ACCUEIL > RSS > BLOGS France > KORBEN

R S S : KORBEN


PageRank : 23 %

VoteRank :
(0.77 - 1 vote)





tagsTags: , , , , , ,


Français - French

LECTEUR FLUX RSS



Certbot 1.0 est enfin disponible – Vous n’avez plus d’excuses pour ne pas activer HTTPS sans douleur sur votre site


Décembre 2019, par Korben[ —]

Vous vous souvenez de mon merveilleux article sans nul égal au sujet de la mise en place d’un certificat SSL Let’s Encrypt à l’aide d’un formidable utilitaire baptisé Certbot ?

Oui, je suis sûr que vous le relisez religieusement au moins une fois par semaine. Et bien bonne nouvelle, l’EFF (Electronic Frontier Foundation) qui est à l’origine de cet outil vient de publier à l’instant la version 1.0 de Certbot.

Sorti initialement en 2015, cet outil libre et open source permet de déployer et mettre à jour les certificats des sites web très facilement. Plus de prise de chou, même pour le néophyte avec cet outil qui permet d’automatiser tout ça.

Cette première release majeure supporte plusieurs serveurs web apache et nginx mais aussi beaucoup d’autres à l’aide de plugins. Les clés privées sont générées uniquement sur votre serveur et restent sur celui-ci. Certbot peut se brancher directement à Let’s Encrypt ou vous pouvez l’utiliser avec un autre fournisseur compatible. Il permet aussi de mettre à jour et de révoquer des certificats, d’ajuster la longueur de la clé RSA (2048 par défaut que vous pouvez augmenter) et si vous le souhaitez, vous pouvez activer une redirection transparente de tout le trafic HTTP vers HTTPS.

Certbot peut fonctionner de manière totalement automatisée (cron ou scripts) et chaque changement que vous effectuerez avec celui-ci est loggé, ce qui permet de revenir en arrière en cas de pépin.

Bref, un excellent outil qui vous fera gagner beaucoup de temps s’il vous arrive de déployer des certificats SSL pour la mise en place de HTTPS sur vos sites web ou ceux de vos clients.

Et pour le tuto c’est ici.

+ d’infos ici.


promo Cyber Monday VPN à 2,75€

Restez à l’abris des regards indiscrets même à Halloween, un seul abonnement couvre et protège jusqu’à 7 appareils simultanément

En règle générale, utiliser un VPN pour se connecter à internet a tendance à ralentir vos débits de connexions, c’est le cas pour afficher une simple page HTML ou accéder à d’autres catalogues de VOD comme ceux de NETFLIX. Le téléchargement de fichiers ou du flux vidéo en devient parfois saccadé.

Notre VPN vous propose Une bande passante illimitée et une sécurité renforcée avec un cryptage AES 256 et un système anti-empreintes digitales.
Bonus, avec plus de 5900 serveurs répartis dans plus de 88 pays, nous vous offrons des vitesses incroyables et une bande passante illimitée. Grâce à notre connexion VPN, fini les erreurs de proxy, les ralentissements ou les limitations imposées par votre fournisseur d’accès Internet.

Découvrez toutes ses possibilités


Quand un jeu décède, lâchement tué par son DRM


Décembre 2019, par Korben[ —]

Dans la série « Les DRM sont l’une des pires inventions de l’Humanité« , je vais vous conter la dernière blagounette qui est arrivée dans le secteur du jeu vidéo.

Si vous êtes gamer, vous connaissez sans doute le jeu Tron: Evolution sorti en février 2011. Peut-être, même l’avez-vous acheté ?

Et j’imagine que depuis 9 ans, vous l’avez délaissé et êtes passé à autre chose. Mais pourquoi ne pas y rejouer pour retrouver un peu de nostalgie ?

Et bien vous ne pourrez pas ! Cheh !

C’est qu’ont découvert des joueurs qui en voulant réinstaller ce jeu, ont eu la désagréable surprise de tomber sur une popup leur annonçant que leur numéro de série avait expiré.

Et peu importe que la version du jeu soit une version Steam ou une version vendue en boite, le message est sans équivoque.

Après prise de renseignements, l’explication est pourtant toute simple.

L’éditeur du jeu qui n’est autre que Disney n’a pas prolongé son abonnement au système d’activation proposé par la société SecuROM. Ces derniers ont donc coupé le service d’activation qu’ils louaient à Disney sous la forme d’un abonnement. Hé oui, toi pas payer, toi pas de service.

Sauf qu’évidemment, ça retombe sur tous les acheteurs du jeu.

La balle est donc dans le camp de Disney. Que vont-ils faire ? Reprolonger leur abonnement SecuROM ? Sortir le jeu sans DRM ? Ignorer les joueurs ?

Bon, apparemment, ils bossent sur un patch mais on ne sait rien de plus.

On verra bien, mais en tout cas c’est un bon rappel sur ce qu’est vraiment un DRM. Un DRM c’est tout simplement un « kill switch » que l’éditeur d’un contenu place sur une oeuvre que vous payez. Et grâce à ce kill switch, il peut vous en retirer l’accès à tout moment, mais aussi, pourquoi pas, vous faire repasser à la caisse s’il en a envie.

Même si on l’oublie, on ne sait jamais quand ce kill switch sera activé. Toutefois il est bien là et un jour, comme dans le cas de Tron: Evolution, il se déclenchera au grand détriment des acheteurs.

En ce qui me concerne, j’essaye toujours de prendre des choses sans DRM, mais quand je ne peux pas, je fais sauter le verrou numérique. Parce qu’on ne sait jamais d’abord et ensuite parce que j’ai un fort esprit de liberté ;-).

À vous de voir maintenant, mais si vous aimez jouer intellectuellement, demandez-vous toujours comment retirer un DRM lorsque vous en voyez passer un ! (Et passez-moi l’info, je ferai des tutos ;-)))


promo Cyber Monday VPN à 2,75€

Restez à l’abris des regards indiscrets même à Halloween, un seul abonnement couvre et protège jusqu’à 7 appareils simultanément

En règle générale, utiliser un VPN pour se connecter à internet a tendance à ralentir vos débits de connexions, c’est le cas pour afficher une simple page HTML ou accéder à d’autres catalogues de VOD comme ceux de NETFLIX. Le téléchargement de fichiers ou du flux vidéo en devient parfois saccadé.

Notre VPN vous propose Une bande passante illimitée et une sécurité renforcée avec un cryptage AES 256 et un système anti-empreintes digitales.
Bonus, avec plus de 5900 serveurs répartis dans plus de 88 pays, nous vous offrons des vitesses incroyables et une bande passante illimitée. Grâce à notre connexion VPN, fini les erreurs de proxy, les ralentissements ou les limitations imposées par votre fournisseur d’accès Internet.

Découvrez toutes ses possibilités


Linux avec une interface graphique sous Windows (WSL) Shadow

Décembre 2019, par Korben[ —]

Bon, je sais, ce titre c’est un peu le bordel, mais je vais tout vous expliquer. J’utilise régulièrement mon PC Shadow qui est un ordinateur Windows dans le cloud qui fonctionne très bien. C’est vraiment un avis objectif, car à chaque fois que je le lance, je suis bluffé par l’absence de latence et les possibilités de leur client.

Breeeef. Dans mes errances nocturnes, je me suis dit que ce serait rigolo d’avoir un Linux sur mon Shadow. Malheureusement, comme c’est une machine virtualisée, ce n’est pas vraiment possible de faire fonctionner à l’intérieur une Virtualbox ou quelque chose comme ça (ou alors je n’ai pas trouvé).

Edit: Techniquement c’est possible de faire tourner une VM dans une VM mais il faut que l’hyperviseur ait une option pour activer l’encapsulation de la virtualisation comme par exemple vhc.enable sur VMWare. Shadow dans mon cas ne permet pas cela.

Mais heureusement, sous Windows, il y a WSL, qui est le Windows Subsystem for Linux. C’est un truc dont je vous ai déjà parlé et qui permet d’avoir une distrib Linux comme Ubuntu, en ligne de commande, nativement sous Windows, sans virtualisation. C’est très cool. Mais ce que je vous propose aujourd’hui, c’est d’aller encore plus loin dans le cool en faisant tourner sur WSL des applications graphiques. Voire même un bureau complet comme Xfce ou Unity.

Notez que ce tuto fonctionnera avec n’importe quelle machine Windows 10, qu’elle soit physique ou virtualisée Shadow, Virtualbox, VMWare ou que sais-je encore.

Étape 1 – Installer WSL

Première mission pour vos petits doigts potelés, installer le WSL. Pour cela, lancez PowerShell en Administrateur comme ceci, en tapant PowerShell dans la barre de menu :

Dans PowerShell, entrez la ligne de commande suivante :

Enable-WindowsOptionalFeature -Online -FeatureName Microsoft-Windows-Subsystem-Linux

Étape 2 – Installer une distrib

Ça va s’installer tranquille. Pendant ce temps là, posez-vous la question de la distrib Linux que vous aimeriez installer. Actuellement voici les distrib dispo sur le Windows Store :

Vous pouvez aussi lancer le Windows Store et taper WSL dans la barre de recherche.

Une fois que WSL est installé sur votre machine, il vous faudra rebooter. Dès que la machine a redémarré, vous pouvez installer le Linux de votre choix. Pour mon article, j’ai pris Ubuntu.

Lorsque l’installation se termine, un terminal Linux se lance vous demandant de créer un compte utilisateur et un mot de passe associé.

Trop cool.

Étape 3 – Mettre à jour Linux

Ensuite, mettez à jour tout ça avec un petit :

sudo apt-get update
sudo apt-get upgrade

Bon, voilà, là vous avez un beau Linux sous Windows, c’est parfait. L’autre excellente nouvelle, c’est que par défaut WSL sait exporter nativement ses écrans dans un serveur X (plus besoin de modifier votre .bashrc).

Cela signifie que vous allez pouvoir installer et utiliser des applications graphiques Linux sous Windows. C’est chouette ça non ?

Notez que si à un moment, vous fermez la fenêtre WSL, vous pouvez relancer votre Linux via le menu Démarrer ou le champ de Recherche de Windows en tapant Ubuntu.

Étape 4 – Installer un serveur X

Tout ce que vous avez à faire c’est installer l’outil VcXsrv ou un équivalent sur votre Windows.

Au lancement de VcXsrv, vous pouvez choisir un mode d’affichage. « Multiple Windows » signifie que les applications vont se lancer dans des fenêtres indépendantes. Et « One large windows » va afficher le bureau et tout le bordel dessus ainsi que toutes vos applications.

Pour le moment, comme on n’a pas installé d’environnement de bureau, si vous choisissez « One large windows », vous aurez un joli fond noir.

Pour le reste des paramètres de VcXsrv (display number and co), laissez tout par défaut. VcXsrv est lancé et on va installer une application avec interface graphique pour vérifier que tout fonctionne.

Dans votre terminal WSL, tapez :

sudo apt-get install vim-gtk

Cela va installer gvim qui est un éditeur de texte (vim) avec une GUI. Toujours dans WSL, tapez :

gvim

Et vous devriez voir quelque chose comme ça :

Si ça ne fonctionne pas, c’est que vous n’avez pas la dernière version de WSL (donc des mises à jour Windows). Vous devrez alors rajouter la lignbe suivante tout en bas de votre fichier .bashrc qui se trouve dans votre répertoire home sur votre Linux WSL.

export DISPLAY=:0

Sauvegardez .bashrc, fermez et relancez le shell et retentez le coup avec gvim.

C’est beau je suis ému. A partir de là, vous pouvez installer à peu près tout ce que vous voulez.

Étape 5 – Installer un environnement de bureau (Xfce, Unity…etc.)

Mais si vous voulez un bureau, je vous invite à en installer un. Bon, Unity, je suis pas trop fan comme beaucoup de monde, alors pour changer un peu, je vous propose d’essayer Xfce.

Pour installer Xfce il suffit d’entrer la commande suivante :

sudo apt-get install xfce4

Dès que c’est installé, il vous suffira de taper :

xfce4-session

Et vous devriez obtenir ceci :

Elle est pas belle la vie ?

Si ce tuto vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux et à me faire des retours !

Amusez-vous bien !


Le Raspberry Pi 4 chauffe un peu trop vite ? Comment y remédier ?

Décembre 2019, par Korben[ —]

Il semblerait que les concepteurs du nouveau Raspberry Pi 4 aient un peu sous-estimé la chauffe engendrée par la nouvelle puce. Plus rapide c’est certain, mais comme elle chauffe plus, la carte se met assez rapidement en mode protégé et baisse alors la fréquence de la puce.

Cette mise en sécurité est bien, car ça évite d’endommager le Raspberry Pi 4 mais comme ça chauffe trop vite, ce mode s’enclenche trop vite. Par conséquent, en utilisation normale, la carte est souvent en sous-fréquence.

C’est moche.

La version initiale (Rpi 4 en charge)

Pour remédier à cela, un nouveau firmware vient tout juste de sortir. Le problème de chauffe est maintenant beaucoup mieux géré.

Avec le nouveau firmware (Rpi 4 en charge)

Youpi !

Toutefois, si vous voulez encore rafraichir un peu plus votre Raspberry Pi 4, sachez que le mieux est de le positionner sur la tranche. Ainsi la chaleur se dissipe mieux. Vous pouvez aussi opter pour des boitiers à imprimer en 3D avec ventilo et radiateur à rajouter.

Alors à moins que vous ne vous chauffiez avec des Raspberry Pi 4, pour mettre à jour le firmware, voici les commandes à entrer :

sudo apt update
sudo apt full-upgrade

Et ensuite, il faut le rebooter

sudo shutdown -r now

Il semblerait que cette manip soit à destination uniquement de Raspbian, donc si vous utilisez votre Raspberry Pi avec une autre distrib, il existe une procédure pour mettre à jour l’eeprom avec l’utilitaire rpi-eeprom.

Source


StrandHogg – Le malware qui passe à la hache votre Android

Décembre 2019, par Korben[ —]

La société Promon a fait parler d’elle dernièrement, car ses chercheurs ont découvert un logiciel malveillant exploitant un bug concernant la gestion du multi tâche dans Android afin d’afficher des choses à l’utilisateur lorsqu’il passe par une application légitime. Rien de très récent mais comme c’est exploité dans la nature, ils ont tiré la sonnette d’alarme.

L’exploitation de ce bug permet de faire croire que de nouvelles permissions sont demandées par une application lambda alors qu’en fait, c’est le malware qui récupère ces permissions. Ainsi l’attaquant peut dans le dos de la victime :

  • récupérer des fichiers (vos photos par exemple)
  • récupérer des identifiants, des données comme vos coordonnées bancaires ou encore vos SMS (coucou 2FA par SMS)
  • prendre des photos
  • capter ou enregistrer de l’audio, y compris lors de vos échanges téléphoniques
  • récupérer des coordonnées GPS
  • récupérer votre liste de contacts
  • accéder à vos logs
  • …etc

En gros, pour simplifier, lorsque vous lancez une application, le malware prend automatiquement le dessus et se « déguise » pour que vous ayez l’impression que vous êtes toujours dans l’application légitime alors que vous êtes en train de rentrer des identifiants ou de données des autorisations au malware.

Ce malware baptisé StrandHogg a été découvert après que plusieurs clients de banques tchèques se soient fait vider leurs comptes.

Alors comment ce malware s’est retrouvé sur ces smartphones ? Et bien tout simplement via le Google Play Store qui jusqu’à très récemment, proposait 36 applications infectées par ce malware.

Le fonctionnement même de StrandHogg fait qu’il est quasi impossible de détecter si on est infecté ou pas. Pour faire passer le message, Promon a réalisé une petite vidéo qui vous fera peut-être flipper, mais qui vous aidera surement à être plus vigilant sur ce que vous installez sur votre smartphone, même lorsque cela provient du Play Store.

Pour le moment, Google n’a pas fixé le souci, et la segmentation du parc Android et l’absence de mises à jour pour pas mal de smarphones anciens fait que ce bug mettra des années à disparaitre.

Alors que faire pour se protéger de StrandHogg ?

Déjà si vous avez un doute et que vous pensez avoir installé une application infectée par ce malware, c’est le moment de faire un reset complet de votre appareil. Ensuite, comme je le disais, faites attention à ce que vous installez comme application. Et enfin, pensez à mettre un antimalware reconnu sur votre Android et à vous familiariser avec les options de sécurisation de Google.


EōN – L’album infini de Jean Michel Jarre


Décembre 2019, par Korben[ —]

Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais il y a quelques années, j’avais eu le plaisir d’échanger avec Jean Michel Jarre et j’avais passé un excellent moment. Et via sa team, j’apprends que le talentueux JMJ a sorti un nouvel album… Mais pas n’importe quel album : Un album infini.

En gros, il s’agit d’un album qui à chaque fois que vous l’écoutez est différent. La musique, les rythmes, les sons et même la cover changent en permanence.

SORCELLERIE !! me direz-vous. Oui, car vous pensez à un album traditionnel, mais cette fois-ci, la musique se présente sous un nouveau format : une application !

Hé ouais !

Baptisée EōN, cette application développée va piocher dans une bibliothèque des sons créés par Jean Michel Jarre pour les assembler de manière harmonieuse. Il ne s’agit pas d’une radio en streaming ou de musique d’ambiance, mais bien d’un algo présent dans l’application qui se charge de générer de la musique et des visuels avec la touche JMJ.

Tous les visuels sont réalisés à Tokyo par Alexis André de Tokyo Sony Computer Science Laboratories, Inc. (Sony CSL) et l’application a été développée par la société Bleass.

C’est rythmé et vraiment très joli. Pas de fausses notes ou de plages répétitives et interminables… Les changements musicaux évoluent à un bon rythme, ni trop lentement ni trop rapidement. De quoi kiffer, même sur du bon matériel hifi puisque le son est mixé et de très haute qualité.

L’application est assez simple en apparence, mais sachez qu’elle continue à faire de la musique même quand vous changez d’application ou que vous éteignez l’écran. Des mises à jour seront proposées prochainement, notamment un module permettant d’enregistrer une capsule musicale à partager sur les réseaux sociaux, mais aussi une compatibilité avec AirPlay.

Pour la culture générale, sachez que le mot Éon désigne un intervalle de temps géologique assez long puisque ça se compte en milliards d’années. La Terre est actuellement dans son 4e éon, c’est-à-dire le phanérozoïque.

Je me demande si cette application sera capable de jouer en continu 1 ou 2 milliards d’années sans se répéter une fois… Bonne question

Rassurez-vous, l’idée pour JMJ n’est pas de se reposer en mode : « C’est bon les ami(e)s, mon application compose pour moi, j’ai plus besoin de taffer« , mais c’est plutôt de proposer aux amateurs de sa musique un nouveau concept, une oeuvre d’art générative pour vos yeux et vos oreilles.

Cet artiste me surprendra toujours ! Je suis d’ailleurs en train de lire sa biographie Mélancolique Rodéo et c’est très inspirant, je vous la recommande pour vos vacances de Noël.

Je me demande si un jour, Jean Michel Jarre proposera un concert donc la trame musicale est générée par EōN et sur laquelle il viendra rajouter des sons en live. Imaginez, un concert de JMJ différent à chaque date. Le kiff !

L’application est actuellement disponible pour iOS au prix de 9,99 €, soit moins cher qu’un CD. Notez qu’elle sera proposée très prochainement sur Android, AppleTV, Chromecast…etc. Et pour les fans, les collectionneurs ou ceux qui cherchent des idées cadeaux pour Noël, JMJ propose aussi ce pack collector EōN.

Le site de JMJ : https://jeanmicheljarre.com/
Pour télécharger l’application : Eōn sur iOS
Le site de Bleass qui a développé cette application : Bleass
L’autobiographie de JMJ : Mélancolique Rodéo


Des proxys sans limites ça vous tente ?

Smartproxy vous permet d’aller au delà de toutes les restrictions

Utilisez les adresses IP résidentielles de vrais périphériques pour acheter des biens ou effectuer toute autre opération avec un nombre de connexions illimité.

Le tout avec une géolocalisation sur 195 sites dans le monde, y compris 8 grandes villes.

Passez aux proxys


Vérifiez que votre disque dur ne comporte pas d’erreurs avec IsMyHdOK pour Windows


Décembre 2019, par Korben[ —]

IsmyhdOK analyse le disque dur sous windows

Derrière le nom un peu barbare IsMyHdOK (Is my hard drive OK) se cache un petit outil fort sympathique qui vous permettra d’effectuer un petit checkup de votre disque dur. Parce qu’un disque dur est comme un être humain : plus il vieillit plus il risque d’avoir des ratés niveau mémoire.

Si vous sentez que votre disque commence à agir un peu bizarrement (comme les vieux si vous avez suivi) ce logiciel vous permettra de vérifier gratuitement les performances de votre volume ou partition Windows . Il s’utilise sans installation préalable et gère donc de nombreux périphériques de données comme les SSD, les clés USB, carte SD & Co.

Le premier point positif de IsMyHdOK par rapport à d’autres outils du genre est que vous pouvez choisir la durée de l’analyse. Entre 15 secondes et 4 minutes selon vos préférences et la précision d’analyse demandée. Ensuite il supporte un grand nombre de versions de l’OS Microsoft. Cela va de Windows 2000 à Windows 10 en passant par l’édition Server 2016 et bien d’autres. Enfin il est plutôt simple à utiliser.

Optimisation en cours

Tout ce que vous avez à faire c’est de récupérer le petit fichier, le lancer, sélectionner le disque et la durée d’analyse et appuyer sur le bouton Start. Rien de très complexe pour les MacGyver informatiques que vous êtes. Votre analyse va générer un résultat qui est calculé en fonction des différents temps de réaction en écriture/lecture (en continu, par bloc de 4Kb …).

Si le résultat ne vous convient pas et que vous trouvez que votre disque n’est pas vraiment au taquet, vous allez pouvoir l’optimiser directement (onglet « System » => Optimize the drive). IsMyHdOK dispose aussi d’une fonction de capture d’écran, vous pouvez enregistrer une image de vos résultats au format PNG pour comparer plusieurs tests et voir s’il y a bien une amélioration des performances. Ou pour les partager avec d’autres personnes.

Le site dispose d’une page regroupant les différentes analyses en fonction du modèle de disque testé, cela vous permettra peut-être de comparer à d’autres.

Pas un soft révolutionnaire mais toujours bon à avoir dans sa boîte à outil.


Des proxys sans limites ça vous tente ?

Smartproxy vous permet d’aller au delà de toutes les restrictions

Utilisez les adresses IP résidentielles de vrais périphériques pour acheter des biens ou effectuer toute autre opération avec un nombre de connexions illimité.

Le tout avec une géolocalisation sur 195 sites dans le monde, y compris 8 grandes villes.

Passez aux proxys


Powerbeats pro ou l’art du mouvement


Novembre 2019, par Korben[ —]

Les Beats Powerbeats pro sont les premiers intra TWS (True Wireless), en gos ça veut dire qu’il n’y a pas de fil, de la marque.Si Beats a déjà des intra dans leur catalogue, en la personne des Powerbeats 3 WL par exemple, là on coupe le cordon, on s’émancipe et surtout on recolle au peloton de tête, que peuvent être Jabra, Bose, ou même sa maison mère Apple avec ses Airpods. 



Alors les intras, on aime ou on aime pas, enfin plus qu’une affaire de goût c’est surtout une affaire de confort. Car si les intras sont hyper pratique pour tout ce qui touche à la réduction de bruit, il faut quand même supporter avoir les oreilles « bouchées ». A la base les intras très peu pour moi mais ces Powerbeats ont une force, qui est aussi leur faiblesse…leurs embouts.


Ces embouts rendent les intras supportables voir confortables, mais à l’opposé, la réduction de bruit n’est pas optimale. En fait, quand vous les mettez, l’embout (en fonction de celui que vous allez utiliser) ne s’enfonce pas complètement. Pour avoir testé des Bose SoundSport in-ear, qui rentraient parfaitement dans les oreilles, là pas du tout. L’avantage qui en découle c’est que je les supporte mieux que les autres intras, la faiblesse, c’est qu’une partie du bruit ambiant filtre quand vous faîtes du sport.

Et c’est là qu’on touche au nerf de la guerre de ces écouteurs, c’est qu’ils sont conceptualisés, littéralement, pour le sport.



La forme elle-même des écouteurs est un appel à combattre sa procrastination. Ils sont massifs (SPOILER, ça a son importance vous verrez quand on parlera autonomie), dotés d’un arceau qui vient coulisser derrière l’oreille et sont disponibles en quatre coloris, crème, noir, bleu navy et kaki. Tous d’un plastique mate magnifique.



Avec ce gros machin dans les oreilles, on se dit qu’on a l’air con avec dans pas mal de situation, mais certainement pas pendant une séance de sport. Avec les powerbeats dans les oreilles on est le badass de la piste d’athlétisme.
Côté contrôles, sur les écouteurs vous trouverez des boutons physiques pour switcher les chansons, gérer le volume et le play/pause. Par contre, comme il faut cliquer sur le bouton, forcément vous avez l’embout des écouteurs qui rentre un peu plus plus dans l’oreille à chaque pression et là on retrouve le côté désagréable des intras.


Côté boîte de chargement, elle est énorme, mais là aussi, ça a sans doute son importance pour son autonomie, car elle permettrait 24h de recharge en plus pour les écouteurs. Ceci dit vu la taille des écouteurs, il faut bien une boîte de cette taille pour les caler dedans. Mais avec cette boîte, on retrouve tout de suite l’orientation sport. Quand on va à la salle ou en extérieur, on amène très souvent son sac de sport avec soi, donc ranger le boîtier n’est pas un problème. Mais sans sac, abandonner l’idée d’emporter avec vous le chargeur.



Ces Powerbeats sont brandés Beats mais ils portent le sceau d’Apple, ça se sent et ça se voit.ça commence par la présence du port lightning sur le boîtier de recharge, donc oubliez l’idée d’utiliser votre câble de smartphone (usb-c ou micro usb).
Ça continue avec l’intégration de la puce H1 pour le Fast Pair (appairage rapide) et la capacité de switcher entre différents appareils de la pomme avec ses écouteurs, passer de l’ipad à l’iphone se fait de manière quasi instantané et la connexion à Siri se fait en un clic.
Truc chelou, il n’y a pas de charge sans fil contrairement aux air pods 2 par exemple.

Bref l’affiliation à Apple s’arrête là.

Notez que sous Android vous pourrez quand même parfaitement profiter de ces Powerbeats. Le fast pair est actif, les contrôles répondent parfaitement et via l’application dédiée vous pourrez monitorer la durée de charge restante des écouteurs. Autre point, il n’y a aucun soucis avec la transpiration, par contre je n’ai pas testé sous la flotte, j’avais clairement la flemme à ce moment là.



Côté son, b’hein c’est du bon gros classique Beats. C’est bon, ça envoie et les basses sont bien là. Entre nous, ça me convient parfaitement, j’écoute pas mal de rap donc c’est tout bon. C’est vrai que les casques Beats ont leurs détracteurs, à cause du son justement mais ces écouteurs ne sont pas faits pour les mélomanes, ils sont faits pour les sportifs et par ce biais, ils répondent peut être à l’utilisation la plus universelle possible. Du bon son, du bon volume et un port tout terrain.
Que l’on soit mélomane ou pas as-t-on besoin de plus pour écouter sereinement de la musique pendant qu’on bouge, au sport ou tout simplement en marchant dans la rue, ou même avec un podcast dans les oreilles dans les transports en communs. Ne pas se préoccuper de savoir s’ils vont tomber ou glisser c’est déjà un gros kif.
Dernier point, le micro intégré est très bon, les appels sont intelligibles à souhait.



Enfin, the big part, le gros morceau, le truc qui vaut à lui seul les 200 € de la bête…..l’autonomie. Leur autonomie est à l’origine de mon coup de foudre avec les Powerbeats. Les écouteurs sont marqués à 9h d’utilisation consécutive, je ne sais pas si je les ai atteint, mais je les ai utilisé toute une journée, musique, appels, videos youtube et le tout en switchant du smartphone au MAC et ils n’ont pas tremblé d’un pouce. D’expérience, je n’ai vu que les Creative Outlier Air capables de rivaliser et ils sont bien moins cher.


Alors oui ils sont chers, 249€, est-ce que ça les vaut…b’hein je me suis remis au sport sérieusement, j’aime le bon son grave et fort et j’aime être en confort quand je fais du sport en musique; alors pour moi l’équation est simple c’est oui.
Mais, ça reste un investissement et la raison d’être de ces Powerbeats c’est le mouvement. Si vous dépassez pas une séance de sport par semaine, passez votre tour et prenez moins cher, genre les Creative, mais si votre corps moonwalk toute la semaine et que vous voulez vous faire plaisir, vous ne serez pas déçu. 


Periode


Des proxys sans limites ça vous tente ?

Smartproxy vous permet d’aller au delà de toutes les restrictions

Utilisez les adresses IP résidentielles de vrais périphériques pour acheter des biens ou effectuer toute autre opération avec un nombre de connexions illimité.

Le tout avec une géolocalisation sur 195 sites dans le monde, y compris 8 grandes villes.

Passez aux proxys


Logitech et sa gamme MX pour les devs

Novembre 2019, par Korben[ —]

en partenariat avec Logitech

Lorsqu’on en vient à parler de matériel informatique, on pense souvent aux gamers ou à la bureautique, un peu moins souvent aux développeurs et autres codeurs que l’on intègre par défaut aux autres catégories. C’est en partie pour cela que Logitech a développé la gamme MX, un combo clavier et souris qui vont rendre de nombreux services à ceux qui ont l’habitude de martyriser ces types de périphériques.

Le clavier MX Keys

De par son côté compact, le clavier permet d’avoir une frappe rapide et fluide, ce qui limite les distances à couvrir pour vos doigts (pas de grand écart facial pouce-auriculaire à prévoir, sauf si vous avez vraiment de petites mains). Le design concave des touches permet de ne pas rater sa frappe et la finition mate évite à votre doigt de glisser. Les touches sont très réactives et prennent même en compte votre bien être auditif avec une réduction du bruit lors de la frappe.

Même s’il est plutôt petit le MX Keys n’est pas moins stable qu’un clavier plus grand. Tous les acharnés du code savent qu’un clavier qui bouge est une horreur, Logitech a donc pensé à maintenir l’ensemble à l’aide d’une plaque métallique qui sert de poids de fixation.

Clavier MX Keys de Logitech pour les codeurs

Mais là où le clavier tire encore un peu plus son épingle du jeu, c’est dans son rétroéclairage intelligent. Non seulement le clavier ne s’éclaire que lorsque vos mains approchent de sa surface, mais en plus il prend en compte l’éclairage ambiant de votre pièce. Donc plus il fera noir et plus vos touches seront éclairées, ce qui apporte un plus grand confort de travail et permet les économies d’énergies.

pour reposer mes poignets j’utilise le repose poignet de Logitech c’est doux confortable et soyeux parce que je le vaux bien

L’autonomie devrait être de minimum 10 jours, mais durera jusqu’à 5 mois sans le rétroéclairage (recharge via USB-C). Les touches ont été conçues pour absorber des millions de frappes.

La souris MX Master 3

Le gros avantage de cette souris pour les codeurs repose dans la technologie MagSpeed, qui permet le défilement électromagnétique de la roulette en acier. Du coup cette dernière est plus précise, mais aussi 90% plus rapide pour faire défiler de nombreuses lignes de codes (1000 lignes à la seconde).

tu m’as vu tu m’as pas vu tu m’as vu …

De plus vous pouvez configurer chaque bouton de la souris selon votre usage personnel et selon l’application en cours d’utilisation (raccourcis, fonctionnalités spécifiques …). Elle dispose aussi des commandes gestuelles et d’un suivi précis (4000 ppp) sur toutes les surfaces même le verre.

Souris Mx Master 3 de Logitech pour codeurs

Comme pour le clavier MX Keys ci dessus Logitech a fait un effort sur le bruit, la MX Master 3 est ultra silencieuse, et sa forme ergonomique épouse parfaitement votre main. Une seconde roulette se trouve à côté du pouce pour faire défiler une page horizontalement (pratique pour les longues lignes de code ou de texte).

Niveau de l’autonomie une recharge complète devrait vous tenir plus de 2 mois (70 jours) et si vous tombez malgré tout en rade une seule minute de charge vous permet de repartir pour 3 heures. De quoi rendre votre pause pipi rentable.


Le clavier comme la souris sont compatibles avec la technologie Flow de Logitech. Et grâce à leurs portées de 10 mètres et les touches Easy-Switch, vous pouvez les utiliser sur 3 dispositifs différents (par exemple pour taper du texte ou déplacer des fichiers de votre ordinateur vers une tablette et/ou un téléphone sans changer de périphérique).

Ces outils trouvent leur intérêt au carrefour entre personnalisation, praticité et simplicité. Mais ils ne sont que ça, des outils, et vous pouvez aller encore plus loin en termes de productivité si vous adoptez de bonnes habitudes. Parce qu’en temps que développeur ou codeur beaucoup ont la liberté de travailler à l’heure qui leur convient, et les dérapages peuvent être facile (« Non Monsieur, si je bosse un dimanche à 4h du mat ce n’est pas pour respecter ma deadline de lundi 9h, c’est parce que je suis un esprit libre !« ).

Dans votre planning, pensez à regrouper vos tâches similaires aux heures les plus productives et à créer des todo-lists réalistes. Parce qu’à force de vouloir être productifs beaucoup ont tendance à trop vouloir en faire et donc à déborder. Vous pourriez peut-être aussi éviter d’avoir recourt à des services de communications collaboratifs , dans certains cas ils sont bien moins efficaces que ce que l’on nous vend (un exemple avec Slack).

Lorsque vous écrivez du code, pensez à le faire de manière intelligible, structurée et facile à tester. Non seulement cela vous permettra de travailler/tester sur des petites portions de code chaque jour, mais aussi de pouvoir effectuer des modifications futures plus facilement et de mieux vous y retrouver.

Enfin, pensez simplement à éviter les classiques sources de distractions qu’il est toujours bon de rappeler : environnement bruyant, notifications sur votre smartphone, regarder constamment ses emails …

Avoir une bonne hygiène de vie est indispensable, non seulement pour maintenir un certain rythme sur le long terme, mais aussi pour être plus créatif et plus motivé. Faire du sport, bien manger et boire beaucoup d’eau, bien dormir (et assez), avoir une vie sociale et des relations saines, acquérir de nouvelles connaissances, méditer, lire, etc … sont des choses qui peuvent facilement « s’oublier » une fois pris dans le tourbillon de la vie du travail (surtout si l’on aime ce dernier), mais qui apportent un réel plus si elles font partie de votre quotidien .

Allez bande de geekos il est temps de mettre votre plan de bataille en route, une nouvelle année se profile à l’horizon !


Webosaures – L’épisode différent


Novembre 2019, par Korben[ —]

Webosaures Hors-Sujet

Salut les amis ! ça farte ? (le gars bloqué en 2005)

Pour l’ami Rémi et moi-même, ça va tellement bien qu’on vous a concocté un petit épisode spécial. Parce qu’on est des oufs chez les Webosaures, du freestyle total !

Enfin presque parce qu’il y a tout de même une ligne directrice dans ce hors-sujet qui est de faire une sorte de petit bilan du mois et de ce qui nous a plu à chacun.

Que ce soit en termes de films, de séries, de musique, de livres, de jeux ou encore d’expériences personnelles … nous vous partageons nos coups de coeur de novembre 2019 ! C’est aussi une manière pour les Webosaures de se dévoiler un peu plus et de vous partager ce qui nous a nourris ces dernières semaines.

De quoi qu’on cause pendant presque 1h30 ? Du Zelda à la sauce System of Down, du cinéma avec The Irishman et Joker, la série Supernatural, la BD Last Man qui vient de se terminer, le bouquin « Les chemins de la créativité« , le RPG Xenoblade Chronicles 2 ou encore l’application conceptuelle d’album musical sans fin de Jean-Michel Jarre. Et quelques autres trucs randoms, même qu’on se fera peut-être blacklister par YouTube ! #VivreDangereusement

Si ça vous plait, n’hésitez pas à nous le faire savoir et à partager vos trouvailles du mois en commentaires, nous ferons peut-être une émission de ce genre de temps à autre. Pas de panique ça ne remplacera pas les sujets Tech habituels

Pour aller plus loin (on en parle dans la vidéo) :

Nous suivre sur nos réseaux : Instagram – Twitter – Facebook

Et pour terminer je vous annonce que nous sommes dorénavant disponible en podcast aussi sur Stitcher et Tune In Et toujours sur toutes les autres plateformes.


Des proxys sans limites ça vous tente ?

Smartproxy vous permet d’aller au delà de toutes les restrictions

Utilisez les adresses IP résidentielles de vrais périphériques pour acheter des biens ou effectuer toute autre opération avec un nombre de connexions illimité.

Le tout avec une géolocalisation sur 195 sites dans le monde, y compris 8 grandes villes.

Passez aux proxys


... | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 |...










mirPod.com is the best way to tune in to the Web.

Chercher, découvrir, news, podcast francais, radios, webtv, videos. Vous trouverez du contenu du Monde entier et de la France. Vous pourrez créer votre propre contenu et le partager avec vos amis.


ACCEUIL add podcastAjouter votre Podcast FORUM By Jordi Mir & mirPod since April 2005....
A PROPOS Supporter lequipe mirPod Terms of Use BLOG OnlyFamousPeople MIRTWITTER