ACCUEIL > RSS > BLOGS France > w3sh.com

R S S : w3sh.com


PageRank : 1 %

VoteRank :
(0 - 0 vote)





tagsTags: , , , , , , , ,


Français - French

LECTEUR FLUX RSS



Angell, le “Dreamy Bike” de Marc Simoncini

20 novembre[ —]

Le créateur de Meetic proposera dès le printemps 2020 Angell, un ebike Made in France, qui se veut révolutionnaire, à la façon de Tesla…

Ce bijou technologique bénéficie d’un design moderne, signé Ora Ito. C’est à ce jour l’un des VAE le plus léger du monde avec  13.9 kg sur la balance (merci l’alu et le carbone). Mais il innove aussi côté tableau de bord puisqu’il intègre un écran tactile 2,4“qui gère le logiciel d’assistance, un système de navigation, une alarme puissante, et une alerte en cas de chute et gère son éclairage (feux avant et arrière, feu stop et clignotants).
De plus, Angell Bike est géolocalisable et déverrouillable avec le smartphone de l’heureux propriétaire.


La batterie, rechargeable en moins de 2 heures, ne pèse que 2 kg et fait office de porte bagage. L’autonomie annoncée est de 70 km avec une vitesse maxi de 25 km/h, conforme à la législation.
Annoncé à 2690€, il pourra être acheté à crédit pour 74,9€ par mois (pendant 36 mois, à taux 0% !), soit le coût mensuel d’une carte Navigo 5 zones. Malin et sans doute un vrai succès à venir…

Les précommandes sont sont d’ores et déjà ouvertes pour 10% de son prix (soit 269€), de quoi patienter jusqu’à la livraison des 500 premiers exemplaires au printemps 2020 en France, Royaume-Uni, Belgique, Allemagne et Espagne.


Ford Mustang Mach-E 100% électrique

18 novembre[ —]

La famille Mustang s’agrandit avec la Ford Mustang Mach-E, 100% électrique, puissante et racée…

“Lors du tout premier Salon de l’Automobile de Detroit, Henry Ford a déclaré qu’il travaillait sur un projet qui pourrait faire l’effet d’un coup de tonnerre. C’était la Ford T. Aujourd’hui, Ford est fier de dévoiler, encore une fois, un véhicule d’exception, la toute nouvelle Mustang Mach-E 100% électrique. Elle est rapide, fun et synonyme de liberté.” – Bill Ford, président exécutif de Ford Motor Company.

Lors de son lancement à l’automne prochain, la Mustang Mach-E sera disponible avec deux tailles de batterie (standard ou à autonomie étendue), et il sera possible de choisir entre un modèle à propulsion (RWD) ou à transmission intégrale (eAWD), alimentées par des moteurs à aimants permanents dernière génération.

Équipée d’une batterie à autonomie étendue et dans sa version propulsion, la Mach-E dispose d’une autonomie estimée à 600 km (WLTP*). Dans sa variante à transmission intégrale, la Mach-E affiche une puissance équivalente à 337 ch (248 kW) et 565 Nm.

La Mustang Mach-E inaugure la nouvelle génération du système multimédia SYNC connecté au Cloud, doté d’un écran tactile 15,5 pouces, de la reconnaissance vocale et d’une interface multitâches qui se contrôle comme une tablette. SYNC nouvelle génération introduit également la compatibilité sans fil avec Apple CarPlay, Android Auto et AppLink pour smartphones et autres appareils mobiles.

La Mustang Mach-E standard RWD (propulsion) sera disponible fin 2020 à partir de 48 990€.
Le modèle  “First Edition” eAWD (transmission intégrale) à autonomie étendue, sera commercialisée à partir de 69 500€.


Gala de boxe Univent : 7 combats de haut niveau

15 novembre[ —]

C’est à l’AccorHôtels Arena que se déroule en ce moment vendredi 15 novembre le gala de boxe Univent!
Arsen Goulamirian défendra son titre de super champion WBA des lourds-légers face à l’Australien Kane Watts tandis que Michel Soro et Cédric Vitu se disputeront la ceinture WBA Gold des super-welters…


Au volant du nouveau SUV compact de Skoda, le Kamiq

15 novembre[ —]

Skoda complète son offre SUV avec le Kamiq, le plus petit des 3 après le Kodiaq et le Karoq. Pour autant il n’est pas si petit, comme nous le verrons… Nous l’avons essayé dans la déclinaison qui sera certainement la plus vendue en France, avec la motorisation essence TSI de 115ch.

Le design des Skoda est souvent assez consensuel, mais au moins les lignes sont toujours tendues. Le Kamiq ne déroge pas à la règle. Les lignes de caisse sur les flancs offrent un profil dynamique. La calandre manque un peu d’âme mais on reconnait la marque en une seconde avec sa grille caractéristique et ses feux en deux blocs distincts. A l’arrière on retrouve le nom KAMIQ en toutes lettres sur la largeur du bandeau supérieur du coffre, comme sur les deux autres SUV de la marque et cet insert est je trouve une très bonne idée. Plus généralement le look du Kamiq est plutôt dynamique, assez proche d’un break en fait. Son empattement de 2,65m offre un espace confortable à bord et sa longueur de 4,24m en fait un des plus longs de sa catégorie. A l’avant comme à l’arrière la place ne manque pas, même aux grands gabarits, que cela soit aux genoux ou pour l’espace au toit. Le coffre offre 400l ce qui est bien mais pas top face au cousin T-roc qui offre par exemple 440l de chargement.

A l’intérieur on retrouve une présentation soignée et des matériaux qui flattent l’oeil à défaut de toujours offrir un toucher très agréable. Les poignées des contre-portes sont d’un plastique dur pas très sexy. C’est le seul point négatif à l’intérieur. La planche de bord est très réussie avec une console centrale bien délimitée et dotée sur notre modèle d’essai d’un bel écran de 9,2 pouces. On retrouve aussi un écran pour le combiné d’instruments ; le digital cockpit qui est d’ailleurs de série dès la finition Business. Le confort de la sellerie est très bon alors que l’amortissement du Kamiq est légèrement ferme. Sur la partie multimédia et connectivité, tout ce que l’on est en droit d’attendre d’une voiture moderne est disponible, jusqu’à la phonebox pour recharger son mobile (compatible) sans fil. Signe du temps, les ports USB sont passés en USB C. Enfin, un mot sur l’assistant vocal au doux nom de Laura, avec qui nous avons essayé de converser : c’était compliqué. Il/Elle ne comprend pas grand chose et pire, elle est intervenue à plusieurs reprises alors que l’on ne la sollicitait pas. Pas très au point la Laura…

Heureusement sur la partie conduite, rien à redire à notre Kamiq et c’est bien là le plus important. Le petit 3 cylindres de 115ch emmène sans broncher le petit SUV et cela constitue déjà une bonne surprise. Associé à une boite DSG 7, l’ensemble fonctionne à merveille et n’est pas grévé par la transmission automatique. Nous avons essayé la boite manuelle à 6 rapports sans constater de réelle différence de sollicitation moteur avec la DSG. Le Kamiq se comporte sur la route comme un break, on ne sent pas le poids du SUV et sa position de conduite n’est pas trop haute. Quand on préfère conduire des berlines que des SUV on s’y retrouve bien. Du côté des aides à la conduite, le Kamiq propre là aussi tout ce que l’on en attend, voire plus. Assistances à la conduite avec le régulateur adaptatif, le lane assist, la surveillance d’angle mort, les assistances anti-collision, les phares automatiques intelligents qui adaptent le faisceau lumineux aux conditions… La liste est véritablement très longue. Mais au moins, quand on veut conduire tout seul, les aides ne sont pas envahissantes et aujourd’hui c’est un vrai plus.

Au final le Kamiq se révèle un très bon élève. Sage et travailleur, il manque un peu de pep’s mais libre à vous de le choisir en Vert Rallye comme sur les photos. Il gagnera en caractère ! Les prix pour le 115ch TSI s’échelonnent de 20.870 euros en boite mécanique finition Active à 27.880 euros en DSG et finition Style.

Pour en savoir plus sur le SKODA KAMIQ 

 


Ford Mustang Mach-E, la nouvelle Mustang

14 novembre[ —]

C’est officiel : la Ford Mustang Mach-E rejoint la famille Mustang

Le tout nouveau SUV 100% électrique de Ford portera l’emblématique poney et le nom de Mustang Mach-E (prononcer à l’anglaise) lorsqu’il sera dévoilé lundi 18 novembre lors d’un événement à Los Angeles. Vous pourrez suivre la diffusion en direct et en vidéo à partir de 3 heures du matin (heure française) sur YouTube, Facebook et Twitter.

La nouvelle Mustang Mach-E (prononcer à l’anglaise) fera ses débuts lundi 18 novembre lors d’un événement à Los Angeles qui sera diffusé en direct et en vidéo à partir de 3 heures du matin (heure française) sur YouTube, Facebook et Twitter.

#MustangMachE #GoElectric #LiveMore


Cupra Ateca “Special Edition” : on l’essaie sur une route fermée !!

31 octobre[ —]

La jeune marque Cupra, ex-département sportif de Seat, nous a invité à venir essayer le Cupra Ateca, dans une déclinaison exclusive « Special Edition » limitée à 1999 exemplaires. Et en plus, ils ont fermé une portion de route pour que l’on puisse tester sa sportivité dans les meilleures conditions !!

Flashback, nous sommes au premier trimestre 2018 et Seat annonce que sa gamme sportive Cupra s’émancipe en devenant une marque à part entière, à la manière de ce que DS et Citroën ont fait. Nouvelle image, nouveau logo et des véhicules plus racés, plus sportifs. Le premier modèle est (malheureusement) un SUV et en plus, on le connaît un peu car le modèle existe déjà chez Seat. Bon. Le Seat Ateca devient Cupra Ateca et gagne un moteur de 300 chevaux et un look plus premium et sportif à base de peinture matte, jantes cuivrées et carbone.

Courant 2019, la marque présente le concept Formentor, un SUV coupé plugin-hybride, puis plus récemment, un autre concept de SUV électrique répondant au nom de Tavascan. Mais rien sur les étagères. Du coup, quoi de mieux pour relancer l’intérêt du modèle existant qu’une série limitée au design encore plus tranché et avec quelques équipements supplémentaires ? BINGO !

Je ne suis pas sûr de la genèse de cette édition, mais c’est comme ça que je l’imagine. Jordi Gené, pilote de son état. 15 ans de maison chez Seat et désormais ambassadeur Cupra nous raconte que cette série limitée est aussi une réponse aux critiques faites au premier Cupra Ateca. Les fans (et les journalistes) le trouvaient encore trop sage, trop discret. L’une des principales critique concernait le moteur essence 2.0l TSI de 300ch qui marche certes très bien, mais qui ne sonnait pas assez. Le message est passé puisque le Special Edition se voit equipé d’une ligne d’échappement Akrapovic en titane. Pour un gain de 7kg sur la balance et surtout pour une sonorité vraiment plus sportive à l’oreille. Et pour ne rien gâcher, les silencieux sont magnifiques.

Au rang des autres nouveautés ce qui saute en premier aux yeux c’est bien sur cette nouvelle couleur Gris Graphène qui n’est pas sans rappeler le Gris Nardo de chez Audi. Et ça va lui bien au teint. C’est sportif, juste ce qu’il faut de clinquant. Les jantes montent en 20 pouces avec un dessin spécifique bi-ton noir et cuivre qui laisse apparaître les étriers Brembo qui sont de série sur cette série spéciale. On retrouve aussi par petites touches de la fibre de carbone comme sur les coques des rétroviseurs ou sur le spoiler arrière qui doit certainement apporter beaucoup d’appui aéro… A l’intérieur la principale nouveauté est la sellerie alcantara bleu pétrole. Pour le reste, c’est bien exécuté mais cet intérieur est si sobre qu’il manque d’un grain de folie.

Après avoir découvert le Cupra Ateca sur l’autoroute entre l’aéroport de Barcelone et notre hôtel à 2 heures de là en pleine campagne, entouré de vignes, place à la route. La route fermée. En effet Cupra nous chouchoute et nous propose de prendre le volant d’un segment de 4 kilomètres à flanc de montagne pour une ascension de près de 3 minutes à fond… Ça fait autant rêver tout passionné d’automobile que ça ne met un peu la pression. Et c’est en convoi que nous découvrons le parcours avec les commentaires de Jordi dans la voiture ouvreuse. La route à double sens n’est pas toujours bien large, il faudra faire attention. Et puis certains virages à l’aveugle sont très serrés, heureusement que la marque a mis en place des panneaux pour nous prévenir et nous aider. 12 commissaires sont aussi répartis sur le tracé pour prévenir tout incident (ou arrêter un tracteur qui sortirait d’un champ…). Le repérage terminé on attend notre tour, avec impatience et un léger stress. Le véhicule qui nous précède est parti depuis bien 30 ou 40 secondes, le bras du commissaire s’abat devant moi : Go go go !!!

J’écrase l’accélérateur et la voiture bondit sans demander son reste, merci les 4 roues motrices, mais je suis déjà dans une belle courbe à gauche après seulement quelques dizaines de mètres. Frein. Trop de frein. Et ça repart aussi sec. La route serpente et j’essaie de trouver le bon compromis entre accélérateur, trajectoire et mes freinages avant les courbes. Ça se passe plutôt bien mais en ayant voulu jouer avec les palettes de la boîte DSG 7 j’ai plus perdu du temps d’autre chose. En tout cas la reprise et le grip en sortie de courbe est assez euphorisant. Avec le mode de conduite réglé sur Cupra tout est assez direct à commencer par la direction qui se révèle précise et incisive. Et il me reste un second passage pour faire encore mieux, sans en faire trop. En laissant la boîte se gérer toute seule je me concentre plus sur mon rythme et mes trajectoires et d’après mon copilote j’allais effectivement plus vite. On a un peu entendu les pneus, certes, mais dans l’ensemble c’était pas trop mal. Et puis quand on freine trop, c’est pas très grave, le couple de 400Nm à vite fait de nous renvoyer jusqu’au virage suivant. Ah quel bonheur !

Fermer une route pour tester la sportivité d’un modèle dans les meilleures conditions possibles, quelle bonne idée ! Ça colle parfaitement avec l’ADN de la marque et c’était parfaitement exécuté. Chapeau ! Quant à la Special Edition, elle gagne encore en personnalité et avec la ligne Akrapovic elle trouve une présence sonore bien méritée. BRAAAAPPPPP !!!!

Plus d’infos sur la marque CUPRA ou la SPECIAL EDITION en suivant ces liens.


Comic Con Paris 2019: Sir Patrick Stewart à l’honneur!!

23 octobre[ —]

Le rendez vous culte et incontournable de la culture pop revient à Paris, pour sa cinquième édition, avec un programme d’activités plutôt alléchant, mais surtout pléthore d’invités prestigieux, pour le plus grand bonheur des fans. Vous voulez y participer? ce sera du 25 au 27 octobre à la Grande Halle de la Vilette. Demandez le programme!

Le Comic Con, tous les fans de comics, séries, SF, cinéma et autres aspects de la culture pop et geek, connaissent. Un rendez-vous culte qui rassemble  des fans du monde entier lors de la convention de San Diego.  Si le Comic Con Paris est plus modeste que son homologue US, il n’a pas à en rougie non plus et s’agrandit d’années en années pour proposer un véritable rendez-vous entre les fans et les professionnels du milieu: écrivains, dessinateurs, acteurs….

Cette cinquième année fait honneur à Batman qui, malgré ses 80 ans, est toujours aussi fringant. Pour lui fêter dignement son anniversaire, des conférences dédiées auront lieu le samedi, un rassemblement de cosplayers le dimanche à 12h, la Batmobile sera présente sur le stand Canal et les principaux illustrateurs de l’univers seront également de la partie pendant les trois jours : Lee Bermejo, Mikel Janin et Alvaro Martinez.

Nos fêterons également les 80 ans des éditions Marvel avec Roy Thomas, Jim Starlin, Chris Claremont et Ryan Meinerding, mais également Laura Martin, David Lopez ou encore Jorge Molina. Vous pourrez assister à des conférences et masterclasses qui auront lieu tous les jours  et un grand rassemblement de cosplayers aura lieu le samedi à 14h.

En parlant de cosplay, cet art sera bien evidemment à l’honneur avec la finale du French Championships of Cosplay 2019 by MCM et avec la projection du documentaire Ready Cosplayer One. Lindsay Elyse (cosplayeuse professionnelle) et Christopher Hargadon (costume  designer), membres du jury de ce concours, présenteront une masterclass exceptionnelle intitulée « Le Cosplay – La Fabrique des Rêves ».  Une  Cosplay Zone by NYX Professional Makeup sera animée d’ateliers maquillage, de retouches photos et de rassemblements sur des thématiques variées. Mais également Joe & Nico de MCM qui présenteront en avant-première leur documentaire exceptionnel Ready Cosplayer One, tournée à Chicago lors du Crown Championship of Cosplay.

Les animations ne seront pas non plus oubliées :

  • Canal J présentera les concepts innovants Flippaper ainsi que Papertronics qui permet aux enfants de créer des jeux vidéo à partir de leurs dessins.
  • La venue de la star de TikTok Rose THR et le dessinateur Nicolas Keramidas seront là pour réjouir les plus petits.
  • MCM fêtera ses trente ans en proposant, chaque jour, une immersion dans chaque décennie 1990, 2000, 2010 (Silent Parties, Quizz, Comic Shop, Sessions VIP pour les cosplayers et de nombreuses surprises).
  • Out There dévoilera, en avant-première, son concept d’expérience musicale en réalité augmentée avec le casque Magic Leap, présenté pour la première fois en France aux visiteurs.
  • Le Manoir de Paris proposera un photocall pour un souvenir dédié à lHalloween
  • Vous pourrez pénétrer dans l’antre de Rick et Morty, série phare diffusée sur la nouvelle chaîne Adult Swim.
  • Et grande nouveauté, un corner dédié au tatouage Pop Culture permettra d’immortaliser votre passion et leur passage au Comic Con Paris.

Le Comic Con Paris c’est aussi et surtout des rencontres exclusives  entre les fans et les acteurs, illustrateurs et scénaristes les plus emblématiques de la pop culture. Cette année vous pourrez voir Karen Gillan (Nebula dans Avengers, Jumanji ou Doctor Who), Amy Acker (Angel, Suits, Person of Interest), Gustaf Skarsgård (Vikings, Westworld), Ross Marquand (The Walking Dead, Avengers), Callan Mulvey (Hartley Coeur à Vif, Avengers) et Ryan Meinerding (directeur de création chez Marvel Studios). lors de séances photos, de dédicaces et de conférences sur leurs carrières.

Parmi les grands noms du comics vous aurez le plaisir de voir, entre autre,  Roy Thomas (scénariste de renom qui a succédé à Stan Lee à la rédaction en chef des éditions Marvel), Jim Starlin (créateur notamment de la Saga de l’Infini), Chris Claremont (scénariste pendant plus de 20 ans sur la saga X-Men) ou encore Jorge Jimenez, l’étoile montante de la maison DC.

La France sera également à l’honneur cette année, et le Comic Con Paris accueillera de nombreux invités français. Olivier Coipel sera en masterclass le samedi 26 octobre pour présenter sa carrière. L’équipe de Comment je suis devenu super-héros (Pio Marmaï, Vimala Pons, Benoît Poelvoorde,Leïla Bekhti, Swann Arlaud et le réalisateur Douglas Attal) viendra présenter les premières images du film en exclusivité. Et JL Mast et Aleksi Briclot, collaborant tous deux avec Marvel Comics, seront également seront également avec de nombreux autres illustrateurs et scénaristes.

Mais la grande surprise de cette année, c’est la venue de Sir Patrick Stewart, acteur internationalement reconnu, qui viendra présenter sa nouvelle série Star Trek : Picard, dans laquelle il reprendra le rôle de Jean-Luc Picard Star Trek : The Next Generation et qui sera diffusée sur la plateforme Amazon Prime Video dès le 24 janvier 2020. Présent depuis plus de 60 ans sur les planches et sur nos écrans. Il a remporté trois Olivier Awards  et a été nominé à plusieurs reprises aux Emmy, Golden Globes, Screen Actors Guild et Saturn Awards, mais il est également connu pour être l’emblématique Professeur  Xavier dans les X-Men . Sir Patrick Stewart sera accompagné sur scène des autres acteurs de la série : Isa Briones, Santiago Cabrera et Evan Evagora.

Coté visionnage, le Comic Con Paris compte vous en mettre plein la vue:

  • le premier épisode de la série Pennyworth de Warner Bros sera à décrouvrir le vendredi
  • le film d’animation Spycies d’Eurozoom (avec la voix de M. Poulpe) en présence du réalisateur Guillaume Ivernel.
  • Très attendu également, le nouvel opus évènement Retour à Zombieland de Sony Pictures, attendu depuis près de 10 ans par les fans.
  • pour les fans de science fiction, Amazon Prime Video présentera, en exclusivité, le 1er épisode de la saison 4 de The Expanse,
  • Canal+ dévoilera les trois 1e épisodes de la Création Décalée : L’Effondrement
  • Warner TV diffusera les ultimes épisodes de la série Gotham.
  • En soirée, Adult Swim proposera au public une projection d’épisodes inédits en France
  • Amazon Prime Video, diffusera le 1er épisode de la saison 2 de la série Jack Ryan
  • une présentation en avant-première de la série Star Trek: Picard, avec la présence exceptionnelle d’une partie du casting. Sir Patrick Stewart et Wendell Pierce feront d’ailleurs l’honneur de leur présence exceptionnelle en collaboration avec Amazon Prime Video.

Retrouvez le détail jour par jour de la programmation sur le site du Comic Con Paris.


Blue Drive, la gamme électrifiante de Hyundai

17 octobre[ —]

Hyundai est une marque très active sur l’électrification de sa gamme et nous propose sa gamme Blue Drive à l’essai. La nouveauté est à chercher du côté du KONA hybrid, nous avons fait un tour à son bord, mais aussi, à titre de comparaison, à bord du KONA electric. Ensuite, nous avons fait une balade avec la nouvelle IONIQ electric, avant de conclure par l’OVNI NEXO, un véhicule à pile à hydrogène.

Ce n’est pas un secret, tous les constructeurs s’activent pour électrifier leurs véhicules, car très concernés par le réchauffement climatique, et un peu contraints par les normes européennes. Juste un peu. Chez Hyundai on a fait le choix de ne pas choisir. La marque propose ainsi de tout sur le sujet, de l’hybridation légère 48V sur le Tucson diesel à 3 motorisations électrifiées sur IONIQ – hybride rechargeable, hybride ou tout électrique. Sur le Kona, il existe des motorisations thermiques pures, mais aussi un tout électrique, alors qu’arrive la nouveauté, la version hybride. D’ici 2020 la marque vise d’électrifier 75% de sa gamme. Et ce sont déjà 600.000 Hyundai électrifiées qui roulent dans le monde. Assez bavasser, passons au concret !

KONA hybrid

C’est la nouveauté de la rentrée, le Kona hybrid propose un moteur essence 1.6l de 105ch assisté d’un moteur électrique qui développe 32kW, soit 43,5ch et est alimenté par une petite batterie Lithium Ion Polymère de 1.56kWh. L’ensemble propose donc 141ch et un couple de 265Nm. La capacité de la batterie ne permet bien sûr pas de rouler très longtemps ou très vite en tout électrique mais elle se recharge très vite quand on régénère de l’énergie au freinage. Sur un trajet de 100km sur route on pourra par exemple observer que l’on a roulé pour plus de la moitié du temps en tout électrique, alors que l’autonomie nominale de la batterie n’est que de quelques kilomètres. Miracle de la récupération d’énergie. Et baisse de la consommation moyenne. Sans faire attention à notre conduite, impossible de dépasser les 6l sur un parcours mixte de ville, route et autoroute. Côté équipement, un nouvel écran positionné en tablette de 10.25 pouces, la reconnaissance vocale et les services Bluelink inclus pour 5 ans (communication smartphone/véhicule, localisation, diagnostics…) offrent au Kona un niveau d’équipement de premier plan. La sécurité n’est pas en reste, avec à peu près tout ce qui existe – régulateur auto intelligent, freinage d’urgence, suivi de voie, surveillance des angles morts… Bon, si le suivi de voie pouvait être un peu moins intrusif, ça serait vraiment parfait. Un dernier mot pour louer le confort du Kona hybrid sur des revêtements très inégaux, ainsi qu’une certaine discrétion du moteur thermique… Il vient parfaitement compléter la gamme.

KONA electric

A titre de comparaison nous avons aussi fait un tour dans la version tout-électrique du Kona avec sa batterie de 64kWh et surtout son moteur qui délivre 150KW, soit 204ch. Le punch de l’électrique incite plus à rouler fort qu’à économiser sa batterie, mais comme son autonomie est excellente (449km selon la norme WLTP, très réaliste) ce n’est pas vraiment un problème. En sollicitant le mode Sport, on atteint des performances digne d’une sympathique GTI, mais dans un SUV compact. De quoi faire aimer la conduite électrique. Son succès ne se dément pas et d’ailleurs Hyundai en a vendu plus de 1500 en 10 mois en France alors que la marque peine à livrer tellement le succès est grand sur tous ses territoires.

IONIQ electric

Suite de nos essais avec un tour en Nouvelle IONIC electric. Ce qui change ? Sa batterie ! Elle passe de 28 à 38,3kWh pour gagner 36% d’autonomie. Celle-ci atteint maintenant 311km. Le moteur délivre 136ch avec un couple de 295Nm, de quoi s’assurer de belles relances et des belles accélérations pour une puissance finalement assez banale. Ce qui impressionne le plus avec la IONIC electric, c’est son efficience. La batterie n’est pas énorme, pourtant l’autonomie est correcte. Un de ses secrets est son Cx aérodynamique de 0,24. Un record qui participe à son efficacité. A son volant elle est toujours aussi agréable et le silence en ville est appréciable. On entend ainsi mieux les klaxons des autres usagers… Seule ombre au tableau, un confort en ville toujours, assez ferme.

NEXO

Dernière brique de l’écosystème Hyundai Blue Drive, l’exotique NEXO. C’est évidemment notre première fois dans un véhicule à pile à combustible. En France il est anecdotique car ici, il n’y a pas ou presque de stations de recharge pour faire le plein d’hydrogène. C’est bien dommage, ça prend 5 minutes et ça offre 666km d’autonomie au NEXO. En Allemagne c’est bien plus développé qu’ici et l’hydrogène peut y être considéré comme une alternative de plus en plus crédible aux véhicules électriques à batterie. Ça c’est la théorie. Et en pratique, le véhicule profite d’une jolie ligne sportive et est assez imposant, de la taille d’un Santa Fé. L’intérieur profite d’un traitement premium et les tons clairs du modèle essayé offrent une belle présentation. Le fonctionnement du véhicule est exactement le même que pour un tout-électrique, l’électricité étant produite dans la pile à combustible depuis l’hydrogène plutôt que de venir des batteries. A la place, 3 réservoirs d’hydrogènes en aluminium et kevlar. Dans les faits le NEXO délivre 163ch et profite de l’agrément de l’électrique avec un couple disponible instantanément. Il est donc très plaisant à conduire. Inutile de parler du prix du véhicule (70.000 euros) ou de celui d’une recharge en gaz, ces prix ne correspondent à rien – ou presque – tant qu’il y a si peu de stations et de véhicules. Si le véhicule est presque encore une vitrine technologique, il joue à fond son rôle pédagogique avec notamment les écrans dédiés au fuel cell dans le système d’info-divertissement ; illustrations du fonctionnement, informations sur la dépollution occasionnée par le filtrage de l’air dans la pile, c’est très complet. Et il y a même un film !

Hybride, hybride rechargeable ou tout-électrique, Hyundai sait dire oui à tout dès qu’il s’agit de gamme électrifiée, avec le KONA et la IONIQ. Il ne reste plus qu’à choisir, et ce ne sera pas le plus simple… Bonne chance !

Si vous voulez en savoir plus sur ces modèles, ça se passe par .

 


PARIS AUDIOVIDÉO SHOW 2019

11 octobre[ —]

Le PARIS AUDIO VIDEO SHOW revient du 19 au 20 octobre 2019 au NEW CAP Event Center et au Novotel Paris Tour Eiffel. LE rendez-vous incontournable pour les passionnés de haute-fidélité, d’image et de home cinéma son…

Fort de plus de 42 années d’expérience, le PARIS AUDIO VIDEO SHOW est le seul salon en France ouvert au public et réunissant pendant trois jours les plus belles marques venues présenter leur matériel au travers de démonstrations exceptionnelles.
Pendant ces 2 journées (samedi 19 octobre (10h-18h) et dimanche 20 octobre (10h-18h)) – le lundi 21 étant réservé aux professionnels -, les visiteurs et les acteurs de l’industrie viendront découvrir les dernières innovations, des systèmes d’exception et pourront participer à des conférences et des présentations en exclusivité mondiale.

Le PARIS AUDIO VIDEO SHOW est l’événement rêvé pour voir, écouter et comparer les meilleurs systèmes du moment.

L’édition 2019 du PARIS AUDIO VIDEO SHOW présentera les innovations des technologies de l’image et du son en matière de haut de gamme. Le NEW CAP EVENT CENTER et le NOVOTEL PARIS TOUR EIFFEL vont se transformer en un gigantesque écrin présentant une vaste sélection de produits audio-vidéo. Deux sites accueilleront plus de 300 marques (enceintes, platines vinyles, produits connectés, TV, vidéoprojecteurs…) et un espace entièrement dédié aux casques.
Du vinyle au 8K, du streaming Hi-Res à l’amplificateur à tubes, de la réalité virtuelle à la salle de cinéma chez soi, le PARIS AUDIO VIDEO SHOW est le plus bel endroit pour découvrir et essayer les dernières solutions existant sur le marché.

En Novembre 2018, Cabasse dévoilait l’enceinte active connectée HD THE PEARL… Un an après, venez découvrir le nouveau joyau de la marque betonne qui sera dévoilé pendant le salon !

Ce sera aussi l’occasion de fêter 2 anniversaire :
SONY fête les 40 ans du fameux baladeur “Walkman” et proposera une rétrospective sur l’histoire de ce produit iconique.

FOCAL souffle ses 40 bougies. À cette occasion, le fabricant stéphanois exposera ses gammes en série limitée “40Th Anniversary”.

Enfin, vous pourrez participer à un grand jeu concours avec plus de 10 000 € en bons d’achat à gagner, et partir avec un mois d’essai offert par QOBUZ et AUDIRVANA.


DS 7 Crossback, le SUV premium made in France

10 octobre[ —]

Premier contact avec le DS7 Crossback, le grand SUV de DS. La pub avec la Marseillaise, Paris by night, vous le remettez ? DS est une marque positionnée sur le premium et le DS7 est son vaisseau amiral. Le luxe à la française, c’est son slogan. Plus habitué au luxe à l’allemande, allons voir ce que ça donne, un haut de gamme français.

Faire les présentations

C’est à l’occasion d’un week-end en Auvergne que je récupère le véhicule et en découvre les caractéristiques. Comme souvent les véhicules des parcs presse sont très bien équipés et le DS7 qui m’a été attribué ne déroge pas à la règle : finition Performance Line +, et full options. Au moins c’est clair, dessus, il y a tout. De couleur noir (Perla Sera) et avec ses jantes 19’, l’ensemble est classe sans être ostentatoire. Et la bonne surprise ne s’arrête pas là car j’ai récupéré la seule motorisation essence disponible, le 1.6 Puretech de 225ch (et 300Nm de couple) associé à la boite automatique du groupe PSA, l’EAT à 8 rapports. On connait bien ce moteur et cette boite pour les avoir découvert sur les Peugeot 308 GT ou la nouvelle 508. Est-il suffisant pour animer le DS7 ? Oui ! D’une part le bloc fonctionne bien malgré sa petite cylindrée, mais surtout le DS7 est relativement léger ; il ne pèse « que » 1400 kilos. Voilà pour les présentations. Maintenant, voyons en quelques points ce que je retiens de cet essai.

Ah ce confort !

Si c’était une des valeurs des DS de la grande époque, l’héritier DS7 leur fait honneur. Du confort des assises à celui de l’amortissement, le voyage se fait dans la plus grande des douceurs. La sellerie cuir et alcantara est du meilleur effet et les sièges en eux-mêmes sont très doux et confortables. C’est moins raide que sur la plupart des allemandes, les sièges s’affaissent très légèrement quand on s’assoit, presque comme dans un bon canapé. Les sièges avant sont réglables électriquement et chauffants, alors qu’à l’arrière les dossiers sont aussi inclinables. Les places arrières sont  confortables et l’espace suffisant malgré de grands gabarits à l’avant. Une fois en route on apprécie les suspensions et l’amortissement du DS7. Bien sûr il prend un peu de roulis à vitesse soutenue sur le réseau secondaire, mais rien de bien méchant. De toute façon le DS7 tout performance line + qu’il soit s’apprécie plus en roulage cool qu’à l’attaque. Epargnez vous le mode sport qui, s’il offre une direction plus directe et un peu de réactivité supplémentaire à l’accélération, est surtout desservi par l’amplification dans les haut-parleurs d’un (faux) son moteur. Ça sonne on ne peut plus fake.

S’il ne fallait retenir qu’une techno…

Oui, de ce côté, difficile de trouver ce qu’il manque. Instrumentation digitale, grand écran tactile, connectivité smartphone, mais aussi côté route avec le régulateur automatique, le maintien de file, les caméras 360°, la très réussie conduite semi-autonome… Mais ce qui m’a le plus marqué, parce que ce n’est pas encore si souvent présent dans des véhicules parfois 2 fois plus chers, c’est la vision de nuit. Oui, comme dans les films. Il est possible d’afficher dans l’écran des instruments un rendu night vision via la caméra infrarouge. Et elle est diablement efficace. Sur les petites routes de campagne c’est un atout redoutable qui voit dans la nuit les piétons, les animaux, les cyclistes… Et non seulement on les voit mais l’IA embarquée les reconnait et les montre explicitement au conducteur, en jaune si leur sécurité est assurée, ou en rouge s’il faut agir. Impressionnant.

Et le luxe ?

Le luxe à la française, je l’ai un peu cherché. Habitué des intérieurs des berlines allemandes, j’avais peur de la comparaison. Et le DS7 n’a finalement pas à rougir. Son luxe, jamais ostentatoire, est dans les détails, les ajustements, les matières. Dans le raffinement du dessin  de ses projecteurs à LED. Dans les coutures de la sellerie. Dans l’originalité d’une touche piano sur la console centrale tout alcantara. Car c’est aussi ça qui fait la différence, comme quand on monte dans une jolie Volvo ; ça change de la sobriété allemande. Et il y a même une horloge escamotable, au sommet de la planche de bord. Une horloge BRM. Bon c’est loin d’être ma marque d’horlogerie française favorite, mais j’apprécie l’audace des équipes DS.

Tout est parfait alors ?

Non, tout n’est pas parfait, mais le bilan est largement positif. Mes seuls déceptions sont d’ordre ergonomique. Il y a par exemple beaucoup d’alertes et de bips qui retentissent dans l’habitacle, sans que l’on ne sache toujours pourquoi. De même, jamais réussi à avoir de l’aide des cameras ou des capteurs de proximité pour se garer en marche avant. C’est ballot quand on sait qu’il y’a des caméras partout. Et enfin, quand on réussit enfin à modifier les réglages, ils ne sont pas tous sauvegardés quand on coupe le contact… Oups !

J’ai fait près de 1500 kilomètres en quelques jours à bord du DS7 Crossback et ça a été une très bonne surprise. Confort et technologies au max, dans un joli cocon de cuir et alcantara. Côté consommation c’est encore une bonne surprise car la moyenne s’établit juste en dessous des 8.0 litres, avec 2/3 d’autoroute et 1/3 de routes sympathiques avalées à bonne vitesse. Dernier point à retenir, le DS7 a la cote ! Il interpelle et intéresse beaucoup les gens sur la route comme sur les parkings.

DS 7 Crossback, à partir de 35.000 euros

Modèle essayé 55.000 euros

Plus d’infos sur le DS 7 Crossback ici.











mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Chercher, découvrir, news, podcast francais, radios, webtv, videos. Vous trouverez du contenu du Monde entier et de la France. Vous pourrez créer votre propre contenu et le partager avec vos amis.


ACCEUIL add podcastAjouter votre Podcast FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
A PROPOS Supporter lequipe mirPod Terms of Use BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER