HOME > RSS > BLOGS France > w3sh.com

R S S : w3sh.com


PageRank : 8 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , , , , ,


Français - French

RSS FEED READER



[CES] MOOVLAB présente le « fitness ludique »

13 January[ —]

MOOVLAB invente le parcours-training interactif pour le Fitness 2.0.
Fondée en 2016, la startup Grenobloise MOOVLAB participe à son deuxième CES de Las Vegas., et  présente à cette occasion son nouveau concept de Fitness, autour de parcours-training interactifs ludiques, qui va transformer la pratique sportive en salle de sport et en entreprise. Plus intelligente, plus fun et avec un suivi de tous les instants, la solution MOOVLAB va vous faire jouer au Fitness !

Qu’il s’agisse d’une activité sur machine (développé-couché, vélo,… ) ou sans machine (skipping, boxe,… ), les capteurs MOOVLAB savent reconnaitre l’activité, la mesurer et accompagner les utilisateurs dans leur séance.
Tout au long des parcours-trainings, Le Hub récupère, de façon autonome, toutes les données générées par les capteurs des utilisateurs dans le but de faire évoluer leur séance en temps réel.
Grâce au WorkOut Store, les utilisateurs pratiquent selon leurs désirs, leurs besoins et leurs objectifs personnels.
Ces expériences sportives sans cesse renouvelées vont accroitre la motivation, le plaisir et la fidélisation des adhérents des salles.

Comment ?
Equipés de vos capteurs et de votre smartphone vous suivez un parcours au travers de la salle qui vous fait passer d’atelier en atelier. Chaque circuit est construit en fonction de vos objectifs de début de séance et ils se déroulent sous la direction d’un coach en vidéo dont les paramètres sportifs apparaissent en même temps que les vôtres.
Ces parcours trainings se déclinent aussi en studio, avec un coach réel ou en vidéo (équipé des capteurs MOOVLAB), seul ou avec d’autres utilisateurs, c’est l’ACTIVE GAMING by MOOVLAB.


Le retour de la Game Boy… I’ll be back

12 January[ —]

Gros retour nostalgique depuis quelques mois maintenant avec les consoles de notre enfance, les NES Classic Mini et Super Nintendo Classic Mini, revues au gout du jour. C’est au tour des nomades de faire leur grand retour! En commençant par la Game Boy.

Mythique console portable, la Game Boy fait toujours rêver, les petits comme les grands, grâce à une bibliothèque de jeux aussi hallucinante qu’addictive. Il m’a suffit de montrer la mienne à mes enfants de 8 et 14 ans, pour ne plus la voir du tout, et les voir délaisser PS4 et autres Nintendo Switch.

Et ce n’est pas le papa Nintendo qui est derrière tout ça, mais Hyperkin, qui a bien flairer l’histoire et s’apprête à relancer la Game Boy. Spécialiste des accessoires pour consoles, la société américaine a décidé en effet de sortir une nouvelle version, à l’esthétique identique à sa grand mère, mais avec un intérieur revu au gout du jour.

Même si l’extérieur sera le même, l’intérieur sera composé d’un boitier en alu. L’écran rétroéclairé, aura la possibilité de voir son éclairage désactivé, si vous voulez vraiment jouer comme à l’époque. Bien évidemment, exit les bonnes vieilles piles qu’on changeait beaucoup trop souvent. Ici ce sera une batterie rechargeable via USB-C.

Coté jeux… comme c’était toujours mieux avant, on ne change pas une équipe qui gagne, et on ressort les bonnes vieilles cartouches. Ici pas d’internet, de Store, d’emplacement micro SD, mais uniquement les cartouches originales. Il vous faudra donc aller fouille dans le grenier, ou bien chiner dans les magasins spécialisés.

Coté tarif, Huperkin annonce un tarif autour des 100$, mais aucune date de sortie pour le moment. Bien évidemment nous restons à l’affût de toutes nouvelles informations que nous partagerons avec vous.


Skagen présente ces nouveaux modèles de montres connectées

9 January[ —]

Skagen est une marque lifestyle, faisant parti du groupe Fossil Group. Fondée en 1989, elle propose des bijoux, des articles en cuir et également des montres connectées, dont voici la collection 2018.

Une montre connectée, c’est chouette. Mais une montre connectée qui ressemble surtout à une montre, c’est encore mieux! Skagen l’a bien compris et leur collection 2018 a mis l’accent sur  le design, le style et l’élégance.

Avec sa collection Faster, Skagen propose sa toute première montre connectée à écran tactile. Disponible en quatre couleurs, avec des bracelets en maille milanaise, en acier inoxydable et en rose, la Falster intègre la technologie Android Wear 2.0, piloté par la plateforme Qualcomm Snapdragon Wear 2100.

Mode danoise oblige, la Falster est sobre, élégante, moderne et minimaliste. Mais elle n’en est pas moins dépourvu de fonctionnalité. Son écran tactile rond propose des cadrans simples et équilibrés, affichant des informations personnalisables, et surtout sans surcharge. Quant aux caractéristiques techniques, on retrouve:

? Cadrans avec accès direct à des fonctionnalités personnalisables
? Design permettant d’optimiser la batterie grâce à des cadrans simples
? Notifications, pour consulter sans efforts les appels entrants, messages et e-mails depuis son
poignet
? Suivi d’activité
? Cadrans de montre personnalisables,
? Fonctionnalité écran tactile
? Commandes vocales, avec la technologie Google Assistant
? Contrôle de la musique, à travers des applications tierces telles que GooglePlay
? Bracelets interchangeables
? Compatibles avec iOS 9.0+/iPhone 5+ et appareils Android4.4+
? Connexion par technologie Bluetooth

La collection Falster sera lancée au cours du mois de janvier 2018. Les tarifs vont de 299€ pour le modèle Falster SKT5001 noir, à 329€ pour le modèle 5000 argent et 5002 rose.

 

 


Sennheiser présente deux nouveaux modèles

9 January[ —]

Sennheiser a profité du CES pour présenter deux nouveaux modèles de casques. Un modèle fermé, le HD 820, et des écouteurs sans fils, CX 6.00BT

Au vue de son nom et de sa réputation, Sennheiser ne pouvait faire l’impasse sur le CES. Ils en ont donc profité pour présenter deux nouveaux modèles, qui devraient satisfaire les audiophiles et les nomades.

Avec le HD 820, Sennheiser a cherché à concilier la qualité de restitution audio des casques ouverts, dans un casque fermé. Pourquoi? tout simplement parce que les mélomanes et autres audiophiles ne sont pas des rats de laboratoires ou des ermites enfermés dans leur cave, et qu’ils ont également envie de profiter de leur musique ailleurs que chez eux, en extérieur, à leur bureau. Et sans les contraintes d’un casque ouvert.

Pour cela, Sennheiser a sorti de son chapeau de spécialiste de l’audio à la réputation sans faille, une innovation bien particulière: un revêtement en verre spécial qui recouvre chacun des transducteurs Ring Radiator de la marque. Ces éléments en verre bombé Gorilla, renvoient les ondes sonores de l’arrière des transducteurs vers deux chambres d’absorption qui minimisent les résonances.

Pour le reste, nous avons ici un arceau en métal intégrant un système d’amortissement des vibrations, des câbles OFC plaqués argent, de prises plaquées or et des coussinets fabriqués à la main à partir de cuir synthétique haut de gamme hypoallergénique et de microfibre pour apporter un meilleur confort et une meilleur isolation des bruits ambiants.

Bien évidemment, la qualité a un prix puisque le casque HD 820 sera disponible au début de l’été 2018 au prix recommandé de 2 399,00 €.

Autre nouveauté, Sennheiser a présenté un modèle nomade, au nom un peu barbare, les CX 6.00BT. Ces écouteurs bénéficient des transducteurs exclusifs de la marque, qui garantissent un son extrêmement pur et détaillé, aux basses puissantes. Coté connectivité, les technologies Bluetooth 4.2 et apt-X permettent de concilier qualité audio et mode sans fil. Ces écouteurs sont conçus pour la musique mais également pour  le gaming et le visionnage de vidéos en assurant une synchronisation parfaite du son et de l’image.

Pratique, les écouteurs CX 6.00BT peuvent être appairés à deux terminaux en simultané (smartphone et ordinateur, par exemple). Le microphone intégré avec technologie cVc de suppression de bruits ambiants garantit une restitution parfaite des conversations lors des appels téléphoniques. La télécommande possède trois boutons de commande pour la musique et les appels. Un système de notification vocale permet d’être alerté du niveau de batterie.

Dans un but de confort maximum, le CX 6.00BT est équipé d’un câble tour de cou (qui peut être ajusté à l’aide d’une glissière) et d’écouteurs intra-auriculaires ergonomiques inclinés afin d’assurer une répartition équilibrée de leur poids. Trois paires d’embouts de tailles différentes sont fournies afin de s’adapter au mieux à tout type d’oreilles et d’assurer une atténuation optimale des bruits ambiants.

Les CX 6.00BT proposent 6 heures d’autonomie sur batterie et un système de charge rapide qui offre 2 heures d’autonomie supplémentaire en 10 minutes seulement et une charge complète en une 1h30, Ils seront disponibles dès janvier 2018 au prix recommandé de 99,00 €.


UJET lance son scooter électrique: le futur est là!

8 January[ —]

Ujet, une société fondée en 2015, s’est spécialisée dans les nouvelles solutions de mobilité urbaine. Alliant high-tech, matériaux avancés, connectivité, et développement durable, Ujet a présenté aujourd’hui lors du CES à Las Vegas, son nouveau scooter électrique. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a de la gueule.

 

Un scooter électrique c’est bien. Mais quand il a une gueule futuriste comme le Ujet, c’est encore mieux! Je vous laisse juger sur les visuels juste en dessous.

Le scooter électrique Ujet a été pensé dans ses moindres détails. Il est doté de technologies propres : Tous les éléments du scooter électrique Ujet sont construits pour être respectueux de l’environnement. Sa batterie offre une très haute performance et est disponible en deux tailles avec une capacité estimée à 70 km ou 150 km. Elle peut être chargée sur n’importe quelle prise électrique classique. De la taille d’une valise-cabine, la batterie est amovible, portable, roulable, permettant ainsi de la retirer du scooter et de l’emmener chez soi pour la charger.

Une application IOS ou Android permet un contrôle facile et intelligent. Les conducteurs peuvent déverrouiller leur scooter avec leur smartphone, recevoir des indications pas à pas pour se rendre là où il est garé ou le débrancher à distance si la protection antivol détecte que le scooter a été déplacé.

Véritable centre de commandement, l’application affiche également le niveau de la batterie, le kilométrage, les émissions de dioxyde de carbone

Niveau connectivité, le scooter Ujet n’est pas en reste, puisqu’il est équipé d’une connexion 3G avec une carte SIM, un GPS, le Wifi et Bluetooth. une vingtaine de capteurs collecte les informations du scooter et peut alerter le conducteur si il y a un problème sur la machine..

Coté mécanique, on ne peut pas passer devant les roues orbitales, sans rien dire. Ces roues sans rayons intègrent un système de suspension et de freins légers de plus large diamètre. Le moteur électrique dans la roue combine une taille optimisée avec une performance puissante (couple 5,44hp et 90Nm).

L’Ujet est équipé du pneu le plus léger de sa catégorie : le premier pneu au monde nano-augmentée. Fait avec du TUBALL, les matériaux permettent de multiplier par deux l’adhérence sur route sèche et mouillée. Une armature interne incluant un alliage et un composite de fibre de carbone, permette de contenir le poids du scooter qui ne pèse que 43Kg.

Se tournant vers des formes organiques de la nature,  couplées à l’architecture contemporaine, comme source d’inspiration, Ujet a sorti un scooter au design totalement novateur.

Le scooter électrique Ujet est disponible en modèle Diamond (Diamant) ou Curved (Courbe), avec un siège haut ou bas, une petite ou une grande batterie, en six couleurs. Jouant sur l’harmonisation de l’ensemble, Ujet propose également des accessoires parfaitement adaptés à son scooter. Un casque disponible dans les mêmes six couleurs que le scooter, pouvant s’utiliser avec un kit de communication mains-libres standard ou avec le micro spécial Ujet avec haut-parleurs. De même des gants tactiles en cuir véritable, reprennent les coloris du scooter.

Un chargeur rapide, en option, permet aux utilisateurs d’abaisser le temps de chargement complet de la batterie à une heure et trente minutes pour la petite batterie et trois heures pour la grande.

Ujet prévoit un lancement à Paris, Milan, Barcelona, Madrid, Rome, Luxembourg, Amsterdam, etc… au 1er semestre 2018. Ensuite viendront les Etats-Unis (en commençant par la Californie et la Floride) ainsi que l’Asie dans la seconde moitié de 2018. Le prix visé sera d’environ 8.900 US dollars pour la petite batterie et de 9.990 US dollars pour la grande batterie. Vous pouvez déjà réserver votre modèle sur www.ujet.com.


Presidio Mount: pour accrocher votre iPhone X en voiture, avec classe

8 January[ —]

Spécialiste de la protection de smartphone, avec ses coques résistantes, Speck s’est allié à un autre spécialiste, Scosche,  afin de proposer une coque adaptée à l’iPhone, qui vous permet de l’accrocher sur votre tableau de bord en toute sécurité.

Vous vous souvenez de Speck. On a déjà parlé et testé ses protections pour smartphones, de grandes qualités. Dotée de deux couches de protection, une couche intérieure faite d’IMPACTIUM, placée sur le périmètre intérieur de la coque, un matériau dynamique qui absorbe et disperse les chocs lors de l’impact.  Et la couche extérieure en polycarbonate afin de protéger le téléphone.

Speck s’est allié avec Scosche, spécialiste de la fixation de smartphones via des supports magnétiques pour automobile et autre, afin de proposer une  alternative aux pastilles métalliques que l’on colle à l’arrière du téléphone lorsqu’on veut utiliser un support magnétique.

Conçue pour être utilisée spécifiquement avec la gamme de produits primés MagicMount de Scosche, la Presidio MOUNT  intègre deux plaques d’acier idéalement positionnées entre les deux couches de protection de la coque. Les plaques métalliques ne sont pas visibles et ne laisseront pas de marques sur l’appareil. Elles sont aussi judicieusement positionnées afin d’éviter toute interférence lors de chargement sans fil.

 

Proposée en plusieurs coloris, la coque Presidio MOUNT sera disponible à partir du mois de février 2018 à partir de 39,95€. Elle est compatible , avec les iPhone, du modèle 6 jusqu’au X, ainsi qu’avec tous les systèmes MagicMount de Scosche.


[Ciné] Allez voir Burnout de Yann Gozlan

December 2017[ —]

Envie de démarrer l’année sur les chapeaux de roue ? Alors allez voir Burnout, le nouveau film de Yann Gozlan (Captifs, Un Homme Idéal). Haletant et nerveux, le film mérite mieux que son affiche un peu stéréotypé. En salle le 3 janvier.

La semaine passée alors que vous courriez les magasins pour préparer les fêtes, nous étions chez Gaumont pour assister à l’avant-première de Burnout. L’affiche et les quelques secondes de la bande-annonce que j’avais vues me laissaient imaginer un petit film d’action à moto et à la française et cela n’augurait pas forcément d’un grand film. Mais fort heureusement, je ne me suis pas arrêté à ça. Car le film vaut mieux que son affiche. Nerveux et très sensoriel, le film nous plonge dans la descente aux enfers de son personnage principal Tony, interprété à merveille par François Civil. Les scènes d’action à moto sont très cinématographiques, mais dans Burnout elles sont non seulement spectaculaires mais elles servent vraiment le récit de l’intérieur, grâce à une utilisation subtile de la vue subjective. Les autres membres du casting ne sont pas en reste, de Manon Azem dans le rôle de l’ex dépassée à Olivier Rabourdin dans celui du patron mafieu, sans oublier la belle performance de Samuel Jouy en petite frappe très agressive…

Comme d’habitude, on essaie de vous donner envie sans trop en révéler… Alors passons au synopsis :

Tête brûlée, accro aux sensations fortes, Tony ne vit que pour une seule chose : devenir pilote professionnel de moto superbike. Jusqu’au jour où il découvre que la mère de son fils est liée à la pègre manouche. Seule issue pour la sortir de cet engrenage : mettre ses talents au service des truands. Pilote de circuit le jour, go-faster la nuit, Tony est plongé dans une spirale infernale qui le mène au bord de la rupture…

Vous pouvez aussi jeter un oeil à la bande-annonce :

Photos :

 

Bonus :

Nous organisons un concours sur Twitter pour vous faire gagner vos places ; n’hésitez pas à participer :

 


[Ciné] on a vu Jumanji : Bienvenue dans la jungle

December 2017[ —]

Et promis, on ne vous en racontera rien ! Mais par contre, on vous conseille d’y aller. C’est un reboot moderne et efficace, taillé pour la séance familiale de fin d’année !

Synopsis

Le destin de quatre lycéens en retenue bascule lorsqu’ils sont aspirés dans le monde de Jumanji. Après avoir découvert une vieille console contenant un jeu vidéo dont ils n’avaient jamais entendu parler, les quatre jeunes se retrouvent mystérieusement propulsés au cœur de la jungle de Jumanji, dans le corps de leurs avatars. Ils vont rapidement découvrir que l’on ne joue pas à Jumanji, c’est le jeu qui joue avec vous… Pour revenir dans le monde réel, il va leur falloir affronter les pires dangers et triompher de l’ultime aventure. Sinon, ils resteront à jamais prisonniers de Jumanji…

Casting vs avatars

Refaire un Jumanji aujourd’hui, ça commençait forcément par revoir le jeu Jumanji en lui-même, car on ne va pas se mentir, en 2017 dans cette salle de retenue au début du film, personne n’aurait touché le jeu de plateau poussiéreux et personne n’aurait été happé par le monde de Jumanji. Le film aurait été un peu plus court. Mais en en faisant un jeu vidéo certes un peu rétro, avec des personnages à incarner choisis à la va-vite et emportés à Jumanji, ça fonctionne et c’est la meilleure chose qui pouvait arriver à ce reboot ; le bon élève chétif se retrouve le héros musclé au coup de sourcil irrésistible (Dwayne Johnson), le grand joueur de foot US se retrouve petit assistant petit (Kevin Hart), la bimbo d’instagram devient elle un scientifique bedonnant (Jack Black) et enfin l »ado introverti se mue en très sexy aventurière sous les traits de Karen Gillian. Nos 4 protagonistes retrouveront à Jumanji Nick Jonas, coincé sur place depuis…. Bien longtemps.

(De gauche à droite) Nick Jonas, Dwayne Johnson, Karen Gillan, Kevin Hart et Jack Black

 

Bande-annonce :

Sans en attendre grand-chose, on a été agréablement surpris par ce nouveau Jumanji. Le coup des personnages et leurs avatars est une super idée qui fonctionne à merveille. Et pour le reste c’est un super film d’aventure familial, qui sort au meilleur moment, celui des fêtes de fin d’année. Si pendant les vacances vous voulez passer un bon moment au ciné et que vous avez déjà vu Star Wars 8…. Vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Jumanji : Bienvenue dans la jungle de Joe Kasdan, durée 1h59, en salle à partir du 20 décembre 2017


Un week-end en Tesla Model X 100D, SUV électrique

December 2017[ —]

2 ans presque jour pour jour après avoir essayé la fusée Model S P85D, place à la déclinaison SUV avec cette Model X 100D. A l’époque, il s’en était fallu de quelques jours mais je n’avais pu essayer le mode d’assistance « Autopilot », car son déploiement commençait à peine. Cette fois, c’est bien au programme. Embarquez, il y a de la place pour tout le monde.

 

A PROPOS DE(S) TESLA

Doit-on encore présenter Tesla, le constructeur californien de voitures 100% électriques, en introduction d’un essai d’un de leurs véhicules ? Je ne suis pas sûr, mais un peu de contexte, ça ne peut pas faire de mal. Fondé en 2003, le premier véhicule Tesla était le Roadster premier du nom, en partenariat avec Lotus et sorti en 2008. Confidentiel. Puis vint la Model S présenté en 2009 et livrée en 2012 à ses premiers propriétaires. En 2016 c’est au tour de la Model 3 d’être révélée au public, 2 ans après son annonce. Une berline dans la lignée de la Model S, mais plus compacte. Enfin compacte… Compacte pour une américaine. En 2016 Tesla retouche sa Model S au moment de l’introduction de la Model X, les deux véhicules présentant une face avant assez proche, sobre, « lisse », dénuée d’artifices. En 2017, Tesla par la voix de son médiatique CEO Elon Musk a présenté le Tesla Semi, un camion remorque… Et surprise, un nouveau roadster stupéfiant. Voilà en quelques lignes, la récente histoire des modèles Tesla. C’est une très jeune marque automobile qui a vendu en 2016 entre 70 et 80.000 véhicules – sa part de marché est bien éloignée de sa part d’attention médiatique ou encore de sa valorisation boursière… Mais l’essentiel est ailleurs : la Model X nous attend et elle a des portes papillon !!

 

LA MODEL X DANS LE DETAIL

La Model X est la vision du SUV par Tesla. Son dessin est donc plus utilitaire que ne l’était la Model S. Il faut de la place pour les passagers, elle est donc de par sa nature dotée d’une ligne moins élégante. Mais elle se rattrape avec un pare-brise spectaculaire et ses fameuses portes arrière falcon. Le GO/NO GO de la création de ce modèle aurait été donné par Elon Musk lui-même, une fois que l’accessibilité aux places arrières eut été résolue. Les portes classiques pour accéder au deuxième rang arrière (habituellement appelé « coffre ») ne sont qu’une solution bancale, il faut se contorsionner, ce n’est pas pratique. D’où les portes papillon, alliées aux sièges électriques qui avancent pour laisser un espace suffisant et permettre de quitter le dernier rang confortablement.

Moi je pense que ces portes, c’est surtout pour avoir un truc en plus et pour l’effet waouh. Mais disons que c’est pour l’accessibilité. Ok. La configuration du Model X qui nous a été prêté est en 2+2+2. Pas de banquette mais deux sièges identiques à l’avant, et au fond, deux sièges escamotables. En pratique, nous l’avons utilisé en 2+2 et c’est top. On perd le sentiment de « monter à l’arrière c’est nul », car on profite d’un siège individuel et des portes papillon trop cool. Ces portes bien entendues électriques disposent de différentes cinématiques d’ouverture, selon la place disponible : quoi qu’il arrive, il leur faut 30cm pour s’ouvrir. Essayez de sortir d’une berline conventionnelle en entrouvrant seulement la porte de 30cm pour voir.

Coté planche de bord, c’est aussi beau que sobre, car toutes les commandes et réglages sont regroupés dans le désormais célèbre écran central de 17 pouces. Ne subsistent que les comodos dont celui des essuies-glace manuels, (si, si !! Mais ils pourraient devenir automatiques via une future mise à jour) et quelques commandes au volant. Tout le reste se gère depuis l’écran. Les matériaux et ajustements sont de bonne facture, mais on n’est pas encore dans le raffinement des berlines premium allemandes ou suédoises. Par contre, il y a beaucoup d’espace, aux coudes, aux genoux, et miracle, il y a désormais entre les sièges avant des rangements !! Ce n’est plus une option ! Ces derniers sont d’ailleurs très pratiques et se configurent avec des petits séparateurs pour optimiser l’espace disponible. Malin.

S’il y a autant de place, c’est parce que d’une part les moteurs électriques prennent moins de place que le moteur thermique et de même, la transmission intégrale se passe d’arbre entre les essieux, car chacun d’eux dispose de son moteur. Mais c’est surtout parce que la Model X est super grande, et large ; 5,04m de long et surtout, 2,07m de large, rétroviseurs repliés. Avec, c’est 2,27m. C’est un tank, tout simplement. Elle est aux dimensions américaines, où les axes de circulation comme les places de parking peuvent accueillir des 4×4 géants sans broncher. En France, c’est un peu plus compliqué. Heureusement les aides à la conduite sont multiples et les radars et aux détecteurs précis au centimètre. Et si vous êtes coincé dans votre place de parking, il reste une solution : utiliser l’application Tesla depuis le smartphone pour « commander » la voiture depuis l’extérieur ; on peut alors démarrer à distance puis sortir la voiture de son emplacement, en marche avant ou arrière. Effet démo bluffant et fonction pratique, l’esprit Tesla.

 

CONDUITE ET AUTOPILOT

Une fois libéré de notre place de parking, on se met en route en appréciant le silence de fonctionnement de la Model X. On en profite surtout à basse vitesse, comme en ville. Et c’est un vrai bonheur. Hors agglomération et alors que la vitesse augmente, les bruits d’air et de roulage compensent malheureusement l’absence de bruit de moteur. Le 100D qui accompagne le nom du modèle désigne la capacité de la batterie ; 100 pour 100kWh, la plus grosse batterie, donc autonomie, sur Model X, et D, pour Dual, soit deux moteurs, un sur chaque essieu, ce qui fait de notre Model X un véhicule à transmission intégrale. Si notre modèle n’est pas le plus péchu de la gamme (il manque à sa désignation le P de Performance avant le 100D, avec l’incroyable mode Ludicrous), sa puissance est plus que suffisante – l’équivalent de 420ch – pour propulser les 2,5 tonnes du mastodonte à des vitesses très excessives, et cela, excessivement vite aussi. En effet, le 0 à 100 est avalé en 4,9 secondes, des performances de haut niveau. Sans oublier la disponibilité instantanée de la puissance électrique. Ecraser l’accélérateur vous colle au fond du siège, tout simplement. Dépasser devient un jeu d’enfant, et s’insérer n’est jamais bien long non plus… Avec les spécificités du moteur électrique, tout est dispo tout de suite, mais dès que l’on soulage, la récupération freine immédiatement ; ça demande un temps pour s’habituer, mais ça vient très vite. Dès lors, on ne freine presque plus, on se contente de lever le pied.

Et quand on en a assez, on enclenche l’autopilot. Derrière ce nom, beaucoup de fantasmes, mais à vrai dire, ce n’est bien qu’une assistance très efficace et pas une voiture autonome – et c’est très bien comme ça ; on peut enlever un peu les mains du volant, mais très vite le système nous rappelle à l’ordre, il est seulement un peu plus patient que les autres systèmes, il faut bien le dire. Pendant quelques minutes, on peut laisser faire. La grosse différence avec les systèmes BMW, Audi ou Volvo, c’est la possibilité de changer de file pour dépasser ou se rabattre, seulement en mettant le clignotant, sans toucher au volant. Et ça c’est le petit plus qui fait tout drôle.

« Autopilot, à la maison ! »

Pour avoir couvert près de 1200 kilomètres dans la Model X, principalement sur autoroute et donc beaucoup au régulateur automatique ou avec l’Autopilot, le système fonctionne vraiment très bien. Pas une frayeur, pas un freinage automatique. A peine quelques erreurs de lectures ou d’interprétation des panneaux, rien de méchant. Tesla ne fait donc pas de miracles, mais les aides travaillent de façon transparente, en douceur, sans à-coups. C’est donc très plaisant.

 

A LA POMPE

Pour rallier La Rochelle à 550 kilomètres de Paris, au mois de décembre, l’autonomie de la Model X 100D ne suffit pas. Son autonomie réelle semble s’établir, par temps froid (0/10 degrés) autour de 350 kilomètres. On ira voir les superchargers !! Un des modes du GPS permet de prendre en compte les pauses-recharges et le temps optimal de recharge. Il existe aujourd’hui 60 superchargers en France, si bien qu’on est toujours au maximum à 130 kilomètres d’une borne de recharge rapide Tesla. Pas mal. Le but est bien d’utiliser ce réseau quand on est en déplacement, en voyage, en vacances… Mais c’est un confort indéniable de récupérer 200 kilomètres d’autonomie en 20 minutes. Les superchargers sont stratégiquement disposés sur les axes autoroutiers, sur des points de passage. A l’opposé, pour les points d’arrivées, dans les villes, Tesla développe le programme Recharge à destination, en équipant des hôtels et restaurants partenaires de bornes de recharge. Le temps d’un bon déjeuner ou d’une nuit, la charge est assurée sur place. Pas besoin de la rallonge ou d’une place électrique exiguë.

Entre la belle autonomie de la Model X 100D, le maillage actuel des superchargers, les places électriques dans les villes, voire un coup de 220V avec la rallonge… Je dois avouer avoir voyagé sans me préoccuper de savoir si j’allais arriver au bout. Je ne fixais pas mon autonomie restante. Et ça rend le voyage électrique… bien plus sympa !

 

Cette deuxième expérience en Tesla a donc été fort sympathique. L’effet waouh de l’électrique su-per-formante de la Model S P85D est un peu passé, remplacé par l’effet waouh des Falcon doors… Et des assistances à la conduite au top de ce qu’il est permis de faire aujourd’hui.  En deux ans le nombre des superchargers s’est bien développé, tout comme l’autonomie des batteries. Celle de notre Model X dépassait 350 kilomètres réels. De quoi rouler sans fixer sa jauge. L’essayer un week-end ne représente pas l’usage qu’en font leurs propriétaires à l’année, mais c’est suffisant pour vivre une partie de leur expérience et gommer les reproches habituels faits au tout électrique, à commencer par les soucis d’autonomie. Entre mes deux essais, deux ans se sont écoulés et la progression de Tesla est bien tangible, tant au niveau du véhicule qu’à celui de l’infrastructure si je puis dire.

Ne reste plus qu’à dire un mot sur l’addition ; notre modèle d’essai et ses options sont facturés 122.000 euros alors que le premier prix de la Model X 100D se situe à 101.000 euros. Quant à la Model X 75D, elle démarre à 81.000 euros… Si vous êtes intéressés, faites un tour sur le configurateur et regardez les options de financement et d’économies… Vous pourriez être surpris 

 

.


Idée pour Noel? on teste le SkullCandy Hesh 3 Wireless

December 2017[ —]

Après avoir testé le Crusher Wireless il y a quelques semaines, nous voici de retour avec un autre membre de la grande famille de casques SkullCandy, le HESH 3 Wireless. La marque lifestyle continuent à couper les fils de ses modèles pour plus de liberté et sans concession sur la qualité. C’est ce que nous allons tester immédiatement lors de ce test

Présentation

Le Hesh 3 est un casque sans fils fonctionnant avec la technologie Bluetooth. Ici pas de chichi ou d’accessoires inutiles, on retrouve le strict minimum, à savoir un câble micro USB pour la recharge et un câble jack 3.5mm pour le brancher en filaire au cas où. On aurait aimé un étui, une pochette pour le protéger. On retrouve également une conception tout en plastique, qui à l’avantage de le rendre léger. Les textures des matériaux sont assez basiques et pas très agréable au toucher. En revanche ça sent la robustesse. La finition est très bonne, les différents éléments sont très bien assemblés. Les câbles bien cachés, rien ne dépasse.

Niveau confort, on est aussi dans le strict minimum. A l’intérieur de l’arceau, une mousse fine repose sur votre tête. Les écouteurs sont bien enveloppants, leur taille et le diamètre de leur mousse prend bien l’oreille à l’intérieur. On retrouve la mousse extrêmement confortable du Crusher, et ça c’est un bon point pour votre confort.

Tout comme le Crucher Wireless , le Hesh 3 permet de plier les écouteurs pour prendre moins de place lorsqu’on l’emporte avec soi dans un sac. Et bonne nouvelle, ils ont également la bonne idée de se tourner de 90° dans l’axe de l’arceau, lorsqu’on le porte autour du cou, pour ne pas vous gêner. Ils se tournent également de quelques degrés dans l’autre sens pour s’adapter au mieux à votre morphologie. Pour le réglage du tour de tête, les bras se déplient sur environ 2 à 3cm de chaque côté. Grâce à réglage à cran, vous trouvez le bon réglage de tour de tête et il ne bougera absolument pas.

Fidèle à la marque, on retrouve l’ergonomie SkullCandy. Les gros boutons en caoutchouc derrière l’écouteur droit proposent le bouton de sélection, entouré des touches plus et moins pour le réglage du volume. Le bouton de sélection vous permet de mettre en play/pause votre musique mais également de prendre vos appels et de raccrocher.

Sous les boutons de commande on retrouve le micro pour les appels ainsi que le port micro USB pour la recharge du casque et juste à côté la prise jack si vous voulez passer en filaire.

A l’écoute

Le pairage se fait rapidement et facilement, aucune difficulté là-dessus, et c’est parti pour la musique!! On retrouve le confort décrit plus haut, les mousses vous isole très bien, malgré une insonorisation passive, le bruit ambiant est très atténué mais vous permet toute de même de ne pas être coupé du reste du monde.

La pression sur les oreilles est bien maîtrisée. On n’a pas l’impression qu’il nous comprime la tête, ce qui lui permet d’être porté quelques heures sans soucis. Le peu de mousse venant se poser sur le haut de votre tête, sous l’arceau, s’avère finalement suffisant, niveau confort.

Choisissez votre morceau et appuyez sur Play. Si les basses sont bien présentes, les aigus ont tendance à tout prendre pour elles. C’est assez étonnant d’ailleurs. Prenez un morceau qui commence avec des belles basses, par exemple le morceau de Lenny Kravitz « It ain’t over till it’s over ». De belles basses bien profondes entament le morceau. Dés que le chanteur et les autres instruments arrivent, les médiums et aigus monopolisent tout le spectre, remisant les basses à une place qui n’est pas la leur.

Les aigus et les médiums sont très précis, et bien équilibré. Mais leurs tendances à tirer toute la couverture à elles, rend l’équilibre global caduc. Attention ce n’est pas un mauvais casque. Mais le parti pris audio de SkullCandy sur son Hesh 3, aura une influence sur votre choix en fonction de vos goûts musicaux. Si vous chercher des basses présentes ou ultra présentes, le Hesh 3 ne sera peut-être pas un choix judicieux.

La spatialisation est très bien rendue. On retrouve cette impression d’être enveloppé par la musique, que l’on connait sur les autres modèles de la marque.

Concernant la prise d’appel, elle est plutôt bonne. L’insonorisation du casque vous permet d’entendre votre interlocuteur parfaitement bien. Le micro fait également du bon boulot… à l’intérieur. En effet, lors de nos appels en extérieur, nos interlocuteurs nous ont notifier entendre pas mal le bruit environnant.

Les touches de réglages sont un grand classique de la marque : excellentes, même avec des gants, elles tombent parfaitement sous les doigts. Et pour terminer un petit mot sur l’autonomie : très bonne puisqu’on a largement dépassé les 22h annoncés par le constructeur.

Conclusion

Le Hesh 3 Wireless est globalement un bon casque. Et un très bon casque quand on voit son positionnement tarifaire. Annoncé à 99€ vous aurez là un casque bluetooth de bonne facture, avec un certain confort qui vous permettra de l’utiliser plusieurs heures, une très bonne autonomie et une insonorisation excellente pour un casque de ce tarif. Certes avec un choix de matériaux pas très sexy, mais qui a le mérite d’être bien fini et robuste. Son ergonomie en fait un casque à transporter dans son sac sans prendre de place et autour du cou sans gêne. Mais votre choix sera aussi et surtout dicté par vos goûts musicaux. Et sa faiblesse au niveau de l’équilibre général, vous poussera également à aller tester la concurrence pour votre choix final. Quitte à mettre plus cher pour avoir un modèle qui convaincra ceux qui cherchent une restitution musicale plus équilibrée.











mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Search, discover, enjoy, news, english podcast, radios, webtv, videos. You can find content from the World & USA & UK. Make your own content and share it with your friends.


HOME add podcastADD PODCAST FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
ABOUT US SUPPORT MIRPOD TERMS OF USE BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER