sept autres sont encore incarcérés.  Selon le porte-parole de la police ougandaise, Patrick Onyango, interrogé par l’agence de presse, les autorités ne savaient pas que ce bar organisait une soirée LGBT ce soir là. Il soutient que l’intervention visait surtout l’usage de tabac, interdit dans les lieux publics, et d’opium.
Selon plusieurs comptes twitter, des journalistes ougandais étaient présents, et certains ont même filmé l’arrestation. Sur la vidéo, on peut voir des dizaines de personnes assises parterre, encerclées par la police et les militaires, et baissant la tête pour ne pas être reconnus par leurs familles.

61 hommes et 6 femmes ont donc été présentés mardi devant un juge de la capitale ougandaise. ont été inculpés pour « nuisance générales ». Un chef d’inculpation très vague pour les avocats de la défense, qui confient par ailleurs à l’AFP qu’ils n’ont même pas pu s’entretenir avec leurs clients.  Pour Patricia Kimera, avocate des droits de l’Homme représentant plusieurs accusés, « leurs droits n’ont pas été respectés ». « Ces gens ont été surpris en train de s’amuser dans un bar, il n’y a aucune preuve démontrant qu’il est question de nuisances générales » a-t-elle dit auprès de l’AFP.

Intimidation

«La police savait qui elle visait» affirme Clare Byarugaba, membre de l’association ougandaise de défense des droits de l’Homme « Chapitre 4 ». « Le but était d’intimider et de faire peur aux LGBT ».   Harcèlement, intimidation et arrestations arbitraire sont malheureusement le quotidien des personnes LGBT en Ouganda, où les relations sexuelles entre personnes de même genre sont encore passibles de la prison à perpétuité. Il semble même que depuis quelques semaines, le climat se fasse de plus en plus oppressant pour les minorités sexuelles.

Récemment, seize militants pour les droits LGBT avaient été forcés de passer des tests anaux. Patrick Onyango, le porte-parole de la police ougandaise avait indiqué alors « qu’à la suite de nouveaux développements fondés sur les examens médicaux, il est établi que les suspects ont été impliqués dans des actes sexuels punissables aux termes du code pénal.» Une véritable chasse aux sorcières, qui ne risque pas de s’arranger. Au mois d’octobre, un ministre ougandais avait annoncé son intention de remettre sur la table un projet de loi condamnant les personnes LGBT+ à la peine de mort, avant que le gouvernement ne démente.

A LIRE AUSSI : L’Ouganda dément vouloir condamner les homos à la peine de mort, mais… 

 

Crédit photo : Capture Twitter 

L’article En Ouganda, 67 personnes inculpées après une descente de police dans un bar LGBT est apparu en premier sur TÊTU.


0 | 10










mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Chercher, découvrir, news, podcast francais, radios, webtv, videos. Vous trouverez du contenu du Monde entier et de la France. Vous pourrez créer votre propre contenu et le partager avec vos amis.


ACCEUIL add podcastAjouter votre Podcast FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
A PROPOS Supporter lequipe mirPod Terms of Use BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER