HOME > RSS > BLOGS France > w3sh.com

R S S : w3sh.com


PageRank : 8 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



PX, le premier casque à réduction de bruit de B&W

19 November[ —]

Bowers & Wilkins, grande référence de l’audio de qualité tant par son aspect technique que par l’esthétique de ses modèles, présente son premier casque sans fil, à réduction de bruit, le PX.

Enfin, pourrait on dire! Enfin le grand nom B&W sort son casque à réduction de bruit. Un peu après tout le monde, il faut le reconnaitre, mais les ingénieurs ont préféré prendre leur temps pour sortir un casque à réduction de bruit active sans fil  assurant une isolation optimale, sans rogner sur la qualité de la musique.

Reprenant l’esthétique du P9 mais avec des écouteurs ronds, plutôt que les habituels carrés, le PX ne dénote pas du reste de la famille. Et c’est tant mieux, puisqu’on retrouve ce qu’ on aime chez B&W: des matériaux nobles et ultralégers, une allure général mêlant luxe et modernité, déclinée en finition Space Grey ou Soft Gold. Et comme on ne pas change une équipe qui gagne, le PX reprend les technologies du  P9 Signature, comme l’inclinaison légère des haut-parleurs et les oreillettes ergonomiques, épousant ainsi parfaitement l’oreille et améliorant le paysage sonore. Il  utilise également l’aptX Qualcomm, la dernière technologie HD Bluetooth qui permet d’obtenir le meilleur rendu possible quelle que soit la source. Côté batterie, le PX n’es pas en reste puisque  vous profiterez d’une autonomie de 22h en mode réduction de bruit sans fil, soit 33h en mode d’annulation de bruit filaire!!


Coté ergonomie, le PX est équipé de  capteurs auto on/off et auto play/pause, afin qu’il se mette en mode pause dès que l’utilisateur soulève une oreillette ou le place autour du cou et qu’il s’allume et relance la musique là où elle s’est arrêtée dès qu’il est reposé sur les oreilles.

La partie réduction de bruit active propose 3 modes, sélectionnables via l’application dédiée Bowers & Wilkins Headphones (compatible iOS et Android), et adaptés aux différents environnements que peut rencontrer l’utilisateur. L’option « City » s’adapte au trafic urbain, « Office » permet d’entendre lorsque l’on s’adresse à vous et « Flight » annule complètement les bruits de moteur ambiant pendant un vol.

Le PX est proposé au tarif de 399€ et est fourni avec un câble audio jack de 1,2 m, une pochette de protection, et un câble USB.

 


Nous avons roulé avec la nouvelle Seat Arona

18 November[ —]

Depuis quelques années, les SUV urbains se sont multipliés sur nos routes. Avec un rapport encombrement/habitabilité excellent, ils remportent un succès qui n’est plus à prouver. Il n’en fallait pas moins à Seat pour venir s’immiscer dans ce segment très convoité et ils ne sont pas venu lses mains vides, bien au contraire. La Seat Arona possède de sérieux atouts qui vont venir bousculer la concurrence.

Un peu à la bourre par rapport à la concurrence que sont les Captur et autres 2008, bien ancrés aux premières places en termes de vente, Seat devait faire fort pour détourner le regard des potentiels propriétaires de SUV urbains. Et il faut le reconnaitre, Seat vient de frapper fort. Dans un design plutôt classique mais qui rappelle d’un simple coup d’œil, la patte ibérique, l’Arona possède tout de même des lignes dynamiques et élancées. Le coloris bi-ton y est évidemment pour quelque chose, apportant ce côté moderne que l’on retrouve sur le Captur par exemple. Avec une petite touche de style haut de gamme comme cette plaque en alu brossée ornée d’un X sur la pavillon arrière, qui sépare le toit du reste du véhicule et qui rappelle l’Audi A2. Et ce n’est pas tout!,Régalez vous parmi 3 finitions (Référence, Style et Xcelence) et 68 possibilités de personnalisation pour avoir le modèle qui vous ressemble.

 

Partageant sa plateforme (provenant du groupe Volkswagen) avec la nouvelle l’Ibiza, l’Arona parvient à se différencier de sa petite sœur et ne pas être juste un modèle surélevé. Avec ses 4,14m de long et un toit positionné à 1,59m, l’habitabilité est excellente, Sans pour autant sacrifier le volume de coffre qui se trouve dans la moyenne avec ses 400L. et possède un plancher amovible pour gagner quelques centimètres en hauteur. Tantôt à l’avant et à l’arrière lors de notre balade, l’habitabilité pour les grandes personnes comme moi (plus d’1,80m) était parfaite, avec 10cm d’espace entre les genoux et le conducteur et une tête qui est loin de toucher le plafond.,

La planche de bord ne fait pas dans l’originalité ni l’excentricité, mais elle a le mérite d’être ergonomique, épurée et agréable. Les matériaux respirent la qualité, et sont agréables au toucher même si quelques plastiques durs sont encore présents. Les quelques boutons physiques sont bien placés, le poste de conduite affiche toutes les informations nécessaires, sans trop en faire, et c’est parfait comme ça. Le regard n’est pas dérangé pendant la conduite, et on n’est pas à la recherche à tâtons de tel ou tel bouton. Un éclairage subtil à l’intérieur des portières et au niveau des pieds vous met dans une ambiance cosy et apaisante.

La signature visuelle propre à Seat est bien présente à l’avant comme à l’arrière, avec des feux LEDs du plus bel effet et qui renforcent encore un peu plus l’aspect dynamique du véhicule. Petit truc qui qui nous a fait craquer tellement c’est beau, les clignotants à l’avant, remplacent le contour de LED lorsqu’on les actionne. Sublime.

 

Seat tient à proposer un véhicule aux finitions exemplaires. Cela va jusqu’aux soudures des tôles qui, normalement cachées donc assez moches, sont ici d’une propreté et d’une netteté hallucinantes. Prouvant le désir de la marque de sortir de son image de véhicule d’entrée de gamme et montrer au grand jour tout son sérieux et son savoir-faire.

Et pour passer de cette image à un véhicule haut de gamme Seat n’a pas lésiné sur les prestations et les équipements. Dans la finition Xcellence que nous avons essayé, tout y était.  En terme de sécurité, vous aurez le Régulateur de vitesse adaptatif (ACC), 6 airbags, le Front Assist avec freinage d’urgence et détection de piétons, les radars et caméra de recul, les détecteurs d’angle mort…. Pendant notre balade à bord du véhicule, le passage sur l’Arc de Triomphe nous a permis de voir l’action les radars de proximité tout autour de la voiture, qui vous indiquent, en roulant, que d’autres véhicules sont trop près de vous. Un régal.

Mais l’agrément de conduite passe aussi par la partie connectivité et média du véhicule. Et là, on peut dire que le conducteur est gâté. Arborant fièrement un écran de 8 pouces en haute définition (attention ce n’est pas du FullHD) à la qualité irréprochable, le système embarque un système aux petits oignons. Habitués à nos smartphones, nous sommes devenus très difficiles sur l’ergonomie de nos appareils. On veut atteindre l’information facilement et rapidement. Et il faut reconnaitre que Seat a fait fort de ce coté-là. Reprenant le système de la maison mère allemande, l’écran tactile, tout comme les commandes au volant, répondent immédiatement, pas de temps de latence entre les menus qui sont clairs et bien ordonnancés. Petit plus, lorsque vous êtes en mode GPS, l’écran n’affiche que la carte et les informations de navigation, sans aucun autre menu. Il suffit juste d’approcher votre main sans toucher l’écran pour que les menus contextuels apparaissent aux quatre coins. Ainsi, vous n’êtes pas dérangé par des informations inutiles lorsque vous conduisez.

Le son n’est pas en reste non plus. Equipé d’un système BeatsAudio comprenant 6 hauts parleurs et un caisson de basse, intelligemment intégré au centre de la roue de secours sous le plancher du coffre, vous aurez 300w pour écouter vos playlists préférées. Playlists que vous écouterez en Bluetooth ou en filaire via votre smartphone (2 prises USB en façade, tout de même, Seat est l’un des rares constructeurs à avoir compris qu’il y avait souvent deux smartphones sur les places avant). Vous avez un smartphone avec chargement à induction? pas de soucis, l’Arena chargera votre bien pendant votre trajet. Compatible MirrorLink, Android Auto et Apple CarPlay, vous n’aurez aucun mal à profiter pleinement de votre smartphone  et de ses applis sur l’écran géant.

Les capacités audio sont juste impressionnantes, les basses bien présentes dans l’habitacle sans pour autant vous inonder. Le caisson a beau être dans le coffre, la caisse de résonance créée par l’habitacle, répartit les basses partout de façon uniforme. L’équilibre des fréquences est très bien maitrisé, même si les mauvaises langues diront que Beats ne font que des basses, tout est parfaitement audible.

Notre petite balade dans les rues bien engorgées de la capitale nous ont permis, outre de travailler notre patience, de nous rendre compte de la facilité de conduite et du dynamisme global de l’Arona. Avec son petit moteur essence 3 cylindres de 115ch à boite manuelle, notre Arona s’est montrée vive et coupleuse. Amusante et agréable à conduire, son moteur est d’une souplesse étonnante pour un 3 cylindres, et a du répondant quand on met le pied dedans avec un petit son rageur du plus bel effet ! Seat a même réussi à atténuer au maximum les vibrations induites par ce type de moteur. Même si elles sont présentes, elles ne gênent en rien l’agrément de conduite. Des possibilités de personnalisation et configuration du mode de conduite sont également proposés pour paramétrer votre Arona à votre style. Sachez qu’il n’y a pas de  motorisation diesel pour le moment. Mais vous avez la possibilité d’équiper votre Arona de  la fameuse et très réussi boite DSG.

Sa partie-cycle n’est pas en reste. Ses suspensions fermes mais confortables, gomment très bien les imperfections de la route, et permettent d’avoir un bon retour d’information. Pourtant un calvaire en ces temps durs pour les automobilistes parisiens, notre virée s’est montrée agréable et nous en a dévoilé beaucoup sur les capacités de ce SUV en milieu urbain. Un petit tour sur le périphérique nous a permis de profiter du silence et de l’insonorisation très bien maitrisée de cette Arona.

Notre balade s’est terminée dans un décor totalement hallucinant dans un lieu qui ne l’est pas moins. Un hangar de 3 étages totalement vides, avait été décoré par une équipe de surdoués en anamorphisme.

Si cette technique de peinture très particulière permet de découvrir une œuvre lorsqu’on se trouve à un endroit bien précis, ces œuvres ont en revanche permis de mettre en avant l’Arona sous tous ses angles. Tantôt plongeant dans un tunnel sans fin, ou sortant littéralement d’un mur, le dynamisme visuel de l’Arona était parfaitement mis en avant.

Seat a fait fort avec l’Arona. Dans ce segment hyper compétitif des SUV urbains, si vous en avez marre des habituelles marques, Seat vous propose ici, non pas un simple compromis, mais une véritable alternative, tant ses qualités sautent aux yeux. Agréable au regard, agréable à conduire, calme ou nerveuse selon vos souhaits, proposant un système média au top, et suréquipée comme une grande, l’Arona a un très bel avenir devant elle, surtout dans les tarifs annoncés et hyper contenus, qui vont de 16 500€ ( pour la version 1.0 ECOTSI 95ch finition REFERENCE) à 22 015€ (1.0 ECOTSI 115ch finition XCELLENCE BV6). Cet article n’est qu’un condensé des capacités offertes par l’Arona. Nous ne pouvons que vous conseiller d’aller la voir et surtout de l’essayer pour en profiter pleinement.

 

Un grand merci à toute l’équipe Seat France pour cette virée haute en couleur!

 

 


Les enceintes Reference Premiere de Klipsch, disponibles en édition limitée noir laqué

16 November[ —]

« Reference » est la ligne phare de la marque dont ces dix enceintes passives proposent les dernières innovations technologiques et un design élégant.

Toutes les enceintes « Reference Premiere » intègrent la technologie propriétaire Hybrid Tractrix Horn 90°x90° qui, alliée à des tweeters en titane LTS (Linear Travel Suspension), permet d’offrir un son naturel et clair. Les tweeters LTS sont l’atout de la précédente génération de la gamme Reference car ils limitent les distorsions pour des performances sonores détaillées et améliorées. Les « Reference Premiere » incarnent parfaitement les idéaux de Klipsch en matière de conception : faible distorsion, haut rendement, réponse en fréquence plate, dynamique accrue et directivité acoustique contrôlée.

Les Boomers Cerametallic des enceintes fournissent des réponses en fréquence basse avec un minimum de distorsion. Ces boomers ont été revus et couplés avec des structures en céramique afin d’offrir des performances de haut vol.

Avec cette gamme d’enceintes « Reference Premiere », Klipsch va bien au-delà des attentes et exigences de ses fans. Elle offre un réalisme ultime associé à l’expérience du son live qui contentera tous les amoureux de la musique et les audiophiles.

La gamme « Reference Premiere » en noir laqué se compose de :

  • 3 enceintes colonne (RP-280F: PPI – 899 euros, RP-260F: PPI – 799 euros et RP-250F: PPI : 699 euros) ;
  • 2 bibliothèques (RP-160M: PPI – 749 euros et RP-150M : PPI – 649 euros) ;
  • 3 enceintes centrales (RP-450C: PPI – 799 euros, RP-440C: PPI – 699 euros et RP-250C: PPI – 599 euros) ;
  • 2 surrounds (RP-250S: PPI – 499 euros et RP-240S: PPI – 399 euros).


Test du SkullCandy Crusher Wireless: tu veux des basses?

9 November[ —]

SkullCandy a le vent en poupe en ce moment! Proposant sans cesse des modèles de qualité audio et de finition de très bonne facture, la marque life-style a su décoller son étiquette de casques bas de gamme et est devenu au fils des temps et de ses modèles, une marque incontournable dans le milieu audio. Après avoir renouveler sa gamme filaire, ils coupent les fils de leur modèle pour les rendre plus libre et flexible. C’est le cas du Crusher Wireless que nous allons tester aujourd’hui

Présentation

Le Crusher est un casque sans fils fonctionnant avec la technologie Bluetooth. Bien rangé dans son étui à l’intérieur doux pour éviter toutes rayures il est bien accompagné, avec le strict minimum mais tout ce qu’il faut. Un câble micro USB pour la recharge et un câble jack 3.5mm pour le brancher en filaire au cas où. Sa conception tout en plastique le rend plutôt léger, même s’il est assez massif. Rien de rédhibitoire, il ne vous fera pas passer pour un lapin malgré ses gros écouteurs.

En parlant des écouteurs, ceux ci son hyper enveloppant, de part leur taille mais également le diamètre de leur mousse. La mousse est extrêmement confortable. Sa structure à mémoire de forme enveloppe vos oreilles parfaitement bien sans trop d’appuie. Un casque que vous allez pouvoir porter pendant de longues heures sans fatigue. L’insonorisation est excellente. Sans système anti-bruit actif, on est très bien isolé du bruit extérieur.

 

La conception plastique ne laisse pas de coté la qualité. Le Crusher Wireless respire la conception sans faille et la robustesse. L’arceau est recouvert sur le dessus par une feutrine du plus belle effet. Dans cette robe blanche, écouteur marron et la feutrine grise, ça respire le design scandinave à plein poumons! Sous l’arceau, une mousse vient se poser confortablement sur votre tête. Ça paie pas de mine mais à force de l’avoir sur la tête c’est hyper confortable.

Le Crucher Wireless se plie au dessus des écouteurs pour prendre moins de place lorsqu’on l’emporte avec soi. Les branches qui supportent les écouteurs s’inclinent de quelques degrés en avant et en arrière pour s’adapter au mieux à votre morphologie. De même des écouteurs maintenues parles bras en leur centre, s’inclinent légèrement à l’intérieur et l’extérieur. Le débattement est assez faible, par rapport à ce qu’on a vu chez la concurrence, mais devrait satisfaire la grande majorité des oreilles.

Pour le réglage du tour de tête, les bras se déplient sur environ 2 à 3cm de chaque coté. Pas de réglage  à cran, mais uns simple glissière métallique. Ce n’est pas rédhibitoire, une fois le bon réglage de tour de tête trouvé, il ne bouge absolument pas.

Seul bémol, les écouteurs ne se tournent pas de 90°. Lorsque vous le portez autour du coup, les écouteurs viennent  se glisser sous votre menton, ce qui peut occasionner une gêne à force.

Le câble reliant les écouteurs passent par l’intérieur de l’arceau mais ne gêne pas du tout, ils sont assez courts pour ne pas venir toucher les oreilles lorsqu’on le porte.

 

Au niveau de l’ergonomie, on ne change pas une équipe qui gagne. Fidèle à ses gros boutons en plastique, SkullCandy remet le couvert avec le Crusher Wireless. sur l’écouteur de droite on retrouve le bouton de sélection, entouré des touches plus et moins pour le réglage du volume. Le bouton de sélection vous permet de mettre en play/pause votre musique mais également de prendre vos appels et de raccrocher.

Sur l’écouteur de gauche on retrouve le micro pour les appels ainsi que le port micro USB pour la recharge du casque et juste au dessus la prise jack si vous voulez passer en filaire.

Et un nouveau venu apparaît au dessus: le curseur de basse haptiques ajustables. A quoi sert ce curseur? Il va vous permettre d’augmenter ou diminuer les basses afin d’adapter le son au style de musique que vous écoutez. Lorsqu’ailleurs on trouve qu’il y a trop de basses ou pas assez, ici SkullCandy vous donne le choix.

 

A l’écoute

Une fois le pairage effectué, on pose enfin ce casque sur la tête. L’impression de confort décrit plus haut est ici confirmé. Les mousse font très bien leur travail, l’insonorisation est excellente, le bruit ambiant est très atténué… peut être même trop, si on désire utiliser le casque dans la rue. La conception vous isole tellement qu’il vous faudra bien regarder avant de traverser la rue.

La pression sur les oreilles est bien maîtrisée. Si au début on a l’impression qu’il nous comprime la tête, il s’avère très rapidement que ça ne gêne en rien. Un bon cormpomis entre maintien et confort.

Envoyez la musique!! Mais tout d’abord un conseil: mettez le curseur de basse au minimum (vers le bas) si vous ne voulez pas avoir l’impression d’écraser votre cerveau. et appuyez sur Play. Les basses au minimum sont bien évidemment… presque absentes. Normal. Reglez la molette selon vos envies. A fond c’est juste insupportable, ce ne sont pas des basses mais un marteaupiqueur noyant la musique dans un bourdonnement proche de la torture. Une fois le reglage effectué selon votre type d’écoute et le style musical, le son est excellent. Les aigus tirent un peu trop la couverture vers elles, ce qui empiete sur la fréquences des médiums  qui parfois peinent à s’exprimer pleinement. Mais l’équilibre est tout de même très bien maitrisé.

Les aigus sont très précis, et les besses sont juste excellentes! Bien reglées, elles vous enveloppent la scène de façon remarquable. Attention de ne pas trop en mettre, sous peine de ravager votre écoute. Lors de nos tests, on s’est rendu compte que la molette était reglée à un niveau assez bas. la spatialisation est très bonne. La voix est en face et on ditingue prfaitement la scène musicale et l’empalcement des instruments.

La prise d’appel est plus bonne. L’insonorisation du casque vous permet d’entendre votre interlocuteur parfaitement bien. Le micro fait son boulot parfaitement. Nos différents interlocuteurs nous entendaient parfaitement.

Les touches de réglages tombent parfaitement sous les doigts. On ne passe pas sont temps à les chercher. Et pour terminer, l’autonomie… exceptionnelle! nous sommes arrivés à un peu plus des 40 heures annoncés. Un excellent score pour un casque audio sans fil. Qui pourrait largement peser dans la balance lorsqu’on a un choix à faire.

Conclusion

Le Crusher Wirelesse est un casque audio ultra polyvalent. Outre sa très bonne qualité audio grlobale, le reglage des basses est un plus indéniable. Le fait de pouvoir choisir son reglage comme bon vous semble, là où les autres modèles imposent le choix du constructeur, est une des principale qualité de ce casque. Ajoutez à cela uen autonomie de dingue, l’esthétique globale et le soin apporté à la conception et vous avez là un modèle incontournable si vous êtes à la recherche d’un très bon casque au tarif soutenu (170€). La qualité de fabrication est au standard de SkullCandy, c’est à dire excellente. Noue reprocherons tout de même l’impossibilité de pouvoir tourner les écouteurs à 90° lorsqu’on le porte autour du coup, alors que cela devient un standard chez les autres constructeurs. Et comme on dit, le mieux est toujours lénemi du bien, les basses sont excellentes une fois bien réglées mais peuvent être insupportable et ruiner votre écoute. Vous êtes prévenus!


Cabasse par Orange: la barre de son de ta Livebox

9 November[ —]

D’un coté, Cabasse, grand nom de l’audio en France, du matériel de pointe et une esthétique toujours au top. De l’autre, Orange, principal fournisseur d’accès internet en France et au top du déploiement de la fibre. Prenez ces deux là, faites les se rencontrer, et ils reviennent avec une barre de son proposée aux abonnés de la fibre Orange. Une rencontre étonnante mais qui aboutit à un matériel au top.

 

Orange et Cabasse se sont rencontrés lors d’un CES et ont lancé l’idée de travailler ensemble pour sortir un matériel qui mettrait en avant les qualités des deux protagonistes. Orange avec sa LiveBox 4 et fibre très haut débit qui permettent de fournir aux abonnés des films en 4K UHD et Dolby Atmos, et Cabasse avec sa maîtrise du son et sa renommée qui n’est plus à faire. Il en est sorti une barre de son appelée simplement Cabasse for Orange.

 

Cette barre de son, première vendue par un opérateur Télécom, possède tout d’une grande, dont la technologie Dolby Atmos, permettant une spatialisation encore plus poussée. Composée de 4 haut parleurs de 20w chacun et d’un caisson de basse sans fils de 100w, vous avez deux hauts parleurs dirigés vers l’auditoire et deux autres sur le dessus de la barre, dirigés vers le haut, afin d’offrir le Dolby Atmos, en faisant rebondir le flux sonore contre le plafond et vous donner l’impression d’enceintes surround au dessus de vos têtes.

Lors de la démonstration, la barre s’et révélée ultra convaincante, surtout quand on voit dans quelles conditions elle nous a été montrée. Un lieu pas du tout adapté à la diffusion et au rebond des flux sonores. Et pourtant elle a fait son effet. Si vous visionnez un film dont la bande son n’est pas Dolby Atmos, aucun soucis, la barre gérera la diffusion en Dolby Surround.

La connectique est ultra simpliste, tout comme l’installation. Une prise secteur, un prise HDMI IN et une prise HDMI OUT… et c’est tout. N’en déplaise à ceux qui auraient aimé une prise auxiliaire pour y connecter un appareil audio, par exemple. Mais le Bluetooth intégré vous permettra de diffuser vos morceaux préférés sans soucis. L’installation est d’un simplicité déconcertante. Orange étant même allé jusqu’à dessiner sur le carton d’emballage un schéma pour vous expliquer à quelle distance optimale il fallait vous asseoir pour en profiter pleinement.

Disponible à partir du 16 novembre à un prix complètement dingue pour ce type de matériel, 249€ pour les abonnés Orange Livebox et Open Play ou Jet. Pour les autres elle est au tarif de 599€.

 

 


Mets du SanDisk sous ton sapin pour Noel

8 November[ —]

Selon un enquête menée par Western Digital, près de 45% des français n’ont plus d’espace de stockage dans leurs smartphones, malgré des capacités de plus en plus grandes sur nos smartphones. Ce qui a permis l’émergence de nouveaux types de stockages proposés par des acteurs phares du stockage, comme SanDisk, qui possède aujourdh’ui une gamme riche pour tous les smartphones.

SanDisk est un de ces acteurs du marché de l’électronique et du stockage en particulier qui a su prendre le bon virage ou bon moment pour ne pas se faire oublier. Spécialiste des cartes mémoires et autres clés USB, il propose aujourd’hui des modes de stockage simples et pratiques et surtout adaptés à l »utilisation quotidiennement de nos smartphones.

Commençons par celle qui a « révolutionné » le stockage sur les appareil d’Apple, la clé SanDisk iXpand. Une mini clé USB avec d’un coté un port USB classique et de l’autre un connecteur lightning. Et entre les deux un stockage allant de 16Go à 256Go. Après le succès de la première version qui, il faut l’avouer, était un peu trop encombrante, la dernière née revient plus fine que jamais et plus rapide avec une connectique en USB3.0.

Le produit s’accompagne d’une application, iXpand Drive, permettant à l’utilisateur la possibilité de libérer de l’espace de son iPhone/iPad. Elle d’une commande caméra pour l’enregistrement de photos ou de vidéos directement sur la clé au lieu de la mémoire interne de l’iPhone ou iPad. L’application permet également de sauvegarder automatiquement les contenus issus des réseaux sociaux les plus prisés, ainsi que d’écouter de la musique.

Si vous avez des proches qui possèdent un iPhone, comptez 34,99€ (16Go) à 175,99€ (256Go) pour lui faire ce joli cadeau bien pratique. Personnelement le mien ne quitte jamais mes poches.

Dans la même famille d’utilisation, SanDisk propose également le modèle Dual Drive Type-C. Une clé USB Type-C adaptée aux appareils sous Android. Donc pour la plupart, possédant un port micro USB. Surfant sur la vague de l’USB-C, SanDisk propose ici une clé de toute petite taille (avec son port USB rétractable), polyvalente et aux débits impressionnants. Simple d’utilisation, il suffit de la connecter au port micro USB de votre smartphones pour vous en servir comme stockage externe supplémentaire et de libérer de l’espace interne.

 

Use-case image

Fournie avec l’application Memory Zone pour Android, permettant aux utilisateurs de gérer et de sauvegarder facilement le contenu de leur appareil, lapplication, se lance automatiquement dès que la clé est insérée dans un appareil compatible, donnant immédiatement accès à son contenu. La Dual Drive propose des capacités de 16 Go, 32 Go, 64 Go, 128 Go et 256 Go respectivement au prix public TTC conseillé de 13,99 € à 99,99 €

Et si vous préfériez le sans fil? SanDisk a la solution avec la clé Connect Wireless Stick. une clé qui fonctionne avec les smartphones, tablettes et même ordinateurs. Ce clé permet, via une connexion Wifi Direct, d’accéder aux contenus multimédias ou de transférer des fichiers volumineux, d’enregistrer et de partager des photos et vidéos ou encore de visionner en streaming des vidéos HD et de la musique vers et depuis des appareils mobiles (jusqu’à trois simultanément). Qu’il soit dans votre poche, dans un sac ou votre valise, la clé SanDisk Connect Wireless Stick fournit jusqu’à 4,5 heures de diffusion en continu sans fil. Un connecteur USB permet également de l’insérer directement dans un ordinateur pour y enregistrer et transférer vos données.

Un application intégrée dans la clé  permet de gérer les contenus que vous y transférez, entre vos différents appareils , qu’ils soient sous iOS ou Android, ou même des tablettes Kindle Fire ou encore d’ordinateurs Mac et PC, le tout via une liaison Wi-Fi protégée par mot de passe. La clé Connect Wireless Stick est proposée dans des capacités de 16 Go, 32 Go, 64 Go, 128 Go et 200 Go, aux prix publics conseillés de aux prix conseillés TTC de 25,99€ à 159,99€.

Le petit dernier de la famille n’a plus rien à voir avec une clé USB. Et pourtant il stocke… et il recharge en même temps! La SanDisk iXpand Base est une base de rechargement de votre appareil sous iOS qui, grâce à son cable Lightning et sa mémoire intégrés, vous permet de recharger la batterie de votre smartphones Apple tout en sauvegardant les données grâce à l’application iXpand Base fournie. Très bien conçue, elle est équipé d’un revêtement en caoutchouc souple et cerclée d’une encoche où le câble de raccordement peut être logé, et ainsi être transportée où bon vous semble.

La base iXpand permet même de sauvegarder et restaurer votre iPhone en cas de besoin, juste en le connectant à la base et en utilisant la fonctionnalité Restore de l’application. Disponible au prix de 65,99 € pour la version 32 Go, 89,99 € pour la version 64 Go, 139,99 € pour la version 128 Go et 219,99 € pour la version 256 Go.

 

 


Les secrets de la photo urbex, un superbe ouvrage signé Philippe Sergent

2 November[ —]

« Porter un regard différent sur des sites endormis, faire jaillir de la beauté là où l’on ne pourrait voir que des lieux abandonnés. »

Genre photographique à part entière, monde fascinant, l’urbex – contraction de urban exploration – consiste à partir en quête de lieux abandonnés (friches industrielles, châteaux, hôpitaux, gares, terrains militaires, navires, souterrains…) et de rapporter des images des vestiges du passé.

Dans cet ouvrage à la fois pratique et très illustré, Philippe Sergent vous fait part de son expérience de terrain et vous livre ses conseils et précieuses recommandations. Car une sortie urbex ne s’improvise pas ! Toute exploration doit être soigneusement préparée et le photographe doit pouvoir réagir rapidement sur le terrain en fonction des conditions qu’il rencontre (accessibilité, surveillance, dangerosité, luminosité,..). Il aura aussi un travail spécifique de retouche à effectuer au retour, pour restituer les atmosphères si particulières de ces lieux où le temps s’est soudainement arrêté…

Les secrets de LA PHOTO URBEX par Philippe Sergent
17 x 23 cm – 138 pages de photos toutes plus prenantes les unes que les autres – 23 € (seulement !)
978-2-212-67517-7
Editions Eyrolles






The Grand Tour : saison 2 en approche !

https://www.youtube.com/results?search_query=the+grand+tourplay episode download
1 November[ —]

Vous êtes membre d’Amazon Prime et vous aimez l’automobile ? Alors vous serez comblé par cette nouvelle saison de The Grand Tour qui commence le 8 décembre !

Les nouveaux épisodes présentés par Jeremy Clarkson, Richard Hammond et James May seront disponibles chaque semaine, en exclusivité pour vous…

Nous vous laissons apprécier le trailer de cette seconde saison qui commence par une séquence époustouflante et vertigineuse, où les trois présentateurs glissent  sur une côte enneigée au son de Live and Let Die, le thème musical du film James Bond (1973), écrit par Paul McCartney. Ce nouveau trailer offre un mélange épique des plus incroyables voitures du monde et d’autres véhicules, dans des paysages époustouflants, avec une bonne dose de boue, de saleté et d’adrénaline. Pour la saison 2, le trio a tourné dans cinq continents, pendant 100 jours, visitant plus de lieux que jamais avec notamment la Croatie, le Mozambique, Dubai, l’Espagne, la Suisse, le Colorado et New York, avec leur grande tente de studio qui fait office de résidence dans les Costwolds.

The Grand Tour est de retour sur Amazon Prime Video, le 8 décembre.  Les utilisateurs peuvent revoir les épisodes de la série n’importe quand sur Amazon Prime Video et suivre les pages Facebook et Twitter pour être les premiers informés sur les nouveautés de l’émission.

Pour 49€ par an, les membres du programme Amazon Prime bénéficient de la livraison gratuite et illimitée en 1 jour ouvré en France et en Belgique sur des millions d’articles, de l’accès à des films et séries dont les séries Amazon Original sur Amazon Prime Video, et bien plus encore…

Plus d’informations sur www.amazon.fr/prime

Vous aviez loupé la Saison 1 ? En voici un aperçu, mais vous pouvez la voir sur YouTube


KONA, le SUV compact par Hyundai

26 October[ —]

Hyundai lance son SUV compact au doux nom de KONA, deux ans après son grand frère TUCSON. Le marché des SUV est toujours aussi porteur et la compagnie coréenne mise beaucoup sur son SUV compact. Direction la Provence pour se faire un avis, pour un essai sous le soleil.

Il y plus de 15 ans, en 2001, Hyundai lançait en Europe le Santa Fé. Depuis, il s’en est écoulé près d’1,4 million. A l’époque on disait 4×4, mais maintenant on dit SUV et ils ne sont plus que rarement 4×4 d’ailleurs. Il y a deux ans c’était au tour du Tucson d’être renouvelé et d’inaugurer le nouveau design de la marque. 250.000 exemplaires plus tard, on tombe encore un cran dans les segments et Hyundai lance le KONA.

SON LOOK

Le premier contact visuel avec le KONA ne permet pas d’équivoque, nous sommes bien face à un SUV. Hauteur de caisse, élargisseurs d’ailes contrastés en solide plastique teinté dans la masse, barres de toit et larges roues, il coche facilement toutes les cases du parfait SUV, côté style. La face avant est marquée par la calandre type de la marque, dite en cascade, mais le regard s’attarde surtout sur les feux en double étage. Au dessus, les feux de jour à LED, en dessous, les projecteurs LED. Acérés comme une griffure en haut, carrés et imposants pour ceux du bas, c’est un drôle d’équilibre qu’ont cherché les designers et je ne trouve pas cela très réussi. Dommage, c’est l’élément de dessin le plus marqué du SUV. De profil, on ne voit que les fameux élargisseurs d’ailes et les grandes roues de 18 pouces sur notre modèle d’essai. Avec jantes alliages bi-ton s’il vous plait.

Et il n’y a pas que les jantes qui soient bi-ton, car le KONA lui-même propose un pavillon contrasté. Sur notre modèle « Tangerine Comet » le toit, les montants et les rétro sont d’un noir laqué. L’arrière du KONA est aussi doté de deux bloc d’optiques séparés dont ceux du bas (clignotants et feux de recul) sont intégrés au dessin des élargisseurs d’ailes. Les stops eux sont bien plus hauts et leur dessin est plus réussi. Au bas de la caisse, un autre plastique contrasté simule une protection des soubassements, élément de design classique du langage SUV. Vous l’aurez compris, son design ne nous a pas vraiment conquis et on a un peu de mal à voir l’audace du dessin.

 

SON INTERIEUR

Passons à l’intérieur. La première impression est bonne et l’intérieur s’inspire de l’extérieur pour offrir une expérience visuelle dans la continuité : la couleur orange de l’extérieur s’accompagne de surpiqures orange à l’intérieur, mais aussi d’inserts qui rappellent la couleur sur la planche de bord comme autour des ouïes des aérateurs. La planche de bord est bien finie, sans chichis. C’est sobre et efficace. Les matériaux retenus et leurs agencements sont bons. Seul le plastique de l’écran multimédia semble en-deça. La sellerie mi-cuir est accueillante et confortable, le maintien des sièges tout aussi bon. Et en finition Executive, ils sont réglables électriquement, mais aussi chauffants et rafraichissants : ça tire vraiment les prestations vers le haut.

L’écran de 8 pouces donne accès à toutes les fonctions multimédias que l’on attend d’un véhicule en 2017 (oui, Apple Car Play et Android Auto sont là) et niveau navigation, Tomtom  Europe et ses services Live sont même offert pour 7 ans. Dernier point très positif vu dans l’habitacle, la présence d’un affichage tête haute couleur très complet dès le second niveau de finition. Facile à régler et à configurer, il est très lumineux et agréable à lire. Seul bémol, comme tous ces systèmes qui utilisent la réflexion de la lumière, il faudra choisir entre lui et vos lunettes de soleil polarisées.

 

SUR LA ROUTE

Et maintenant, sur la route. Nous suivons le joli roadbook concocté par les équipes de Hyundai. Le KONA est très agréable et nous sommes agréablement surpris par son confort. Il passe les nombreux dos d’âne sans broncher et  filtre très correctement les imperfections du revêtement. La boite manuelle à 6 rapports est très agréable à manier, tout comme l’embrayage. Et ça tombe bien, nous montons vers le col de l’Espigoulier et les lacets s’enchainent. Seconde, troisième, seconde troisième… Le petit bloc essence 1L de 120ch est un peu à la peine et les rétrogradages nombreux. Ce qui grève le plaisir c’est le trou entre la seconde et la troisième… C’est très creux. Bien sûr ce n’est pas le moteur ou le véhicule le plus adapté pour attaquer dans les montées de col, mais on sent rapidement les limites du petit bloc dans ce cas de figure.

Il a d’autres atouts comme sa souplesse et sa discretion, si bien que parfois on n’est plus très sûr que le moteur tourne. Sans oublier le plus important : le comportement routier du KONA est très sain. Il reste d’ailleurs assez léger (1300kgs) et ainsi ne prends pas trop de roulis en conduite dynamique. La direction et par extension le train avant sont précis. Hormis ce souci de puissance / étagement de la boite, c’est un sans faute pour la conduite. On ne s’étendra pas sur les aides à la conduite et la sécurité, le KONA est là aussi très bien doté. Assistance au maintien de voie, surveillance des angles morts, freinage d’urgence, KONA veille. Plus que ça, il prévient aussi la baisse d’attention et détecte la fatigue : le système attribue 5 points au conducteur et lui en retire au fur et à mesure que la concentration baisse ; coup de volant, changement de file, durée de conduite… Jusqu’à inciter le conducteur à faire une pause. Smart.

S’il ne nous a pas franchement convaincu par son design, cela reste un paramètre très subjectif et sur le reste, c’est une copie d’excellent élève que rend Hyundai avec son nouveau SUV compact. Très bien équipé, sain dans le comportement et frugal dans la consommation, il est aussi accueillant et confortable. Dans sa finition haute notre modèle d’essai approche les 27.000eur mais la gamme démarre à 21.400eur. Ne reste plus qu’à choisir sa couleur…

 

 


Pour en savoir plus sur le Hyundai KONA, rendez-vous sur le site de la marque.

 

.


#PGW : PlayStation annonce les jeux disponibles sur son immense stand

25 October[ —]

Après Nintendo, c’est au tour de PlayStation de dévoiler les jeux disponibles sur son stand à la Paris Games Week 2017 du 1 au 5 novembre. Ces 5 jours de folies seront d’ailleurs précédés d’une concéfence de presse le 30/10 dont on ignore encore le contenu.

Pour revenir à la PGW, on apprend que le stand PlayStation fait 3 700 m² (rien que ça !) et propose pas moins de 26 jeux et expériences PlayStation VR, répartis sur 370 positions de jeux. Des chiffres assez fous. Le stand PlayStation est donc immense et le plus grand de la PGW. Ce sera aussi le théâtre des finales des tournois eSport de la PlayStation League  (avec des gradins pour les spectateurs). Voici une représentation en 3D :

De façon plus précise on aura tout ça !

Jeux jouables sur PlayStation 4 Pro :

  • Detroit : Become Human
  • GT Sport
  • Call of Duty WWII
  • Destiny 2
  • FIFA 18
  • Star Wars Battlefront II
  • NBA 2K18

Jeux jouables sur PlayStation VR  :

D’ailleurs on peut réserver un créneau pour tester ces nouveautés. Ca vous évitera de faire la queue :

-> http://www.trypsvr.com/fr-fr

Jeux PlayLink jouables (qu’on peut jouer à plusieurs avec un smartphone ou une tablette) :

  • Hidden Agenda
  • Qui Es-Tu ?
  • Frantics
  • Knowledge is Power
  • SingStar Celebration

Alors qu’en pensez-vous ? Ca s’annonce énorme non ?! Moi j’ai hâte d’y être ? D’ailleurs dès le 31 je vous fera découvrir le stand avec des photos/vidéos perso.

Une dernière astuce : ceux qui sont abonnés au PlayStation Plus auront une file d’attente dédiée. Présentez votre compte via l’appli mobile au stand PlayStation pour avoir un bracelet et faire moins de queue.

@gouaig











mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER