ACCUEIL > RSS > BLOGS France > radio campus paris

R S S : radio campus paris


PageRank : 3 %

VoteRank :
(2.43 - 4 votes)





tagsTags: , , , , , , , , , , , , ,


Français - French

LECTEUR FLUX RSS



Euroscope #16 // Le cinéma et l’Europe

https://www.radiocampusparis.orgplay episode download
20 février, par Euroscope[ —]

A quinze jours de la 45ème cérémonie des Césars, Euroscope s’intéresse ce mois-ci au cinéma européen. Autour de la table, deux invités de choix : Claude-Eric Poiroux, producteur de cinéma et directeur général du réseau Europa Cinéma, et Mathieu Fournet, directeur des affaires européennes et internationales du CNC.

Et dans le reste de cet épisode, on a aussi parlé cinéma politique en Allemagne, en Italie, ou encore liberté de la presse en Turquie…

Présentation : Hugo Passard Antoine Guiziou / Co-interview : Perrine Val / Chroniques : Mathis Joubert, Lucie Brillanceau, Niklas Mönch / Reportage : Thomas Guillot / Réalisation : Eliott Janon

 

Cet article Euroscope #16 // Le cinéma et l’Europe est apparu en premier sur Radio Campus Paris.


Bam Salute special Lone Ranger  French Singers


20 février, par bamsalute[ —]

Une émission qui débute par une sélection spéciale Lone Ranger jouée par Vince Irie et pour la deuxième partie, c’est Alex Eazy Style qui nous a préparé un set spécial French Artists.

Cet article Bam Salute special Lone Ranger  French Singers est apparu en premier sur Radio Campus Paris.


Carte Blanche – Pitchfork 2019

https://www.radiocampusparis.orgplay episode download
20 février, par redaction[ —]

 

Réalisation: Simon Huver

Merci à Tiana Salles (Nilüfer Yanya, Barrie, Ela Minus) et Stéphanie Kamidian (Caroline Polachek) pour les doublages.

Cet article Carte Blanche – Pitchfork 2019 est apparu en premier sur Radio Campus Paris.


Fine Cuts post Saint-Valentin: Le retour du gros son!! // 18.02.2020


20 février, par finecuts[ —]
Un départ tonitruant avec Ugly Mac Beer et Mister Modo qui nous font découvrir des trésors de samples, un extrait de film noir version hiphop avec le griot du rap Joe Lucazzi, une petite virée drive-by par la truculente Billie Brelok épaulée de M.A.S.S!
 
Mais aussi tout plein de sorties rap US et UK, un peu d’expérimental français avec les compères Forever Pavot et Julien Gasc du label Born Bad Records… Pour ne pas être trop dépaysé on se repasse quelques oldies de beatmakers habitués de la maison comme Kung Lao, Onra et Quetzal…
 
Et comme la tradition l’exige, une perle de l’année 1980, le morceau « There comes a time (Lawra) » de Tony Williams, qui a été récemment repris par le batteur anglais Makaya MacCraven. Nnnnnnnice.
 
A noter le clip tout fraichement sorti de Ugly Mac Beer feat F Stokes! https://www.youtube.com/watch?v=jfTecY6qM2Q  
 
Tracklist:
 
Ugly Mac Beer feat F-Stokes – NY PARIGO
Mister Modo & Ugly Mac Beer – Heavy Listening
Joe Lucazz – Le fantôme de Mister Little / La légende de Battling Siki
Billie Brelok feat M.A.S.S – Drive-by
Termanology – Only a matter of time / Credit feat Graph / Walk on by feat KOTA the friend
Zilla Rocca – Polished Figaro Opening / Paul Newman feat Premrock / Spy VS Spy feat Vic Spencer / Release party at the water room
Lex Amor – Mazza / Mood / The room (freestyle)
Kung Lao’s beat of the day – You / Writings / Where is Watson / Sushi Beat / Optimiste
Onra & Quetzal « TRIBUTE » – Settle Back / Ready / Let me know 
Forever Pavot – Le Beefteak
Julien Gasc – Nos Deux Corps / Jouir 
Tony Williams – Lawra
 
 
 

Cet article Fine Cuts post Saint-Valentin: Le retour du gros son!! // 18.02.2020 est apparu en premier sur Radio Campus Paris.


Thelma et Louise : La mode, libération ou aliénation? // 18.02.2020

https://www.radiocampusparis.orgplay episode download
20 février, par Thelma et Louise[ —]

 

Les relations entre mode et féminisme ont toujours été très ambigües. Pour beaucoup de penseuses féministes, la mode aliène les femmes et les réduit à des objets de désir. Pourtant, l’habillement et le maquillage peuvent aussi jouer des rôles déterminants dans l’acceptation de soi, l’empowerment et l’affirmation de l’identité… Pour mieux comprendre les liens entre mode et féminisme, et la façon dont ils se nourrissent l’un et l’autre, on accueille en studio cette semaine la journaliste mode Alice Pfeiffer, autrice du livre Je ne suis pas Parisienne, paru chez Stock.

 

Le mythe de la Parisienne

 

Pour elle, la mode tout au long de son histoire a contribué à l’émergence et à la domination d’un idéal féminin, celui de « la Parisienne », aka une femme mince, blanche, hétérosexuelle, bourgeoise, cultivée et… profondément soumise! Cette figure, devenue aujourd’hui un produit marketing à succès, infuse toutes les sphères de notre société. La Parisienne dresse un portrait réducteur et irréaliste des femmes françaises, et nous impose à toutes un modèle inatteignable. Alors comment déconstruire ce mythe? Quel rôle peut jouer l’industrie de la mode dans cette révolution? Et plus difficile encore, comment déconstruire notre rapport à la beauté et au style? Avec notre invitée, on va tenter de répondre à toutes ces questions, et questionner au passage notre propre vision de la mode!

Et autour de la table bien sûr, nos chroniqueur.ses chéri.es, Matthieu et Cha, chaud.es comme jaja pour décrypter l’actu militante et politique! 

 

Alors branchez vite votre casque, et hop réécoutez !

Cet article Thelma et Louise : La mode, libération ou aliénation? // 18.02.2020 est apparu en premier sur Radio Campus Paris.


Mercredi ! COSMOBOUM // 19.02.2020

https://www.radiocampusparis.orgplay episode download
20 février, par Mercredi[ —]

Au programme ce mercredi !

Notre super copain Marc Blanchard vous propulse dans sa boum cosmique par une playlist fusée rétrofuturiste*, où se mélangent des tubes des années 80 et des remixes étranges venus d’ailleurs.

 

(*musique rétrofuturiste, ça veut dire environ : « rétro » pour le côté dépassée, has beenparce qu’ancienne et « futuriste » pour le côté nouvelle et donc pas démodée has been ! Hein quoi ? Mais ça veut dire un truc et son contraire en fait…)

 

Les musiques de l’émission :

 

Roberto Pregadio – bi-di-bi-da

Ciani – Liberator (Atari TV Spot)

????????? – Il est un envahisseur (Bakugan Battle Brawlers) (le lien du super clip : https://www.youtube.com/watch?v=BSbG58DWovQ)

DMX Krew – Sound Of The Street ’98

Retrato Robot – Pajaritos de Maiz

Star Trek – Générique

Armando Trovaioli – Kinky Peanuts

Silicon Teens – Let’s Dance

L’Affaire Louis’ Trio – Chic Planète

Mino – Dupont De La Lune

The Buggles – Video Killed The Radio Star

Jan turkenburg – In my spaceship (Rmx cora novoa)

Stereo Total – Orange Mécanique

 

montage Marc Blanchard

Cet article Mercredi ! COSMOBOUM // 19.02.2020 est apparu en premier sur Radio Campus Paris.


La matinale de 19h – Coronavirus // 18.02.2020

https://www.radiocampusparis.orgplay episode download
19 février, par redaction[ —]

Ce 18 février 2020, nous parlons de cette psychose qui a envahi l’esprit de quelques français : l’épidémie du Coronavirus. Nous sommes accompagnés des docteurs Hugues Cordel et Ségolène Brichler, sur la photo ci-dessous.

En deuxième partie d’émission, Paul Mougeot et Charlotte Dekerros nous parlent de La Grande Party. Cette association entend agir comme un tremplin pour les jeunes musiciens du Grand Paris.

Pour le reportage, Pierre nous parle de Radio Minus puis Elsa rebondit sur la première partie d’émission et nous livre une chronique sur le coronavirus ou du moins sur sa lecture de la Coronaderie parce qu’ « avant Corona c’était une bière de basse qualité, le truc pas cher que tu commandais en fin de soirée avec un citron pour faire passer le goût. »

Présentation :  Léa Marques / Réalisation : Antonin Simard / Co-interwiew: Jonathan Luzamba /Reportage : Louis-Pierre La Couture / Chronique : Elsa Gavinet  / Zoom : Delya Lopez / Web : Lili / Coordination : Jules Benveniste

Cet article La matinale de 19h – Coronavirus // 18.02.2020 est apparu en premier sur Radio Campus Paris.


Du côté des autrices : Marceline Desbordes-Valmore


19 février, par Du côté des autrices[ —]

Marceline_Desbordes-Valmore_NadarMarceline Desbordes-Valmore était-elle maudite ? C’est du moins ce qu’en a pensé Verlaine, qui l’a élevée au rang de ses « poètes maudits », au même titre qu’Arthur Rimbaud et Stéphane Mallarmé.

Maudite, sa vie le fut. Marceline Desbordes-Valmore reçut même le surnom de  « Notre-Dame des pleurs », tant son destin fit couler ses larmes et celle de ses lecteurs et lectrices. « Les Pleurs », c’est d’ailleurs le nom de l’un de ses recueils de poésie.

Marceline Desbordes-Valmore, née en 1786 à Douai, a cumulé les épisodes douloureux et mouvementés. Un père ruiné, une mère qu’elle suit jusqu’en Guadeloupe et qui décède de la fièvre jaune dès leur arrivée, le retour à Douai, la vie de comédienne, une première liaison au-dessus de sa condition, deux enfants morts en bas âge et deux autres qui la quitteront plus tard, un amant dont elle fut éprise des années durant, mais qu’elle dût quitter pour suivre son mari à travers la France….

Mais il faut retenir autre chose que ce destin. Ce qu’il faut retenir, c’est comment Marceline Desbordes-Valmore l’a transcendé par la poésie.

Marceline Desbordes-Valmore s’est mise à la poésie pour faire chanter son âme sur le papier, puisqu’elle n’arrivait plus à chanter avec sa voix. Elle explique y avoir renoncé parce que sa voix la faisait pleurer elle-même. Marceline Desbordes-Valmore écrit alors pour se délivrer de son « frappement fiévreux », comme elle le décrit.

Et ce frappement touche en plein cœur ses contemporains, comme Baudelaire et Sainte-Beuve, impressionnés par l’originalité de son lyrisme et par sa pratique autodidacte. Car si Marceline Desbordes-Valmore a déclamé du Racine sur scène, elle n’a pas bénéficié d’une éducation au même titre que certains de ses pairs poètes. Elle délaisse alors parfois l’alexandrin, innove en inventant le vers impair de 11 pieds. Un style que Verlaine imitera.

Certains renvoient tout de même Marceline Desbordes-Valmore à son sexe, parfois de manière dédaigneuse ou bien d’autres fois, comme pour s’excuser d’apprécier le lyrisme de ses vers abordant des sujets considérés comme féminin, alors qu’ils sont en réalité universels. Marceline Desbordes-Valmore parle beaucoup de l’amour, du manque, de l’abandon.

Libre dans son style et dans ses sujets, intimes le plus souvent, politiques aussi parfois lorsqu’elle évoque la révolte des canuts à Lyon, Marceline Desbordes-Valmore devient quoi qu’il en soit une figure précurseuse du romantisme. Elle use de sa liberté pour inventer à sa façon une manière d’être poétesse. Qui sait révéler la musicalité des sentiments.

Écoutons justement l’un de ses poèmes, où le rythme emporte la lecture. Il s’agit de son poème « La danse de nuit », où pour une fois elle décrit une scène joyeuse, où la fête doit l’emporter sur tout, faire valser les corps et les cœurs.

EXTRAIT
GwladysLeRoy_MarcelineDesbordesValmore2Ah, la danse ! La danse
Qui fait battre le cœur,
C’est la vie en cadence
Enlacée au bonheur.

Accourez, le temps vole,
Saluez s’il-vous-plaît,
L’orchestre a la parole
Et le bal est complet.

Sous la lune étoilée
Quand brunissent les bois
Chaque fête étoilée
Jette lumières et voix.

Les fleurs plus embaumées
Rêvent qu’il fait soleil
Et nous, plus animées
Nous n’avons pas sommeil.

Flammes et musique en tête
Enfants ouvrez les yeux
Et frappez à la fête
Vos petits pieds joyeux.

Ne renvoyez personne !
Tout passant dansera
Et bouquets ou couronne
Tout danseur choisira.

Sous la nuit et ses voiles
Que nous illuminons
Comme un cercle d’étoiles,
Tournons en chœur, tournons.

Ah, la danse ! La danse
Qui fait battre le cœur,
C’est la vie en cadence
Enlacée au bonheur.

En découvrant les vers de Marceline Desbordes-Valmore, on a l’impression que ses poèmes sont déjà des chansons. Des musiciens ont d’ailleurs reconnu ce talent très tôt. Que ce soit le compositeur Camille Saint-Saëns, qui a imaginé dès l’âge de 7 ans une ballade au piano sur l’un de ses poèmes.

Plus proche de nous, la poésie de Marceline Desbordes-Valmore est même rentrée dans la pop-culture sans qu’on y prenne gare, grâce à Julien Clerc, Pascal Obispo ou Benjamin Biolay. À vous de voir si vous souhaitez vous empressez d’aller découvrir ces adaptations… ou si vous préférez plutôt revenir aux textes originaux.

Les références :
« Relire Marceline Desbordes-Valmore », épisode de l’émission La Compagnie des poètes, sur France Culture, du 08/11/2019
–  Site de la Société des études Marceline Desbordes-Valmore

Illustrations : Glwadys Le Roy (Instagram) + Portrait de Marceline Desbordes-Valmore par Nadar (Wikimedia Commons)

Extraits musicaux : « Junk City » de Gold Panda pour le jingle ; « Danse II » de Philip Glass

Cet article Du côté des autrices : Marceline Desbordes-Valmore est apparu en premier sur Radio Campus Paris.


La matinale de 19h – « Le Triangle et l’Hexagone » de Maboula Soumahoro// 19.02.2020

https://www.radiocampusparis.orgplay episode download
19 février, par redaction[ —]

Dans la première partie d’émission nous sommes avec Maboula Soumahoro, docteure en civilisation du monde anglophone et spécialiste en études africaines-américaines et de la diaspora noire/africaine. Maboula Soumahoro a récemment publié le livre « Le Triangle et l’Hexagone, réflexions sur une identité noire » aux éditions La Découverte.

La première chronique est assurée par Antoinette qui s’est intéressée à la place des écrans dans la vie des moins de 15 ans.

Dans le zoom, Lili interviewe Margot Georgia Molvinger et Léa Delmart au sujet de la pièce Play Loud de Falk Richter dont le collectif Géranium propose actuellement une nouvelle adaptation.

Pour finir Elsa revient sur l’affaire Koba la D qui agite Twitter depuis hier.

Présentation :  Delya Lopes / Réalisation : Antonin / Co-interview : Mylène Maricard Chroniques : Elsa Gavinet & Antoinette / Zoom : Lili / Web : Delya Lopes / Coordination : Jules Benveniste

 
 

Cet article La matinale de 19h – « Le Triangle et l’Hexagone » de Maboula Soumahoro// 19.02.2020 est apparu en premier sur Radio Campus Paris.


L’Avenir de l’Art # 70 ans de Jeune Création ~ secrets de jouvence

https://www.radiocampusparis.orgplay episode download
19 février, par FunThugs[ —]

Vendredi 3 janvier 2020 de 22H30 à minuit.

Nous recevons pour l’Avenir de l’Art Jérémy Chabaud, directeur de Jeune Création, association reconnue pour sa sélection annuelle d’artiste et l’organisation de son salon d’exposition, Pierre-Marie Drapeau Martin artiste et commissaire associé sur la 69ème édition de Jeune Création ainsi que Joachim Pflieger, directeur général de la Fondation Fiminco, qui accueil cette année l’exposition sur le site de Romainville et répondra à distance au court entretien sur son activité. 

A bientôt 70 ans d’existence il est intéressant d’aller à la rencontre de cette micro-organisation dans une période où elle s’affirme symboliquement en tant qu’ institution. Avec nos invités nous tenterons d’appréhender le fonctionnement interne, le travail collectif et stratégique qui a permis d’envisager la pérennisation de la vocation de Jeune Création: le soutien aux jeunes artistes.

Pierre-Marie Drapeau-Martin et Jeremy Chabaud

Vue de ‘l’exposition dans l’exposition’ de la 69ème édition de Jeune Création.

Joachim Pfleiger, directeur général de la Fondation Fiminco.

Le site de la Fondation Fiminco à Romainville ( 93 )

©-Caroline-Padlowski

 

>L’Avenir de l’Art – émission diffusée le deuxième vendredi du mois – de 22H30-minuit — Production et réalisation Eglantine Laval.

 

Cet article L’Avenir de l’Art # 70 ans de Jeune Création ~ secrets de jouvence est apparu en premier sur Radio Campus Paris.











mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Chercher, découvrir, news, podcast francais, radios, webtv, videos. Vous trouverez du contenu du Monde entier et de la France. Vous pourrez créer votre propre contenu et le partager avec vos amis.


ACCEUIL add podcastAjouter votre Podcast FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
A PROPOS Supporter lequipe mirPod Terms of Use BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER