HOME > RSS > BLOGS France > procrastin

R S S : procrastin


PageRank : 1 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



jouet d'enfant n'ayant jamais volé

3 June, by procrastin[ —]
peb et fox
illustration de Peb et Fox (ils sont beaux !) - visitez leur site !

Ah, le charme désuet des vieux dictionnaires truffés de mots rares, témoins des préoccupations et des progrès de leur époque et que plus personne n’utilise aujourd’hui. Au contraire, nous reconnaissons à peine certaines définitions qui devraient pourtant nous être familières. Il se trouve chez ma grand-mère un vieux dictionnaire, véritable trésor familial pas tant pour sa valeur marchande que pour les pépites qui s’y cachent et qui font la joie des enfants. A l’entrée « hélicoptère », on apprend qu’il s’agit d’un appareil d’aviation n’ayant jamais existé que comme jouet d’enfant. Une opinion partagée par Ferdinand Foch, Maréchal de France, professeur de stratégie à l'École de Guerre et incidemment responsable de la bataille de la Somme, une des plus terribles boucheries de la première guerre mondiale. Il affirmait en 1911 avec toute la clairvoyance du génie militaire : « Les aéroplanes sont des jouets scientifiques intéressants, mais ne présentent pas de valeur militaire.» Ironiquement, Foch a aussi donné son nom à un porte-avion de la marine française…


helicoptere
Nouveau Larousse illustré, dictionnaire universelle encyclopédique, sous la direction de Claude Augé, Larousse, Paris, c.1900, tome cinquième, p.66

L’ouvrage d’où j’ai extrait cette définition est le « Nouveau Larousse illustré, dictionnaire universelle encyclopédique », publié à Paris sous la direction de Claude Augé. Il s’agit d’un imposant dictionnaire en 15 volumes dépourvu de date d’impression ou de dépôt légal. Je me suis amusé à essayer de le dater à partir des notices biographiques qui y figurent, tel homme d’état n’était pas encore mort au moment de la rédaction alors que tel autre l’était déjà. Les premiers tomes ont probablement été imprimés autour de 1899-1901. L’illustration associée représente un jouet aussi appelé papillon mécanique, assez facile à construire (voir les instructions ci-dessous) et qui utilise l’énergie de torsion d’un élastique pour actionner les hélices :

Mais les progrès en aéronautique sont rapides à cette époque. Les deux derniers tomes du dictionnaire de mon arrière-grand-père sont des suppléments. Ils rassemblent des ajouts importants et sont un peu plus récents : ils ont vraisemblablement été publiés autour de 1904-1905. On n’y trouve pas une nouvelle entrée pour hélicoptère mais au mot « hélice » on peut lire les précisions suivantes :

« Les partisans du plus lourd que l’air, pour la navigation aérienne ont renoncé, pour la plupart, à l’hélicoptère, appareil dont la suspension est obtenue par une ou plusieurs hélices verticales. Cependant, le colonel Renard, dans une étude très documentée, présentée à l’Académie des sciences le 23 novembre 1903, montre qu’on peut construire des hélices suspensives capables de soulever un poids utile, si le moteur qui les actionne ne dépasse pas le poids de trois kilogrammes par cheval de force. » (1er supplément, p.285)


helicoptere
Nouveau Larousse illustré, dictionnaire universelle encyclopédique, sous la direction de Claude Augé, Larousse, Paris, c.1900, supplément I, p.285

Diantre ! L’hélicoptère n’est pas encore utilisable mais on est déjà loin du jouet pour enfant. En effet, si l’histoire de l’aviation a oublié depuis longtemps les expériences du colonel Renard, elles précédèrent de peu le premier décollage réussi en 1907 (voir la page wikipédia sur l’hélicoptère pour un historique sérieux).

Je sais combien il est facile de se moquer a posteriori du manque de clairvoyance de nos aînés. Ce n’était d’ailleurs pas le propos de ce billet. Je suis surtout sensible à cette poésie si particulière aux rêves d’anticipation déçus par la réalité… Nous avons à la fois trop et trop peu d’imagination ! Nous fantasmons un avenir incroyable de progrès mais nous sommes absolument incapables de l’imaginer dans son foisonnement, ni même de simplement percevoir la direction que prendront ces progrès. Dans les délires les plus débridés des futurologues, nos descendants conservent beaucoup de nos habitudes de vie et de nos modes vestimentaires. Souvenez-vous des tenues délicieusement datés des personnages de la série télévisée anglaise Cosmos 1999

En attendant, l’hélicoptère en a fait rêver plus d’un. En témoignent certaines des vignettes sur l’an 2000, éditées en 1910 et présentées sur le site de la BNF et qui se proposaient d’imaginer comment nous pourrions vivre. En 2009, Marcel Proust[1] avec son col amidonné passerait difficilement inaperçu et, en tout cas, il ne pourrait toujours pas de faire une partie de tennis héliporté avec Gilberte et Robert de Saint-Loup…


helicoptere
Visions de l'an 2000, Villemard, 1910, chromolithographie Paris, BNF
helicoptere
Visions de l'an 2000, Villemard, 1910, chromolithographie Paris, BNF

A peine plus délirants et décalés, les rêves de déplacements aériens futurs mais mettant en scène une parfaite famille de l'American way of life des années 50.

La presse, même la plus sérieuse, s’y laisse prendre souvent, comme l’article ci-dessous paru dans le monde daté d’avril 1958 à propos du « rotor-cycle » qui me fait irrésistiblement penser au fantacoptère inventé par Franquin dans l’album « Spirou et les héritiers » (1952)…


helicoptere helicoptere
Spirou et les héritiers, Franquin, Dupuis, 1952

Quand j’étais enfant, j’étais certain que nous nous déplacerions tous en hélicoptère individuel. Je n’ai toujours pas effectué de vol en hélicoptère et il est peu probable que j’ai, un jour, besoin d’aménager un héliport privé dans mon jardin… Et franchement, ce n’est pas plus mal !

Notes

[1] cette remarque sur Marcel Proust (à qui me faisaient penser les fines moustaches et les pantalons blancs serrés des joueurs de tennis de l'illustration) est d'ailleurs assez injuste. A de nombreuses reprises, Proust fait preuve d'une étonnante curiosité intellectuelle. Ainsi, dans "A l'ombre des jeunes filles en fleur", il se moque de ceux qui ne croyaient pas en l'aéronautique : « Chaque fois que la société est momentanément immobile, ceux qui y vivent s'imaginent qu'aucun changement n'aura plus lieu, de même qu'ayant vu commencer le téléphone, ils ne veulent pas croire à l'aéroplane », « on peut avoir eu du génie et ne pas avoir cru à l'avenir (...) des avions », « Pour se promener dans les airs, il n'est pas nécessaire d'avoir l'automobile la plus puissante, mais une automobile qui, ne continuant pas de courir à terre et coupant d'un verticale la ligne qu'elle suivait, soit capable de convertir en force ascensionnelle sa vitesse horizontale »


typocoffee (san-serif)

3 June, by procrastin[ —]
too much coffee
zoom ici

Chacune des lettres ci-dessus est une superposition de 25 courbes plus ou moins bruitées, un peu comme si on ré-écrivait sur un tracé existant mais en faisant des erreurs. L'illustration dérive d'un algorithme que j'ai programmé pour un cours sur les simulations de Monte-Carlo. Je cherchais à modifier aléatoirement le tracé d'une courbe quelconque. Assez vite j'ai eu envie de dessiner des lettres. Lorsque que vous écrivez à la main, vos lettres se ressemblent (c'est "votre écriture") mais sont toutes légèrement différentes : la boucle d'un "e" est plus ou moins ouverte ou fermée par exemple… C'est pourquoi les polices imitant une écriture manuscrite sont toutes si décevantes. Au contraire, ma police est, elle, fortement aléatoire. Impossible d'avoir exactement deux fois le même tracé. Pour ceux que ça intéresserait, vous pouvez jeter un œil sur le code en R qui m'a servi pour cette illustration.


à l'autre bout du monde

3 June, by procrastin[ —]
antipode
Projection orthographique centrée sur l’antipode de Paris. En vert, la vue normale du globe terrestre. En surimpression grisée, l'image des antipodes correspondant qui apparait alors inversée.

« Et ramenant enfin les pans d'une plus vaste bure, nous assemblons, de haut, tout ce grand fait terrestre. Derrière nous, par là-bas, au versant de l'année, toute la terre, à plis droits, et de partout tirée, comme l'ample cape de berger jusqu'au menton nouée... » (Saint-John Perse, Chronique, II, p. 338-339, 1960)

47°08'05,58"S, 174°24'48,05"O : un point perdu du Pacifique Sud à 1200 km à l'est de la Nouvelle-Zélande. C'est très précisément le point de la terre le plus éloigné de l'endroit où je me trouve à l'heure où je tape ce texte. L'antipode est facile à trouver quand on manipule un globe terrestre. Pourtant dans les dessins animés de mon enfance, quand le héros entreprenait de creuser un tunnel passant par le centre de la terre, il ressortait invariablement en Chine (voir par exemple ce gag de Bip-Bip et le coyotte), que le dessin animé soit une production européenne ou américaine d'ailleurs. Le bien nommé Extrême-Orient nourrit encore les fantasmes d'exotisme. Je me suis amusé à programmer cette représentation de l'antipode de l'Europe, une image inversée de notre continent en surimpression de la vue habituelle. L'occasion pour moi de réviser un peu les projections cartographiques. Pour anticiper les critiques d'eurocentrisme, j'ai aussi préparé quelques autres antipodes marquants.

Projection orthographique centrée sur Paris : cette fois c’est l’image antipodiale de l’Australie et la Papouasie qui flotte dans l’Atlantique. La Nouvelle-Zélande est, elle, à l’antipode de la péninsule ibérique.

antipode
Projection orthographique centrée sur Paris. En vert, la vue normale du globe terrestre. En surimpression grisée, l'image des antipodes correspondant qui apparait alors inversée.

Projection orthographique centrée sur Hong-Kong dont l’antipode se trouve sur la frontière entre l’Argentine et la Bolivie. Les petits sud-américains peuvent, eux, rêver creuser un tunnel passant par le centre de la terre et débouchant en Chine. Au passage, remarquons que l’on a souvent une idée très fausse des dimensions colossales du Pacifique. Pour un européen, l’Amérique du sud et la Chine sont "presque" voisines (juste un océan à traverser) alors qu’elles sont en fait parfaitement aux antipodes !

antipode
Projection orthographique centrée sur Hong-Kong. En vert, la vue normale du globe terrestre. En surimpression grisée, l'image des antipodes correspondant qui apparait alors inversée.

Projection orthographique centré sur le pôle nord.

antipode
Projection orthographique centrée sur le pôle Nord. En vert, la vue normale du globe terrestre. En surimpression grisée, l'image des antipodes correspondant qui apparait alors inversée.

Projection de Mercator du globe terrestre, la carte des navigateurs (et de la plupart des mappemondes modernes) qui préserve les directions mais déforme les distances et les surfaces en étirant démesurément les terres éloignées de l’équateur.

antipode
Projection de Mercator. En vert, la vue normale du globe terrestre. En surimpression grisée, l'image des antipodes correspondant qui apparait alors inversée.

Enfin, pour les quelques geeks, voila le code source en R utilisé pour les projections orthographiques.


dépoli

3 June, by procrastin[ —]

Photos prises à travers le viseur de mon vieil Hasselblad, directement sur le dépoli, d'où le fort vignetage et les repères centraux.











mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER